Language selection

Recherche

Ressources de schiste et de réservoirs étanches en Ontario

Un produit issu de la Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines

Ressources pétrolières et gazières en Ontario

  • S.O. BILLIONS DE PIEDS CUBES
    Gaz naturel techniquement récupérable
  • S.O. MILLIONS DE BARILS
    Pétrole brut techniquement récupérable
  • 0,01 MILLIARD DE PIEDS CUBES/JOUR
    Production totale de gaz naturel (2013
    • 0 MILLIARD DE PIEDS CUBES/JOUR
      Production totale de gaz de schiste et de réservoirs étanches (2013)
  • 0,001 MILLION DE BARILS/JOUR
    Production totale de pétrole brut (2013)
    • 0 MILLION DE BARILS/JOUR
      Production de pétrole de réservoirs étanches (2013)

Source:

  • Ressources estimatives : non disponibles
  • Production estimative : Office national de l'énergie (pourrait ne pas correspondre aux données provinciales en raison des méthodes différentes)

Géographie

Les schistes noirs de Collingwood et de la rivière Rouge de l'Ordovicien supérieur vont de leur affleurement, entre Pickering et Collingwood, au sous-sol du sud-ouest de l'Ontario, sous les strates paléozoïques plus récentes. On sait qu'il y a des unités équivalentes dans des blocs faillés dans l'est de l'Ontario et dans une petite région de la rivière Asheweig-Winisk, dans les basses terres de la baie d'Hudson. Des schistes noirs de la même période, comme les formations schisteuses de Mount Pleasant et d'Utica, sont assez répandus dans le nord-est des États-Unis et au Québec.

En Ontario, la présence des schistes noirs de la formation de Marcellus du Dévonien moyen est limitée à une petite région à proximité de Port Stanley. Cette unité passe sous le lac Érié et s'étend dans le nord-est des États-Unis.

La formation de Kettle Point du Dévonien supérieur repose sous le lac Érié et la région s'étendant de Chatham à Sarnia, dans le sud-ouest de l'Ontario. Des schistes noirs équivalents du Dévonien supérieur se trouvent dans le Michigan (formation schisteuse d’Antrim), en Ohio (formation schisteuse d’Ohio) et à l'échelle de l'est de l'Amérique du Nord. La formation de Long Rapids, un schiste noir équivalent dans le nord de l'Ontario, se trouve dans le sud des basses terres de la baie James.

Figure 1 : Carte montrant la localisation du schiste noir dans le sud de l’Ontario.

(En anglais seulement)
Imprimeur de la Reine pour l’Ontario ©. Reproduit avec permission.

Géologie

Les schistes noirs riches en matières organiques du Dévonien et de l'Ordovicien se trouvent dans le sud et dans l'extrême-nord de l'Ontario.

On considère que les schistes noirs de Collingwood et de la rivière Rouge de l'Ordovicien supérieur, dans le sud de l'Ontario, sont des équivalents des vastes formations de Mount Pleasant et d'Utica du nord-est des États-Unis. Le membre Collingwood (partie supérieure de la formation de Cobourg ou de Lindsay) est une pierre calcaire riche en matières organiques, fissile et à grains très fins. Il recouvre graduellement (interstratifié) du calcaire gris faible en matières organiques de la partie inférieure de la formation de Cobourg (ou de Lindsay) sous-jacente. L'épaisseur du membre Collingwood atteint jusqu'à 10 mètres. Cependant, il s'amincit rapidement vers le sud-ouest. Le carbone organique total (COT) de cette unité atteint jusqu’à 7 p. 100.

Le membre Collingwood est recouvert, avec une discordance de ravinement apparente, de schistes non calcaires, riches en matières organiques et de couleur brune à noire du membre de la rivière Rouge (partie inférieure de la formation de Blue Mountain). Le COT du membre de la rivière Rouge atteint jusqu'à 3 p. 100. Il a une épaisseur d'un maximum de 50 mètres. On trouve cette unité à une profondeur d'un maximum de 1 kilomètre dans le sud-ouest de l'Ontario. Le membre de la rivière Rouge est graduellement recouvert de schistes gris de la formation supérieure de Blue Mountain.

Des unités équivalentes des membres Collingwood et de la rivière Rouge, le membre Eastview (formation de Lindsay) et la formation de Billings respectivement, se trouvent dans de petits blocs faillés dans l'est de l'Ontario. On considère que la pierre calcaire noire, riche en matières organiques et à grains fins de la formation de Boas River est l'équivalent du membre de Collingwood. Elle se trouve dans une petite région des basses terres de la baie d'Hudson.

Les schistes noirs de la formation de Marcellus du Dévonien moyen se trouvent dans le sous-sol peu profond d'une petite région de la rive nord du lac Érié et sous ce lac. C'est la limite d'érosion de la formation de Marcellus qui s'étend sur une grande superficie dans le nord-est des États-Unis.  

La formation de Kettle Point du Dévonien supérieur est principalement constituée de schistes noirs riches en matières organiques dont le COT atteint un maximum de 15 p. 100. C'est l'équivalent de vastes gisements de schiste noir connus à l'échelle de l'est de l'Amérique du Nord. La formation de Kettle Point repose en discordance sur des schistes gris et du calcaire du groupe de Hamilton du Dévonien moyen. Il s’agit principalement d’une strate subaffleurante sous les sédiments de l'ère quaternaire (glaciale) à des profondeurs atteignant, en moyenne, environ 35 mètres. Cependant, cette profondeur peut atteindre 150 mètres. Près de Sarnia, elle est recouverte par des schistes gris et du grès du groupe de Port Lambton. La formation de Kettle Point a une épaisseur maximale de 105 mètres. Cependant, son épaisseur moyenne est seulement de 30 mètres.

Les schistes noirs du Dévonien supérieur de la formation de Long Rapids, qui équivalent à la formation de Kettle Point, se trouvent dans le bassin de la rivière Moose des basses terres de la baie James.

Exploration et production

Il n'y a aucune activité d'exploitation du gaz ou de pétrole de schiste en Ontario. Aucune demande d'exploration n'a été présentée à cet effet.

Réglementation

Actuellement, les activités d'exploration et d'exploitation du pétrole et du gaz naturel en Ontario sont réglementées par la Loi sur les ressources en pétrole, en gaz et en sel, le Règlement 245/97, et les normes d'exploitation provinciales. La disposition des droits pétroliers et gaziers appartenant à la province est gérée en vertu de la partie IV de la Loi sur les mines (règlement 263/02). Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario est chargé de la réglementation des activités d'exploration et d'exploitation du pétrole et du gaz naturel dans la province.

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts n'approuverait aucune demande visant le recours à la fracturation hydraulique à volume élevé, sauf si les règlements sont renforcés pour protéger la population et l'environnement.

Toute amélioration apportée aux règles de l’Ontario afin de réglementer adéquatement l'exploitation des ressources de schiste ferait tout d'abord l'objet de consultations appropriées auprès des intervenants, des collectivités autochtones et de la population.

Recherche publique

La Commission géologique de l'Ontario, au sein du ministère du Développement du Nord et des Mines, a réalisé une étude sur le terrain du substrat rocheux dans le sud de l'Ontario, afin d'évaluer la possibilité qu'il renferme du gaz, et de caractériser ce gaz. Cette étude a pour objectif de pouvoir mieux comprendre le lien naturel entre les formations de schiste en Ontario et les répercussions éventuelles sur la qualité de l'eau souterraine dans le sud de l'Ontario.

Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :