Imaginons les collectivités canadiennes en l’an 2050

Version PDF | Suivant

Nous sommes en l’an 2050. Toutes les collectivités du Canada profitent des retombées des Solutions énergétiques intégrées pour les collectivités (SEIC) qu’elles mettent en œuvre systématiquement depuis les 40 dernières années. Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont su créer un milieu qui y soit favorable, et les administrations municipales, les promoteurs et les autres intervenants en ont profité pour effectuer rapidement leur mise en œuvre. Par une approche intégrée de l’approvisionnement et de la demande en énergie, les collectivités d’un océan à l’autre, grandes et petites, ont atteint un très haut niveau de rendement énergétique. Ces réalisations se sont avérées essentielles au respect des engagements du Canada, pris aux niveaux fédéral, provincial et territorial, en matière de changements climatiques et d’efficacité énergétique, ce qui a donné lieu à des collectivités exceptionnellement attrayantes pour les Canadiens qui y vivent et y travaillent.

Dans cette vision de 2050, des collectivités de toutes tailles ont adopté une approche intégrée et holistique relativement à l’approvisionnement et à la demande en énergie. On met beaucoup l’accent sur l’efficacité énergétique et l’énergie propre, qui sont complètement intégrées à la façon dont les collectivités sont planifiées, conçues, bâties, gérées et revitalisées. Il en ressort que les municipalités et leurs citoyens ont bénéficié d’importantes retombées économiques, environnementales et sociales. Des occasions alléchantes ont attiré des investissements du secteur privé. Le cadre de gouvernance appuie les SEIC à tous les niveaux.

Les collectivités sont également plus fortes. La réduction des dépenses en énergie fait en sorte que davantage de fonds demeurent dans l’économie locale. Des services locaux efficaces améliorent le rendement financier, et les résidants jouissent d’une meilleure qualité de vie. Les collectivités de plus en plus attrayantes attirent l’industrie et le commerce.

En 2050, les collectivités font un meilleur usage des sources d’énergie locales, de l’énergie renouvelable disponible sur place, de la chaleur résiduelle et des déchets organiques, permettant une utilisation optimale des réseaux d’énergie propre élargis. Souvent, les réseaux énergétiques de quartier distribuent de l’énergie thermique pour le chauffage et la climatisation, alors que des réseaux électriques intelligents gèrent l’approvisionnement et la demande en énergie au niveau local. Des systèmes de stockage de l’énergie contribuent à équilibrer les variations de l’approvisionnement et de la demande en matière de chauffage, de climatisation et d’électricité.

photo aérienne de maisons d'habitation avec des panneaux solaires sur leurs toits.

L'énergie solaire chauffe des maisons à haut rendement énergétique au moyen de capteurs solaires, d'un stockage thermique saisonnier et d'un système de chauffage communautaire. (Communauté à énergie solaire Drake Landing, Okotoks, Alberta)

 

Les entreprises industrielles, commerciales et agricoles locales adoptent une approche intégrée de l’énergie, tant dans leurs propres activités qu’auprès de la collectivité. En tant que consommatrices d’énergie, les entreprises tirent profit de la chaleur résiduelle, utilisent des carburants renouvelables propres, et elles profitent également des occasions d’affaires en tant que productrices d’énergie.

La quantité de déchets est réduite grâce à l’utilisation à grande échelle de produits réutilisables et aux vastes programmes de récupération. Les déchets organiques provenant des ménages et des entreprises commerciales et agricoles locales, sont recueillis, convertis en biogaz, injectés dans le réseau de distribution de gaz et utilisés comme carburant pour coproduire de la chaleur et de l’électricité de même que pour le transport. Les déchets résiduels sont utilisés pour produire de l’énergie, lorsque c’est possible.

Dans les collectivités de demain, l’orientation des rues, de même que l’emplacement et la conception des bâtiments, sont coordonnés pour permettre l’intégration de technologies d’énergie renouvelable actives et passives. Grâce à une bonne conception et à des rénovations efficaces, les bâtiments de toutes les époques tirent parti des plus récentes technologies qui favorisent l’efficacité énergétique et qui intègrent les technologies d’énergie renouvelable. Ils sont revêtus d’un isolant thermique à haut rendement et reliés aux systèmes énergétiques communautaires au besoin. Les résidants et les gestionnaires des immeubles ont accès à des systèmes de surveillance en temps réel, afin d’optimiser leur utilisation de l’équipement et leur interface avec les systèmes énergétiques de quartier et les réseaux électriques.

Les membres des collectivités ont accès à des moyens de transport sécuritaires, efficaces et fiables, et utilisent celui qui correspond le mieux à leurs besoins. Dans les plus petites collectivités et le milieu rural, le centre de la ville se prête à la marche et au cyclisme. De plus, le covoiturage et le système de mininavettes sont bien organisés et la présence de véhicules à carburant de remplacement est chose commune. Dans les collectivités plus peuplées, les résidants se déplacent à l’intérieur des quartiers, ou d’un quartier à l’autre, en empruntant divers moyens de transport. Pour les trajets plus courts, les sentiers piétonniers et les pistes cyclables rejoignent facilement des stations à pivot multimodales pour accéder au transport en commun. Dans la planification urbaine, on prévoit concentrer les bâtiments et les industries en un noyau, de façon à ce qu’ils soient facilement accessibles au transport en commun. Les stations de ravitaillement en carburant et de réalimentation pour les véhicules fonctionnant à l’énergie propre sont bien situées. La collectivité rend les biens et les services facilement accessibles localement et garde ses espaces publics vivants et accessibles.

l'image des bâtiments dans le centre-ville de Dartmouth en Nouvelle-Écosse

La climatisation d'air pour les immeubles à bureaux est fournie par de l'eau de mer froide renouvelable, alliée à un stockage du froid dans la masse rocheuse souterraine. La voûte de géoénergie permet aux visiteurs de voir et de découvrir un système qui, autrement, serait caché. (Projet énergétique Alderney 5, Dartmouth, Nouvelle-Écosse)

 

Dans les collectivités de l’an 2050, les gens prennent des décisions éclairées en matière d’énergie, c’est-à-dire qu’elles sont bonnes pour eux et pour la planète. Une main-d’oeuvre avertie est appuyée par les outils, les renseignements, les politiques, les programmes et les règlements dont elle a besoin. Des planificateurs, des architectes, du personnel communautaire, des promoteurs et des chefs d’entreprise évaluent, conçoivent et mettent en œuvre des SEIC qui sont logiques du point de vue économique et social.

Les administrations locales coordonnent la mise en oeuvre des SEIC en s’appuyant sur de solides analyses de rentabilisation pour leurs propres activités, et sur des avantages à long terme pour la collectivité. Elles sont appuyées par des politiques et des programmes fédéraux, provinciaux et territoriaux, qui sont coordonnés de façon à favoriser une planification énergétique à long terme. On établit des objectifs énergétiques communautaires afin d’assurer des retombées et de contribuer à l’atteinte des objectifs en matière de réduction de la consommation d’énergie et des émissions atmosphériques au niveau national, provincial et territorial. Les modèles de gestion établis offrent des avantages aux investisseurs du secteur privé.

l'image de la construction du centre communautaire de l'énergie dans le comté de Strathcona, en Alberta

Des appareils générateurs de chaleur sont installés dans le centre énergétique communautaire pour desservir des immeubles résidentiels et administratifs locaux. (Centre in the Park, comté de Strathcona, Alberta)

 

Les règlements en matière d’utilisation du sol favorisent les formes de collectivité appropriées, ainsi qu’un développement diversifié permettant un accès facile aux transports en commun, alors que l’évaluation de la valeur des propriétés reflète leur rendement énergétique. Les promoteurs appuient leurs demandes sur des études d’énergie démontrant une efficacité interne et une intégration énergétique communautaire. Les administrations locales misent sur les investissements dans les infrastructures pour améliorer le rendement énergétique communautaire. Dans les plus grandes collectivités, les administrations locales disposent de l’expertise nécessaire à l’interne pour assurer le bon développement des SEIC. Les petites localités et les localités rurales et éloignées ont accès à des organismes de services et à des experts qui comprennent leurs besoins et qui peuvent appuyer les employés, peu nombreux, mais bien informés.

La surveillance et la production efficaces de rapports en matière de rendement permettent de fournir des données complètes et à jour sur l’énergie aux concepteurs et aux décideurs. Des normes sur les technologies intégrées favorisent le vaste déploiement de solutions efficaces. Une réglementation et des modèles de gestion appuient les technologies établies, ainsi que la démonstration, la validation et la commercialisation de nouvelles technologies, préparant le terrain pour la prochaine génération de SEIC.

Par suite de cette application durable et systématique des SEIC, les collectivités canadiennes comptent parmi les endroits du monde où la qualité de vie est la meilleure. Leurs résidants jouissent d’un milieu sain, d’une économie concurrentielle, d’une énergie propre, fiable et abordable et de services communautaires efficaces. Les SEIC ont aidé les municipalités à devenir plus solides au point de vue financier, ont permis aux entreprises de devenir plus concurrentielles et ont soutenu le Canada dans l’atteinte des objectifs fédéraux, provinciaux et territoriaux en matière d’efficacité énergétique et de changements climatiques.

On reconnaît que cette vision de l’an 2050 pourrait ne pas s’appliquer à la grandeur de toutes les collectivités. Mais d’ici 2050, les concepts des SEIC pourraient être bien établis et leurs retombées bien connues. Chacune des collectivités, nouvelles et existantes, pourrait adapter ces concepts à sa propre situation et les utiliser pour orienter sa planification et ses activités. Bien que les collectivités puissent chacune évoluer à leur propre rythme, nombre de mesures progressives peuvent d’ores et déjà être entreprises en vue de concrétiser cette vision.

Précédent | Table des matières | Suivant