Faits sur le pétrole brut

Qu’est-ce que le pétrole brut?

Le pétrole brut est un liquide à forte teneur énergétique qui est principalement composé d’hydrocarbures. Au Canada, les sables bitumineux de l’Alberta représentent la plus grande réserve de pétrole brut du pays, bien que l’on retrouve aussi d’importants gisements de pétrole brut au large de la côte atlantique du Canada. Les activités reliées au pétrole brut comprennent l’exploration, le forage, la production et le traitement préliminaire du pétrole, en plus de l’entreposage et du transport du pétrole.

Faits saillants

  • Le Canada est le quatrième producteur en importance et le troisième exportateur en importance de pétrole dans le monde.
  • 97 % des réserves prouvées de pétrole au Canada proviennent des sables bitumineux.
  • 99 % des exportations canadiennes de pétrole brut sont destinées au marché des É.‑U.
  • Les émissions de GES par baril de pétrole provenant des sables bitumineux ont diminué de plus de 35 % depuis 1990.

Apprenez-en plus à propos du pétrole brut au Canada

Contexte international

Apprenez-en plus sur le classement du pétrole brut canadien à l’échelle internationale :

Production mondiale
Production mondiale* – 93,6 Mb/j (2016, données préliminaires)
Rang Pays Pourcentage du total
1 États-Unis 13 %
2 Arabie saoudite 13 %
3 Russie 12 %
4 Canada 5 %
5 Chine 5 %

* Inclut le pétrole brut, les LGN, les additifs et autres hydrocarbures (incluant l’ajout d’additifs)

Exportations mondiales
Exportations mondiales* – 46,6 Mb/j (2015)
Rang Pays Pourcentage du total
1 Arabie saoudite 17 %
2 Russie 11 %
3 Canada 8 %
4 Irak 7 %
5 Émirats arabes unis 6 %

* Inclut le pétrole brut, les LGN, les additifs et autres hydrocarbures (incluant l’ajout d’additifs)

Réserves mondiales
Réserves mondiales prouvées – 1,646 milliards de barils (fin de 2016)
Rang Pays Pourcentage du total
1 Vénézuela 18 %
2 Arabie saoudite ** 16 %
3 Canada
(dont 97 % sous forme de sables bitumineux)
10 %
4 Iran 10 %
5 Irak 9 %

** Les réserves de l’Arabie saoudite et du Koweït comprennent la « zone neutre » saoudi koweitienne de 5 milliards de barils de réserves totales prouvées

Ressources mondiales
Ressources mondiales d’huile de schiste* techniquement récupérables – 419 milliards de barils (2015)
Rang Pays Pourcentage du total
1 États-Unis 19 %
2 Russie 18 %
3 Chine 8 %
4 Argentina 6 %
5 Libya 6 %
13 Canada 2 %

* Les formations de schiste sont un sous ensemble des formations de pétrole léger de réservoirs étanches à faible perméabilité.

Offre et demande

En 2016, l’offre et la demande canadiennes pour le pétrole brut ont légèrement augmenté par rapport à 2015.    

  • Production canadienne* : 3,9 Mb/j
  • Importations** : 0,9 Mb/j
  • Exportations : 3,1 Mb/j
  • Pétrole brut expédié à des raffineries canadiennes : 1,7 Mb/j

* Comprend les condensats, les pentanes et leurs homologues supérieurs.

Ressources au Canada

En comprenant combien de pétrole brut est contenu dans les réserves établies, nous pouvons commencer à percevoir l’avenir du pétrole au Canada.

Les réserves établies qui demeurent* au Canada (données les plus récentes de décembre 2016) ont été enregistrées à 171,4 milliards de barils de pétrole brut.

Version texte

En 2016, les réserves prouvées de pétrole brut au Canada totalisaient 171,4 milliards de barils. Sur ce total, 165,3 milliards provenaient des sables bitumineux et 6,1 milliards de barils étaient issus de sources classiques.

* Réserves de pétrole connues et récupérables dans les conditions économiques et technologiques actuelles.
** Les réserves comprennent également les réserves prouvées de pentane supérieur (équivalent de pétrole brut rattaché à la production pétrolière).

Sables bitumineux

Les sables bitumineux représentaient 62 % de la production canadienne de pétrole en 2016, ou 2,4 millions de barils par jour. Les dépenses en immobilisations en lien avec les sables bitumineux se chiffrent à environ 288 milliards de dollars jusqu’à présent, dont 16,6 milliards de dollars en 2016.

Extraction du bitume

Il existe deux méthodes d’extraction du bitume des sables bitumineux : l’extraction minière et l’extraction in situ.

L’extraction minière 

  • 46 % de la production actuelle et 19 % des ressources des sables bitumineux.  
  • En 2016, six des plus grands projets miniers en Alberta ont chacun produit plus de 100 000 barils par jour :
    • projet minier Syncrude (321 kb/j),
    • mine de base de Suncor (238 kb/j),
    • mine Horizon de CNRL (146 kb/j),  
    • projet de sables bitumineux Athabasca – Muskeg River (142 kb/j),
    • mine Jackpine (114 kb/j), et
    • mine Kearl de la Pétrolière Impériale (185 kb/j).

Apprenez-en plus sur le processus d’exploitation minière à ciel ouvert.

Version texte

La méthode d’extraction minière, qui peut être employée dans des formations d’une profondeur de moins de 75 m, représente 46 % de la production actuelle provenant des sables bitumineux et 19 % des ressources de sables bitumineux.

L’extraction in situ

  • 54 % de la production actuelle et 81 % des ressources.
  • Plus de 20 projets d’extraction in situ en Alberta : les plus importants étant les projets de Cold Lake (Pétrolière Impériale), de Christina Lake (Cenovus) et de Firebag (Suncor).

Apprenez-en plus sur le processus d’exploitation in situ.

Version texte

La méthode d’extraction in situ, laquelle s’utilise dans des formations d’une profondeur de plus de 75 m, représente 54 % de la production actuelle provenant des sables bitumineux et 81 % des ressources de sables bitumineux.

Valorisation du bitume

La valorisation est une méthode de transformation du bitume qui est extrait des sables bitumineux. Le bitume brut extrait des sables bitumineux peut être transporté à des installations de valorisation qui le traitent pour en faire en brut plus léger appelé << pétrole brut synthétique >>.

Le bitume peut aussi être mélangé à des diluants (p. ex., des condensats) et vendu directement aux raffineries pouvant traiter les pétroles plus lourds.

  • En 2016, 42 % du bitume brut produit a été envoyé en Alberta à des fins de valorisation
  • Syncrude, Suncor, Shell, Canadian Natural Resources, Husky et Nexen-CNOOC comptent parmi les principales sociétés de valorisation
  • Capacité totale de valorisation au Canada : 1 363 000 b/j

Apprenez-en plus sur la valorisation et les produits du pétrole au Canada

Considérations environnementales

Les sables bitumineux du Canada font face à de nombreux défis environnementaux reliés à la conservation de l’air, de l’eau et des sols du Canada.

Gaz à effet de serre

Les sables bitumineux représentent 9,8 % des émissions de GES totales du Canada et 0,1 % des émissions mondiales. En 2015, les émissions de GES par baril de pétrole produit à partir des sables bitumineux étaient 35 % inférieures aux niveaux de 1990.

Eau

La gestion de l’eau est un défi important du processus d’extraction des sables bitumineux. L’extraction minière consomme 2,8 barils d’eau douce par baril de bitume, alors que l’extraction in situ consomme une moyenne de 0,3 baril d’eau douce par baril de bitume.

Les producteurs de sables bitumineux recyclent environ 80 à 85 % de l’eau qu’ils utilisent dans les mines établies et environ 90 à 95 % de l’eau servant à l’extraction in situ.

Sols

Le développement des sables bitumineux est soumis à des normes environnementales figurant parmi les plus strictes au monde. Le gouvernement de l’Alberta exige que les entreprises assainissent et réhabilitent 100 % des sols suite à l’extraction des sables bitumineux.

L’assainissement signifie que l’écosystème autonome des sols est rétabli, incluant la faune et la flore locales.

Version texte

Les ressources de sables bitumineux au Canada englobent une superficie de 142 200 km2 et se trouvent principalement en Alberta. La superficie minière exploitée totalise 4 800 km2 et la superficie minière exploitable est de 904 km2. À des fins de comparaison, la superficie du Canada totalise 10 000 000 km2 et celle de la forêt boréale canadienne est de 2 700 000 km2.

Huile de schiste et pétrole léger de réservoirs étanches

Le pétrole léger de réservoirs étanches (également appelé huile de schiste) se trouve dans les formations de roche sédimentaire caractérisées par une perméabilité très faible (généralement du schiste). Le pétrole léger de réservoirs étanches et l’huile de schiste sont extraits à l’aide de techniques de forage horizontal et de fracturation hydraulique en plusieurs étapes, soit les mêmes techniques qui servent à l’extraction du gaz de schiste.

Ressources au Canada et aux États-Unis

Il existe actuellement des ressources potentielles considérables de pétrole léger de réservoirs étanches et d’huile de schiste au Canada et aux États‑Unis. Les ressources de pétrole léger de réservoirs étanches se trouvent principalement dans une ceinture qui s’étend du centre de l’Alberta vers le sud du Texas. Les formations de Permian (principalement dans l’ouest du Texas), de Bakken (Dakota du Nord, Montana, Saskatchewan, Manitoba) et d’Eagle Ford (sud du Texas) représentent les plus grandes sources de pétrole de réservoirs étanches en Amérique du Nord.

Des ressources prometteuses ont également été découvertes dans les montagnes Rocheuses, sur la côte états‑unienne du golfe du Mexique et dans le nord‑est des États-Unis et l’est du Canada (y compris l’île d’Anticosti et la région ouest de Terre‑Neuve‑et‑Labrador).

Apprenez-en plus sur les ressources de pétrole léger de réservoirs étanches et d’huile de schiste au Canada.

Production

Depuis 2010, la production des sables bitumineux a surpassé celle du pétrole classique. En 2016, la production des sables bitumineux s’élevait à 2,4 Mb/j par rapport à 1,5 Mb/j de pétrole classique (y compris le pétrole de réservoirs étanches).

Version texte

L’extraction des sables bitumineux augmente de manière générale depuis 2006, pour atteindre un sommet de 2,42 millions de barils par jour en 2016. La production de pétrole brut de sources classiques est demeurée stable à un taux d’environ 1,5 million de barils par jour.

Les 5 plus importantes sociétés (Suncor, Canadian Natural Resources Limited, la Pétrolière Impériale, Husky et Cenovus) sont responsables de la moitié de la production de pétrole brut au Canada.

Du pétrole brut est produit à travers le pays, d’un océan à l’autre. En 2016, l’Alberta affichait la plus grande production de pétrole brut au Canada.

Version texte

En 2016, l’Alberta était en tête de peloton parmi les provinces en tant que producteur de pétrole brut, représentant 79,6 % de la production totale canadienne, suivie de la Saskatchewan, pour 12 % et de Terre-Neuve-et-Labrador, pour 5,4 %.

Version texte

De 2011 à 2016 dans l’Ouest du Canada, le nombre de puits pétroliers complétés est passé de plus de 10 000 à 2 150, tandis que la moyenne de mètres forés par puits a augmenté de façon constante depuis 2003, passant de 1 202 mètres forés en 2003 à 2 156 mètres en 2016.

Commerce

Le Canada produit plus de pétrole qu’il n’en consomme. Par conséquent, le Canada est un important exportateur de pétrole brut.

En 2016, le Canada était le plus important fournisseur étranger de pétrole brut des États‑Unis, pour 41 % des importations états‑uniennes de pétrole brut et 20 % de l’approvisionnement de leurs raffineries.

Le Canada a exporté aux États‑Unis 3,08 millions de barils par jour en 2016, soit 99 % de toutes les exportations canadiennes de pétrole brut et d’équivalent.

Version texte

Les exportations de pétrole brut canadien augmentent depuis 2010, pour atteindre 3,1 millions de barils par jour en 2016. Les importations se chiffraient à 0,91 million de barils par jour en 2006, mais ce chiffre a diminué de manière constante entre 2006 et 2014 (pour atteindre un creux de 0,80 million de barils par jour en 2014), avant d’augmenter à nouveau en 2015 jusqu’à 0,91 million de barils par jour en 2016.

En raison de la nature régionale des marchés de raffinerie canadiens, le Canada importe également du pétrole brut.

Les importations canadiennes de pétrole brut et d’équivalents proviennent de nombreux pays.

Version texte

Les importations canadiennes de pétrole brut et équivalents en 2016 provenaient des pays suivants : États-Unis, 62 %; Arabie saoudite, 9 %; Algérie, 9 %; Nigeria, 8 %; Norvège, 4 %.

Prix

Il existe plusieurs différents types de pétrole brut dans le monde, chaque avec leur propre prix :

  • West Texas Intermediate (WTI) : prix de référence pour le pétrole brut léger livré à Cushing, en Oklahoma (carrefour pipelinier important) et utilisé comme prix de référence pour le pétrole brut d’Amérique du Nord.
  • Brent : prix de référence pour le pétrole brut léger livré au terminal Sullom Voe au Royaume‑Uni et utilisé comme prix de référence pour le pétrole brut de la mer du Nord et pour de nombreux autres pétroles bruts ailleurs dans le monde.
  • Canadian Light Sweet : prix de référence pour le pétrole brut léger (qualité identique à celle du WTI) livré à Edmonton.
  • Western Canada Select (WCS) : prix de référence pour le pétrole brut lourd (p. ex., le bitume fluidifié) livré à Hardisty, en Alberta. Le WSC est représentatif du prix du pétrole provenant des sables bitumineux. Une plus grande quantité d’énergie est nécessaire pour produire des produits raffinés (p. ex., de l’essence) à partir du pétrole lourd; par conséquent, le baril de WCS se négocie à des prix inférieurs au brut léger.
  • Maya : prix de référence pour le pétrole lourd produit au Mexique (qualité identique à celle du WCS).

Apprenez-en plus sur les prix du pétrole brut au Canada.

Version texte

Voici une comparaison entre les prix moyens mensuels du Brent par rapport au WTI pour le pétrole brut, montrant l’écart entre les deux. Entre 2007 et 2017, le prix moyen mensuel du Brent se situait dans une fourchette de 30,70 $ à 133,00 $. De même, le prix moyen mensuel du West Texas Intermediate se situait une fourchette de 30,30 $ à 134,00 $.

Version texte

Voici une comparaison entre les prix moyens mensuels du Maya par rapport au Western Canada Select, montrant l’écart entre les deux. Entre 2007 et 2017, le prix moyen mensuel du Maya se situait dans une fourchette de 24,2 $ à 133,00 $, alors que le prix moyen du Western Canada Select se situait dans une fourchette de 16,30 $ à 114,90 $.

Le transport du pétrole brut au Canada

Les oléoducs, les camions, les pétroliers et les lignes ferroviaires effectuent le transport du pétrole brut entre les zones de production, les raffineries et les points frontaliers d’exportation et d’importation.

Par pipelines

Le Canada possède un réseau étendu de 840 000 kilomètres de pipelines qui achemine le pétrole brut vers les raffineries canadiennes et américaines. La capacité actuelle des oléoducs de pétrole brut de l’Ouest canadien est estimée à environ 3,9 millions de barils par jour.

Apprenez-en plus sur le réseau de pipelines canadiens.

Principaux pipelines actuels au Canada

Version texte

Carte indiquant certains des principaux pipelines de pétrole brut à travers le Canada.

Enbridge
  • Conduite principale : de l’Alberta au Mid‑Ouest des États‑Unis et à l’Ontario. Plus vaste réseau de pipelines du monde pour le pétrole brut et les produits pétroliers, desservant le Canada et les États‑Unis, d’une capacité de transport estimée de 2 850 000 barils de pétrole par jour.
  • Pipeline Norman Wells : des Territoires du Nord‑Ouest à l’Alberta.
  • Canalisation 9 : de Sarnia à Montréal, remise en écoulement vers l’est et capacité étendue à 300 000 barils par jour en 2015.
  • Southern Lights : pipeline de diluant de Chicago à Edmonton.
  • Express-Platte : capacité de transport de 280 000 barils par jour de Hardisty, en Alberta, au Mid-Ouest des États‑Unis.
Kinder Morgan
  • Société de pipeline la plus importante en Amérique du Nord et le plus grand transporteur de produits raffinés.
    • Conduite Trans Mountain : capacité de transport de 300 000 barils par jour d’Edmonton à la Colombie‑Britannique (pétrole brut et produits pétroliers).
    • Réseau de Puget Sound : par la conduite Trans Mountain, expédie le pétrole brut d’Abbotsford, en C.‑B., à l’État de Washington avec une capacité de 180 000 barils par jour.
    • Pipeline Cochin : transport de diluants de l’Illinois à Fort Saskatchewan avec une capacité de 95 000 barils par jour.
Pembina
  • Deuxième plus important réseau de pipelines dans l’ouest du Canada.
    • 9 pipelines pour le transport du pétrole brut classique et non classique.
    • Canalisation Bitumen : de Fort McMurray à Edmonton.
Pipeline Portland-Montreal
  • Transport de pétrole brut de Portland (Maine) à Montréal.
Pipeline TransCanada
  • Pipeline Keystone (2010) : capacité de transport de 591 000 barils de pétrole par jour d’Hardisty, en Alberta, au Mid Ouest des États Unis.

Par voie ferrée

Bien que le transport du pétrole brut soit généralement effectué par pipelines, le pétrole brut peut aussi être acheminé par voie ferrée.

Le volume (en tonnes) de mazout et de pétrole brut transporté par voie ferrée a presque triplé entre 2011 et 2014; cependant, il a par la suite diminué de 16 % de 2014 à 2015 en raison des bas prix du pétrole.

Entre 2015 et 2016, le volume (en tonnes) de mazout et de pétrole brut transporté par voie ferrée a encore diminué de 24 %.

La capacité estimée de chargement par voie ferrée de l’Ouest canadien en 2016 est d’environ 1 million de barils par jour.

Version texte

Le volume de pétrole brut exporté par chemin de fer aux États-Unis est passé de près de 16 000 barils par jour au premier trimestre de 2012 à environ 160 000 barils par jour au cours de 2014. Bien que ce volume ait baissé depuis 2015, une augmentation importante de 116 000 barils par jour a été notée au quatrième trimestre de 2016.

Sources