La technologie nucléaire au Canada

La technologie nucléaire caractérise les grands pays industrialisés du monde. Le Canada a élaboré avec succès un programme nucléaire basé sur un réacteur unique à eau lourde et à uranium naturel appelé CANDU. Celui-ci utilise des canaux de combustible sous pression plutôt qu’un réservoir sous pression, de l’uranium naturel plutôt que de l’uranium enrichi ainsi que de l’eau lourde comme modérateur et réfrigérant plutôt que l’eau ordinaire comme dans les réacteurs à eau sous pression. Le système de rechargement est également unique en son genre, puisque les réacteurs CANDU peuvent être rechargés à pleine puissance.

Le gouvernement fédéral finance la recherche et développement dans le domaine nucléaire depuis plus de 50 ans. Son soutien a permis au Canada de développer sa propre technologie nucléaire et des technologies connexes.

Le Canada a donc mis au point une technologie de niveau mondial et diverses technologies nucléaires dérivées dont les avantages pour l’économie et la société canadiennes vont bien au-delà de la simple production d’énergie. La principale réalisation découlant des efforts de R et D du gouvernement est indéniablement le réacteur CANDU.

En plus de servir à la production d’électricité, la technologie nucléaire engendre également des bénéfices dans d’autres domaines, comme la production d’isotopes médicaux, utilisés en santé pour le diagnostic et le traitement de certaines maladies. Des compagnies canadiennes sont d’importants fournisseurs mondiaux d’isotopes médicaux. Le Canada fournit également 75 % du cobalt 60 utilisé dans le monde pour stériliser 45 % des fournitures médicales jetables.

Le programme de R et D du Canada axé sur le nucléaire a généré – et génère toujours – d’importantes retombées sociales, économiques et industrielles associées à la production écologique et rentable d’électricité, mais aussi aux applications dérivées dans les domaines de la médecine, de l’agriculture, de la fabrication et de l’utilisation des ressources. De plus, il a permis aux scientifiques canadiens de contribuer à l’avancement de la science fondamentale, en particulier dans les domaines de la physique et de la science des matériaux.