Info-Carburant, Revue annuelle – 2011

Table des matières

Revue annuelle –2011

La revue annuelle 2011 d’Info-Carburant fait un sommaire des événements qui ont caractérisé le marché de détail de l’essence au Canada au cours de l'année 2011. Durant l’année, le rapport d’Info-Carburant publié toutes les deux semaines fournit aux lecteurs de l’information régulière sur les différents aspects des marchés canadiens de l’essence ainsi que sur les facteurs économiques qui influencent les prix.

Figure 1 : Comparaison des prix du brut et de l'essence ordinaire
(moyenne nationale)

Comparaison des prix du brut et de l'essence

Figure 2 : Prix hebdomadaires de l'essence ordinaire

Prix hebdomadaires de l'essence ordinaire
Table 1 : Changement des prix des combustibles et du pétrole brut
¢/L Annuelle (moyenne national)
2011 2010 Changement
Essence 124,0 103,6 +20,4
Diesel 124,7 100,8 +23,9
Mazout à chauffage 113,0 88,8 +24,2
Edmonton Par 59,8 48,6 +11,2
Brent 69,2 51,5 +17,7

Source: RNCan

Faits saillants
  • Le prix de détail moyen de l’essence à la pompe au Canada a atteint 1,24 $ le litre en 2011, une augmentation de 20 cents le litre comparativement à 2010. Le prix de l’essence a fluctué dans un écart de 23 cents le litre soit de 1,13 $ le litre à un haut de 1,36 $ le litre en 2011. Comparativement à 2010, l’écart était de 15 cents le litre de 98 cents le litre à un haut de 1,13 $ le litre.
  • Au début de l’année, les prix de l’essence étaient de 1,13 $ le litre, augmentaient à 1,36 $ le litre en mai, baissaient graduellement tout au long de la saison de conduite estivale et terminaient par une remontée à 1,19 $ le litre. Le prix de détail moyen de l’essence à la pompe au Canada de 1,24 $ le litre en 2011 était nettement supérieur au prix de détail moyen de l’essence à la pompe de 1,04 $ le litre enregistré en 2010 et de 95 cents le litre en 2009.
  • Les prix du diesel et du mazout de chauffage ont augmenté de 24 cents le litre, passant à 1,25 $ et 1,13 $ le litre, respectivement. Pour de plus amples renseignements sur l’augmentation des prix du diesel, consultez la section Supplément d’Info-Carburant, volume 6, numéro 24.
  • Les prix de détail à la pompe ont augmenté en 2011, comparativement à 2010, en raison de prix du pétrole brut plus élevés, de coûts et de marges du raffineur et du négociant plus élevés et de taxes provinciales plus élevées.
  • Les prix de gros de l’essence au Canada et aux États-Unis, respectivement, se situaient en moyenne à 78 et 76 cents le litre en 2011, comparativement à 62 et 60 cents le litre en 2010. Dans l’ensemble, les prix de détail moyens à la pompe ont reflété une pression à la hausse exercée par les prix de gros de l’essence en Amérique du Nord et par les prix mondiaux du pétrole brut.
  • Les prix du pétrole brut pour les trois bruts de référence (Par d’Edmonton, WTI et Brent) ont atteint une moyenne de 626 $/m3 (110 $ US le baril) en 2011 - une augmentation de 120 $/m3 (23 $ US le baril) par rapport à 2010. Les prix mondiaux du pétrole brut sont demeurés relativement fermes comparativement aux années précédentes, principalement en raison de préoccupations touchant les régions productrices de pétrole, la situation liée à la dette européenne et les incertitudes quant à la reprise économique mondiale.

Aperçu de l'essence au détail

Le prix moyen annuel de l’essence à la pompe dans les villes sélectionnées indiqué dans la figure 3 était de 1,24 $ le litre en 2011 - une augmentation de 20 cents le litre comparativement à 2010.

L’augmentation des prix de détail de l’essence était principalement imputable à des prix du pétrole brut plus élevés. Les préoccupations soulevées par les conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et par la crise de la dette européenne ont contribué à l’augmentation des prix, tandis que la crainte d’une récession économique mondiale réduisant la demande de pétrole et de produits pétroliers a en partie atténué l’augmentation.

Le pétrole brut, principale composante du prix à la pompe, se situait approximativement à 64 cents le litre en 2011 - une augmentation de 14 cents le litre par rapport à l’année précédente.

Les coûts et les marges du raffineur et du négociant ont augmenté de 3 cents le litre en 2011 à 23 cents le litre.

En 2011, les taxes fédérales et provinciales s’élevaient à 37 cents le litre du prix moyen de l’essence à la pompe, soit une augmentation de 2,5 cents le litre par rapport à 2010.

Les prix de détail moyens de l’essence à Montréal ont augmenté de près de 23 cents le litre, surtout en raison des coûts plus élevés du pétrole brut et des taxes provinciales plus élevées. Les prix de détail de l’essence à Toronto ont augmenté de 22 cents le litre. De tous les centres provinciaux, Vancouver a enregistré la plus faible augmentation de prix, soit 17 cents le litre.

Figure 3 : Les prix à la pompe de l'essence ordinaire dans certaine villes Revue annuelle 2011

Revue annuelle 2011

Image agrandie

Source : RNCan
* Marchés en régie

Prix à la pompe de l’essence ordinaire dans certaines villes
Changement dans la moyenne annuelle pour 2011 sur 2010 (cents le litre)
Villes choisies WH YK VA CY RE WG TO ML SJ HX CH SJ’s CA
Taxes provinciales 1,7 4,4 2,9 1,6
TVH 3,5 8,3 2,6 3,4 2,2
Taxes fédérales 0,8 0,9 -2,7 0,9 1,0 0,8 -2,3 0,9 0,9 0,9
Coût et marges du R&N 3,9 5,9 3,1 6,0 7,3 4,9 9,0 -0,6 -1,4 -1,4 -0,7 -1,4 3,0
Pétrole brut 11,4 11,4 11,4 11,4 11,4 11,4 11,4 17,8 17,8 17,8 17,8 17,8 14,2
Prix à la pompe 16,0 17,1 16,9 18,2 19,6 17,1 22,2 22,6 21,9 19,9 18,0 18,6 20,4

Nota : Les champs vides indiquent qu’il n’y a pas eu de changement entre 2010 et 2011. Les champs ombragés indiquent que la taxe ne s’applique pas. Les taxes fédérales comprennent la taxe d’accise et la TPS lorsqu’elles s'appliquent. Plusieurs changements de taxes provinciales sont entrés en vigueur en 2010.

Prix de gros de l'essence

En 2011, les prix de gros de l’essence au Canada et aux É.-U. ont suivi des tendances similaires, la moyenne annuelle au Canada de 78 cents le litre étant légèrement supérieure à la moyenne de 76 cents le litre dans les centres américains sélectionnés.

Dans l’ensemble, l’augmentation des prix de gros reflétait l’augmentation des prix mondiaux du pétrole brut et l’augmentation de la demande d’essence dans le marché continental nord-américain.

Les prix de gros de l’essence ont oscillé entre environ 88 et 69 cents le litre dans les marchés canadiens et entre 85 et 67 cents le litre dans les marchés américains voisins. Les écarts de prix entre certains centres canadiens et américains ont été relativement stables durant l’année. De façon générale, les prix de gros de l’essence au Canada et aux États-Unis se sont suivis de près.

Les prix de gros de l’essence dans tous les centres sélectionnés ont dépassé le niveau de 2011 avec des augmentations variant de 14 à 17 cents le litre.

Figure 4: Prix du gros de l’essence (Moyenne hebdomadaire)
Prix à la rampe dans certaines villes le 29 décembre 2011
(¢ CA/L)

Sources: RNCan, Bloomberg

 

Prix moyen canadien et américain à la rampe
de chargement dans les villes choisies

(cents le litre)
Canadien Américain
2011 78,1 76,3
2010 61,8 60,4
Changement +16,3 +15,9

Note: Moyenne des cinq villes pour chaque pays.

Marges du raffineur et du négociant pour l’essence

Les marges du raffineur pour l’essence ont augmenté en 2011 comparativement à l’année précédente. Dans l’ensemble, comparativement à 2010, les marges moyennes du raffineur ont augmenté de 3 cents le litre à 15 cents le litre en 2011.

Les marges du raffineur moyennes mobiles sur quatre semaines ont varié d’un bas niveau de 8 cents le litre à un haut niveau de 20 cents le litre en 2010. Par comparaison, les marges ont fluctué de l’ordre de 9 à 16 cents le litre en 2010.

Les marges du raffineur sont demeurées relativement inchangées durant les cinq premiers mois de 2011. Les marges ont augmenté en juin avec la saison estivale des déplacements automobiles qui est la marque d’une demande soutenue d’essence. En fin d’année, les marges annuelles ont chuté, indiquant que les prix de gros baissaient plus rapidement que les prix du pétrole brut. Dans l’ensemble, des stocks d’essence et de pétrole brut largement suffisants aux É.-U. ont atténué l’augmentation des marges du raffineur.

Les marges du raffineur de cette année ont dépassé celles de l’année précédente, mais surtout parce que 2010 a connu une reprise économique modérée. De plus, les contraintes liées à l’approvisionnement du marché étaient peu nombreuses et les marges du raffineur reflétaient un rapport quasi équilibré entre l’offre et la demande.

Par comparaison, les marges du négociant ont fluctué dans une fourchette étroite et ont été de loin plus stables que les marges du raffineur. À l’échelle nationale, la marge moyenne a augmenté par rapport à l’année précédente de près de 1 cent le litre à 7 cents le litre. Les négociants de Vancouver ont enregistré la marge du négociant la plus importante, soit de 8 cents le litre et ceux de Montréal, la marge la plus faible, soit 6 cents le litre. Les marges des trois autres centres tournaient autour de 7 cents le litre.

Figure 5: Marges du raffineur et du négociant pour l’essence
(Moyenne mobile sur 4 semaines)
__________ Marge du raffineur _______ Marge du négociant

Source: RNCan

Aperçu du pétrole brut

Les prix moyens du pétrole brut des trois bruts de référence ont augmenté en 2011, commençant à 562 $/m3 (90 $ US le baril) en janvier et terminant l’année à 648 $/m3 (102 $ US le baril) en décembre. Les prix ont grimpé à leur plus haut niveau depuis 2008, atteignant un sommet en avril à 650 $/m3. Tandis que les prix du Par d’Edmonton et du WTI baissaient dans la dernière partie de l’année et remontaient en novembre et en décembre, les prix du pétrole du Brent baissaient également, mais à un rythme inférieur.

En 2011, la moyenne des prix des trois pétroles bruts de référence (Par d’Edmonton, WTI et Brent) se situait à 626 $/m3 (110 $ US le baril), une hausse de 120 $/m3 (23 $ US le baril) par rapport à 2010. Les évènements les plus importants qui ont eu des répercussions sur le prix du pétrole brut en 2011 sont résumés ci-dessous.

Les prix mondiaux du pétrole brut s’affermissent : 2011 a été caractérisé par une tendance à l’affermissement des prix mondiaux du pétrole brut comparativement à l’année précédente. Les prix des trois bruts de référence ont augmenté à un rythme régulier durant la première moitié de l’année. Cependant, en milieu d’année, les bruts du WTI et du Par d’Edmonton ont commencé à baisser tandis que les prix du Brent ont légèrement modéré, créant un écart de prix de plus de 20 $ le baril à un point donné. Alors que les incertitudes économiques mondiales ont dominé les préoccupations au cours de l’année, les prix mondiaux du pétrole brut ont opposé une vive résistance face à ces problèmes.

Les différents bruts de référence - Brent et WTI : Un événement important en 2011 a été l’élargissement de l’écart de prix entre les prix des bruts de référence. Le Brent, ou Brent Blend, est une combinaison de bruts provenant de 15 champs pétrolifères différents dans la mer du Nord. Le WTI, qui est la matière constituante des futurs marchés pétroliers du New York Mercantile Exchange, est un brut de qualité similaire du West Texas. Historiquement, les deux références mondiales se suivent, mais plusieurs facteurs survenus en 2011 ont éloigné les deux bruts de référence. Initialement, la divergence a été causée par l’incapacité du pétrole brut WTI du Midwest américain d’atteindre les marchés mondiaux en raison des contraintes du pipeline d’alimentation, créant un important écart entre le prix du Brent et la référence directrice. La dichotomie inhabituelle touchant le prix était causée par une situation d’approvisionnement enclavé dans les terres concernant le WTI et par une augmentation de la demande de pétrole brut à l’échelle mondiale. Étant donné que le brut Brent est transporté par pétrolier, il peut accéder aux marchés pétroliers mondiaux et obtenir un prix plus élevé.

L’impact a été ressenti par des raffineries canadiennes en Ontario et par toutes les raffineries au Québec et dans les provinces atlantiques, étant donné qu’elles achètent surtout du brut importé ou du brut sous-marin de Terre-Neuve. Ces raffineries achètent du brut de la mer du Nord, du brut sous-marin de Terre-Neuve, du brut du Moyen-Orient, des États-Unis et d’autres sources. Actuellement, quelque 60 p. 100 du pétrole brut traité par les raffineries canadiennes est du brut canadien, tandis que 40 p. 100 est du brut importé.

Activités géopolitiques et incertitudes économiques mondiales : Des préoccupations géopolitiques concernant le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont entraîné un affermissement des prix au début de l’année. Alors que les prix modéraient durant la dernière partie de l’année, ils demeuraient sous l’effet de préoccupations touchant la crise de la dette européenne, la production pétrolière libyenne réduite et la crainte d’un ralentissement économique mondial réduisant la demande de pétrole et de produits pétroliers. Toutes les incertitudes économiques mondiales, comme la morosité économique américaine, la crise de la dette de la zone euro et le tsunami du Japon et ses retombées nucléaires, ont contribué au fléchissement de la demande de pétrole. Les hauts niveaux de la capacité de production excédentaire de l’OPEP confèrent aux marchés de l’énergie l’assurance que l’approvisionnement peut être maintenu et que la demande peut être satisfaite et modèrent les augmentations de prix. Les baisses des niveaux de la capacité de production excédentaire de l’OPEP tout au long de l’année ont contribué à l’affermissement des prix.

Perspectives pétrolières mondiales : Les perspectives du marché concernant les prix mondiaux du pétrole semblent être une plus grande volatilité des prix en 2012. Selon le Short-Term Market Outlook de l’U.S. Energy Information Administration, il y a un important risque de hausse et de baisse des prix du pétrole brut. Les incertitudes persistantes touchant les régions productrices de pétrole, comme le programme nucléaire iranien et l’agitation politique dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, peuvent favoriser une tendance à la hausse des prix. D’autre part, une pression à la baisse des prix résultant du ralentissement économique dans les économies avancées, les retombées de la crise de la dette sur l’Union européenne et l’intensification de la production pétrolière libyenne pourraient accroître l’approvisionnement en pétrole et provoquer une chute des prix.

Figure 6: Comparaison des prix du pétrole brut

Comparaison des prix du pétrole brut
Changes in Crude Oil Prices
Type de pétrole brut Annuelle
2011 2010 Change
$Can/
m3
$US/
baril
$Can/
m3
$US/
baril
$Can/
m3
$US/
baril
Par d’Edmonton 598,04 96,21 487,71 75,31 +110,33 +20,90
WTI 591,02 95,08 514,51 79,45 +76,51 +15,63
Brent 689,73 110,93 516,45 79,77 +173,28 +31,16

Source: RNCan

Supplément

Taxes fédéral et provinciales à la consommation de produits pétroliers
(En cent/litre ou en % tel qu’indiqué au 31 décembre 2011)
Essence Diesel Propane
(automobile)
Mazout de chauffage/ gaz naturel
(pour le chauffage)

Taxes fédérales

Taxe d'accise 10,0 4,0 - -
Taxe sur les produits et services 5% 5% 5% 5%
OU:
Taxe de vente harmonisée (1) à:
T.-N., en Ontario, et au N.-B. 13% 13% 13% 13%
Nouvelle-Écosse (2) 15% 15% 15% 5%
Colombie-Britannique (3) 5% 5% 12% 5%
Taxes provincials
Terre-Neuve-et-Labrador 16,5 16,5 7,0
Île-du-Prince-Édouard (4) 15,8 20,2
Nouvelle-Écosse 15,5 15,4 7,0
Nouveau-Brunswick 13,6 19,2 6,7
Québec (5) 17,2 18,2
Taxes de vente du Québec – additionnelle 8,5% 8,5% 8,5% 8,5%
Ontario 14,7 14,3 4,3
Manitoba 11,5 11,5 3,0
Saskatchewan 15,0 15,0 9,0
Alberta 9,0 9,0 6,5
Colombie-Britannique (6)
Taxe sur le carbone – additionnelle
14,5 15,0
5,56 6,39 3,85 6,39/4,75
Yukon 6,2 7,2
Territoires du Nord-Ouest (7) 10,7/6,4 9,1
Nunavut (7) 10,7/6,4 9,1
Taxes de transport supplémentaires (en plus des taxes fédérales et provinciales)
Montréal (5) 3,0
Vancouver (6) 9,0 9,0
Victoria (6) 3,5 3,5

Notes:
1. Là où la TVH est en place, la partie fédérale de la taxe est de 5 %.
2. La Nouvelle-Écosse offre un rabais de 8 % sur la portion provinciale de la TVH aux points de vente pour le mazout de chauffage.
3. La Colombie-Britannique offre un rabais de 7 % sur la portion provinciale de la TVH aux points de vente pour l’essence, le diesel et les combustibles de chauffage.
4. À l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), les taxes qui s’appliquent sur l’essence et le diesel changent chaque mois. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez le site Web de l’Île-du-Prince-Édouard.
5. Au Québec, les taxes sur l’essence, le diesel et le propane sont réduites de divers montants dans certaines régions éloignées et dans un rayon de 20 kilomètres des frontières provinciales et américaines. La taxe de vente provinciale au détail (TVQ), qui augmentera à 9,5 % le 1er janvier 2012, s’applique sur tous les produits pétroliers. Une taxe urbaine additionnelle de 3 cents le litre s’applique sur l’essence vendue à Montréal et dans les municipalités avoisinantes.
6. La Colombie-Britannique applique une taxe sur le carbone sur tous ses carburants. Dans les régions métropolitaines de Vancouver et de Victoria, des taxes de transport supplémentaires, respectivement de 9 et de 3,5 cents le litre, s’appliquent sur l’essence et le diesel. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez le site Web de la Colombie-Britannique.
7. Dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut, la taxe sur l’essence est de 6,4 cents le litre dans les collectivités non desservies par les autoroutes.

Notes :
L'ordre dans lequel les taxes sont appliquées est comme suit : taxes d'accise et de la consommation a) (municipales, provinciales et fédérales) sont ajoutés au prix sans-taxe, puis b) la TPS/TVH est calculée et ajoutée sur la somme de a), puis c) (au Québec seulement) la TVQ est calculée et ajoutée sur le résultat de b).

Par exemple, en Ontario, le prix moyen de l'essence sans taxe en 2011 a été 79 cents par litre + 14,7 cents par litre de la taxe à la consommation = 93,7 cents le litre + la taxe d'accise de 10 cents = 103,7 cents par litre + 13 % de 103.7 = 117 cents. En Colombie-Britannique, le prix de l'essence sans taxe était de 80 cents le litre + 14,5 de la taxe à la consommation = 94,5 cents + 10 cents = de la taxe d’accise = 104,5 cents + 5,56 cents de 104,5 cents pour la taxe sur le carbone = 110 cents + la taxe de transport 9 cents (Vancouver) = 119 cents + 5 % de la TPS (partie fédérale) de 119 cents = 125 cents par litre. Québec : 80 cents par litre du prix sans taxe + taxe à la consommation cents 17,2 = 97.2 cents + la taxe d'accise de 10 cents = 107.2 cents + 3 cents (Montréal) taxe de transport = 110 cents + 5 % TPS de 110 cents = 116 cents + 8,5 % de la TVQ de 116 cents = 126 cents par litre (tous les chiffres sont approximatives et arrondie).

Télécharger le rapport

Info-Carburant - version imprimable [PDF, 224 KB]

Pour consulter les fichiers Adobe Acrobat®, il faut les télécharger et installer le logiciel Acrobat Reader® version gratuite fournie par Adobe Systems Incorporated.