Carburants de l'avenir et leurs émissions

Nous utilisons de plus en plus des carburants non conventionnels à base de pétrole. Par conséquent, une vision claire des besoins futurs en carburants facilitera grandement la valorisation et le raffinage ultérieur d'hydrocarbures non conventionnels afin d'obtenir un produit final destiné aux technologies futures des moteurs qui réduira de manière importante les émissions atmosphériques produites. Les chercheurs de CanmetÉNERGIE étudient les questions posées par les émissions en amont dues au pétrole et au gaz naturel afin de développer une capacité de détection, de quantification et de réduction des émissions atmosphériques de substances toxiques, des principaux contaminants atmosphériques et de gaz à effet de serre. La recherche sur des sujets comme le torchage, l'inefficacité des procédés et les émissions fugitives prend de l'expansion en incluant la production de pétrole lourd et de sable bitumineux, et les technologies de valorisation. En commençant par une évaluation de l'impact sur la qualité de l'air des technologies pour les sables bitumineux, l'évaluation du cycle de vie constitue un outil utilisé pour orienter la recherche vers une technologie nouvelle et plus efficace pour la production de carburants pour le transport à partir des sables bitumineux et du pétrole lourd. Il est critique de centrer la recherche sur la chimie des hydrocarbures afin de fournir les bases scientifiques pour les technologies du traitement du pétrole lourd appliquées aux ressources canadiennes et d'avoir une compréhension fondamentale des carburants. Cette recherche, associée à la R-D sur la combustion de pointe, permettra d'améliorer la qualité de l'air. L'objectif de ces travaux est de fournir des options de science et technologie pour un développement responsable et durable des ressources énergétiques du Canada appliqué au transport et à la mobilité personnelle. La demande mondiale en énergie primaire pourrait croître de plus de 50 % entre 2005 et 2030 (11 à 17 milliards de tonnes d'équivalent de pétrole), 20 % de cette croissance de la demande servant à satisfaire les besoins du transport (rapport World Energy Outlook 2007 [PDF, 7 Mo] de l'Agence International de l'Énergie [AIE])(disponible en anglais seulement). Parallèlement, cet accroissement de la demande en énergie signifie que les émissions totales de CO2 pourraient aussi augmenter de 57 % d'ici 2030 selon le scénario de référence de l'AIE. Le pétrole reste le carburant le plus important dans ce marché global de l'énergie, la demande en pétrole passant de 84 millions de barils par jour (mb/j) en 2005 à 99 mb/j d'ici 2015 et à 116 mb/j d'ici 2030. Les carburants liquides dérivés du pétrole restent le principal vecteur d'énergie pour le marché mondial du transport. La production totale de pétrole au Canada en 2005 était de 2,5 mb/j, les sables bitumineux ne contribuant que pour un peu plus de 1,0 mb/j. L'industrie dynamique des sables bitumineux du Canada est en croissance rapide. On prévoit que la production de carburant à partir des sables bitumineux sera supérieure à 3,0 mb/j d’ici 2015 et, potentionnellement, 5,0 mb/j d'ici 2030. Pendant cette même période, la production classique de pétrole au Canada sera en léger déclin. Le développement des sables bitumineux est presque entièrement consacré à la production de carburants liquides pour le transport pour le marché nord-américain. Pour de plus amples renseignements sur les carburants de l'avenir pour le transport dérivés de sources d'hydrocarbures non conventionnelles, veuillez consulter le document intitulé « Roadmap Workshop on Nonpetroleum-based Fuels and Advanced Combustion Research » (PDF, 18 Mo) (disponible en anglais seulement). Géré par CanmetÉNERGIE au centre de recherche de Devon (Alberta).