Solutions innovatrices pour la chaîne d’approvisionnement en biomasse destinées aux chaufferies commerciales et institutionnelles dans le secteur forestier

Promoteur principal : Fédération québécoise des coopératives forestières
Lieu : Ste-Foy, Québec
Contribution de l’Initiative : 604 000 $
Total du projet : 1 004 000 $

Contexte du projet

La biomasse forestière issue de forêts gérées de façon durable désigne les arbres ou les parties d’arbres non utilisées par les industries traditionnelles de transformation du bois; cette biomasse est constituée des résidus de récolte totale et partielle (branches et cimes), des essences inutilisées, des arbres de faible qualité et des peuplements touchés par des perturbations naturelles (incendies et insectes). Cette biomasse forestière représente la plus grande source de manière première actuellement disponible pour la production de bioénergie au Canada, mais son potentiel est resté en très grande partie inexploité en raison des nombreux obstacles logistiques, économiques et environnementaux associés à son déploiement ainsi que d’importantes lacunes en matière de connaissances. Il est essentiel de mettre au point des approches nouvelles et innovatrices de l’organisation de la chaîne d’approvisionnement en biomasse forestière pour la production de bioénergie afin que le Canada développe le plein potentiel de ce secteur. À cette fin, la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) a proposé le projet « Solutions innovatrices pour la chaîne d’approvisionnement en biomasse destinées aux chaufferies commerciales et institutionnelles dans le secteur forestier ». La FQCF a reçu 604 000 $ de l’Initiative écoÉNERGIE sur l’innovation pour la réalisation du projet. L’objectif du Projet était de développer, d’améliorer et d’optimiser des systèmes de bioénergie forestière durables, rentables économiquement et efficaces en termes d’atténuation des émissions de gaz à effets de serre (GES) à l’échelle des communautés forestières. La FQCF rassemble et représente dans des domaines d’intérêt communs la majorité des coopératives forestières oeuvrant dans le secteur forestier du Québec. Sa mission est de mettre en place un cadre propice au développement coopératif afin d’assurer, de créer et de fournir des emplois stables et valorisants aux membres du réseau des coopératives forestières et de favoriser le maintien et le développement des entreprises et du réseau des coopératives forestières du Québec.

Résultats

Les travaux réalisés lors du projet
Les travaux réalisés lors du projet
Version textuelle

Ainsi, d’une part on a une ressource, la biomasse forestière et d’autre part, un client et une chaufferie qui nécessite un combustible (biomasse sous forme de plaquette) adapté aux exigences du fabricant de la chaudière. Le projet a permis de documenter les impacts sur le milieu forestier et proposer un certain nombre de balises pour minimiser ces impacts. Il a aussi permis de documenter toutes les opérations ou étapes de production du combustible, de la récolte en forêt jusqu’à la livraison à la chaufferie en passant par le transport de la biomasse brute, son entreposage pour son conditionnement, sa transformation permettant d’atteindre les caractéristiques granulométriques exigées, son nouvel entreposage sous abri avec un évaluation de différents modes de séchage du combustible pour l’obtention du taux d’humidité recherché. La chaîne d’approvisionnement en biomasse forestière évaluée est donc constituée de toutes ces étapes à travers lesquelles, les questions de logistique opérationnelle, de coûts d’approvisionnement et de rentabilité économique ont été abordés. Pour un certain nombre de projet type, le calcul du bilan carbone de projet concret de bioénergie de l’ensemble de cette chaîne a été réalisé permettant de calculer le niveau de réduction des émissions de GES par rapport au scenario de reference si on n’avait pas utilisé de la bioénergie. Enfin, l’ensemble des activités de production de bioénergie a un impact sur le milieu socio-économique. Ces impacts ont aussi été documentés de même que l’engagement politique du milieu et la perception du publics envers le développement de la filière de la production de chaleur.

Le projet était organisé en trois étapes. À l’étape 1, on a examiné la documentation sur les modèles de chaîne d’approvisionnement en biomasse forestière au Canada et dans le monde, de même que sur les enjeux écologiques associés à la récolte de biomasse forestière dans la forêt boréale canadienne. En outre, on a réalisé une étude exploratoire afin d’aider à identifier les acteurs de la chaîne d’approvisionnement et d’évaluer les retombées socioéconomiques du secteur de la biomasse forestière. L’étape 2 consistait en essais sur le terrain visant à valider, adapter et combler les lacunes cernées à l’étape 1, y compris les essais de récolte de biomasse forestière lors d’une opération de déblaiement dans un peuplement de feuillus dégradés de même que lors d’une éclaircie commerciale dans un peuplement de résineux. Six essais de séchage ont été réalisés pour fournir des réponses en ce qui concerne les stratégies de séchage de la biomasse forestière sous forme de plaquettes. Deux essais de transformation de la biomasse forestière ont été réalisés avec différentes configurations de machinerie. L’étape 3 concluait le projet par l’analyse des résultats de même que le transfert et la diffusion des connaissances. Les solutions cernées au fil du projet correspondent à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement en biomasse forestière résiduelle, du site de récolte jusqu’à la livraison du produit final. La maîtrise de chacune des étapes ainsi que la logistique et la coordination de chaque étape sont essentielles à l’obtention d’un produit de qualité qui satisfait les besoins en combustible solide de chaufferies commerciales et institutionnelles. De plus, les enjeux écologiques et socio-économiques doivent aussi être pris en considération.

Avantages pour le Canada

Le développement et la validation de pratiques et de standards de qualité pour la biomasse forestière propres aux conditions québécoises et canadiennes ont constitué une avancée majeure du point de vue de l’innovation et ont résulté en des pas décisifs pour le déploiement de la filière. Les coopératives forestières sont mieux en mesure de récupérer la biomasse, de remplacer le mazout ou le propane et de réduire les émissions de GES.

Prochaines étapes

La réalisation de fiches techniques et d’une série d’articles dans le journal Le Monde Forestier ainsi qu’un événement de formation sont prévus au courant de l’année 2016.  Le Projet pourrait mener à un prochain stade de la R-D, à la réalisation d’autres essais sur le terrain ainsi qu’à des essais à une échelle opérationnelle.  Le Service Forêt – Énergie, filiale de la FQCF, assurera l’adoption des résultats et des produits de connaissances du Projet auprès de ses partenaires.

Pour en apprendre davantage

S'il vous plaît communiquer avec le programme écoÉNERGIE pour obtenir une copie du FQCF  Rapport public final.