Language selection

Recherche

Ressources de schiste et de réservoirs étanches au Québec

Un produit issu de la Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines

Ressources de pétrole et de gaz au Québec

  • S.O. BILLIONS DE PIEDS CUBES
    Gaz naturel techniquement récupérable
  • S.O. MILLIONS DE BARILS
    Pétrole brut techniquement récupérable
  • 0 MILLIARDS DE PIEDS CUBES/JOUR
    Production totale de gaz naturel (2015)
    • 0 MILLIARDS DE PIEDS CUBES/JOUR
      Production de gaz naturel de schiste et de réservoirs étanches (2015)
  • 0 MILLIONS DE BARILS/JOUR
    Production totale de pétrole brut (2015)
    • 0 MILLIONS DE BARILS/JOUR
      Production de pétrole de réservoirs étanches (2015)
  • Le nombre restreint de puits forés à ce jour n’a pas encore permis de préciser le potentiel pétrolier et gazier. De plus, il n’y a présentement aucune production commerciale de pétrole brut ou de gaz naturel au Québec.

Sources :

  • Ressources estimatives : non disponibles
  • Production estimative : Office national de l'énergie (pourrait ne pas correspondre aux données provinciales en raison des méthodes différentes)

Géographie

Gaz de schiste

La formation schisteuse d’Utica occupe près de 16 000 kilomètres carrés dans les basses-terres du Saint-Laurent (BTSL). Elle s’étend sur le territoire des régions administratives de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de la Chaudière-Appalaches.

Pétrole de schiste

La formation schisteuse de Macasty se trouve à l’île d’Anticosti. Cette île est située dans la partie nord du golfe du Saint-Laurent et a une superficie d’environ 7 900 kilomètres carrés.

Géologie

Gaz de schiste

Le schiste d’Utica, que l’on retrouve dans les basses-terres du Saint-Laurent, est une roche sédimentaire argileuse à grains fins, peu poreuse et peu perméable, qui contient, en proportion variable, d’autres minéraux, tels que le quartz et la calcite, qui déterminent si la formation schisteuse est propice à la fracturation. La formation schisteuse d’Utica a été subdivisée en deux formations géologiques distinctes, soit l’Utica inférieur et l’Utica supérieur, ce dernier présentant plus de potentiel gazier. La formation schisteuse d’Utica serait plus ancienne et plus épaisse que ses équivalents nord-américains. Elle serait cependant moins poreuse et contiendrait moins de matière organique, sauf dans les écailles situées à l’est de la ligne de Logan. Son faible contenu en argile la rendrait propice à la fracturation. À l’inverse, la formation schisteuse de Lorraine, qui la surplombe, contiendrait plus de gaz, mais son plus grand contenu en argile et sa faible perméabilité y limiteraient le potentiel de fracturation et de récupération du gaz.

Pétrole de schiste

L’île d’Anticosti appartient à un bassin sédimentaire du Paléozoïque inférieur qui englobe toutes les roches de surface et de sous-surface de l’île jusqu’au socle précambrien du Bouclier canadien. Le bassin sédimentaire s’étend sous les eaux du golfe du Saint-Laurent, et ce, jusqu’à la Côte-Nord et dans la région de Havre-Saint-Pierre, vers l’est jusqu’à proximité de Terre-Neuve, et vers le sud et l’ouest, jusqu’à une zone de faille située sous le Saint-Laurent qui le sépare des Appalaches. Le schiste de Macasty a été identifié comme étant la roche mère des hydrocarbures du bassin sédimentaire de l’île d’Anticosti. Il pourrait contenir un potentiel pétrolifère majeur, comparable à celui des formations schisteuses d’Utica de l’Ohio dont il serait l’équivalent latéral.

Exploration et production

Gaz de schiste

De 2006 à 2010, 29 puits ont été forés dans la formation schisteuse d’Utica. Ceux-ci comprenaient dix-huit puits verticaux et onze puits horizontaux. Dix-huit puits ont été fracturés, soit onze puits verticaux et sept puits horizontaux. Un moratoire sur les activités d’exploration du gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent a été mis en place en 2013.

Pétrole de schiste

Le territoire de l’île d’Anticosti a fait l’objet de campagnes d’exploration depuis les années 1960. Les travaux récents d’exploration ont ciblé la formation schisteuse de Macasty. En 2014, cinq sondages stratigraphiques ont été achevés. Sept autres ont été réalisés en 2015 pour un total de 12 sondages. La présence du schiste de Macasty a été confirmée. Lors de ces sondages, plusieurs indices de gaz et de la fluorescence pétrolière ont été trouvés. La société Pétrolia Anticosti planifie le forage et la fracturation de trois puits horizontaux à l’été 2016, sous réserve de l’obtention des autorisations nécessaires. À cet égard, rappelons que le Règlement relatif à l’application de la Loi sur la qualité de l’environnement (RRALQE) assujettit à l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE) tous les forages autorisés en vertu de la Loi sur les mines destinés à rechercher ou à exploiter du pétrole ou du gaz naturel dans le shale (ou schiste) ainsi que toute opération de fracturation destinée à rechercher ou à exploiter du pétrole ou du gaz naturel.

Réglementation

Au Québec, les activités d’exploration pétrolière et gazière exigent l’obtention de permis et d’autorisations délivrés par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN).

Le MERN est notamment responsable de l’application de la Loi sur les mines et du Règlement sur le pétrole, le gaz naturel et les réservoirs souterrains. C’est en vertu de ce cadre législatif et réglementaire que des droits exclusifs d’exploration et, le cas échéant, d’exploitation sont octroyés par le MERN. Ce cadre fixe également les conditions et obligations financières et techniques auxquelles est subordonné l’exercice de ces droits incluant les travaux de recherche de pétrole, de gaz naturel, de saumure et de réservoirs souterrains.

Les principales responsabilités du MDDELCC découlent de l’application de la Loi sur la qualité de l’environnementet de ses règlements. Le MDDELCC réglemente l’aménagement des sites, les prélèvements d’eau, la gestion des matières résiduelles, l’usage des torchères, les émissions de gaz à effet de serre, les mesures d’urgence environnementale et la remise en état des lieux à la fin des travaux.

Les entreprises qui souhaitent mener des activités d’exploration ou d’exploitation dans les régions rurales doivent, au préalable, obtenir une autorisation de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Sa mission consiste à garantir, pour les générations futures, un territoire propice à l’exercice et au développement des activités agricoles. Pour ce faire, elle se charge de l’application de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles. Cette loi précise que seule la CPTAQ peut autoriser une entreprise à utiliser une partie du territoire agricole à d’autres fins que l’agriculture ou à enlever du sol arable. Il en va de même pour la coupe d’arbres dans une érablière ou pour son usage à d’autres fins que la récolte de sève.

En juillet 2014, un arrêté ministériel fixant les conditions et obligations auxquelles sont subordonnés les travaux de recherche de pétrole, de gaz naturel et de réservoirs souterrains sur l'île d’Anticosti a été édicté par le gouvernement du Québec. Seuls des sondages stratigraphiques peuvent être réalisés en vertu de cet arrêté ministériel.

Recherche publique

Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines

Québec

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :