Faits sur l’uranium et l'énergie nucléaire

L’uranium est un métal blanc-argenté et une source d’énergie primaire. Après l’extraction et le broyage de l'uranium, ce dernier est transformé en carburant pour alimenter les réacteurs nucléaires afin de produire de l’électricité.

Faits saillants

  • À l’échelle mondiale, le Canada se classe au deuxième rang des producteurs et exportateurs d’uranium; le pays a été responsable de 23 % de la production mondiale en 2016.
  • En 2015, l’énergie nucléaire représentait 15 % de la production canadienne en électricité. L’énergie nucléaire est une source d’énergie qui n’émet pas de gaz à effet de serre.
  • En 2016, le Canada a exporté 88 % de sa production d’uranium vers des réacteurs nucléaires dans le monde entier.
  • Le Canada a mis au point une technologie de réacteur nucléaire unique appelée CANDU; il y a 18 réacteurs CANDU en service en Ontario, 1 au Nouveau-Brunswick et 12 à l’extérieur du Canada.
  • Conformément à la politique canadienne sur la non-prolifération nucléaire, l’uranium ne peut être utilisé qu’à des fins pacifiques.

Apprenez-en plus sur l’uranium et l’énergie nucléaire

Contexte international

Uranium

Apprenez-en plus sur le classement de l’uranium du Canada à l’échelle internationale :

Production mondiale
Production mondiale : 62,0 kilotonnes, en 2016 (dpr)
Classement Pays Pourcentage du total
1 Kazahkstan 40 %
2 Canada 23 %
3 Australie 10 %
4 Niger 6 %
5 Namibie 5 %
Exportations mondiales
Exportations mondiales : 52,8 kilotonnes, en 2016 (dpr)
Classement Pays Pourcentage du total
1 Kazakhstan 47 %
2 Canada 23 %
3 Australie 12 %
4 Niger 7 %
5 Namibie 6 %
Ressources établies récupérables à l’échelle internationale
Ressources établies récupérables à l’échelle internationale : 5,7 millions de tonnes (début de 2015)
Classement Pays Pourcentage du total
1 Australie 29 %
2 Kazakhstan 13 %
3 Canada 9 %
4 Russie 9 %
5 Afrique du Sud 6 %

Énergie nucléaire

Apprenez-en plus sur le classement de l’énergie nucléaire du Canada à l’échelle internationale :

Part de la production mondiale d’énergie nucléaire, par pays, en 2016
Pourcentage du total

Version texte

Ce diagramme circulaire illustre la répartition de la production mondiale d’énergie nucléaire en 2016, selon le pays. Les États-Unis étaient le principal producteur avec 33 %, suivis de la France avec 16 %, de la Chine avec 8 %, de la Russie avec 7 %, de la Corée du Sud avec 6 %, puis du Canada avec 4 %. Les autres pays représentaient 27 % de la production mondiale d’énergie nucléaire.

Production mondiale : 2 476 térawattheures, en 2016 (dpr)
Rang Pays Pourcentage du total
1 États-Unis 33 %
2 France 16 %
3 Chine 8 %
4 Russie 7 %
5 Corée du sud 6 %
6 Canada 4 %
7 Allemagne 3 %
8 Royaume-Uni 3 %

Offre et demande

L’énergie nucléaire est un élément important de l’environnement canadien d’un océan à l’autre. Des centrales nucléaires sont situées en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Les étapes d'extraction de l’uranium, du raffinage et de la fabrication du combustible sont réalisées en Saskatchewan et en Ontario.

Il existe une forte présence en sciences et technologies nucléaires partout au Canada, notamment en matière de production d’isotopes pour les applications médicales et industrielles.

Offre et demande au Canada, en 2016

Version texte

Cette carte démontre que la totalité de l’uranium provient de mines de la Saskatchewan, mais le traitement, le raffinage, la conversion, la fabrication du combustible, la recherche, de même que la gestion des déchets de l’uranium se font à la grandeur du Canada. Les centrales nucléaires sont situées en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Production et utilisations de l’uranium

L’uranium est principalement utilisé pour produire du carburant pour les centrales nucléaires (plus de 99 % de son utilisation totale). L’uranium est aussi utilisé à d’autres fins (moins de 1 %), notamment pour produire des isotopes médicaux et du carburant pour les réacteurs de recherche.

En 2016, la production canadienne d’uranium s’élevait à 14 kilotonnes. Tout l’uranium provient de mines situées en Saskatchewan et représente une valeur annuelle d’environ 2 milliards de dollars.

Faits saillants

  • La mine d’uranium à forte teneur de McArthur River et l’usine de Key Lake, qui sont les plus importantes installations de production d’uranium au monde en ce qui a trait à la production annuelle, ont produit 6 928 tonnes d’uranium en 2016.
  • Dix-sept tonnes supplémentaires d’uranium ont été produites à l’usine de Key Lake en 2016 grâce au recyclage des déchets de raffinerie de l’uranium.
  • Au cours de cette même année, la production de la mine d’uranium à forte teneur de Cigar Lake et de l’usine de McClean Lake a augmenté de manière considérable pour se chiffrer à 6 666 tonnes d’uranium, ce qui les place au second rang des installations de production en importance au monde sur le plan de la production annuelle d’uranium.
  • La mine de Cigar Lake devrait atteindre sa pleine capacité de production, c’est-à-dire une production annuelle de 6 900 tonnes d’uranium, d’ici la fin de 2017.
  • À la mi-2016, la production à la mine et l’usine de Rabbit Lake, d’une capacité annuelle de 428 tonnes d’uranium, a été suspendue en raison des faibles prix.

Production canadienne d’uranium, de 2007 à 2016 (dpr)

Version texte

Ce diagramme à barres illustre la production minière annuelle d’uranium au Canada de 2007 à 2016. La production a été relativement stable entre 2007 et 2014, avec une moyenne d’environ 9 380 tonnes d’uranium par année. Depuis 2014, la production accrue de la mine de Cigar Lake s’est traduite par un niveau de production record pour le Canada. En 2015, la production était de 13 325 tonnes d’uranium, ce qui représente un accroissement de 46 % par rapport à la production de 2014. La production d’uranium a augmenté d’un autre 6 % en 2016, établissant un record de 14 039 tonnes d’uranium.

Production canadienne d’uranium, par mine/usine, en 2016

Version texte

Ce diagramme circulaire illustre en pourcentage la production totale d’uranium au Canada, par mine ou usine, en 2016. La mine de McArthur River/Key Lake était la plus importante avec 49,41 % de la production canadienne, suivie par la mine de Cigar Lake avec 47,54 %, puis la mine et l’usine de Rabbit Lake avec 3,05 %.

Le raffinage et la conversion de l’uranium s’effectuent en Ontario, où on produit de l’hexafluorure d’uranium et du dioxyde d’uranium.

Environ 88 % de la production canadienne d’uranium est exportée. En 2016, ces exportations représentaient une valeur totale de plus de 1,8 milliard de dollars. En vertu de contrats à long terme (dont la valeur peut varier selon les changements des demandes régionales), l’uranium des mines canadiennes est habituellement vendu en Asie (49 %), en Amérique du Nord et Amérique latine (31 %) et en Europe (20 %). En 2016, 22 % de l’uranium acheté pour les réacteurs nucléaires des États-Unis provenait du Canada, faisant du Canada le plus important fournisseur étranger d’uranium des États-Unis.

La consommation intérieure des réacteurs CANDU canadiens en Ontario et au Nouveau-Brunswick compte pour environ 12 % de la production.

Capacité brute des centrales nucléaires au Canada

Il existe six centrales produisant de l’énergie nucléaire au Canada ayant une capacité combinée de 14 299 mégawatts. La centrale nucléaire de Bruce est la plus importante centrale nucléaire en activité au monde.

Centrales nucléaires au Canada, emplacement et capacité, en 2016
Centrale Province Capacité totale (MW) Unités
Darlington Ontario 3 740 4
Bruce A Ontario 3 220 4
Bruce B Ontario 3 390 4
Pickering A Ontario 1 084 4
Pickering B Ontario 2 160 2
Point Lepreau Nouveau-Brunswick 705 1

Prix

La majorité de la production canadienne d’uranium est vendue en vertu de contrats à long terme, et non sur le marché au comptant. À court terme, les prix au comptant n’ont pas d’incidence importante sur la valeur annuelle de la production d’uranium au Canada.

Le prix au comptant mensuel moyen de l’uranium a constamment diminué au cours des années 2015 et 2016, pour atteindre le prix de 18 $ US par livre, le prix le plus faible des 12 dernières années, avant de remonter à 20 $ US par livre à la fin de l’année 2016.

Prix au comptant de l’uranium, de 2003 à 2017

Version texte

Ce graphique linéaire démontrant les prix mensuels moyens du marché au comptant par livre d’uranium (U3O8), en dollars américains, de 2003 à 2017. Les prix au comptant de l’uranium ont connu une flambée, passant de 10 dollars par livre en 2003 à presque 140 dollars au début de 2007. Les prix se sont ensuite rapidement écroulés pour atteindre environ 50 dollars à la fin de 2008 et ont continué de diminuer lentement, avant d’atteindre 20 dollars en 2017.

Recherche et développement sur l’énergie nucléaire au Canada

Le Canada dispose de capacités de recherche et de développement dans le domaine nucléaire qui sont soutenues par des centres de recherche universitaires, le secteur privé et des laboratoires gouvernementaux (notamment les laboratoires de Chalk River, la plus vaste installation scientifique et technologique du Canada).

Les recherches se concentrent sur les technologies existantes en matière de réacteur ainsi que sur la prochaine génération de systèmes d’énergie nucléaire. Le Canada est un chef de file en matière de recherche et de développement dans le domaine nucléaire, notamment pour les secteurs de la médecine nucléaire, la pharmacologie, la protection de l’environnement et le traitement des eaux usées.

Les petits réacteurs modulaires (PRM) sont des réacteurs nucléaires qui fonctionnent à une plus petite échelle que ceux des centrales nucléaires actuelles. Bien qu’ils ne sont pas encore éprouvés au Canada sur le plan commercial, les PRM pourraient avoir des applications futures, notamment pour remplacer les centrales électriques à combustible fossile ou comme unités de production en suivi de charge équipées de systèmes de stockage d’électricité excédentaire afin de contribuer davantage aux sources d'énergie renouvelable variables.

Les PRM pourraient également avoir des applications dans la production de chaleur et d’électricité, autant pour les sites industriels reliés au réseau que pour ceux qui ne le sont pas, ainsi que pour contribuer à diminuer la dépendance au diesel des communautés nordiques et isolées qui ne sont pas reliées au réseau.

Réacteurs nucléaires CANDU

Le Canada a mis au point une technologie de réacteur nucléaire unique appelée CANDU, et fait ainsi partie d’environ une demi-douzaine de pays proposant au marché commercial ouvert des réacteurs conçus à l’interne.

Outre ceux d’installations canadiennes, des réacteurs CANDU ont été vendus en Inde, au Pakistan, en Argentine, en Corée du Sud, en Roumanie et en Chine.

Emplacements des réacteurs CANDU dans le monde

Version texte

Cette carte démontre que l’extérieur du Canada, la technologie CANDU est présente à l’extérieur du Canada, soit en Argentine, en Roumanie, au Pakistan, en Inde, en Chine et en Corée du Sud.

La technologie CANDU continue à évoluer pour permettre l’utilisation de carburants de remplacement. Un travail en cours sur les réacteurs CANDU en Chine vise à démonter qu’ils peuvent recycler du carburant usagé provenant d’autres centrales nucléaires, afin de réduire le volume des déchets nucléaires.

Apprenez-en plus sur la technologie nucléaire au Canada.

Apprenez-en plus sur les faits des minéraux et des métaux

Notes et sources

(dpr) données provisoires.

Sauf indication contraire, tous les prix sont en dollars canadiens.

Contexte international

Offre et demande

Capacité brute des centrales nucléaires au Canada

  • Centrales nucléaires au Canada, emplacement et capacité, en 2016
    • compilées par Ressources naturelles Canada à partir des données de Statistique Canada et d’autres sources publiques

Prix

Réacteurs nucléaires CANDU

  • Emplacements des réacteurs CANDU dans le monde