Sept (7) faits sur les sables bitumineux et l'environnement

Le secteur des sables bitumineux a réalisé d’importantes avancées technologiques, mais l’augmentation de la production annuelle pose divers problèmes environnementaux, notamment en ce qui concerne les sols, l'eau, l'air et la conservation de l'énergie. Par l'entremise des laboratoires de CanmetÉNERGIE, Ressources naturelles Canada s'engage à soutenir le développement de solutions technologiques pour aider à améliorer la performance environnementale dans les sables bitumineux.

Voici sept faits importants au sujet des sables bitumineux et de l'environnement :

1. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) par baril de pétrole ont diminué

Les progrès technologiques réalisés dans le secteur des sables bitumineux ont permis de créer un plus grand nombre de pratiques éconergétiques et de réduire les émissions de GES provenant des sables bitumineux. Un des procédés les plus importants utilisés pour atteindre ce résultat est la cogénération. Il s'agit d'un procédé qui permet de produire simultanément de la vapeur et de l'électricité. En convertissant l'énergie et son sous-produit en électricité, qui serait autrement gaspillée, la cogénération a contribué de façon marquée à réduire de 30 p. 100 les émissions de GES par baril dans les sables bitumineux depuis 1990. Apprenez-en davantage au sujet des travaux de CanmetÉNERGIE pour réduire davantage les émissions de GES dans les sables bitumineux.

2. La plupart des émissions de GES proviennent de votre voiture

Même si des GES sont émis lors de la phase d'extraction du processus de traitement du pétrole brut, il reste que la plupart des émissions de carburant durant le cycle de vie proviennent des tuyaux d'échappement de véhicules. Les émissions finales dues à la combustion d'essence rejetées par les tuyaux
d’échappement des véhicules représentent de 70 à 80 p. 100 des émissions sur l'ensemble du cycle de vie du carburant « du puits à la roue ». Les émissions provenant de véhicules sont les mêmes, peu importe le type de pétrole brut à partir duquel l’essence est produite. Renseignez-vous sur les émissions de GES produites durant l'exploitation et le traitement des sables bitumineux et les émissions liées au cycle de vie.

3. La technologie des bassins de résidus s'améliore

L’extraction des sables bitumineux entraîne l’accumulation de grandes quantités de résidus constitués d’un mélange d’eau, d’argile, de bitume non récupéré et d'agents solvants, et de produits chimiques dissous, incluant certains composés organiques toxiques. Ces résidus sont stockés dans de grands bassins semblables à des réservoirs. L’eau de ces bassins peut être recyclée et réutilisée dans le traitement des sables bitumineux. Toutefois, la plus grande partie demeure sous forme de boue presque indéfiniment.

CanmetÉNERGIE s’est efforcé de trouver des solutions efficaces pour gérer les bassins de résidus et a réalisé des progrès importants à cet égard. Lisez nos exemples de réussite sur la gestion des bassins de résidus dans les sables bitumineux.

4. Tous les sols doivent être remis en état

Le gouvernement de l'Alberta exige que les entreprises restaurent et remettent en état la totalité des sols à la suite de l’extraction des sables bitumineux. La remise en état implique que le sol puisse retrouver un écosystème autorégulateur capable d'accueillir la flore et la faune locales. À l’intérieur de la zone des sables bitumineux, le gouvernement de l’Alberta s’est engagé à conserver et à protéger
plus de 2 millions d’hectares d’habitat abritant des espèces indigènes dans
le cadre du Plan régional pour le cours inférieur de l’Athabasca de 2012-2022. De plus, il y a près de 4,5 millions d'hectares de territoire domanial protégé juste au nord des sables bitumineux. Apprenez-en davantage au sujet de la remise en état des sables bitumineux.

5. Les prélèvements d'eau dans les sables bitumineux font l'objet d'une surveillance étroite

L'Athabasca River Water Management Framework (cadre de gestion de l’eau pour la rivière Athabasca) s’assure que les quantités d'eau prélevées par les exploitants de sables bitumineux ne dépassent jamais 3 p. 100 du débit de la rivière Athabasca. Dans la pratique, les quantités d'eau prélevées sont souvent inférieures à 1 p. 100. Le cadre prévoit aussi la restriction, la surveillance et la modification des prélèvements dans la rivière sur une base hebdomadaire. Voyez ce que RNCan fait pour accroître l'efficacité de l'utilisation de l'eau et réduire les polluants de l'eau dans les sables bitumineux.

6.La plus grande partie de l'eau dans les sables bitumineux est recyclée

La plus grande partie de l’eau servant à l’exploitation des sables bitumineux est recyclée : cette proportion est de 80 p. 100 pour les opérations minières établies et d'environ 94 p. 100 pour la récupération in situ. Toutefois, une certaine quantité d’eau est nécessaire, et elle provient d’une variété de sources, y compris du drainage effectué sur place, de la collecte des précipitations (pluie et eau de fonte), des réservoirs souterrains d’eau saumâtre et des bassins versants locaux tels que les rivières. Apprenez-en davantage au sujet de la gestion de l'eau dans les sables bitumineux.

7. La nouvelle réglementation pourrait réduire davantage les émissions

Le 22 novembre 2015, le gouvernement de l’Alberta a publié son nouveau Plan de leadership climatique. En vertu du Plan climatique, l’Alberta s’apprête à : éliminer progressivement les émissions de charbon d’ici 2030; proposer des mesures incitatives pour des sources renouvelables; instaurer un prix sur le carbone à l’échelle de l’ensemble de l’économie; décréter un plafond quant aux émissions provenant des sables bitumineux; mettre en œuvre un nouveau plan de réduction des émissions de méthane, ainsi qu’un Programme sur l’efficacité énergétique. En apprendre davantage sur le Plan de leadership climatique.

Ceci étant dit, le gouvernement du Canada se réjouit de fixer de véritables objectifs nationaux et, ensemble, nous devons travailler à les réaliser. En apprendre davantage sur l’approche du Canada concernant les changements climatiques et les émissions de GES.