Les faits : Incidence du temps froid sur le rendement du carburant

Quel est l’enjeu?

Les conducteurs doivent s’attendre à consommer davantage de carburant en hiver. Ils peuvent faire des choix qui réduiront l’incidence des conditions hivernales.

Que dois-je savoir?

Figure 1 : Les données sur la consommation de carburant pour huit véhicules différents mis à l’essai à trois températures distinctes pour un déplacement court en ville.

L’incidence combinée des diverses conditions hivernales peut accroître la consommation de carburant par rapport à l’été. Par exemple :

  • Le temps froid augmente la consommation de carburant. Selon l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis, une baisse de température de 24 à 7 °C peut accroître de 12 à 28 p. 100 la consommation de carburant pour les déplacements en ville (voir la figure 1).
  • La résistance aérodynamique est plus grande en hiver. L’air sec et froid en hiver est 11 p. 100 plus dense que l’air chaud et humide en été, ce qui accroît la résistance au vent. Par conséquent, la consommation de carburant sur la route est d’approximativement 1,3 p. 100 plus élevée. La vitesse moyenne du vent est aussi plus élevée en hiver, ce qui accroît la résistance aérodynamique et, par conséquent, la consommation de carburant.
  • Les conditions routières sont plus difficiles en hiver. Les routes sont en moins bon état en hiver en raison de la détérioration accélérée de l’asphalte et du mélange de neige, de glace, de gadoue, d’eau, de sel, de gravier et de sable. Le moteur du véhicule travaille davantage pour compenser la plus grande résistance au roulement, car les pneus doivent pousser la neige épaisse et s’adapter à l’état de la route. En outre, en raison de la neige et de la glace, les routes sont plus glissantes, ce qui augmente également la consommation de carburant. Il est difficile d’établir la consommation supplémentaire de carburant liée aux conditions routières, en raison des grandes variations dans les conditions climatiques, les conditions routières, le terrain, le type de véhicule et le style de conduite. Selon des données de l’EPA, de mauvaises conditions routières peuvent augmenter la consommation de carburant de 7 à 35 p. 100.
  • En hiver, l’essence a habituellement une densité énergétique moins élevée. La composition de l’essence est ajustée selon la saison et la région en fonction de données antérieures sur les températures. Un litre d’essence renferme habituellement de 1,5 à 3 p. 100 moins d’énergie en hiver qu’en été. Il en est de même pour le carburant diesel.
  • La conduite en hiver accroît la charge du système électrique du véhicule. À l’exclusion du recours à la climatisation, les charges électriques du véhicule sont habituellement plus élevées par temps froid en raison de la demande accrue pour le chauffage, le dégivrage, les phares et les lumières intérieures, les sièges et les miroirs chauffants et l’utilisation accrue de la pompe du lave-glace. L’énergie pour ces charges électriques provient du système électrique du véhicule, lequel obtient son énergie du moteur.

Que puis-je faire?

Les décisions d’un conducteur dans différentes conditions météorologiques peuvent influer sur la consommation de carburant et les émissions de dioxyde de carbone (CO2). Par exemple :

  • Ne réchauffez pas le véhicule en le laissant tourner au ralenti! Utilisez-vous un démarreur à distance ou laissez-vous votre véhicule tourner au ralenti pendant 10 minutes pour réchauffer l’habitacle? Attention! Dix minutes de marche au ralenti consomment entre 0,25 et 0,50 litre de carburant et produisent de 600 à 1 200 grammes de CO2 selon le type de véhicule et les conditions. Laisser le moteur tourner au ralenti pendant plus de 30 secondes ne présente aucun avantage pour le véhicule. La façon la plus efficace de réchauffer le moteur et l’habitacle est de conduire le véhicule pendant quelques minutes.
  • Vérifiez la pression des pneus. La pression des pneus fluctue avec la température. Il faut vérifier la pression au moins une fois par mois, et plus souvent au cours des changements de saison, afin de maintenir une pression adéquate. En roulant sur des pneus dont la pression est de 56 kilopascals (8 livres par pouce carré) au-dessous de la pression normale, vous réduirez leur durée de vie de plus de 10 000 km et augmenterez la consommation de carburant de près de 4 p. 100.
  • Utilisez un chauffe-bloc. Un chauffe-bloc peut réduire la durée de la combustion du carburant enrichi au cours du réchauffement du moteur, ce qui diminue la consommation de carburant et les émissions. Pour obtenir un effet optimal, utilisez un chauffe-bloc muni d’une minuterie et réglez cette dernière de façon à activer le chauffe-bloc deux heures avant le démarrage du moteur.
 

Quels sont les avantages et les économies?

En mettant en pratique les conseils ci-dessus, vous pouvez réduire l’incidence des conditions hivernales sur votre consommation de carburant.