Transformation de l'uranium

Broyage

Le minerai est broyé puis traité dans une usine afin d'isoler l'uranium au moyen de procédés chimiques qui éliminent les impuretés. On obtient ainsi une fine poudre nommée « yellowcake » (concentré d'uranium) qui est transférée dans des fûts à bague d'étanchéité d'une capacité de 55 gallons américains. Ces fûts contiennent environ une demi-tonne de concentré d'uranium. On traite tous les déchets et l'eau de la mine ainsi que les résidus de traitement avant d'en disposer.

Raffinage

Le concentré d'uranium produit à l'usine contient environ 70 p. 100 d'uranium. C'est dans une raffinerie située à Blind River en Ontario (Canada) qu'on le traite en vue d'éliminer les impuretés pour le convertir ensuite, par un procédé chimique, en trioxyde d'uranium, la forme sous laquelle on peut poursuivre la transformation.

Conversion

À l'installation de « conversion » de Port Hope en Ontario (Canada), on utilise d'autres procédés chimiques pour transformer le trioxyde d'uranium en dioxyde d'uranium, substance utilisée comme combustible dans les réacteurs CANDU, ou en hexafluorure d'uranium, la matière première pour produire le combustible utilisé dans les réacteurs à eau ordinaire. La plupart des réacteurs à l'extérieur du Canada sont des réacteurs à eau ordinaire qui utilisent l'uranium enrichi comme carburant.

Fabrication du combustible

La poudre de dioxyde d'uranium naturel est placée dans des fûts et envoyée à l'un des deux fabricants de combustible au Canada. Actuellement, tous deux fabriquent exclusivement des assemblages de combustible d'uranium à partir d'uranium naturel. La poudre de dioxyde d'uranium est premièrement pressée pour lui donner une forme cylindrique, puis « brûlée » pour former des pastilles de combustible. Les pastilles, d'une longueur approximative de 2 cm et d'un diamètre de 1 cm, sont ensuite transportées par camion vers une usine où elles sont placées dans des gaines d'alliage de zirconium longues de 50 cm et fixées de façon à former des grappes de combustible de 10 cm de diamètre, destinés aux réacteurs CANDU au Canada et à l'étranger.

Tout l'hexafluorure d'uranium naturel produit au pays est transporté dans des conteneurs d'acier spécialement conçus pour cet usage vers des usines d'enrichissement situées en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Japon ou aux Pays-Bas.