Étude initiale d’ingénierie et de conception : projet pilote de démonstration d’un micro-réseau et d’un réseau intelligent d’électricité renouvelable Raglan de Xstrata Nickel

Promoteur principal : TUGLIQ Energy Co.
Lieu : Nunavik, Nord du Québec
Contribution de l’Initiative : 720 000 $
Total du projet : 2 009 000 $

Contexte du projet :

Image d'un ingénieur qui enquête le site du parc éolien

Un enquêtes ingénieur du site du parc éolien

Image agrandie

La mine Raglan de Glencore au Nunavik, à l’extrémité nord du Québec est la mine exploitée depuis le plus longtemps dans l’Arctique canadien. Raglan est aussi le plus grand consommateur de diesel de l’Arctique canadien et l’émetteur de plus important de gaz à effet de serre. Le complexe minier consomme 60 millions de litres de diesel par an, soit plus des 14 villages du Nunavik rassemblés. Étant donné son caractère éloigné, Raglan est au-delà de la portée des réseaux des services publics ou de la distribution du gaz classique dans un avenir prévisible et dépend exclusivement du diesel pour ses charges d’exploitation. Or, la dépendance exclusive sur le diesel exerce des pressions de plus en plus fortes sur les coûts de l’exploitation minière et pose des risques plus élevés pour l’environnement dans l’un des écosystèmes les plus fragiles de la planète.

Glencore prévoit d’élargir et de mettre à niveau les capacités de la mine Raglan et de prolonger la vie de la mine jusqu’en 2034; l’entreprise a donc réévalué les activités minières. Une nouvelle « stratégie de diversification de l’énergie » a été élaborée pour la mine et un projet-pilote a été proposé, afin de lancer la mise en œuvre de la stratégie, et pour constituer un phare dans la région.

Dans le cadre de l’Initiative écoÉNERGIE Innovation, le projet proposé de démonstration d’un micro-réseau et d’un réseau intelligent d’électricité renouvelable Raglan a reçu 720 000 $ aux fins d’une étude initiale d’ingénierie et de conception (EIIC) pour déterminer la faisabilité du projet.

Résultats :

L’EIIC a été dirigée par le partenaire technologique de Glencore, TUGLIQ Energy Co. Divers sites ont été évalués pour le projet et une analyse minutieuse a été faite de l’incidence sociale et environnementale. Après la consultation des communautés inuites locales et des représentants de Glencore, le site de la mine satellite 2 de Raglan (à 90 km à l’intérieur) a été privilégié pour le projet-pilote. L’écoulement du vent et le potentiel de production d’énergie du site de la mine 2 ont été calculés à l’aide de données obtenues d’un mât météorologique sur le site, ce qui a confirmé que le site possédait d’excellentes ressources éoliennes et conviendrait au projet proposé.

L’étude a permis de déterminer que la mise en œuvre d’une solution éolienne-diesel-stockage était faisable sur le plan technique au site de la mine 2, étant donné la forte pénétration éolienne. Il s’agirait d’une éolienne multi mégawatts, prévue pour les conditions rigoureuses de l’Arctique, couplée à un système de stockage de pointe à trois niveaux et aux génératrices diesel existantes. Le système combiné de rotor, de batterie et de stockage d’énergie à base d’hydrogène permettrait la commande de la puissance réelle, le lissage et des réserves tournantes et ainsi, la stabilisation et l’amélioration de la qualité de l’énergie du micro-réseau.

Avantages pour le Canada :

Actuellement, la production d’énergie à partir de diesel est la source unique d’énergie pour les communautés éloignées et les exploitations minières dans le Nord du Canada. Mettre ensemble l’énergie éolienne et la production d’énergie à partir de diesel réduit la consommation du carburant diesel et prolonge la vie de service des génératrices diesel. L’ajout d’un système de stockage de l’énergie permet une plus forte pénétration de l’énergie éolienne, un approvisionnement énergétique plus stable et possiblement, une réduction supplémentaire des coûts liés à la production d’électricité au diesel.

Le projet Raglan a le potentiel de faire une contribution considérable à la transformation du paysage énergétique dans l’Arctique. Il est estimé que 50 % de la consommation annuelle en diesel de la mine 2, soit 2,4 millions de litres de diesel, pourrait être supplantée. Si le projet est une réussite, il pourrait entraîner l’expansion supplémentaire de la production d’énergie éolienne non seulement à la mine Raglan, mais aussi dans des communautés inuites plus importantes dans toute la région. Les résultats de l’EIIC, l’analyse réalisée et les données obtenues contribuent tous à la croissance de la base de connaissances pour les industries et les communautés dans le Nord du Canada qui travaillent afin de réduire leur dépendance au diesel.

Prochaines étapes :

Grâce au travail entrepris et aux résultats obtenus lors de l’EIIC, le promoteur du projet a reçu des fonds supplémentaires de l’Initiative écoÉNERGIE Innovation pour mettre le projet de démonstration en œuvre..

Rapport d'achèvement du projet