Language selection

Recherche

La mesure de l’énergie : l’énergie du site par rapport à l’énergie à la source dans ENERGY STAR Portfolio Manager

Pour effectuer une analyse comparative adéquate, il faut exprimer dans une même unité tous les différents types d’énergie. L’énergie à la source s’avère l’unité d’évaluation la plus juste, et elle permet une évaluation complète de l’efficacité énergétique à l’échelle du bâtiment.

L’adaptation canadienne d’ENERGY STAR Portfolio Manager permet d’effectuer la conversion de l’énergie du site à l’énergie à la source.

L’énergie du site par rapport à l’énergie à la source : Quelle est la différence?

L’énergie du site ne tient compte que de l’énergie utilisée directement par votre propriété, telle qu’elle est indiquée sur les factures des services publics. On considère que c’est la façon la plus simple de mesurer la consommation d’énergie d’un bâtiment. Toutefois, l’énergie du site ne tient pas compte des pertes d’énergie qui surviennent durant la production, le transport et la livraison de l’énergie vers votre propriété. En outre, elle ne peut pas tenir compte adéquatement des différents mélanges de combustibles qui peuvent inclure des sources d’énergie primaire (combustible brut brûlé sur place pour produire de la chaleur ou de l’électricité, p. ex., du gaz naturel ou du mazout) ou des sources d’énergie secondaire (énergie produite ailleurs, p. ex., l’électricité achetée du réseau), ou les deux. Ainsi, il est difficile de comparer avec précision la consommation d’énergie de deux bâtiments qui utilisent différents types d’énergie. Par conséquent, une unité primaire de consommation et une unité secondaire de consommation sur place ne sont pas directement comparables, puisque l’une représente le combustible brut et l’autre, un produit transformé.

Pour sa part, l’énergie à la source tient compte de toute l’énergie utilisée pour alimenter votre bâtiment. Essentiellement, il s’agit d’une conversion qui représente une combinaison d’énergie primaire et d’énergie secondaire en une seule unité commune. Ainsi, elle comprend les pertes qui surviennent durant la production, le stockage, le transport et la livraison. Cette façon de procéder offre un portrait plus complet des besoins en énergie de votre bâtiment et vous permet d’établir une comparaison plus juste de la consommation d’énergie du bâtiment, sans ajouter de crédit ni imposer de pénalité à un bâtiment pour le type de combustible qu’il utilise.

Questions et réponses au sujet de l’énergie à la source

Bien que l’utilisation de l’énergie à la source ait été sélectionnée et mise à l’essai pour s’assurer qu’elle permet une évaluation précise et juste de la consommation d’énergie d’un bâtiment, vous pourrez avoir des questions concernant la manière de tenir compte de divers types d’énergie. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage.

Est-ce que l’énergie à la source est une unité d’évaluation comparative juste et précise par rapport à l’énergie du site?

Énergie à la source

  • permet une évaluation globale du bâtiment qui tient compte de tous les combustibles;
  • évalue équitablement tous les bâtiments, peu importe le système de chauffage;
  • évalue équitablement le chauffage électrique par rapport aux systèmes alimentés au gaz naturel et à vapeur;
  • fournit une comparaison juste des systèmes à vapeur avec ceux alimentés au gaz naturel;
  • compare équitablement les chaudières alimentées au gaz naturel avec divers degrés d’efficacité sur place.

Bien que l’énergie du site soit plus simple à comprendre, elle présente certaines limites qui empêchent d’utiliser cette unité d’évaluation pour établir des comparaisons à l’échelle nationale pour des bâtiments similaires :

Comment l’utilisation de l’énergie à la source permet-elle une évaluation juste du rendement énergétique d’un bâtiment, indépendamment des types d’énergie utilisés?

L’énergie à la source a été retenue comme unité de comparaison dans Portfolio Manager précisément parce qu’elle ne fournit aucun crédit ni n’impose aucune pénalité aux bâtiments qui utilisent un type particulier d’énergie. En fait, c’est plutôt le contraire et l’utilisation de l’énergie du site fournit effectivement des crédits aux bâtiments qui achètent de l’énergie produite à l’extérieur du site par un service public. Pour les bâtiments qui achètent un combustible brut (comme du gaz naturel) et qui le convertissent en énergie sur place, l’évaluation de l’énergie du site tiendrait compte des pertes qui surviennent durant la conversion, puisque cette donnée repose sur le combustible acheté. Pour les bâtiments qui achètent de l’énergie (comme de l’électricité) produite à l’extérieur du site, l’évaluation de l’énergie du site ne tiendrait pas compte de ces pertes, puisqu’elles surviennent avant que l’énergie n’alimente le bâtiment. Ainsi, on pourrait croire qu’un bâtiment qui produit sa propre énergie à partir d’un combustible brut consomme davantage de combustible pour produire la même quantité d’énergie que celle achetée par le bâtiment dont l’énergie est produite à l’extérieur par un service public. Dans les deux cas, des pertes sont survenues durant la production d’énergie, mais, en utilisant l’évaluation de l’énergie du site, pour le bâtiment qui achète de l’énergie produite ailleurs n’est pas responsable de ces pertes.

L’utilisation de l’énergie à la source aurait-elle une incidence sur la capacité des bâtiments d’obtenir une bonne cote ENERGY STAR de 1 à 100?

Bien que l’évaluation de l’énergie à la source soit généralement plus élevée que celle de l’énergie du site, cela n’a aucune incidence sur la capacité des bâtiments d’obtenir une cote ENERGY STAR de 1 à 100 élevée, puisque la méthode et les calculs utilisés pour déterminer la cote reposent aussi sur l’énergie à la source. Tous les bâtiments sont évalués en fonction des mêmes critères; par conséquent, l’utilisation de l’énergie à la source n’empêche pas un bâtiment d’obtenir une cote élevée.

L’utilisation de l’énergie à la source aurait-elle une incidence sur la capacité des bâtiments qui fonctionnent exclusivement à l’électricité d’obtenir une bonne cote ENERGY STAR de 1 à 100?

De nombreux bâtiments dont l’alimentation et le chauffage fonctionnent exclusivement à l’électricité ont obtenu des cotes ENERGY STAR de 1 à 100 d’au moins 75 (figurant parmi les meilleurs 25 % des bâtiments similaires). En fait, une étude de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a révélé que 26 % des bâtiments certifiés ENERGY STAR (ceux qui ont obtenu une cote égale ou supérieure à 75) aux États-Unis fonctionnaient exclusivement à l’électricité. Ce résultat est légèrement inférieur par rapport aux 30 % de tous les bâtiments commerciaux dans l’ensemble du pays qui sont alimentés uniquement à l’électricité. De plus, cette même étude a indiqué que la proportion moyenne d’électricité dans tous les bâtiments commerciaux aux États-Unis est de 62 %, tandis que la moyenne parmi les bâtiments certifiés ENERGY STAR est de 78 %Note de bas de page 1. Conjugués, ces résultats révèlent qu’une forte proportion d’utilisation d’électricité n’empêche pas un bâtiment d’obtenir une cote ENERGY STAR de 75 et plus.

Une source d’énergie plus verte est-elle associée à une meilleure cote ENERGY STAR de 1 à 100?

Ce n’est pas nécessairement le cas. Portfolio Manager offre un crédit pour l’énergie verte générée sur place (p. ex. à partir de panneaux solaires ou d’éoliennes). L’énergie verte ou à faible impact qui est générée hors site et que vous achetez d’un service public peut réduire vos émissions de carbone mais n’influencent pas directment votre cote.

Portfolio Manager est principalement consacré à l’efficacité énergétique. Ainsi, ses mesures et les calculs pour établir la cote sont fondés principalement sur la quantité d’énergie consommée par un bâtiment, plutôt que sur l’effet sur l’environnement du type particulier d’énergie utilisé. Par conséquent, si le Bâtiment A, qui est alimenté aux combustibles fossiles, consomme moins d’énergie que le Bâtiment B, un bâtiment identique qui est alimenté à l’énergie hydroélectrique à faible impact, le Bâtiment A pourrait obtenir une meilleure cote, même si son empreinte carbone pourrait être plus élevée.

Pour plus d’information sur l’énergie verte et son incidence sur vos mesures, veuillez consulter le document de référence technique ENERGY STAR sur l’énergie verte [PDF – 455 Ko].

En apprendre davantage

Pour en apprendre davantage, veuillez consulter les ressources suivantes :

The difference between source and site energy (en anglais seulement), Environmental Protection Agency des É.-U.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :