Language selection

Recherche

Le Bon $ens au volant Le repère de l'instructeur - Volume 7

Édition du printemps 2010 – Volume 7

Téléchargez le PDF (PDF, 1,9 Mo)

Table des matières

L'ÉCONOMIE DE CARBURANT, LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE ET L'ENVIRONNEMENT VONT DE PAIR

LES ATHLÈTES VEDETTES PERFORMENT SOUVENT EN DÉPASSANT CONSTAMMENT LEURS LIMITES, MAIS ON NE PEUT EN DIRE AUTANT DE VOTRE AUTOMOBILE. EN FAIT, C’EST PLUTÔT L’ARGUMENT CONTRAIRE QUI EST VRAI : EN POUSSANT À BOUT UN VÉHICULE, ON DIMINUE L’ÉCONOMIE DE CARBURANT.

À moins que vous soyez un pilote de Formule 1MC, tirer le meilleur parti d’un véhicule ne signifie pas que vous devez tout faire pour être le premier à la ligne d’arrivée - mais plutôt tout faire pour améliorer votre autonomie de carburant, peu importe la taille ou l’âge du véhicule, tout en ayant la sécurité comme priorité. C’est un message important à livrer aux conducteurs débutants – et la recherche indique que la conduite éconergétique en est la clé.

La conduite éconergétique implique une gamme de stratégies, allant de la planification des déplacements à la surveillance de la consommation de carburant en passant par la bonne mesure de la pression des pneus à la réduction du temps de marche au ralenti du moteur. Les cinq techniques de conduite suivantes peuvent vous aider à réaliser des économies de carburant très intéressantes.

figure 1

1. ÉVITER LA CONDUITE À HAUTE VITESSE
le fait de conduire à 120 kilomètres à l’heure (km/h) au lieu de 100 km/h augmentera la consommation de carburant d’environ 20 p. 100.

2. PRÉVOIR LA CIRCULATION DENSE
ce qui permet de conserver une vitesse constante et d’éviter la mauvaise habitude de gaspiller de l’essence par les accélérations rapides et les freinages brusques.

3. ACCÉLÉRER DOUCEMENT
l’accélération brusque peut faire augmenter la consommation de carburant de 15 p. 100.

4. ROULER À UNE VITESSE CONSTANTE
le fait de conduire à une vitesse constante consomme moins de carburant que lors de changements fréquents de vitesse.

5. ROULER AU DÉBRAYÉ
lever le pied de l’accélérateur dès que possible pour permettre au véhicule de réduire progressivement sa vitesse (dans la plupart des véhicules modernes, l’alimentation du moteur en carburant est coupée lorsque le conducteur relâche l’accélérateur).

En adoptant ces cinq petits changements à votre technique de conduite, vous pourrez réduire votre consommation de carburant de 25 p. 100, ce qui se traduit par des économies pouvant atteindre 500 dollars par année.

Mais outre l’économie de carburant et d’argent, la conduite éconergétique comporte également un autre avantage de taille : elle rend les routes plus sûres étant donné que l’accent est mis sur des techniques – garder suffisamment d’espace entre les véhicules, observer ce qui se passe loin devant sur la route et conduire à une vitesse constante – qui, non seulement améliorent l’économie de carburant, mais contribuent aussi à éviter les collisions.

La conduite éconergétique présente également des avantages importants sur le plan environnemental. En effet, les techniques appliquées à une telle conduite permettent de consommer moins de carburant que la conduite plus agressive, ce qui produit moins d’émissions de gaz à effet de serre (GES), les principaux responsables des changements climatiques. Si tous les conducteurs du Canada pratiquaient une conduite éconergétique, nous pourrions collectivement empêcher six mégatonnes de dioxyde de carbone (CO2) – le principal GES – de pénétrer dans l’atmosphère chaque année (pour obtenir plus de renseignements sur l’incidence du transport sur les changements climatiques, voir l’article à la page 9).

Le fait d’allier une meilleure économie de carburant, une plus grande sécurité sur la route et une réduction des émissions de GES font de la conduite éconergétique une stratégie gagnante pour les conducteurs canadiens et les écoles de conduite. La trousse de l’instructeur de conduite Le Bon $ens au volant renferme des outils et de l’information qui peuvent vous aider à intégrer l’économie de carburant à vos cours théoriques et pratiques.

Suivre le courant…

La conduite agressive – comme les accélérations rapides, les freinages fréquents et la vitesse élevée – peut augmenter la consommation de carburant d’un véhicule jusqu’à 39 p. 100! C’est pourquoi prévoir la circulation dense et ajuster la vitesse en conséquence constituent des éléments clés de l’économie de carburant.

Prévoir la circulation dense signifie que vous pouvez modifier plus progressivement la vitesse de votre véhicule; vous éviterez ainsi la nécessité de freiner brusquement lorsque la circulation ralentit et d’accélérer rapidement pour reprendre de la vitesse.

Une étude effectuée au Japon a révélé que, pour un véhicule qui roule à une vitesse moyenne de 80 km/h, un changement de vitesse de l’ordre de 5 km/h (à la hausse ou à la baisse) pour suivre le courant de la circulation faisait augmenter la consommation de carburant de 20 p. 100 lorsque la fluctuation durait 18 secondes. Si la fluctuation de vitesse ne durait que 12 secondes, la consommation de carburant augmentait de 50 p. 100.

Le fait de conduire à une vitesse constante peut aussi vous aider à éviter les arrêts et les départs inutiles en ville. Les feux de circulation étant souvent synchronisés, un véhicule qui roule à une vitesse précise passera une suite de feux verts sans s’arrêter, réduisant ainsi les embouteillages et améliorant la circulation. Le fait de conduire au-delà de la vitesse prévue pourrait signifier que votre vitesse n’est pas synchronisée aux feux de circulation et que votre véhicule ne se déplace pas avec autant d'efficacité qu'un véhicule qui respecte une vitesse constante.

Pourquoi la vitesse est-elle importante?

Tous les véhicules ont un « régime idéal » d'économie de carburant – soit la vitesse à laquelle l'économie est optimisée. Bien que ce point varie d'un véhicule à l'autre, il se situe souvent entre 50 et 80 km/h.

En ce qui concerne la conduite éconergétique, il est important de toujours éviter de conduire à haute vitesse et de respecter les limites établies. Bien que cela signifie que l'économie de carburant n'est pas optimale à une vitesse inférieure (la sécurité avant tout), le fait de respecter la limite de vitesse sur les autoroutes comblera amplement la différence.

Passer de 120 à 100 km/h réduit de 20 p. 100 la consommation de carburant. Pour un voyage de 25 km, un véhicule roulant à 120 km/h n'arrive que deux minutes et demie plus tôt qu'un véhicule roulant à 100 km/h. Ainsi, en conduisant sur une distance de 100 kilomètres à haute vitesse, vous n'arriverez que dix minutes plus tôt.

Posez la question à vos élèves : Ces gains en temps valent-ils réellement le coût supplémentaire en carburant et les émissions nocives pour l'environnement, sans oublier le risque de recevoir une contravention ou, pire encore, de provoquer une collision causée par la vitesse?

Un véhicule type roulant sur une distance de 100 km à 120 km/h consommerait deux litres de plus de carburant qu'à une vitesse de 100 km/h. Vu le prix de l'essence qui atteint régulièrement un dollar le litre, cela équivaut à tirer par la fenêtre un huard à l'heure.

Stratégies de la conduite éconergétique

Les techniques de conduite éconergétique peuvent augmenter l'économie de carburant de 25 p. 100

  • Accélérer doucement
  • Rouler à une vitesse constante
  • Éviter la conduite à haute vitesse
  • Prévoir la circulation dense
  • Rouler au débrayé

La gestion des déplacements peut augmenter davantage l'économie de carburant

  • Conduire moins souvent
  • Planifier et combiner les déplacements
  • Faire le suivi de la consommation de carburant

Autres conseils utiles pour réduire la consommation de carburant

  • Utiliser un afficheur de consommation de carburant
  • Éviter la marche au ralenti inutile du moteur
  • Vérifier la pression des pneus tous les mois
  • Alléger le véhicule en transportant le strict nécessaire
  • Retirer le porte-bagages lorsqu'il ne sert pas
  • Utiliser la climatisation avec modération

Les instructeurs de conduite du Manitoba relèvent le défi de la conduite écologique

Les instructeurs de conduite du Manitoba ont été soumis à un examen en septembre, et plusieurs l'ont réussi haut la main.

Dans le cadre de ses ateliers annuels « internes » à l'intention des instructeurs de conduite, la Société d'assurance publique du Manitoba (SAPM) a invité Ressources naturelles Canada (RNCan) à former les instructeurs sur l'économie de carburant.

Le personnel de RNCan a mis les instructeurs de la SAPM à l'épreuve en les invitant à relever le défi de la conduite écologique au cours de séances de formation à bord d'un véhicule. Les instructeurs devaient parcourir deux fois le même itinéraire préétabli. Ils n'ont reçu aucune information pour le premier parcours, alors que pour le second, le personnel de RNCan leur a rappelé les cinq principes clés de la conduite éconergétique : accélérer doucement, conserver une vitesse constante, éviter la conduite à haute vitesse, prévoir la circulation dense et rouler au débrayé (pour obtenir de plus amples renseignements, voir la page 2).

La durée de conduite et la consommation de carburant pour chacun des instructeurs soumis à l'examen ont été enregistrées, et les meilleurs participants – les personnes dont la consommation de carburant était la plus basse – ont reçu des prix décernés par RNCan à la fin de chacune des quatre séances (trois ont eu lieu à Winnipeg et une à Brandon). La consommation moyenne de carburant des 157 conducteurs qui ont relevé le défi était de 7,2 litres par 100 kilomètres (L/100 km), mais l'un des instructeurs de conduite a exécuté son parcours en ne consommant que 4,7 L/100 km.

« Je pense pouvoir affirmer que la formation interne a remporté un franc succès. Il est intéressant de constater que, même si les instructeurs sont déjà des conducteurs prudents et proactifs, nous avons observé une réduction moyenne de 15 p. 100 de la consommation de carburant lors du second parcours en conduite écologique – simplement parce que les conducteurs se concentraient sur les cinq comportements de la conduite éconergétique», indique Charles Crispim, gestionnaire principal de l'initiative écoÉNERGIE pour les véhicules personnels. « À l'issue de l'atelier, tous les instructeurs avaient une meilleure compréhension de l'incidence de leurs habitudes de conduite sur l'économie de carburant. Et, tout aussi important, ils ont appris qu'en adoptant les techniques de conduite éconergétique, tout le monde peut contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. »

La SAPM offre des cours de conduite aux élèves des écoles secondaires de toutes les régions du Manitoba et est un partenaire important du programme Le Bon $ens au volant. RNCan remercie les organisateurs, ainsi que les instructeurs de conduite, de leur participation aux séances de formation sur la conduite écologique.

Qui étaient les meilleurs participants?

SÉANCES TENUES À WINNIPEG

Le 11 septembre
Marlene Reimer
4,7 L/100 km

Le 12 septembre
Roman Slowinski
5,1 L/100 km

Le 19 septembre
Jan Frizzley
5,0 L/100 km

SÉANCE TENUE À BRANDON

Le 26 septembre
Ross Mann et
Leonard Kristjanson

4,9 L/100 km

Le programme DriveWiser cible les conducteurs débutants de la Nouvelle-Écosse

L'organisme Clean Nova Scotia est un chef de file réputé en ce qui concerne les campagnes de marketing social. Il offre de l'information et des ressources pouvant aider le grand public à faire des choix environnementaux intelligents. Le programme DriveWiser en est un exemple typique.

« L'objectif de DriveWiser est d'éduquer les Néo-Écossais et de les inciter à s'engager à acheter des véhicules éconergétiques, à les entretenir et à les conduire de manière à réduire leur consommation de carburant , afin de réduire les émissions de GES et d'améliorer la qualité de l'air », explique Gina Patterson, coordonnatrice de projet chez Clean Nova Scotia, un organisme sans but lucratif, qui offre des programmes partout dans la province depuis 20 ans. « Nous aidons les gens à se rendre du point A au point B en gaspillant le moins de carburant possible. »

Introduit en novembre 2006, DriveWiser ciblait à l'origine les conducteurs âgés de 25 à 55 ans. En avril 2008, la portée du programme a été élargie pour inclure les jeunes qui commencent à conduire, ainsi que les conducteurs d'expérience qui cherchent à perfectionner leurs techniques de conduite.

Le volet du programme ciblant les jeunes comprend des présentations sur l'économie de carburant données dans les écoles de conduite, les écoles secondaires, les collèges et les universités, combinées avec des ateliers pratiques qui mettent l'accent sur des techniques en vue de gérer notre dépendance par rapport aux véhicules et aux carburants fossiles. Plus de 500 jeunes se sont engagés à modifier leurs habitudes de conduite en diminuant la durée de marche au ralenti de 10 minutes par jour, en réduisant leur vitesse sur l'autoroute d'en moyenne 10 km/h et en vérifiant régulièrement la pression des pneus de leur véhicule.

« La première année du projet a connu un vif succès », confie Mme Patterson. « Les élèves, les étudiants et les enseignants ont réagi très favorablement par l'entremise de sondages, de lettres de remerciement et d'appels téléphoniques, plusieurs nous demandant des présentations supplémentaires. »

DriveWiser a conçu une trousse documentaire à l'intention des instructeurs de conduite, dont le contenu est tiré en partie de la trousse de l'instructeur de conduite Le Bon $ens au volant. Aujourd'hui, quelque 30 écoles de conduite utilisent la trousse DriveWiser, et bon nombre d'entre elles ont intégré des leçons sur l'économie de carburant à leur programme régulier.

Le profil de DriveWiser dans Facebook, un site Web de réseautage social, comptait près de 700 membres à la fin de la première année d'existence du projet. Une campagne de publicité radiodiffusée sur tout le territoire de la province pour une durée de cinq semaines au début de 2009 a suscité une hausse importante de visites du site Web et d'appels téléphoniques au sujet du projet.

Mme Patterson mentionne que les partenariats sont essentiels au succès du projet. À titre d'exemple, Clean Nova Scotia collabore avec le quotidien The Chronicle Herald, afin d'y faire paraître aux deux semaines une chronique intitulée « Pump It Green », qui traite de sujets liés à l'économie de carburant. Un autre partenariat formé avec les services de police régionaux de Halifax a permis la distribution de 3 000 dépliants traitant de la vitesse et des coûts s'y rattachant. Les documents publiés par DriveWiser sont également distribués par l'entremise de concessionnaires d'automobiles et d'ateliers de service indépendants. Access Nova Scotia en fait également la distribution au moment d'envois postaux relatifs aux inspections des véhicules et au renouvellement des plaques d'immatriculation.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des initiatives de Clean Nova Scotia visant à inciter les conducteurs de la province à adopter des changements positifs, visitez le site www.drivewiser.ca (en anglais seulement).

La rétroaction en temps réel peut améliorer les habitudes de conduite

Depuis longtemps l'ordinateur de bord fait partie de l'équipement de base des nouveaux véhicules, mais aujourd'hui, de nombreux modèles sont dotés de systèmes d'affichage de données qui procurent une rétroaction en temps réel sur tout, de la consommation de carburant à la pression des pneus. L'utilisation de cette information pour maximiser l'économie de carburant est un élément important de la conduite éconergétique.

Prenons l'économie de carburant à titre d'exemple. De nombreux systèmes d'affichage de données vous procurent de l'information sur la consommation moyenne de carburant de votre véhicule lors de vos derniers déplacements, ainsi qu'une rétroaction du taux actuel de consommation.

Cette dernière fonction vous permet de constater dans l'immédiat à quel point votre comportement au volant – soit l'accélération rapide, la conduite à haute vitesse ou l'utilisation de la climatisation – peuvent augmenter la consommation de carburant. La lecture des données internes vous permet également de comparer votre consommation de carburant à la cote du véhicule indiquée dans le Guide de consommation de carburant de RNCan.

Certains systèmes d'affichage de données sont assortis de moniteurs qui sont intégrés aux roues, permettant ainsi une lecture instantanée de la pression de chacun des pneus, et ce, tout en roulant. Cette fonction peut vous aider à déceler un problème récurrent de pneu dégonflé et à remédier à la situation. Chaque 5 p. 100 de sous-gonflement se traduit par 1 p. 100 d'augmentation de la consommation de carburant causée par la résistance accrue au roulement. De plus, les pneus sous-gonflés s'usent plus vite et sont moins sécuritaires.

Les systèmes d'affichage de données peuvent également vous avertir lorsqu'il est temps d'une vidange d'huile ou de toute autre routine d'entretien. Certains systèmes procèdent même à des vérifications régulières du moteur, afin de repérer des problèmes latents qui pourraient nuire à l'économie de carburant ou provoquer une panne sur la route.

Pour les véhicules dont l'équipement de série ne comprend pas de systèmes de rétroaction en temps réel, il est possible de se procurer un appareil complémentaire qui peut être transféré facilement d'un véhicule à un autre.Certains constructeurs d'automobiles annoncent dans leurs publicités que les systèmes de rétroaction en temps réel peuvent contribuer à améliorer l'économie de carburant de 15 p. 100 ou plus, simplement en affichant les incidences des différents styles ou habitudes de conduite sur la consommation de carburant.

Votre véhicule n'est pas muni d'un ordinateur de bord? VISITEZ VEHICULES.RNCAN.GC.CA.

Même si votre véhicule n'est pas doté de la rétroaction en temps réel, vous pouvez tout de même surveiller votre consommation de carburant avec un minimum d'effort et de temps. Le site Web Le Bon $ens au volant de RNCan vous facilite la tâche.

RNCan a conçu l'outil électronique « Surveillez votre consommation de carburant » qui vous aide à calculer votre consommation de carburant, à la surveiller et à la comparer aux cotes du Guide de consommation de carburant. Les conducteurs qui s'inscrivent auprès de RNCan peuvent sauvegarder leurs résultats en ligne et les comparer à ceux d'autres propriétaires du même modèle de véhicule.

Encouragez vos élèves à essayer l'outil « Surveillez votre consommation de carburant » de RNCan à l'adresse http://oee.rncan.gc.ca/transports/personnel/5250.

La consommation de carburant se calcule en quatre étapes simples :

ÉTAPE 1 faire le plein d'essence et écrire le chiffre indiqué à l'odomètre.

ÉTAPE 2 noter le nombre de litres nécessaires pour remplir le réservoir au moment du prochain plein, ainsi que le nouveau chiffre indiqué à l'odomètre.

ÉTAPE 3 calculer la distance parcourue en soustrayant le premier chiffre de l'odomètre du nouveau. (Note : l'odomètre peut également servir à calculer la distance parcourue entre les pleins.)

ÉTAPE 4 diviser le nombre de litres nécessaires pour remplir le réservoir par la distance parcourue, et multiplier le nombre obtenu par 100. Le résultat correspond à la consommation de carburant du véhicule au cours de cette période.

L'ÉcoConduite s'installe dans les collectivités de l'Ontario

Les automobilistes de la région du Grand Toronto et de Hamilton (GTHA) et d'autres régions de l'Ontario apprennent progressivement les avantages associés à l'ÉcoConduite grâce à une campagne de marketing social axée sur la collectivité, qui incite les gens à adopter une conduite éconergétique, à économiser le carburant et à réduire le temps de conduite.

Le projet EcoDriver a été lancé par Green Communities Canada, une association regroupant des organismes communautaires sans but lucratif, qui offrent aux foyers canadiens et aux collectivités des programmes environnementaux novateurs. Introduit en 2008 dans la région de York, à Collingwood, à Thunder Bay et à Hamilton, le projet EcoDriver a élargi sa portée en 2009 pour intégrer d'autres collectivités de la région du GTHA. Actuellement, des agents de prestation locaux provenant d'une dizaine de collectivités à l'échelle de la province s'appliquent à mettre en œuvre le projet EcoDriver.

« L'une de nos fonctions à titre d'association nationale consiste à nous assurer que personne ne réinvente la roue, y compris nous-mêmes », déclare Beth Jones, codirectrice de Green Communities Canada. « C'est pourquoi nous avons travaillé en étroite collaboration avec Gina Patterson, de Clean Nova Scotia, qui possède énormément d'expérience dans ce domaine, afin de créer un modèle unique de prestation de programme qui conjugue la prestation à l'échelle de la collectivité à un appui central au programme. »

Conformément à ce modèle, Green Communities Canada prend en charge l'ensemble de la coordination et de la conception du programme, et établit de la documentation et des gabarits pour les ateliers. Cette association forme également les représentants d'organismes d'exécution locaux sur l'économie de carburant et sur la mise en œuvre du programme. Les agents de prestation adaptent par la suite les gabarits et la documentation en fonction de leurs besoins et des caractéristiques de leur collectivité.

Parmi les activités offertes dans le cadre du programme EcoDriver, mentionnons : des ateliers et des présentations sur la conduite; l'achat et l'utilisation de véhicules dans le but de minimiser la consommation de carburant; des campagnes éclairs sur la pression des pneus; des présentoirs pour les événements tenus dans la collectivité et chez les concessionnaires d'automobiles; ainsi que des activités à l'intention des médias de la localité, conçus pour sensibiliser la population à l'économie de carburant.

Dans la région de York, par exemple, le Windfall Ecology Centre a profité de son festival annuel de l'environnement, tenu en juin 2009, pour mettre en vedette la technologie des véhicules hybrides. Les concessionnaires d'automobiles locaux y exposaient des véhicules hybrides, et des étudiants bénévoles étaient présents pour répondre aux questions des visiteurs sur ces véhicules. Les visiteurs étaient invités à répondre à un jeu-questionnaire sur la conduite éconergétique et recevaient gratuitement un manomètre EcoDriver pour les pneus. L'on estime qu'environ 10 000 résidants de la région de York ont visité l'exposition durant les deux jours du festival.

Bien que le projet EcoDriver ait ciblé principalement les conducteurs âgés de 30 à 60 ans, Mme Jones a dit qu'il y avait eu une demande d'activités visant les jeunes. À titre d'exemple, à Muskoka, la Muskoka Heritage Foundation a collaboré avec l'école secondaire Bracebridge and Muskoka Lakes afin d'offrir la formation EcoDriver à un groupe choisi d'élèves qui suivaient l'atelier mécanique. Ces derniers se sont portés volontaires pour donner des présentations aux autres classes, y compris une formation en conduite automobile. Comme coup d'envoi à la Semaine de la Terre, les étudiants bénévoles ont également organisé une campagne éclair sur la pression des pneus, tenue dans une épicerie/station-service, à laquelle ont participé 120 résidants de la localité.

Finalement, Green Communities Canada espère élargir la portée du projet EcoDriver à l'ensemble du territoire ontarien et à d'autres régions du Canada. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez www.ecodriver.org (en anglais seulement).

Collectivités participant au projet EcoDriver et partenaires de prestation

Collingwood – Environment Network
Région de Durham – Durham Sustain Ability
Région de Halton – Elora Environment Centre
Hamilton – Green Venture
Région de Peel Community Environment Alliance
Thunder Bay – EcoSuperior
Toronto – Toronto Green Community
Région de York – Windfall Ecology Centre
Midland – Severn Sound Environmental Association
Muskoka – Muskoka Heritage Foundation
North Bay – Greening Nipissing
Peterborough – Peterborough Green-Up

Photo cutline 1: Des étudiants bénévoles du programme EcoDriver ont répondu aux questions sur les véhicules hybrides exposés lors du Windfall's Ecology Festival (10 000 visiteurs, juin 2009).

Photo cutline 2: Une clinique de vérification de la pression des pneus EcoDriver au Pickering Town Centre (juillet 2009).

Le repère de l'instructeur avec Ben Estrada

Vitesse = Temps?

Il est 7 h 50, vous devez être au bureau à 8 h et vous êtes à 20 minutes de votre destination. Que faites-vous? Les aiguilles de l'horloge bougent, ce qui n'est pas le cas du bouchon de circulation, et vous sentez que votre niveau de frustration augmente.

Finalement, la circulation reprend, mais comment rattraper le temps perdu? Peut-être avez-vous appris dans vos cours de physique du secondaire que la « vitesse réduit le temps », mais combien de temps gagnez-vous en réalité en conduisant de manière plus agressive?

La réponse : très peu! Sur de courtes distances de 5 à 25 km, le temps gagné en conduisant à 120 km/h au lieu de 100 km/h est négligeable.

120 km/h (2,00 $ de plus par heure)

100 km/h

2,5 minutes (120 km/h)
3,0 minutes (120 km/h)
parcours de 5 km - Vous gagnez 30 secondes!

12,5 minutes (120 km/h)
15,0 minutes (120 km/h)
parcours de 25 km- Vous gagnex 2,5 minutes!

CELA EN VAUT-IL LA PEINE?

Oui, la vitesse réduit le temps – mais au volant, cette équation ne devrait pas être utilisée pour compenser le temps perdu. Les risques s'y rattachant sont trop élevés par rapport aux avantages qui sont négligeables. Comme nous l'enseignons dans les cours de conduite, conduire de façon agressive peut augmenter la consommation de carburant de 39 p. 100, ce qui constitue un gaspillage de carburant et crée de la pollution inutile, sans parler des risques d'accident. Est-ce vraiment profitable de gagner 2,5 minutes sur une heure de conduite?

Voici quelques conseils pour aider vos élèves à maîtriser leurs émotions lorsqu'ils sont au volant :

  • Planifiez vos déplacements. Prévoyez votre itinéraire de façon à éviter les embouteillages afin d'être plus attentif.
  • Accordez-vous suffisamment de temps pour vos déplacements. Courir contre la montre alimente la frustration ou la colère.
  • Acceptez le fait que si vous partez en retard, vous arriverez en retard.
  • Pensez à votre sécurité et à celle des autres, cela pourrait avoir un effet calmant.
  • Laissez vos problèmes derrière vous. Si vous n'arrivez pas à vous concentrer, ne prenez pas le volant.
  • Soyez patient et extrêmement courtois. Compensez pour les erreurs des autres conducteurs en conservant un espace suffisant autour de votre véhicule, ce qui vous permettra de voir venir les risques et de réagir à temps.
  • N'oubliez pas que la formule « vitesse = temps » peut être une réponse acceptable dans un cours de physique, mais que sur la route, elle peut mener à la catastrophe.

Ben Estrada est un instructeur principal de l'initiative Le Bon $ens au volant à la Brisa Driving School Inc.

Mise à jour de la stratégie d'économie de carburant en cinq étapes

Le programme écoÉNERGIE pour les véhicules personnels de RNCan est basé sur une stratégie en cinq étapes pour promouvoir la conduite sécuritaire et éconergétique. Le Programme, mené en étroite collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, vise à mettre en œuvre cette stratégie. Consultez le tableau suivant pour une mise à jour sur le progrès réalisé dans chaque province et territoire.

Étape I. Inclure des messages sur l'économie de carburant dans les manuels destinés aux nouveaux conducteurs.

Étape II. Inclure des questions sur l'économie de carburant dans les examens à l'intention des nouveaux conducteurs.

Étape III. Inclure l'économie de carburant comme élément obligatoire dans le programme de formation des conducteurs.

Étape IV. Offrir au public d'autres documents de l'Office de l'efficacité énergétique dans les bureaux d'immatriculation.

Étape V. Fournir un lien à partir des sites Web des cours de formation des conducteurs et des bureaux d'immatriculation au site Web Le Bon $ens au volant.

Province ou territoire Étape I Étape II Étape III Étape IV Étape V
Alberta X X X
Colombie-Britannique X X X X
Manitoba X X X X X
Nouveau-Brunswick X
Terre-Neuve-et-Labrador X X X X
Nouvelle-Écosse X X X
Ontario X X X
Île-du-Prince-Édouard X X X X
Québec X X X X
Saskatchewan X X X
Territoires du Nord-Ouest X X
Nunavut
Yukon X X X

Les changements climatiques :
la conduite sécuritaire et éconergétique fait partie de la solution

Le climat change partout dans le monde, et les scientifiques estiment que l'activité humaine – particulièrement l'utilisation de combustibles fossiles – est l'une des causes de ce phénomène. Les recherches effectuées au cours des dernières années suggèrent que les changements climatiques pourraient avoir plusieurs effets sur l'environnement et la santé. Ces derniers comprennent les phénomènes météorologiques qui pourraient devenir plus violents, la hausse du niveau de la mer, les sécheresses, les feux de forêts, les inondations et l'occurrence accrue de maladies attribuables à la chaleur.

Le CO2 – le principal GES qui contribue aux changements climatiques – est un sous-produit inévitable de la combustion du carburant, ce qui signifie que les millions de Canadiens qui conduisent des véhicules chaque jour font à la fois partie du problème et de la solution.

Le secteur des transports est responsable de 27 p. 100 des émissions de GES au Canada. Les véhicules utilitaires légers, soit les voitures, les fourgonnettes et les camions légers, sont responsables de près de la moitié de ce pourcentage. Pour chaque litre d'essence consommé, un véhicule produit environ 2,3 kilogrammes de CO2. Ainsi, en raison du processus de combustion du carburant, une voiture produit, en moyenne, environ trois fois son poids en CO2 chaque année.

Le Canada a pour objectif de réduire ses émissions de GES de 17 p. 100 d'ici à 2020 (par rapport aux niveaux de 2005). En enseignant des techniques de conduite sécuritaires et éconergétiques – avec l'aide des outils et des ressources du programme Le Bon $ens au volant – les instructeurs de conduite contribuent de façon importante à cet objectif de réduction et aident à assurer un environnement plus sain et plus stable aux générations futures.

Intégrez l'enseignement sur la marche au ralenti à votre plan de cours

Comme le prône la trousse de l'instructeur de conduite Le Bon $ens au volant, la conduite sécuritaire est une conduite éconergétique; l'une ne va pas sans l'autre. Même si l'enseignement de techniques de conduite sécuritaires constitue votre priorité, il n'y a aucun mal à inclure dans votre plan de cours d'autres stratégies visant l'économie de carburant.

L'élimination de la marche au ralenti inutile en est un bel exemple. C'est un geste simple que la plupart des Canadiens peuvent poser pour économiser de l'argent, réduire les émissions de GES et contribuer à atténuer certains problèmes de santé le meilleur moment. Pour les conducteurs, d'apprendre les effets de la marche au ralenti est avant qu'ils n'aient acquis de mauvaises habitudes.

En quoi la marche au ralenti présente-elle un risque pour la santé?

Bien que les GES eux-mêmes ne produisent pas de smog, la recherche suggère qu'ils peuvent nuire à la qualité de l'air environnant en augmentant la température, ce qui aggrave la pollution atmosphérique et, par ricochet, les problèmes respiratoires et les autres troubles de santé des personnes fragiles. La hausse de température provoquée par les changements climatiques risque également d'augmenter l'occurrence de maladies et de décès attribuables à la chaleur.

Les études réalisées indiquent que lorsque l'on tient compte de tous les facteurs, il est préférable de couper le moteur pour économiser le carburant et réduire les émissions de GES, que de le laisser tourner inutilement au ralenti. En soupesant les facteurs en jeu, comme l'économie de carburant, les émissions produites et l'usure des pièces, RNCan recommande de couper le moteur si vous devez vous arrêter pendant 60 secondes ou plus, sauf dans la circulation.

Comme c'est un bon message à transmettre aux élèves, prenez alors quelques minutes en classe ou durant les cours pratiques pour discuter du problème que pose la marche au ralenti du moteur. Vous trouverez toute l'information dont vous avez besoin dans le site Web très populaire de RNCan intitulé « Action contre la marche au ralenti » à l'adresse marcheauralenti.rncan.gc.ca. Incitez vos élèves à visiter le site pour en apprendre davantage sur la manière d'agir en vue d'éliminer la marche au ralenti inutile.

Le Bon $ens au volant « s'intègre naturellement » aux cours de conduite pour débutants en Ontario

Lorsque le ministère des Transports de l'Ontario a fait de l'économie de carburant un élément obligatoire des cours de conduite pour débutants à l'échelle de la province, de nombreux concepteurs de programmes se sont tournés vers une source d'information fiable et prête à utiliser : la trousse de l'instructeur de conduite Le Bon $ens au volant.

William Pollock, président de Jetala Limited, dit qu'il a trouvé logique d'intégrer la matière de la trousse Le Bon $ens au volant au programme de formation qu'il a conçu bien avant la date limite fixée au 1er septembre 2009.

« Le gouvernement de l'Ontario exige désormais que l'économie de carburant fasse partie du programme, et Le Bon $ens au volant est la réponse naturelle à cette demande », confie M. Pollock. « Les jeunes veulent économiser de l'argent, préserver l'environnement et conduire prudemment. Le Bon $ens au volant leur enseigne tout cela. »

« Je serais surpris si les autres concepteurs de programmes n'utilisaient pas la matière de la trousse Le Bon $ens au volant », ajoute M. Pollock, dont le nouveau cours intègre environ 45 minutes d'enseignement tiré de la trousse, en plus des périodes en classe réservées aux discussions et aux activités. « Le programme Le Bon $ens au volant comprend beaucoup de documents de soutien, et c'est gratuit! Je ne connais aucune autre source qui offre ce type de trousse », conclut-il.

Charles Torreiro, directeur des Opérations chez NTSA International, une entreprise établie à Montréal, qui produit des manuels, des vidéos, des programmes de formation et d'autres documents à l'intention des éducateurs en sécurité routière du Canada et des États-Unis, est un fervent enthousiaste de la trousse Le Bon $ens au volant. NTSA International en utilise le contenu depuis plus de dix ans et en a intégré la matière au nouveau programme que l'entreprise a conçu à l'intention des écoles de conduite de l'Ontario.

« Pourquoi réinventer la roue? », demande-t-il. « La trousse Le Bon $ens au volant a été testée auprès des élèves et a fait ses preuves. Vous pouvez y prendre des éléments qui intéressent et interpellent les élèves. Aucune autre matière n'est aussi complète, bien conçue et efficace que Le Bon $ens au volant, alors, je n'ai aucun scrupule à suggérer aux gens d'utiliser les éléments du programme Le Bon $ens au volant qui conviennent à leurs cours. »

Ben Estrada, instructeur principal de l'initiative Le Bon $ens au volant, fait valoir que le programme Brisa on Wheels fait partie intégrante des cours de conduite qui offre trois options de prestation aux écoles de conduite en Ontario.

« À ma connaissance, notre programme est le seul ayant adopté l'ensemble de l'initiative Le Bon $ens au volant », mentionne M. Estrada. « Nous en avons intégré toute la matière à notre trousse de formation. Deux des modules de la trousse Le Bon $ens au volant sont obligatoires, et les trois autres sont facultatifs. »

À North Bay, en Ontario, Emerald Carlson, exploitant de la Genesis Driving School, explique : « Le Bon $ens au volant établit un lien intéressant entre les enjeux environnementaux et la conduite sécuritaire. C'est un bon programme et les élèves l'apprécient vraiment. » Le nouveau programme offert à l'école de M. Carlson réserve environ 30 minutes d'enseignement en classe à la matière du programme Le Bon $ens au volant, et les élèves ont environ trois heures de devoirs à faire. Ce faisant, ils couvrent la totalité de la matière du programme Le Bon $ens au volant.

Sachez que répondre à vos élèves!
Les notions rudimentaires des mélanges de carburant à base d'éthanol

Est-il vrai que les mélanges de carburant renfermant de l'éthanol ne produisent pas autant d'énergie que l'essence ordinaire, et qu'il en coûte donc plus cher pour parcourir la même distance? Puis-je utiliser un mélange de carburant à l'éthanol sans endommager mon véhicule? Soyez prêt à répondre à ce type de questions en étudiant les faits suivants au sujet de l'éthanol.

L'éthanol est un alcool liquide composé d'oxygène, d'hydrogène et de carbone. Il peut être obtenu par la fermentation du sucre ou en convertissant la matière cellulosique contenue dans la biomasse, ce qui en fait une ressource renouvelable. La majeure partie de l'éthanol actuellement produit au Canada provient du maïs et du blé, bien que la recherche sur des technologies de production à base de sources non alimentaires s'avère prometteuse.

Tous les véhicules à essence construits depuis les années 1980 peuvent fonctionner avec des mélanges de carburant renfermant jusqu'à 10 p. 100 d'éthanol, appelé E-10, qui est disponible dans plusieurs stations-services sur l'ensemble du territoire du Canada. Certains véhicules sont construits spécialement pour fonctionner avec un mélange de carburant qui renferme jusqu'à 85 p. 100 d'éthanol, soit l'E-85, mais ce dernier n'est pas offert au grand public.

Le mélange E-10 libère seulement 97 p. 100 d'énergie par rapport à l'essence pure. Cependant, cette différence est partiellement comblée par une plus grande efficacité de combustion (l'éthanol brûle plus complètement que l'essence). En moyenne, l'utilisation du mélange E-10 augmente la consommation de carburant de 2 p. 100 comparativement à l'essence pure, ce qui est bien peu lorsque l'on tient compte de l'incidence des autres facteurs sur l'économie de carburant. Par exemple, le fait de conduire à 120 km/h plutôt qu'à 100 km/h augmente en moyenne la consommation de carburant de 20 p. 100.

Vos élèves seront heureux d'apprendre que la perte minime sur le plan de l'économie de carburant est compensée par les avantages environnementaux associés aux mélanges de carburant à l'éthanol. L'éthanol réduit les émissions de GES puisque du CO2 est absorbé au cours de la croissance de la biomasse utilisée pour sa production. Le mélange E-10 renfermant de l'éthanol à base de maïs peut produire environ 4 p. 100 moins d'émissions de GES que l'essence pure.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l'éthanol et les autres carburants de remplacement, visitez vehicules.rncan.gc.ca.

Faites-nous part de vos histoires

Avez-vous une histoire intéressante sur l'économie de carburant dont vous souhaiteriez nous faire part? Avez-vous quelques conseils à donner sur la méthode d'apprentissage en classe ou sur la route? Veuillez nous les envoyer par courriel à lebonsensauvolant@rncan.gc.ca.Nous publierons ensuite une sélection des meilleures histoires (avec le nom de l'instructeur et celui de son école de conduite) dans le prochain numéro du bulletin Le Bon $ens au volant – Le repère de l'instructeur.

Office de l'efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada
Engager les Canadiens sur la voie de l'efficacité énergétiqueà la maison, au travail et sur la route

Also available in English under the title:
Drivers Educator's Newsletter – Spring 2010 Edition, Volume 7

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2010

N° d'inventaire M27-01-2529F
ISSN 1911-4613 (Imprimé)
ISSN 1911-4621 (En ligne)

Papier Recyclé

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :