Troisième étape : Recueillir les renseignements généraux et l’information de base

Troisième étape

Que savez-vous déjà sur ce qui se passe au sujet de la marche au ralenti dans la collectivité/l’emplacement que vous avez choisi?

Recueillez dès le début du processus de planification de votre campagne les renseignements généraux et l’information de base : 1) ce sera utile dans la conception de votre campagne; 2) cela servira de référence aux fins de comparaison au moment de l’évaluation du succès de votre campagne. Voici certains éléments d’information utiles à obtenir :

  • Succès précédents – démarches précédentes réussies, leçons retenues, et expériences générales de campagnes de réduction de la marche au ralenti dans votre collectivité ou des alentours.
  • Fréquence des habitudes concernant la marche au ralenti (nombre de véhicules utilisant la marche au ralenti à l’emplacement cible, à un moment précis).
  • Durée moyenne de la marche au ralenti (nombre de minutes moyen de la marche au ralenti d’un véhicule à l’emplacement cible).
  • Attitudes et opinions du public cible concernant la marche au ralenti – par exemple, jusqu’à quel point les trois mythes suivants à l’égard de la marche au ralenti sont-ils répandus?

Trois mythes à l’égard de la marche auralenti
La recherche a démontré que les points de vue suivants sont largement entretenus dans de nombreuses collectivités au Canada :

  • Mythe : Le moteur de votre véhicule doit être chaud avant de prendre le volant.
    Réalité :La meilleure façon de réchauffer le moteur est de vous mettre enroute. En réalité, les moteurs contrôlés par ordinateur d’aujourd’hui n’ont besoin que de deux ou trois minutes de marche au ralenti pour devenir chauds – même par temps très froid.
  • Mythe : La marche au ralenti est bonne pour le moteur.
    Réalité :Un temps de marche au ralenti excessif peut, en fait, endommager les composants de votre moteur tels les cylindres, les bougies et les systèmes d’échappement.
  • Mythe : Arrêter et redémarrer votre véhicule demande plus d’essence que de le faire rouler en marche au ralenti.
    Réalité :Au-delà de dix secondes de marche au ralenti demande plus d’essence que le redémarrage du moteur.

Deux étapes clés dans la collecte de l’information :

  1. Tirez profit de la recherche, du savoir et de l’information sur la réduction de la marche au ralenti qui est déjà disponible
  2. Collecte de données principale sur la conduite
    Choisissez les renseignements nécessaires à votre campagne et l’approche de collecte de données la plus avantageuse en tenant compte des ressources humaines et monétaires dont vous disposez. Gardez en tête que les partenariats et le travail bénévole peuvent réduire vos coûts de collecte de données – par exemple, des étudiants bénévoles peuvent participer à la collecte de données au moment du départ des élèves par autobus à la fin des heures de classe.

Type de données nécessaires : Fréquence et durée de la marche au ralenti des véhicules – PDF <Part of Phase 2 >

Type de données nécessaires : Fréquence et durée de la marche au ralenti des véhicules

Méthode de collecte des données : Observations et dénombrement sur place

Étapes dans le processus de collecte de données :

  • Obtenez l’approbation des organismes/représentants d’organismes pour la collecte de données à l’emplacement cible (p. ex., commissions scolaires, administrations de transport en commun).
  • Choisissez un endroit de vos emplacements cibles où le personnel/les bénévoles peuvent se tenir discrètement pour faire la collecte de données – à l’abri des regards, mais à un endroit d’où ils peuvent voir les véhicules.
  • Choisissez le meilleur moment de la journée pour la collecte de données – privilégiez les périodes de marche au ralenti les plus élevées.
  • Déterminez le nombre de jours nécessaires pour la collecte de données (en général, jusqu’à sept jours, selon les ressources).
  • Choisissez les dates de la collecte– assurez-vous que la collecte avant la campagne et celle après sont réalisées pendant la même saison, sans changements climatiques exceptionnels, pour faciliter la comparaison.
  • Formez le personnel ou les bénévoles à reconnaître les véhicules qui roulent en marche au ralenti et à entrer l’information sur le formulaire de données.
  • Recueillez les données – le personnel/les bénévoles prennent en note le nombre de véhicules en marche au ralenti et la durée de la marche au ralenti sur le formulaire de collecte de données (voir Feuille de planification et ressources de la troisième étape).
  • Prenez en note tout facteur externe pouvant influencer les attitudes habituelles à l’égard de la marche au ralenti aux emplacements cibles aux fins d’analyses – p. ex., événements dans les alentours, conditions météorologiques exceptionnelles, etc.

Type de données nécessaires : Attitudes et perception du public-cible concernant la marche au ralenti [PDF 29 Ko] [DOC 35 Ko]

Type de données nécessaires : Attitudes et perception du public-cible concernant la marche au ralenti

Méthode de collecte des données : Enquêtes téléphoniques
Enquête aléatoire à l’aide de questions préétablies pouvant sonder les perceptions et les idées à propos de la marche au ralenti et des normes (couper le moteur est-il la bonne chose à faire?).

Étapes dans le processus de collecte de données :

  •  Préparez des questions ciblées pour l’enquête.
  • Déterminez la taille de l’échantillon. Plusieurs ressources en ligne peuvent vous aider à cet effet (p. ex., Creative Research Systems (en anglais seulement) ou faites une recherche Internet d’outils en ligne). Comme exemple, l’ICPP a mené une entrevue auprès de 300 personnes pendant deux jours avant la campagne et deux jours aprèsla campagne.
  • Choisissez au hasard des numérus de téléphone de votre collectivité.
  • Mettez en œuvre l’enquête – demandez à parler au membre du foyer qui conduit le plus souvent.
  • Analysez les résultats de l’enquête.

Méthode de collecte de données : Groupes de discussion
Discussions de groupe sur la marche au ralenti. Peuvent être une bonne méthode pour obtenir une meilleure idée des messages ou du matériel pouvant être utilisés pour la campagne.de réduction de la marche au ralenti.

Étapes dans le processus de collecte de données :

  • Préparez les questions pour les groupes de discussion (les groupes de discussion fonctionnent mieux si vous préparez un ensemble de questions prédéterminées à poser aux participants).
  • Choisissez un endroit facilement accessible de votre collectivité ainsi que l’heure et le jour qui convient le mieux aux personnes recherchées (p. ex., pour les travailleurs, il faudra choisir un temps de rencontre le soir ou la fin de semaine).
  • Déterminez et invitez les participants au groupe de discussion (proposez de huit à dix personnes, ainsi vous aurez un échantillon de six à huit participants).
  • Réalisez le travail avec les groupes de discussion – assurez-vous de souligner votre appréciation du temps que les participants mettent à votre disposition en leur offrant des rafraîchissements ou un petit présent (p. ex., chèque-cadeau, allocation/rétribution).

Méthode de collecte de données : Entrevues individuelles
Courts sondages de trois minutes afin de recevoir « personnellement » une rétroaction sur la connaissance des enjeux clés de la campagne, des habitudes de comportement concernant la marche au ralenti, ou les mécanismes de communication efficaces.

Étapes dans le processus de collecte de données :

  • Préparez les questions d’entrevue – soyez bref et concis.
  • Choisissez l’endroit où tenir les entrevues – p. ex., les endroits où il y a un grand achalandage de gens comme les centres commerciaux.
  • Formez le personnel ou les bénévoles à la réalisation d’entrevues.
  • Procédez aux entrevues et gardez un suivi des réponses et des autres données utiles.

 

Les études de cas suivants illustrent comment les données de base peuvent être recueillies de manière efficace au niveau des coûts pour fournir les renseignements aux campagnes, et peuvent participer à générer des idées pendant votre préparation de la troisième étape (Recueillir les renseignements généraux et l’information de base) de votre campagne.

Étude de la marche au ralenti à Owen Sound
Méthodes de collecte de données : Relevés/observation de la fréquence et de la durée de la marche au ralenti; calculatrice de CO2
Collecte de données : élèves de sixième année

Une étudiante de sixième année de l’école publique Derby cherchait un sujet intéressant pour l’expo-sciences lorsqu’elle remarqua le grand nombre de voitures qui roulaient en marche au ralenti à leur passage aux services au volant de sa ville natale d’Owen Sound (Ontario). L’étudiante voulait savoir combien de dioxyde de carbone (CO2) s’échappait des véhicules utilisant la marche au ralenti. À l’aide de données du World Resources Institute,l’étudiante a calculé que 4,7 kilogrammes (kg) de CO2 s’en échappaient à un seul service au volant, et ce en seulement dix minutes. Intéressée de savoir quel serait le résultat de la marche au ralenti aux feux de circulation, elle a calculé que ces véhicules laissaient échapper environ 0,8 kg de CO2 dans le même temps. Le projet qui en a découlé et qui s’est appelé « Pensées qui tournent au ralenti » a été présenté à l’expo-sciences de son école et à l’expo-sciences qui s’est tenue au centre communautaire de Bayshore, là où il a remporté une médaille d’argent et deux récompenses (le prix Bruce Power Energy et le prix Inspired By Nature). Le projet a également attiré l’attention du conseil de ville d’Owen Sound qui a invite l’étudiante à faire une présentation devant ses membres. Cela prouve que la passion, alliée à des calculs de données avérés, peut faire un bon bout de chemin.

Adhérez à l’anti-marche au ralenti et skiez
Méthodes de collecte de données : Relevés/observation de la fréquence et de la durée de la marche au ralenti; calculatrice de CO2
Collecte de données : Étudiants de niveau universitaire

L’organisme My Sustainable Canada et l’Association des stations de ski de l’Ontario (ASSO) ont fait circuler le message sur la réduction de la marche au ralenti parmi les stations de ski de l’Ontario par l’intermédiaire du programme de réduction de la marche au ralenti inutile (PRMRI). Le programme offrait aux stations de ski l’occasion de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) responsables du changement climatique, d’améliorer la qualité de l’air, d’économiser le carburant et de diminuer le bruit grâce à des initiatives visant à réduire la marche au ralenti des véhicules des membres du personnel et des visiteurs.
Avant lelancement du programme, des données de référence des trois stations de ski participant au projet pilote (Blue Mountain, Craigleith et Glen Eden) ont été recueillies par des étudiants de l’université de Waterloo qui ont étudié la marche au ralenti des véhicules dans les stationnements et les zones d’embarquement et de débarquement. Les données suivantes ont été recueillies avant le lancement (du 15 au 18 janvier 2009) et après le lancement (du 19 au 22 2009) à partir d’un échantillon de 6 094 véhicules personnels répartis sur trois sites :

  • Temps moyen que les véhicules personnels passent dans les zones anti-ralenti.
  • Dénombrement de tous les véhicules utilisant la marche au ralenti dans les zones anti-ralenti.
  • Temps total de la marche au ralenti estimé(le total du nombre de véhicules x le temps de marche au ralenti moyen).
  • Total d’émissions de CO2 (Le temps total de la marche au ralenti estimé x ,0700 kg CO2/minute).
  • Quantité d’émissions de GES par 1 000 véhicules (pour comparer les données recueillies avant et après).

Les résultants clés comprenaient : 1) de 48 à 64 p.100 des conducteurs de véhicules personnels stationnés dans les zones d’embarquement et de débarquement, utilisaient la marche au ralenti. Lorsque les billetteries étaient proches, on pouvait observer certains conducteurs utilisant la marche au ralenti pendant qu’ils achetaient leur billet; 2) de 56 à 89 p. 100 des autocars et des autobus scolaires stationnés dans les zones d’embarquement et de débarquement, utilisaient la marche au ralenti. Certains autocars roulaient en marche au ralenti pendant toute la durée de leur arrêt (une moyenne de 4,5 heures); 3) de 42 à 50 p. 100 des véhicules servant au transport de marchandise stationnés dans les zones d’embarquement et de débarquement, utilisaient la marche au ralenti. Grâce à ces données de référence, un plan d’action adapté à chaque station de ski a été élaboré incluant des zones anti-ralenti près des pentes où se trouvaient les zones où la marche au ralenti était plus marquée.

Pour en savoir davantage, veuillez visiter My Sustainable Canada (en anglais seulement)

Feuille de planification et ressources de la troisième étape

Formulaire de collecte de données sur la fréquence et la durée de la marche au ralenti [PDF 70 Ko]  [DOC 44 Ko]

Feuille de planification de la collecte de données de la troisième étape [PDF 21 Ko] [DOC 29 Ko]

Précédent     Table des matières     Suivant