Étude initiale d’ingénierie et de conception : Whapmagoostui – Centrale éolienne hybride

Promoteur principal :  Nimschu Iskudow (NI) Inc.
Lieu :  Whapmagoostui, Northern Quebec
Contribution de l’Initiative : $ 700,275
Total du projet : $  2,534,250

Contexte du projet :

Interprétation du projet possible d’éolienne

Interprétation du projet possible d’éolienne

Image agrandie

Whapmagoostui ou « Lieu des bélugas » est la communauté crie la plus au nord au Québec. Environ 900 Cris y habitent, et la collectivité est accessible par avion toute l’année ou par bateau pendant les mois d’été. Environ 650 Inuits habitent le village avoisinant de Kuujjuarapik. Ni Whapmagoostui, ni Kuujjuarapik ne sont reliés au réseau électrique d’Hydro-Québec. Les deux communautés sont alimentées en électricité plutôt par un ensemble de trois groupes électrogènes diesel de 1,1 MW exploités par Hydro-Québec. Tout comme c’est le cas dans toutes les communautés dépendantes au diesel pour répondre à leurs besoins en énergie, les effets sur l’environnement et les coûts en croissance sont une préoccupation continue.   De plus, les groupes électrogènes s’approchent de la fin de leurs vies de service.

Compte tenu des ressources éoliennes et la biomasse dont toute la région dispose, Nimschu Iskudow Inc. (une entreprise de la Première Nation de Whapmagoostui) a proposé un nouveau système de micro-réseau capable d’approvisionner les deux communautés en énergie renouvelable. Le système hybride permettrait de réduire les coûts de la production d’électricité et aussi, d’améliorer la qualité de l’énergie et la stabilité du réseau. L’Initiative écoÉNERGIE Innovation a affecté 700 275 $ à la réalisation d’une étude initiale d’ingénierie et de conception (EIIC) pour déterminer la faisabilité technique et économique d’un tel système dans des conditions nordiques.

Résultats :

L’EIIC a comparé deux conceptions du système – l’un des systèmes étant muni d’une génératrice à la biomasse de 1 MW et l’autre, sans génératrice à la biomasse.   Les deux systèmes combinent trois générateurs éoliens de 1,5 MW avec des groupes électrogènes diesel et un système de stockage d’énergie par batterie d’une heure, mais dont les configurations sont légèrement différentes. Un régulateur central servait à gérer les sources de production d’énergie et à optimiser l’opération du micro-réseau dans les deux conceptions.

L’étude a permis de conclure que l’ajout d’une génératrice à la biomasse au système de micro-réseau donnerait lieu à un réseau plus stable et plus fiable, mais qu’un système de régulation plus perfectionné était nécessaire pour que le micro-réseau fonctionne efficacement. À la longue, les coûts de l’investissement initial seraient compensés par les avantages de la réduction de la consommation du diesel et des émissions de matières polluantes. De plus, l’étude a permis de déterminer que toute énergie éolienne excédentaire pourrait servir à de nouvelles applications de charges telles que le chauffage localisé, ce qui réduirait encore la dépendance de la communauté aux combustibles fossiles.

Avantages pour le Canada :

Les résultats de l’étude, l’analyse réalisée et les données obtenues contribuent tous à la croissance de la base de connaissances pour les communautés hors réseau et dans le Nord du Canada qui travaillent en vue de l’adoption de technologies d’énergie renouvelable. L’énergie renouvelable permet à ces communautés de réduire leur dépendance au diesel, mais elle pourrait aussi ouvrir la voie à des possibilités telles que le chauffage collectif et le chauffage de serres agricoles. Il est estimé que la centrale éliminera 360 000 T de CO2 au cours de sa vie de service de 20 ans.

Prochaines étapes :

Une étude détaillée a été entreprise afin d’optimiser la topologie du système. Des négociations avec Hydro-Québec visant la conclusion d’une entente d’achat d’énergie sont en cours.

Rapport d'achèvement du projet