Données de référence et pratiques exemplaires destinées aux établissements de soins généraux et aux établissements de soins prolongés : Guide à l'intention des gestionnaires de l' énergie et des administrateurs financiers

Données de référence et pratiques exemplaires destinées aux établissements de soins généraux et aux établissements de soins prolongés :

Guide à l'intention des gestionnaires de l' énergie et des administrateurs financiers

Veuillez noter :

Il est possible que cette publication réfère à des programmes qui ne sont plus disponible. Pour les renseignements courants, veuillez visiter écoÉNERGIE ou contacter-nous.

Table des matières

1.0 Introduction

2.0 Gestion de l'énergie

3.0 Consommation d'énergie dans les établissements de santé

4.0 Données de référence

5.0 Ééconomie d'énergie signifie économie d'argent

6.0 Pratiques exemplaires

7.0 Études de cas


1.0 Introduction

Le Guide vise à permettre aux gestionnaires de l'énergie, aux administrateurs financiers ainsi qu'à tous les responsables de la consommation d'énergie des établissements de soins généraux et des établissements de soins prolongés de comparer leur rendement énergétique actuel avec celui d'établissements du même type. Le guide peut aussi être un outil pour les administrateurs ou pour tout individu œuvrant plus ou moins directement dans l'administration des établissements de santé.

On y jette également un coup d'oeil sur les pratiques exemplaires d'utilisation rationnelle de l'énergie dans les établissements de santé.

L'objectif de ce guide est d'encourager le secteur de la santé à s'engager dans l'utilisation rationnelle de l'énergie en lui fournissanté de l'information sur l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie.

Dans une large optique, le but de ce guide est d'appuyer l'Initiative des Innovateurs énergétiques, un programme de l'Office de l'efficacité énergétique de Ressources Naturelles Canada, dans son mandat de promouvoir l'efficacité énergétique comme moyen de réduire les missions de gaz à effet de serre qui contribuent au changement climatique.

Ce guide aborde deux catégories d'établissements 

  • les soins généraux;
  • les soins prolongés.

2.0 Gestion de l'énergie

Le but de la gestion de l'énergie est d'assurer que la consommation d'énergie et les coûts affrents se situent au plus bas niveau possible, tout en maintenant un confort, un service et une productivité de qualité optimale. Les avantages liçs à l'amélioration de la gestion de l'énergie comprennent notamment 

  • l'amélioration du confort;
  • la réduction des coûts d'exploitation et d'entretien;
  • la réduction des pannes de systèmes et d'quipements;
  • l'augmentation de la valeur du bâtiment;
  • l'amélioration de la productivité de l'équipement et du personnel;
  • l'augmentation de la durée de vie de l'équipement et du bâtiment;
  • la réduction de la consommation d'énergie;
  • l'amélioration de la performance environnementale.

2.2 Pourquoi faut-il analyser la consommation d'énergie?

Analyser la consommation et les tendances énergétiques permet de cerner les secteurs d'inefficacité dans votre établissement pour ensuite élaborer et mettre en place un plan de gestion de l'énergie visanté un meilleur rendement et une réduction des coûts.

Une premire étape vers la réalisation d'un plan de gestion de l'énergie consiste à déterminer la consommation énergétique de base. Cela signifie qu'il faut répertorier l'utilisation de l'énergie par secteur ainsi que le taux d'utilisation, pour ainsi repérer les zones de gaspillage et finalement établir les mesures d'économie d'énergie possibles.

Lorsque nous entreprenons ce type d'exercice, il est pertinent de bien comprendre les tendances du secteur d'activité dans lequel nous œuvrons et de déterminer les modèles à suivre permettant de se fixer des objectifs de rendement optimal. Les données de référence et les pratiques exemplaires présentées dans ce guide sont tirées d'un sondage, effectué en 1998, dans des établissements du secteur de la santé partout au Canada, par l'Initiative des Innovateurs énergétiques et le Collège canadien des directeurs de services de santé.

2.3 Incidence économique de l'efficacité énergétique

Le rendement énergétique d'un établissement a un impact important sur son résultat net. Si des sommes sont gaspillées en raison de l'inefficacité énergétique, la situation financière globale du service de santé s'en trouvera diminuée.

Le rendement énergétique d'un établissement est également trs li à l'environnement intérieur du bâtiment et à la qualité de l'air, donc au confort et à la productivité de ses occupants.

2.4 Paramètres influenant la consommation d'énergie dans les établissements de santé

Voici quelques-uns des paramètres primaires ayant un impact sur la consommation d'énergie dans les établissements de santé 

  • les sources d'énergie utilisées (gaz naturel, charbon, hydroélectricité);
  • la superficie de l'établissement;
  • l'âge de l'établissement;
  • l'horaire de fonctionnement;
  • le climat;
  • les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC);
  • le budget alloué à la gestion de l'énergie.

D'autres paramètres secondaires ont également un impact sur la consommation d'énergie dans un établissement de santé 

  • les types d'équipement et de services sur place, notamment
    • cuisines
    • buanderies
    • incinérateurs
    • unités de soins aux brûlés
    • laboratoires
    • services d'urgence
    • équipement hospitalier
  • l'enveloppe du bâtiment (incluant les fenêtres);
  • le type et niveau d'éclairage.

3.0 Consommation d'énergie dans établissements de santé

Les données contenues dans ce guide sont basées en partie sur un sondage effectué en 1998 auprès d'établissements de santé un peu partout au Canada. Des 879 établissements consultés, les données quantitatives proviennent de 222 établissements. Les données additionnelles proviennent d'entretiens avec des représentants de diverses régions et des administrateurs d'établissements privés.

Les graphiques ci-dessous reposent sur les résultats du sondage et illustrent quelques-unes des données de base d'établissements existants du secteur de la santé au pays.

Figure 1. Rpartition de la consommation d'énergie dans les établissements de santé

Figure 2. Rpartition de la superficie des bâtiments des établissements de santé

Figure 3. Rpartition de l'ge moyen des établissements de santé

3.2 Habitudes de consommation d'énergie des établissements de soins généraux et des établissements de soins prolongés (modèlisées)

La consommation d'énergie des établissements de soins généraux et des établissements de soins prolongés a été déterminée à l'aide d'un logiciel de modélisation.

Les figures 4 et 5 illustrent la répartition de la consommation d'énergie globale ainsi que la répartition de l'intensité d'utilisation finale pour ces installations.

Figure 4. Rpartition de la consommation d'énergie d'un établissement de soins généraux

Figure 5. Rpartition de la consommation d'énergie d'un établissement de soins prolongés

4.0 Données de référence

4.1 Qu'entend-on par à données de référence ?

Les données de référence permettent aux organisations d'évaluer la qualité de leur rendement et de leurs habitudes en matière de consommation d'énergie et de les comparer avec des établissements et organisations similaires, selon des normes de rendement spécifiques.

Les données de référence en matière de gestion de l'énergie comparent la consommation d'énergie annuelle d'un établissement avec celle d'établissements similaires. Les données de référence peuvent aider dans les situations suivantes 

  • donner un aperu du rendement d'un établissement en comparaison avec un rendement moyen ou supérieur ;
  • établir des tendances, valuer le rendement antérieur et extrapoler les activités et opérations futures;
  • établir les améliorations souhaitées et les objectifs à atteindre afin de réduire les risques plus facilement et de façon efficace;
  • motiver les intervenants de l'établissement afin d'améliorer le rendement énergétique de l'installation;
  • démontrer le lien entre des facteurs spécifiques (la force motrice) et le rendement énergétique;
  • faciliter la détermination des modifications requises au niveau de l'exploitation sans toutefois s'adonner à une tâche de vérification trop exhaustive;
  • diffuser toute cette information simplement de sorte qu'elle puisse être facilement comprise aussi bien par les techniciens que par les administrateurs de l'établissement.

4.2 Calcul des données de référence pour votre établissement

De bonnes données de référence consistent en une quantification de l'énergie en termes d'intensité énergétique (c.-à-d. unités d'énergie consommée par unité de surface de plancher par année). Malgré les limites que ces valeurs peuvent représenter pour un établissement pris dans son ensemble, elles peuvent être une première approche utile pour comparer son rendement avec celui d'autres établissements.

Le tableau 1 et les instructions qui suivent vous permettent de calculer les données de référence de votre établissement.

Tableau 1. Table de conversion
Source d'énergie Conversion équivalent kWh (kWhe)
lectricit kWh x 1 = ________ kWhe
Gaz naturel m3 x 10,33 = ________ kWhe
  GJ x 277,78 = ________ kWhe
Vapeur kg x 0,154 = ________ kWhe
Propane litres x 7,09 = ________ kWhe
Mazout no 2 litres x 10,74 = ________ kWhe
Mazout no 6 litres x 11,25 = ________ kWhe
Diesel litres x 10,74 = ________ kWhe
Bois tonnes x 3876,70 = ________ kWhe
Essence litres x 9,63 = ________ kWhe

4.3 Barmes des données de référence

Les barmes des données de référence ci-dessous ont été tablis à partir de l'information provenant des sondages de consommation d'énergie effectus dans le secteur de la santé ainsi que d'établissements modèles créés à l'aide d'un logiciel de simulation.

Données sur la consommation d'énergie pour les établissements de santé existants (soins généraux et soins prolongés)
Consommation d'énergie

Figure 6. Données sur la consommation d'énergie en fonction de l'ge de l'établissement (soins généraux et soins prolongés)

Figure 7. Données sur la consommation d'énergie en fonction du type d'tablissement

Figure 8. Données sur la consommation d'énergie en fonction de la superficie de l'établissement

Cots énergétiques

Figure 9. Données sur les coûts énergétiques en fonction de l'ge de l'établissement (Soins généraux et prolongés)

Figure 10. Données sur les coûts énergétiques en fonction du type d'tablissement

Figure 11. Données sur les coûts énergétiques en fonction de la superficie de l'établissement

5.0 économie d'énergie signifie économie d'argent

Une fois que vous aurez compar la consommation d'énergie de votre établissement aux données de référence, vous aurez une bonne ide du rendement de votre établissement, comparativement aux autres. Cette analyse vous aidera à repérer les lacunes et à cerner les sources possibles d'amélioration du rendement énergétique de votre organisation.

En vous fondant sur ces résultats, vous serez en mesure de réaliser une stratégie afin d'augmenter le niveau d'efficacité énergétique de votre organisation. Votre projet devrait comprendre une gamme de mesures, notamment des investissements de capitaux et des initiatives à faibles coûts ou sans coûts.

Des initiatives à faibles coûts ou sans coûts constituent un élément important d'une stratgie d'économie d'énergie. Les importantes économies d'argent qu'elles génèrent peuvent constituer le moyen le plus efficace de convaincre l'administration de votre établissement de mettre sur pied des mesures à forte intensité de capital.

Afin de vous aider à amorcer votre projet et à convaincre l'administration de la mise en œuvre d'améliorations vous permettant d'conomiser de l'énergie, le tableau 2 numre le taux de récupération prévu pour l'achat d'équipement à haut rendement énergétique.

La première colonne indique la période de récupération de l'investissement telle qu'elle est définie ci-dessous 

Valeur du projet
_______________

Coût du projet

Le cycle de vie représente la durée de vie (en années) de l'équipement requis dans la mise en œuvre de votre projet de conservation d'énergie.

Par exemple, si votre organisation fait l'achat d'un système d'éclairage à haut rendement énergétique d'une valeur de 15 000 $, et que ce système garantit une économie d'énergie de 3 000 $ par année, votre période de récupération serait de cinq ans. Si votre système d'éclairage était muni d'un cycle de vie de 10 ans, votre taux de rendement interne serait de 15 p. 100 ou l'équivalent d'un rendement de 15 p. 100 sur votre investissement.

Tableau 2. Taux de rendement interne (%)
Période de
récupération
(années)
Cycle de vie (années)
  1 2 3 4 5 10 15
  Taux de rendement interne (%)
1 0 62 84 93 97 100 100
2   0 23 35 41 49 50
3     0 13 20 31 33
4       0 8 21 24
5         0 15 18
6           10 15
7           7 12
8           4 9
9           2 7
10           0 6

6.0 Pratiques exemplaires

6.1 Qu'entend-on par à pratiques exemplaires ?

Dans toute comparaison de données de référence, les établissements présentant la consommation énergétique la plus faible ou non loin de la plus faible définissent, en théorie, les établissements ayant adopté des pratiques de fonctionnement exemplaires.

L'expression à pratiques exemplaires à désigne les solutions prouvées par l'industrie en matière d'amélioration du rendement. Le Code modèle national de l'énergie pour les bâtiments (CMNB) du Conseil national de recherches du Canada établit des normes de pratiques exemplaires pour améliorer l'efficacité énergétique dans les nouveaux bâtiments au pays. Le CMNB établit des normes minimales d'efficacité énergétique pour la construction de bâtiments commerciaux au Canada.

Le Programme d'encouragement pour les bâtiments commerciaux (PEBC), géré par l'Office de l'efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada, offre des appuis financiers pour la mise en application de mesures d'efficacité énergétique lors de la conception de nouveaux bâtiments. Afin d'être admissible à cette initiative, un bâtiment doit avoir un rendement de 25 p. 100 supérieur aux exigences requises par le CMNB en matière d'efficacité énergétique.

Dans ce guide, les pratiques exemplaires définissent des mesures qui, lorsqu'elles sont bien appliquées, conduisent à des réductions de la consommation énergétique réalisables en respectant le budget de l'établissement.

6.2 Pratiques exemplaires visanté l'amélioration du rendement énergétique dans les établissements de soins généraux et dans les établissements de soins prolongés

Améliorer les caractéristiques de l'enveloppe du bâtiment

La plupart des améliorations à l'enveloppe d'un bâtiment sont plus économiques lorsqu'elles font partie d'un projet de nouvelle construction ou de modification du bâtiment.

  • Augmenter le niveau d'isolation du bâtiment lors d'autres projets de construction (par exemple, nouvelle construction, rnovation de la toiture).
  • Vérifier l'isolation afin de s'assurer qu'il n'y a ni condensation ni infiltration d'eau.
  • Isoler l'entretoit.
  • Calfeutrer les cadres des fenêtres et des portes.
  • Installer des fenêtres à double ou triple vitrage, de préférence du verre faible missivit (V.F.E.).
  • Installer des portes automatiques dans les secteurs où l'ouverture des portes extérieures est fréquente.
  • Installer un rideau de plastique à l'intérieur de l'entrée des fournisseurs.
Améliorer la conception de l'éclairage et son efficacité
  • Installer des appareils d'éclairage à haute efficacité énergétique.
  • Installer des appareils munis de commandes d'éclairage et de détecteurs de présence dans les endroits réservés au personnel de l'établissement.
  • Remplacer l'éclairage incandescent par des lampes fluorescentes compactes.
  • Favoriser l'éclairage naturel à l'intrieur de l'établissement.
  • Changer les indications de sortie incandescentes pour des diodes électroluminescentes (DEL).
  • Utiliser des lampes aux halognures métallissé ou au sodium à l'extérieur.
Améliorer l'efficacité des systèmes de CVC

Étant donné que le chauffage constitue une des plus importantes dépenses énergtiques dans les établissements de soins généraux, c'est donc le principal secteur où des économies d'énergie sont envisageables.

  • Installer des chaudières à condensation à haute efficacité.
  • Assurer la récupération de l'air chaud par un ventilateur hélicodal à haut rendement. Cette mesure est d'autant plus efficace que l'établissement fonctionne 24 heures sur 24.
  • Prendre en considération les sources d'énergie de remplacement, telles que les pompes géothermiques.
  • Installer des refroidisseurs de haute efficacité.
  • Réquilibrer, réduire et programmer les alimentations et les reprises d'air ainsi que l'approvisionnement en air provenant de l'extérieur. Éliminer le surdimensionnement en recourant le moins possible au système de CVC.
  • Éliminer le surdimensionnement des pompes sur les réseaux d'eau chaude, d'eau froide et de glycol.É liminer autant que possible les pompes secondaires de suralimentation.
  • Convertir les boîtes de mélange d'un volume constant à un volume variable.
  • Ajouter une commande numérique directe aux thermostats et au système d'éclairage.
  • Installer des entraînements à fréquences variables sur les plus gros moteurs.
  • Convertir l'humidification de type lavage par l'air en celle à vapeur.
  • Combiner les systèmes de vapeur l o c'est possible.
  • Éliminer le système de refroidissement à expansion directe (c.-à.-d. ajouter des tours de refroidissement).
  • Utiliser les condenssé vapeurs pour préchauffer l'eau chaude.
  • Maximiser le refroidissement gratuit.
  • Récuprer les pertes de chaleur de l'incinérateur à l'aide d'un récuprateur de chaleur installé indpendamment de l'incinérateur.
Gestion de l'eau et des égouts

Des économies substantielles peuvent être ralises en appliquant des principes de conservation.

  • Donner à la sous-traitance la lessive de l'établissement.
  • Planifier l'arrosage du terrain.

7.0 Études de cas

Cette section présente diverses études de cas de mise en œuvre de mesures d'efficacité énergétique dans plusieurs établissements du secteur de la santé au Canada.

7.1 Premire étude de cas  Walter C. Mackenzie Health Sciences Centre, Edmonton (Alberta)

Vue d'ensemble
  • Le bâtiment, achevé en 1986, a coûté 900 millions de dollars. À l'heure actuelle, 100 millions de dollars sont alloués divers projets en cours, notamment la construction d'une nouvelle aile pour l'urgence.
  • L'établissement a un budget annuel de 5,7 millions de dollars alloué l'énergie.
  • Le but est de réduire la consommation d'énergie pour l'année 2002 un niveau de 15 p. 100 inférieur celui de 1999.
  • La plupart des modifications requises dans l'établissement sont dues aux progrès de la médecine et l'utilisation accrue des appareils, notamment le diagnostic par l'imagerie résonance magnétique.
  • Une particularité unique de l'immeuble est sans nul doute un espace libre entre les étages, réservé aux équipements électromécaniques. On a utilisé des poutres treillis de 2,5 m (8 pi) de haut pour construire les planchers et cette accessibilité facilite la restauration du bâtiment.
Systèmes énergétiques et améliorations
Gestion d'ensemble des installations
  • Les devis directeurs doivent tenir compte de l'efficacité énergétique.
  • Les projets pilotes sont utilisés afin de démontrer qu'une nouvelle technologie est réalisable avant d'être mise en application sur une grande échelle.
  • La reconnaissance des bonnes idées constitue un élément convaincant auprès des cadres supérieurs ainsi que des employés.
  • L'attention de l'organisation sur la consommation d'énergie devient facile lorsqu'on présente les factures associées aux périodes de grande consommation de l'établissement.
  • Un personnel bien formé et motivé est nécessaire au succès d'un programme d'efficacité énergétique.
Éclairage
  • Les appareils d'éclairage ont été modifiés par l'utilisation de tubes T-8 de 0,6 m sur 0,9 m (2 pi sur 3 pi) et de réflecteurs.
  • 9 000 appareils d'éclairage sur 40 000 ont été modifiés.
Enveloppe du bâtiment
  • Les cages d'escalier ont de nouveau été isolées et calfeutrées.
  • Les fenêtres du bâtiment principal ainsi que celles de l'atrium doivent encore être calfeutrées.
  • L'atrium comprend un puits de lumière en forme de demi-cylindre de verre légèrement teint. Toute modification de cette structure entraînerait probablement des coûts exorbitants.
Équilibrage des systèmes
  • Depuis 1994, les installations pour l'eau et l'air ont été équilibres de nouveau grâce un projet continu. Les débits ont été réduits considérablement.
  • La pression statique initiale dans les conduits était de 800 Pa; les normes sont maintenant d'environ 500 Pa le jour et 200 Pa la nuit.
Commande numérique directe des boîtes de mélange
  • Ce bâtiment a été construit en deux tapes  la phase I comprend un système double canalisation et la phase II utilise un système à l'air à volume variable avec réchauffage.
  • Il y a 2 000 boîtes de mélange, dont 1 550 sont encore contrôlées au moyen d'un pneumatique et 450 ont été équipes d'une commande numérique directe.
Entraînements à fréquence variable sur les ventilateurs de reprise
  • L'installation d'entraînements à vitesse variable sur les ventilateurs et les moteurs des pompes s'est révélée un grand succès.
  • Les ventilateurs d'alimentation actuels sont munis de pales à pas variable permettant d'atteindre une haute efficacité sur une vaste plage d'opération. Les ventilateurs de reprise munis de pales directionnelles variables ont été remplacés par un mécanisme d'entraînement à fréquence variable.
  • Les entraînements à vitesse variable ont été installés afin de régulariser le débit et peuvent êtres installés sur les moteurs à courant alternatif standard.
Débit des pompes des dispositifs à eau glace
  • Après évaluation et rajustement des débits des colonnes montantes et des serpentins, on a conclu que toutes les pompes secondaires pouvaient être retirées.
  • Ceci a permis d'enlever 28 pompes d'appoint, une dans chaque unité de transport d'air, dont la puissance variait de 7 à 15 cv.
Entraînements à fréquence variable sur les pompes de chauffage primaires, les pompes à eau refroidie et les pompes à glycol
  • Après évaluation et rajustement de tous les débits des colonnes montantes et des serpentins, on a conclu que la capacité des pompes primaires était beaucoup trop élevée. Par exemple, le système au glycol alimentait deux pompes de 7,5 cv et ce, continuellement. Aujourd'hui, le système fonctionne avec un moteur de 7,5 cv à entraînement à fréquence variable.
De l'humidification par lavage à l'air à l'humidification par injection de vapeur
  • Dans chacune des 28 unités de répartition d'air, les lavages par l'air à pulvrisation sont remplacés par un système vapeur.
  • Ce remplacement a amélioré la qualité de l'air à l'intérieur du bâtiment, offre un meilleur contrôle du niveau d'humidité et a éliminé les coûts liés à l'électricité et l'entretien des pompes de circulation d'eau, résultant en une économie de 100 000 $ de produits chimiques destinés au traitement de l'eau et une autre économie de 51 000 $ en frais de déminréalisation.
Ascenseurs
  • Dix-neuf ascenseurs sont graduellement modifiés pour fonctionner avec un système d'entraînement à fréquence variable. Quoique les économies d'énergie soient faibles, les économies en surface de plancher et de coûts d'équipement sont assurées.
Fermeture de l'unité de circulation d'air de l'atrium
  • À l'origine, l'atrium était chauffé par 10 unités d'alimentation d'air munies de ventilateurs de 5 à 7 cv et de ventilateurs de reprise d'air de 2 à 3 cv. Ces installations fonctionnaient continuellement.
  • Aujourd'hui, l'atrium est chauffé par les pertes de chaleur du bâtiment principal. Les unités de circulation d'air sont utilisées uniquement pour maintenir une pressurisation positive de 10 à 12 Pa à l'tage le plus bas pendant l'hiver.
Récupration de la chaleur
  • Les roues thermiques de récupération de chaleur air-air ont été déplacées dans les unités d'alimentation d'air. Ce projet pilote a connu un grand succès.
crtement de la demande de pointe et gestion de l'offre
  • Lé'tablissement achte son énergie, sa vapeur et son eau refroidie de la centrale de l'Université de l'Alberta. Un accord de réciprocité engage l'établissement fournir l'crtement de la demande en période de pointe à l'université qui utilise les génératrices d'urgence au diesel de l'établissement.
  • L'établissement bénéficie de prix négociés en fonction du volume de vapeur et d'eau froide fourni (et non en fonction de la valeur en Btu).
Gestion de l'eau et des égouts
  • Les coûts de l'eau et des égouts ont considérablement diminué au cours des dernières années car l'établissement a mis en place des mesures de conservation et sous-traite les tâches de lessive et d'incinération.
  • Même si l'incinérateur aurait constitué une excellente occasion de récupérer la chaleur, le budget pour l'amélioration des installations n'était pas disponible.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec 
Doug Dunn
Directeur des opérations du bâtiment
Walter C. Mackenzie Health Sciences Centre
University of Alberta Hospital
Capital Health Authority
8440, 112e Rue
Edmonton (Alberta) T6G 2B7
Tl.  (780) 407-8179
Tlc.  (780) 407-8895
Courriel  ddunn@cha.ab.ca
Site Web  www.cha.ab.ca

7.2 Deuxime étude de cas  District de santé de Regina, Regina (Saskatchewan)

Vue d'ensemble

Le District de santé de Regina comprend deux grands hôpitaux 

Pasqua Hospital
  • L'hòpital comprend 267 lits.
  • Le Alan Blair Cancer Centre comprend deux bâtiments  un de 52 500 m2 (565 000 pi2) et l'autre de 75 000 m2 (800 000 pi2).
  • Les services comprennent la médecine générale, l'orthopédie, l'urologie, les soins intensifs et la cardiologie.
  • Au cours des cinq dernières années, 43 000 m2 (464 000 pi2) ont été rénovés (soit 40 p. 100 de la superficie de l'établissement) et 11 500 m2 (124 000 pi2) ont été démolis.
Regina General Hospital
  • L'hôpital comprend 635 lits.
  • L'hôpital comprend six étages pour un total de 88 600 m2 (954 000 pi2), y compris les ailes additionnelles d'un bout à l'autre de l'établissement.
  • Les services comprennent la maternité, l'unité néonatale de soins intensifs, la dialyse, la neurochirurgie et le centre de traumatologie.
  • Au cours des cinq dernières années, 52 400 m2 (564 000 pi2) ont été rénovés (soit 65 p. 100 de la superficie de l'établissement) et 21 400 m2 (230 000 pi2) ont été démolis.
Gestion énergétique et mesures d'amélioration
  • Pendant les rénovations, 1,7 million de dollars ont été affects à des mesures d'efficacité énergétique.
  • Les mesures énergétiques étaient values en termes de coût complet sur le cycle de vie et une période de récupération simple de 4,1 ans.
  • Le projet comprend les améliorations suivantes
    • L'installation de récuprateurs de chaleur des cheminées afin de récuprer la chaleur produite par la fumée provenant de la combustion de la chaudière.
    • Le remplacement des refroidisseurs centrifuges (lectriques) par des refroidisseurs par absorption (au gaz).
    • L'installation d'entraînements à fréquence variable sur les ventilateurs et les pompes.
    • Le remplacement de la chaudière du Regina General Hospital par une nouvelle chaudière à haute efficacité.
    • L'installation de ballasts électroniques et de tubes d'éclairage T-8 dans les nouvelles constructions et les aires rénovées, ainsi que le remplacement graduel des lampes T-12 et des ballasts magnétiques dans les secteurs de l'ancienne partie du bâtiment.
    • L'installation d'un système de contrôle automatique du bâtiment de type commande numérique directe dans le Pasqua Hospital et le Regina General Hospital.
    • L'uniformisation des systèmes de contrôle (un seul fournisseur).
    • L'installation d'un système à double conduite et le chauffage radiant sur la boucle contenant du glycol.
    • La distribution d'air à volume variable avec boîtes dans chaque pièce.
    • L'amélioration de l'isolation selon les normes dans les nouvelles constructions et les parties rénovées ainsi que l'installation de fenêtres à double vitrage, à faible missivit et à l'argon.
économies d'énergie
Pasqua Hospital
  • Intensité énergétique avant les améliorations  110,75 kWh/pi2 (1995-1996).
  • Intensité énergétique après les améliorations  97,94 kWh/pi2 (1999-2000).
  • Réduction de la consommation d'énergie de 11,6 p. 100 pour tout l'établissement (réduction plus importante si on considère les parties rénovées seulement).
Regina General Hospital
  • Intensité énergétique avant les améliorations  96,04 kWh/pi2 (1995-1996).
  • Intensité énergétique après les améliorations  85,14 kWh/pi2 (1999-2000).
  • Réduction de la consommation d'énergie de 11,4 p. 100 pour tout l'établissement (réduction plus importante si on considère les parties rénovées seulement).
Perspectives d'avenir
  • La possibilité de bien plus grandes économies avec une meilleure planification des contròles.
  • La mise sur pied d'un programme d'entretien informatisé qui servirait à améliorer l'entretien et la centrale de chauffage.
  • La réduction du volume d'air.
  • L'enquête sur les systèmes de contrôle de l'éclairage.
  • La mise en œuvre d'un programme d'approvisionnement tenant compte de l'efficacité énergétique des appareils.
  • La mise en œuvre d'un programme de sensibilisation l'efficacité énergétique l'intention du personnel chargé de l'entretien ménager.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec 
Peter Whiteman
Directeur du Centre de l'énergie
District de santé de Regina
2180, 23e Avenue
Regina (Saskatchewan) S4S 0A5
Tl.  (306) 766-5365
Tlc.  (306) 766-5414
Courriel  pwhiteman@reginahealth.sk.ca
Site Web  www.reginahealth.sk.ca

7.3 Troisième étude de cas  St. Paul's Hospital, Vancouver (Colombie-Britannique)

Vue d'ensemble

1894 - Construction du bâtiment original, en bois (aujourd'hui démoli)

1912 - Construction du bâtiment central de l'édifice Burrard et de la centrale électrique

1930 - Construction de l'édifice Comox et de l'aile Nord de l'édifice Burrard

1939 - Construction de l'aile Sud de l'édifice Burrard

1946 - Ajout important à l'édifice Comox

1949 - Construction de l'aile Est de l'édifice Burrard

1953 - Construction de l'aile Ouest de l'édifice Burrard

1961 - Construction de l'édifice McDonald et rnovation de la centrale électrique

1979 - Construction de la phase I de l'édifice Providence

1986 - Construction de l'urgence (ajout à la partie centrale de l'difice Burrard)

1989 - Construction de la phase II de l'édifice Providence

1999 - Le St. Paul's Hospital occupe le troisième rang parmi les établissements les plus économiques au Canada

Mesures d'amélioration de l'efficacité énergétique
Approvisionnement énergétique
  • En 1982, l'hôpital se raccorde au système rgional de chauffage à vapeur et la centrale électrique est désaffectée.
  • L'électricité provient maintenant de BC Hydro.
  • En 2000, le budget du département était de 4,3 millions de dollars.
  • En 2000, le budget alloué pour l'énergie était de 1,8 million de dollars.
Marchés de services d'efficacité énergétique
  • Le projet a coûté 3 millions de dollars, fondé sur une période de récupération de 10 ans.
  • Le projet a débuté en novembre 1998 et a été complété en mai 2000 (18 mois).
  • L'accent a été principalement mis sur l'difice Providence.
  • Les projets comprenaient les éléments suivants
    • La modernisation des systèmes existants.
    • L'installation d'entraînements à fréquence variable sur les ventilateurs d'alimentation, de reprise et d'évacuation ainsi que sur les pompes à glycol.
    • Le remodelage et le remplacement des appareils d'éclairage par des ballasts électroniques, des ampoules T-8 et des systèmes de réflecteurs.
    • Le réquilibrage de la circulation d'air pour tenir compte de la diminution de la charge de climatisation et du nouveau système d'éclairage et pour maintenir la pression adéquate.
    • L'installation de 200 registres dans les conduites d'alimentation, de reprise et d'vacuation d'air pour contrôler le débit d'air en période d'inoccupation.
    • L'installation de valves de contrôle dans les conduites de vapeur à basse pression alimentant les radiateurs dans les bâtiments Burrard et Comox.
    • L'installation de détecteurs de présence dans les salles d'opération, les salles de conférences, les salles à manger privées et les auditoriums.
    • L'installation d'une nouvelle tour de refroidissement. L'eau froide est ramenée la tour de refroidissement plutôt que d'être évacuée vers le drain. (Deux autres cellules doivent être installées.)
    • L'ajustement des chronomètres de chasse d'eau en vue d'en réduire la durée de fonctionnement.
Tableau 3. économies réalisées
Type d'énergie Unités économies réalisées
Vapeur lb. 15 % à 21 % par année
Électricité kW (période de pointe) 9 % par mois
  kWh 15 % par année
Eau pi2 27 % par année
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec 
David Myers
Directeur, Département de la centrale physique
St. Paul's Hospital
1081, rue Burrard
Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z 1Y6
Tl.  (604) 806-8273
Tlc.  (604) 806-8285
Courriel  dmyers@stpaulhosp.bc.ca
Site Web  http://www.providencehealthcare.com/info_stpauls_main.html

7.4 Quatrième étude de cas  L'Hôpital d'Ottawa, Campus Civic, Ottawa (Ontario)

Vue d'ensemble

Le Campus Civic a été construit en 1924 et sa surface de plancher est maintenant de 167 000 m2 (1,8 million pi2). Il possède sa propre chaufferie centrale dotée d'un système de distribution à haute pression et dispose d'un personnel qualifié pour le faire fonctionner.

Mesures d'amélioration de l'efficacité énergétique
Système de récupération de chaleur

Un système de récupération de chaleur par condensation a été install sur la cheminée d'évacuation de la chaudière centrale. La chaleur récupérée suffit à chauffer la quantité d'air totale nécessaire au chauffage par ventilation des 9 300 m2 (100 000 pi2) de l'Institut cardiologique de l'Université d'Ottawa. L'Institut est principalement composé de laboratoires et demande une prise d'air frais de près de 100 p. 100. De plus, la chaleur récupérée sert à chauffer une portion significative de l'eau chaude domestique et aide à réduire les missions d'oxyde d'azote (NOx).

Enquête de vérification des purgeurs automatiques

Une enquête de vérification des purgeurs automatiques a permis de répertorier 720 purgeurs contrairement aux 400 connus. Prs de 100 000 $ ont été investis pour remplacer les purgeurs, ce qui représente une économie annuelle prévue de 344 000 $. Ces économies ne peuvent être confirmées car l'établissement ne possède pas assez de compteurs d'énergie ou de gaz permettant d'isoler ces résultats, et les économies ont été rendues imperceptibles par l'expansion continuelle de l'établissement.

Système de refroidissement d'hiver

Le système de refroidissement d'hiver sert à refroidir l'eau de la boucle d'eau refroidie de l'hôpital. Il s'agit du seul système de refroidissement sur boucle d'eau en fonction pendant l'hiver, le système de refroidissement central tant arrêté pendant la saison froide. Le système de refroidissement d'hiver fait circuler du glycol dans la tour de refroidissement et dans un changeur à plaque qui refroidit la boucle d'eau. En hiver, la boucle d'eau froide sert à refroidir les petits secteurs de température ambiante plutôt élevée, tels que le centre informatique et, ce qui coûte beaucoup plus cher, deux compresseurs d'air de 75 cv qui fournissent l'air de contrôle et l'air pour plusieurs appareils. Auparavant, les deux compresseurs hélicodaux étaient refroidis par l'eau de la ville (boucle ouverte). Ils sont maintenant refroidis par la boucle d'eau froide de l'établissement (boucle ferme), chose qui a été rendue possible grâce au système de refroidissement d'hiver. Les économies d'eau résultant de cette modification sont donc plus significatives que les économies énergétiques. On estime que le projet permet d'économiser environ 74 000 $ par année en redevances d'eau.

Commande numérique directe

Les systèmes de contrôle de ventilation existants sont remplacés graduellement par un système de commande numérique directe. Le Campus Civic possde 84 systèmes de ventilation indépendants dont 35 ont déjà été modifiés par l'intégration d'un nouveau système de commande numérique directe. La période de récupération simple de cet investissement est habituellement de 5 ans, ce qui rend difficile son approbation par l'administration de l'hôpital sur la seule base des économies d'énergie. Cependant, ce nouveau système génère des avantages additionnels plus importants, tels qu'un contrôle plus précis des systèmes de ventilation des salles d'urgence, où on peut avoir recours à 100 p. 100 de l'air extrieur à n'importe quel moment.

Projets futurs
  • On envisage actuellement la possibilité d'installer un système de cogénération à turbine à gaz avec récupération de chaleur, dont les économies sont évaluées à 800 000 $ par année pour un investissement de six millions de dollars.
  • On étudie également un projet d'amélioration du système d'éclairage avec une période de récupération de 4,4 ans  des économies annuelles de 183 000 $ pour un investissement de 800 000 $.
  • Un projet visanté à remplacer deux compresseurs d'air médicaux de 60 cv par trois compresseurs de 15 cv chacun est présentement à l'étude. On estime les coûts à 100 000 $ et les économies annuelles de cette meilleure répartition de la charge à 52 000 $. Ce projet a aussi l'avantage de permettre la distribution et la dcentréalisation des compresseurs dans l'établissement, ce qui augmenterait la fiabilité de tout le système.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec 
Brock Marshall, ing.
Directeur, Ingénierie et Oprations
L'Hôpital d'Ottawa - Campus Civic
1053, avenue Carling
Ottawa (Ontario) K1Y 4E9
Tl.  (613) 798-5555, poste 6849
Tlc.  (613) 761-5375
Courriel  bmarshall@civich.ottawa.on.ca
Site Web  www.hopitalottawa.on.ca

7.5 Cinquième étude de cas  Cambridge Memorial Hospital, Cambridge (Ontario)

Vue d'ensemble
  • L'hôpital a été construit en 1953 et a à son emploi environ 1 200 personnes sur une surface de plancher de 36 000 m2 (388 000 pi2).
  • Un changement de direction en 1995 a entran une nouvelle orientation de l'établissement donnant plus d'importance aux questions environnementales, notamment à l'efficacité énergétique.
  • Un projet de nouvel agrandissement comprend des mesures d'efficacité énergétique visanté une consommation d'énergie inférieure de 50 p. 100 à celle d'une construction conventionnelle.
  • L'hôpital a récemment obtenu la certification ISO 14001 (Systèmes de gestion de l'environnement) et déclarée être l'unique hòpital à détenir cette certification en Amérique du Nord.
Mesures d'amélioration de l'efficacité énergétique
Généralités
  • Des améliorations continues apportées à l'ensemble du système d'éclairage, notamment à l'installation de lampes T-8, de réflecteurs, de ballasts, d'indications de sortie DEL, etc.
  • Une correction du facteur de puissance par l'ajout de condensateurs.
  • Des vitres teintées pour réduire la charge de refroidissement du bâtiment.
  • Un suivi des factures d'électricité permet de minimiser les frais, notamment ceux dus la demande.
  • L'incinération des déchets a été donnée en sous-traitance. Cela a entraîné des économies d'argent et d'énergie pour l'hôpital.
Moteurs
  • La réduction des dimensions des ventilateurs et des moteurs de pompes.
  • La détermination des améliorations d'efficacité requises.
  • L'installation d'entraînements à fréquence variable.
  • L'installation de démarreurs à démarrage en douceur (SOFT START).
  • Un projet futur  rénovation des moteurs des ascenseurs.
CVC
  • Un horaire de fonctionnement des systèmes de CVC  les appareils s'arrtent lorsqu'ils ne sont pas nécessaires.
  • Une pompe à chaleur sur boucle d'eau a été installée.
  • Un programme de vérification des purgeurs automatiques est en cours.
  • Une unité de récupération de chaleur munie d'une roue de type dessèchant fait maintenant partie du système de ventilation.
Programme de sensibilisation du personnel
  • Un cours de sensibilisation à l'environnement est offert au personnel (formation continue).
  • On encourage le personnel à minimiser le nombre d'appareils, tels que les réfrigérateurs et les machines à glace.
  • Tous les ordinateurs s'éteignent pour la nuit.
  • On habitue le personnel à éteindre les lumières.
Systèmes de gestion de l'environnement ISO 14001

L'optimisation de l'efficacité énergétique à constitue un des buts les plus explicites de la politique environnementale ISO 14001 de l'hpital.

  • Les politiques d'achats de l'hôpital tiennent compte de l'environnement.
  • L'hôpital relève et compile de façon périodique les indicateurs de performance environnementale (1990 tant le point de départ). Cela tient compte des émissions de gaz à effet de serre.

Vous pouvez trouver d'autres publications sur les bâtiments grâce à l'Office de l'efficacité énergétique. Pour obtenir des copies en papier ou pour discuter comment on peut vous aider à améliorer l'efficacité énergétique de votre bâtiment, contacter-nous.

Division de bâtiments
Office de l'efficacité énergétique
Ressources naturelles Canada
580, rue Booth, 18e étage
Ottawa (Ontario)  K1A 0E4
Tél. : 877-360-5500 sans frais
Téléc. : 613-947-4121
Site Web : http://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/batiments/13563

Mary-Jane Hanley
Coordonnatrice environnementale
Cambridge Memorial Hospital
700, boul. Coronation
Cambridge (Ontario)  N1R 3G2
Tél. : 519621-2333, poste 1720
Téléc. : 519-740-4928
Courriel  mhanley@cmh.org
Site Web  www.cmh.org