ARCHIVÉE - Bulletin L'Enjeu : Efficacité énergétique - Novembre 2011

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.


Le Canada et les États-Unis collaborent pour économiser de l’énergie dans les bâtiments commerciaux

À la suite de l’article publié en septembre 2011 sur l’analyse comparative du rendement énergétique, nous sommes heureux de vous informer que la U.S. Environmental Protection Agency (EPA) et Ressources naturelles Canada (RNCan) ont signé le 9 novembre 2011 un accord qui permettra de créer une plateforme commune pour mesurer et évaluer le rendement énergétique des bâtiments commerciaux, et ce, dans les deux pays.

« L’analyse comparative de l’énergie est un aspect important d’une stratégie efficace pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments parce que ce qu’on accomplit est ce que l’on mesure, de dire le ministre des Ressources naturelles, l’honorable Joe Oliver. Cet accord est un autre exemple de la façon dont nous travaillons avec les États-Unis, par l’intermédiaire du Dialogue sur l’énergie propre, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de lutter contre les changements climatiques. »

D’importantes améliorations seront apportées au Portfolio Manager dans le cadre de cet accord, notamment l’élaboration d’une échelle de rendement énergétique canadienne et l’ajout de donneés de références canadiennes (température, énergie et facteurs d’émissions et unités métriques). L’outil sera disponible dans les deux langues officielles à partir de 2013 et ne comportera pas de volet d’étiquetage des bâtiments.

L’analyse comparative du rendement énergétique de vos bâtiments est l’une des premières étapes qui vous aideront à comprendre comment économiser de l’énergie et réduire l’empreinte carbone de vos bâtiments, ainsi qu’à prendre les décisions connexes. Faire le suivi de la consommation d’énergie de vos bâtiments peut vous aider à évaluer leur rendement énergétique, à établir vos priorités de placement, à cibler les bâtiments qui ne présentent pas le rendement escompté, à examiner les améliorations énergétiques et à être reconnu lorsque vos bâtiments offrent un rendement énergétique supérieur.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’accord, veuillez consulter le communiqué à ce sujet. Pour en savoir davantage sur les programmes liés à l’énergie de RNCan, visitez le site Web écoÉNERGIE sur l’efficacité énergétique pour les bâtiments.

Restez à l’affût pour obtenir plus d’informations!

retour au debut

Faites part de vos succès en gestion de l’énergie

L’Enjeu : Efficacité énergétique offre régulièrement à ses lecteurs des nouvelles et des informations concernant les gestes accomplis dans les secteurs des bâtiments commerciaux et institutionnels pour réduire la consommation d’énergie et contribuer à un avenir durable.

Nous souhaitons savoir comment votre organisation apporte sa contribution. Que vos succès soient une source d’inspiration pour les autres! Racontez-nous comment la gestion de l’énergie est mise en œuvre dans votre bâtiment. Plus particulièrement, nous désirons :

  • des exemples d’analyses comparatives de la consommation énergétique fructueuses;
  • des exemples illustrant les bienfaits de la formation en gestion de l’énergie;
  • des cas de pratiques exemplaires en gestion de l’énergie.

Faites-nous parvenir vos récits de succès par courriel et racontez-nous comment vous avez fait des changements utiles dans vos installations. Et continuez à faire votre part!

retour au debut

CNEB 2011 : un appui aux actions du Canada concernant les changements climatiques

Depuis la parution de notre article dans le numéro de juillet 2011 de L’Enjeu : Efficacité énergétique, le Code national de l’énergie pour les bâtiments (CNEB) 2011 a été publié! Commandez votre exemplaire en version imprimée ou téléchargez-le à partir du Magasin virtuel du Conseil national de recherche du Canada. La version électronique est offerte sous forme de fichier PDF téléchargeable ou au moyen d’un abonnement en ligne.

Code national de l'énergie pour les bâtiments - Canada
Code national
de l'énergie
pour les
bâtiments - Canada

Parmi les principaux faits marquants du CNEB 2011 figurent :

  • une amélioration de l’efficacité énergétique de 25 p. 100 par rapport au Code modèle national de l’énergie pour les bâtiments – Canada (CMNEB) 1997;
  • une simplification administrative par l’élimination du facteur de pondération de la source d’énergie;
  • un code basé sur les objectifs, qui est en harmonie avec le Code national du bâtiment;
  • des méthodes de solutions de remplacement supplémentaires

Le CNEB 2011 contient des exigences minimales pour la conception et la construction de bâtiments écoénergétiques, et traite de l’enveloppe du bâtiment, des installations et des appareils de chauffage, de ventilation et de climatisation, de chauffage de l’eau sanitaire, d’éclairage, ainsi que des systèmes de distribution d’électricité et des moteurs électriques. Ce code s’applique aux bâtiments neufs et aux rénovations majeures de bâtiments existants. Il devient obligatoire après avoir été adopté par une autorité réglementaire.

Le CNEB a été élaboré par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies, en partenariat avec les provinces et les territoires, et avec le soutien technique et le financement du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et de Ressources naturelles Canada (RNCan).

L’une des plus importantes caractéristiques du CNEB est l’amélioration globale de l’efficacité énergétique qu’il permet comparativement au CMNEB. L’objectif qui sous-tendait l’élaboration des exigences techniques du CNEB était une amélioration de 25 p. 100 comparativement au CMNEB de 1997. Selon l’évaluation d’un consultant externe, l’amélioration s’établira à 26,2 p. 100. Cette amélioration est une moyenne pondérée pour l’ensemble du pays et elle est basée sur plusieurs facteurs, y compris le niveau de rendement énergétique initial d’une région. Les effets seront moins importants dans les régions où les pratiques de construction éconergétiques sont déjà supérieures à celles prévues dans le CMNEB, et ils seront plus marqués dans les régions affichant un niveau de rendement énergétique initial moins élevé.

La publication du CNEB est une réalisation de grande importance qui contribuera à valoriser les actions relatives aux changements climatiques du gouvernement du Canada, celui-ci s’étant engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 17 p. 100, par rapport au niveau de 2005, d’ici à 2020. L’élaboration d’un code national de l’énergie pour les bâtiments plus exigeant constitue l’un des objectifs du programme écoÉNERGIE sur l’efficacité énergétique pour les bâtiments.

Des présentations en ligne gratuites expliquant les principaux changements dans le CNEB seront disponibles sur le site Web des codes nationaux au début de 2012. Pour obtenir plus d’informations et des mises à jour, visitez le site Web du CNRC.

Une révision du CNEB 2011 est prévue pour 2016.

retour au debut

Les analyses comparatives de bâtiments commerciaux aux États-Unis : une tendance qui gagne le Canada

Cet article fait partie d’une série concernant le programme écoÉNERGIE sur l’efficacité énergétique pour les bâtiments. Le premier article, Services visant les bâtiments existants, neufs et du gouvernement fédéral, a paru dans le numéro de septembre 2011 de L’Enjeu : Efficacité énergétique.

L’Office de l’efficacité énergétique (OEE) de RNCan travaille actuellement sur l’adaptation d’un outil d’analyse comparative de la consommation énergétique créé aux États-Unis, afin de le mettre au service des Canadiens. L’analyse comparative est un élément important dans un plan de gestion de l’énergie efficace. Elle permet aux propriétaires et aux gestionnaires de bâtiments de connaître la consommation d’énergie d’une installation, de réduire les coûts et la consommation et d’apporter des améliorations pour économiser de l’argent et diminuer les émissions, tout en améliorant le profil du marché.

Aux États-Unis, les analyses comparatives sont considérées comme la première étape d’une gestion stratégique de l’énergie. Chaque année, des milliers d’entreprises commerciales, qui souhaitent profiter de ces avantages, réalisent de telles analyses. De fait, au moins cinq grandes municipalités et deux États ont rendu les analyses comparatives obligatoires.

Par exemple, en 2007, la Californie est devenue le premier État à rendre les analyses comparatives obligatoires. Cet État exige en outre la divulgation des informations concernant les bâtiments commerciaux pour les locataires, les acheteurs et les prêteurs. Les analyses comparatives des bâtiments commerciaux sont également obligatoires à Washington, à Austin (Texas), à New York, à Seattle (Washington) et à San Francisco (Californie). La réglementation concernant l’établissement des rapports publics sur le rendement énergétique varie toutefois d’un État à l’autre.

Le Portfolio Manager (gestionnaire de portefeuilles) de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis est la méthode la plus utilisée pour procéder à l’analyse comparative de bâtiments à bureaux, d’écoles, d’épiceries, d’hôtels et d’hôpitaux. Des données sur la consommation d’énergie, la taille et les caractéristiques opérationnelles d’un bâtiment sont entrées dans ce gestionnaire de portefeuilles. Avec ces données, le gestionnaire de portefeuilles produit deux rapports : le Statement of Energy Performance et le Data Checklist. Une fois combinés, puis accompagnés d’une vérification menée par un expert indépendant, ces deux rapports permettent d’établir la cote de rendement énergétique d’une installation.

Les bâtiments obtenant une cote de rendement énergétique de 75 et plus sur l’échelle de 1 à 100 de l’EPA, peuvent demander l’obtention de la prestigieuse reconnaissance ENERGY STAR ou utiliser leurs résultats pour faire des demandes de certification LEED. Les installations n’obtenant pas une bonne cote de rendement énergétique pourront néanmoins tirer des avantages de cette procédure, car elles disposeront d’une vue d’ensemble indiquant où des mesures d’économies d’énergie permettraient d’améliorer le rendement et de réduire les coûts.

Une analyse comparative, à quoi bon?

Une analyse comparative nécessite la collecte de données sur l’intensité et le coût énergétique, la consommation d’eau et les émissions de carbone d’un bâtiment, pour pouvoir en déterminer le rendement énergétique global. Avec la cote de rendement énergétique d’un bâtiment, il est possible de comparer la consommation d’énergie passée et actuelle, de faire un rapprochement entre le bâtiment et des bâtiments comparables, entre le bâtiment et les meilleurs du pays, et de savoir quelles sont les pratiques exemplaires en place, le cas échéant.

Le nouvel outil national d’analyse comparative du rendement énergétique du Canada s’inspirera du Portfolio Manager de l’EPA. Offert en 2013, ce nouvel outil fera appel à des données relatives aux caractéristiques de construction, ainsi qu’à des données d’enquêtes pancanadiennes pour analyser la consommation d’énergie, les coûts et les pratiques de fonctionnement. Il fournira aux propriétaires et aux gestionnaires de bâtiments commerciaux un plan détaillé pour une amélioration continue.

Une habitude à prendre

Nous vous encourageons à faire de l’analyse comparative de la consommation énergétique une habitude. Vous pouvez prendre connaissance de l’outil en consultant la trousse de démarrage de l’analyse comparative ENERGY STAR de l’EPA. Si vous procédez déjà à une analyse comparative de la consommation énergétique de vos installations, nous vous invitons à communiquer avec nous pour nous faire part de votre expérience.

Restez à l’affût pour obtenir plus d’informations!

retour au debut

Des gestes vers la durabilité dans le réseau de l’éducation de la Colombie-Britannique

Vancouver abrite l’un des bâtiments les plus écologiques du monde

Le Centre for Interactive Research on Sustainability (CIRS) a officiellement ouvert ses portes le 3 novembre 2011 à l’université de la Colombie-Britannique (UC-B). Ce centre, dont la construction a coûté 37 millions de dollars, devrait être le bâtiment le plus durable en Amérique du Nord. De plus, il sera une plaque tournante pour la recherche et les initiatives sur les enjeux les plus urgents de la planète en matière de durabilité. Le CIRS est un bâtiment régénératif, ce qui signifie qu’il améliorera son environnement immédiat, et il a été conçu pour rendre ses utilisateurs sensiblement plus heureux, en meilleure santé et plus productifs.

Le CIRS est le bâtiment le plus novateur, et celui qui affiche le rendement énergétique le plus élevé en Amérique du Nord. Il est un laboratoire vivant où se déroulent des travaux de recherches de pointe et de mise au point de pratiques de conception durable de produits, de systèmes et de modes d’action.

Le CIRS repousse les frontières des matériaux de construction durable et des techniques de construction réduisant les émissions, l’utilisation des matériaux et la consommation d’énergie et d’eau. La majeure partie de la consommation du CIRS en électricité, en éclairage et en chauffage, et la totalité de ses besoins en approvisionnement en eau, en gestion des déchets liquides, en ventilation et climatisation, sont comblées grâce au soleil, au vent et au sol sous le bâtiment.

Le CIRS comprend quelque 940 mètres cubes (m3) de bois. Plus de un tiers de ce bois provient de forêts touchées par une infestation de dendroctone du pin. De ces 940 m3 de bois, 210 m3 sont certifiés par le Forest Stewardship Council, l’organisation qui accorde la certification sociale et environnementale la plus élevée pour le bois commercial en Colombie-Britannique.

Green Roof
Vue sur le toit vert
du deuxième étage
à partir de l’atrium.
Le mur a été
construit en verre et
avec des panneaux
solides qui utilisent
la lumière
et les ombres pour
régler la température.

Les concepteurs du CIRS ont minimisé l’utilisation du béton et de l’acier, des matériaux qui laissent une empreinte de carbone plus importante que le bois. Ainsi, l’énergie requise pour la fabrication et l’installation du béton, de la vitre, des briques et de l’aluminium utilisés pour la construction du CIRS devrait émettre environ 525 tonnes (t) d’équivalent dioxyde de carbone (équivalent CO2). Le bois utilisé pour cette réalisation permettra de capter quelque 600 t d’équivalent CO2. Par conséquent, le CIRS, qui compte quatre étages, pourra capter 75 t d’équivalent CO2 de plus que la quantité émise durant la production et l’installation des matériaux du bâtiment.

La certification du CIRS sera obtenue par le truchement de deux des plus importants programmes de certification des bâtiments écologiques par une tierce partie au monde : le Système d’évaluation LEED® (Leadership in Energy and Environmental Design) et le Défi du bâtiment vivant. L’objectif visé est que le CIRS soit le premier bâtiment de l’UC-B à être certifié LEED « Platine », et l’un des premiers bâtiments au Canada à obtenir une certification dans le cadre du Défi du bâtiment vivant. Ce faisant, l’UC-B fait preuve de leadership en concrétisant un projet de développement urbain durable et démontre que les bâtiments peuvent contribuer à la durabilité non seulement environnementale, mais aussi économique et sociale.

Le CIRS a élaboré une nouvelle approche en matière de gestion stratégique (la UBC Sustainability Initiative) qui repose sur l’enseignement et l’apprentissage, la recherche et la viabilité opérationnelle sur le campus de l’UC-B à Vancouver.

Pour plus d’informations concernant ce bâtiment, visitez le site Internet du CIRS (en anglais).

Pour obtenir davantage d’informations, visitez le site Web de l’OEE sur l’efficacité énergétique pour les bâtiments.

La faculté de droit de l’université de la Colombie-Britannique (UC-B) vise la certification LEED « Or »

L’UC-B a récemment inauguré le pavillon Allard (Allard Hall), un bâtiment de 56 millions de dollars qui abrite sa faculté de droit. Construit de façon à obtenir la certification LEED « Or », ce bâtiment aura une empreinte de carbone jusqu’à 87 p. 100 inférieure à celle d’un bâtiment équivalent de construction traditionnelle.

Okanagan College

Parmi les caractéristiques éconergétiques du pavillon Allard figurent :

  • un système géothermique qui extrait la chaleur du sol au moyen de 160 puits;
  • un éclairage et une ventilation à haut rendement;
  • des stratégies de refroidissement passif (surplombs, ombres extérieures, masse thermique);
  • une ventilation par le déplacement de l’air;
  • un éclairage à haut rendement;
  • une enveloppe de bâtiment bien isolée;
  • des installations pour les cyclistes actifs, y compris des endroits sûrs où laisser les bicyclettes, des cases et des douches.

Le bâtiment a une superficie de 13 100 mètres carrés (m2), soit 141 000 pieds carrés. Il comporte des classes modernes et facilement adaptables, une reproduction d’une salle de tribunal et des espaces réservés pour les quelque 650 étudiants et 45 membres du corps professoral de la faculté et pour les anciens étudiants et les invités.

Baptisé en l’honneur du donateur et ancien étudiant, Peter A. Allard, ce bâtiment tout neuf favorisera l’avancement de la recherche et de l’éducation dans le domaine du droit au Canada, accentuera la présence de la faculté de droit de l’UC-B dans son milieu et honorera ses liens avec les Premières Nations de la Colombie-Britannique.

Pour de plus amples renseignements sur le bâtiment, consultez l’UC-B.

Le centre d’excellence du collège Okanagan ouvre ses portes

Le centre d’excellence du collège Okanagan n’est pas encore ouvert officiellement, mais les étudiants profitent déjà de ce nouvel espace. Le bâtiment a été conçu et construit pour être un établissement postsecondaire novateur et durable, en harmonie avec le lieu de construction, le climat et le contexte.

En fait, le centre d’excellence du collège Okanagan, dont la superficie s’établit à 7 300 m2 et qui est situé à Penticton, en Colombie-Britannique, est l’un des bâtiments les plus écologiques de la planète. Conçu suivant les normes exigeantes du programme Défi du bâtiment vivant, le centre vise une consommation nette zéro en énergie et en eau. Une conception méticuleuse a permis de réduire la consommation d’énergie annuelle à seulement 65 kilowatts heures (kWh) le m2. Par comparaison, un bâtiment type de la même taille consomme environ 250 kWh le m2 par année. Des panneaux solaires photovoltaïques procurant une puissance de 265 kW ont été installés pour produire de l’énergie et permettre d’atteindre l’objectif de consommation nette zéro.

Le bâtiment servira à offrir un programme diversifié qui sera basé sur les technologies, les procédés et les métiers du bâtiment durable, ainsi que sur des travaux de recherche-développement en lien avec des sources d’énergie de remplacement et la conservation de l’énergie. Les caractéristiques novatrices du bâtiment serviront d’outils pédagogiques pour former la prochaine génération de gens de métiers aux pratiques de construction écologique.

Le centre d’excellence du collège Okanagan, dont la construction a coûté 28 millions de dollars, sera un outil d’enseignement précieux pour les étudiants. Les cours seront axés sur les méthodes de construction et les avantages des caractéristiques de conception. Les programmes envisagés portent sur les technologies de gestion de construction durable, la conception de bâtiments écologiques ainsi que sur les sources d’énergie de remplacement sur place. Des caractéristiques de conception, dont des systèmes de bâtiments laissés à la vue de tous et des mesures de contrôle à grande échelle, permettent aux étudiants d’observer le mode de fonctionnement interne du bâtiment.

Okanagan College

Grâce à l’appui d’une équipe de conception intégrée, le bâtiment comprend de nombreuses caractéristiques novatrices et durables, dont un système de panneau mural, le premier du genre, en béton composite et lamellé-collé dans le gymnase, qui est équipé de services mécaniques et électriques. La ventilation naturelle est utilisée partout dans le bâtiment et un système d’avertissement indique quand ouvrir les fenêtres. Des conduits lumineux orientés en fonction du soleil améliorent l’éclairage et éclairent les endroits plus sombres du bâtiment.

Voici les principales caractéristiques du centre d’excellence du collège Okanagan :

  • consommation énergétique nette zéro, grâce au plus vaste champ de panneaux photovoltaïques sur un bâtiment institutionnel canadien n’offrant pas de service public;
  • système de chauffe-eau à l’énergie solaire;
  • grande utilisation de bois pour refléter l’importance des ressources naturelles dans la région et en Colombie-Britannique, dont du bois provenant d’arbres dévastés par le dendroctone du pin;
  • composants de toit verts comprenant des espèces végétales de la région;
  • ventilation transversale naturelle fonctionnant avec des cheminées solaires;
  • enveloppe de bâtiment à haut rendement;
  • thermopompe utilisant le sol comme source de chaleur avec chauffage par rayonnement à partir du plancher;
  • refroidissement à partir de l’énergie du sol;
  • masse thermique localisée et panneaux muraux rayonnants;
  • construction légère;
  • solutions structurelles novatrices évitant le recours à de grandes quantités d’adhésifs, de produits de protection et de peintures;
  • grande utilisation de matériaux locaux;
  • toit « boîte de Pétri » pour technologies expérimentales.

Le centre d’excellence du collège Okanagan de Penticton a été l’un des deux bâtiments canadiens analysés en utilisant un nouvel outil d’évaluation lors de la sixième Conférence mondiale sur le bâtiment durable, qui a eu lieu à Helsinki, en Finlande, du 18 au 21 octobre 2011.

RNCan faisait partie de l’équipe canadienne lors de l’International Initiative for a Sustainable Built Environment – Sustainable Building Challenge 2011 (iiSBE SB11). L’équipe canadienne a présenté des exemples de bâtiments nouveaux parmi les plus avancés sur le plan environnemental. Les bâtiments étaient évalués au regard d’une analyse comparative qui représentait les nouvelles pratiques de construction utilisées dans leur région.

Plus précisément, l’équipe a :

  • participé à l’International Framework Committee;
  • adapté le cadre d’évaluation de base;
  • facilité l’appel à projets décrivant les bâtiments;
  • pris part à la sélection des projets;
  • contribué aux présentations pour chaque projet évalué;
  • proposé d’autres projets pour des présentations par affiches lors de la conférence;
  • aidé à l’élaboration d’une présentation sur tous les projets au Canada et sur d’autres ailleurs dans le monde.

Pour obtenir davantage d’informations sur le centre d’excellence du collège Okanagan, consultez le document d’information intitulé Project Backgrounder and Quick Facts (en anglais).

Pour en savoir plus sur les bâtiments durables, visitez le site Web du Groupe de bâtiments et collectivités durables de RNCan.

 

Durabilité : le conseil scolaire de Vancouver se démarque

Le conseil scolaire de Vancouver s’efforce de rendre toutes ses écoles davantage éconergétiques, tout en procurant un meilleur milieu de travail aux élèves et au personnel. Des écoles neuves et rénovées comportent plusieurs caractéristiques de durabilité, notamment sur le plan de l’éclairage et des systèmes mécaniques à faible consommation d’énergie, des matériaux de construction écologiques, des mécanismes de conservation de l’eau et de l’énergie de même que l’utilisation de la lumière solaire et de la ventilation naturelle partout dans les bâtiments scolaires.

« Nous sommes fiers d’être reconnus pour nos efforts en conservation de l’énergie et d’être des leaders à ce chapitre parmi les conseils scolaires de la province, a affirmé Kirthi Roberts, le gestionnaire de l’énergie et des mesures climatiques du conseil scolaire de Vancouver. Celui-ci intègre des initiatives en matière d’énergie, de réduction des émissions de carbone et de durabilité par le truchement de ses activités mais aussi d’activités de participation de la direction et d’élèves. »

Des initiatives axées sur la durabilité sont décrites ci-dessous.

Le projet de certification LEED « Argent » de l’école primaire Charles-Dickens

L’école primaire Charles-Dickens est le premier établissement d’enseignement du conseil scolaire de Vancouver à avoir obtenu une certification LEED®. Cette nouvelle école minimise son empreinte écologique et offre un milieu sain à plus de 500 élèves et membres du personnel.

L’école, dont la superficie est de 3 555 m2 (38 266 pieds carrés), compte 22 salles de classe à éclairage naturel et chauffage géothermique, une bibliothèque, des salles d’orthopédagogie, un gymnase du type « protection civile », une salle commune-coin repas, une cuisine, une toiture-terrasse jardin aménagée pour l’enseignement, un système de captage des eaux de pluie (pour la chasse d’eau des toilettes) ainsi qu’un stationnement souterrain.

Des systèmes d’éclairage modifiés et un logiciel de gestion d’énergie à partir des ordinateurs du conseil scolaire de Vancouver

La modification des systèmes d’éclairage et l’installation d’un logiciel de gestion d’énergie dans les ordinateurs des écoles ont aidé le conseil scolaire à être reconnu en tant que l’un des 10 meilleurs clients Power Smart de la province par BC Hydro pour deux années consécutives.

L’un des plus importants projets pour le conseil scolaire a consisté à installer un logiciel de gestion d’énergie dans 10 000 ordinateurs d’école. Ce logiciel de gestion d’énergie permet d’économiser 2,5 gigawattheure (GWh) d’électricité par année, ce qui correspond à 7 p. 100 des coûts en énergie du conseil scolaire de Vancouver.

Les systèmes d’éclairage ont également été examinés, et des rénovations récemment réalisées permettent de réduire la consommation d’électricité de 2 millions de kWh (2 GWh) par année. La majeure partie des économies en énergie peut être attribuable à l’installation de tubes fluorescents T-8 éconergétiques, qui procurent un éclairage de meilleure qualité et permettent d’importantes économies en énergie. Certaines salles de classe ont été modifiées pour être munies de divers interrupteurs pour que l’intensité de l’éclairage puisse être réglée. De plus, des détecteurs de lumière du jour et de présence ont été installés et contribuent aux économies d’énergie.

Programme pilote sur la réduction de la consommation d’énergie et la conservation de l’énergie des réfrigérateurs

Avec l’appui du service des installations du conseil scolaire, quatre écoles secondaires ont procédé à une vérification des réfrigérateurs dans le cadre d’un projet pilote. Cette vérification a été menée pour déterminer la quantité, les dimensions, le nombre d’années d’utilisation et la consommation d’énergie des réfrigérateurs. Les écoles ont reçu, pour chaque réfrigérateur éliminé, un montant d’argent équivalent à l’énergie qui aurait été consommée par ces réfrigérateurs en une année; les fonds reçus ont été réorientés vers d’autres activités de conversation de l’énergie et de développement durable réalisées par les écoles.

Les quatre écoles ont éliminé collectivement 25 réfrigérateurs et congélateurs à mauvais rendement, qui ont été recyclés de façon écologique. À titre d’incitatif pour la réduction du nombre de réfrigérateurs en utilisation, les écoles se sont qualifiées pour obtenir 16 réfrigérateurs neufs homologués ENERGY STAR® pour remplacer certains des appareils les plus énergivores.

Cette année, le conseil scolaire de Vancouver élargit son programme de conservation de l’énergie consommée par les réfrigérateurs à davantage d’écoles. Si les 109 écoles du conseil suivaient l’exemple des quatres écoles du projet pilote, les économies d’énergie sur le plan de la réfrigération seraient équivalentes au retrait définitif de deux ou trois écoles primaires du réseau électrique de BC Hydro. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le communiqué du conseil scolaire à ce sujet.

Énergie solaire

Grâce au financement offert par la province de la Colombie-Britannique, Solar BC et Fortis BC (anciennement connu sous le nom de Terasen Gas), le conseil scolaire de Vancouver a pu installer en 2010 cinq chauffe-eau à énergie solaire à cinq de ses écoles. Du financement provincial a pour sa part permis d’installer une unité photovoltaïque à énergie solaire à une autre de ses écoles secondaires. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez la page Web portant sur les installations solaires du conseil.

Initiatives de sensibilisation

Ambassadeurs de l’énergie BC Hydro

Des élèves du secondaire de Vancouver font montre de leadership en travaillant avec BC Hydro pour encourager la conservation d’énergie et la durabilité dans leurs écoles grâce au programme Energy Ambassadors de BC Hydro.

Recherche d’un étudiant au programme coopératif de l’Université de la Colombie-Britannique portant sur les commandes des systèmes de chauffage, de ventilation et de conditionnement d’air

Le conseil scolaire de Vancouver a embauché un étudiant au programme coopératif de l’Université de la Colombie-Britannique afin de revoir les systèmes de commande numérique directe en place dans l’ensemble de l’arrondissement scolaire et de formuler des recommandations quant aux améliorations qui pourraient être apportées en vue de réduire la consommation d’énergie et les charges de chauffage dans les écoles. Visitez la page Web du conseil qui porte sur l’étudiant au programme coopératif de l’Université de la Colombie-Britannique.

Des étudiants participent à une conférence sur les bâtiments écologiques

Dans le cadre de l’ouverture du bâtiment le plus écologique en Amérique du Nord du Centre for Interactive Research on Sustainability, 16 étudiants du conseil scolaire de Vancouver provenant de huit écoles ont participé à la conférence sur les bâtiments écologiques qui s’est tenue à l’Université de la Colombie-Britannique du 3 au 5 novembre 2011. Les étudiants ont pu apprendre d’experts en durabilité du monde entier (de l’Université Oxford et du Massachusetts Institute of Technology, entre autres) et en être inspirés. Des experts locaux reconnus mondialement comme David Suzuki et le professeur John Robinson de l’Université de la Colombie-Britannique étaient également présents à la réunion.

Pour en savoir davantage sur les initiatives en matière d’efficacité énergétique du conseil scolaire de Vancouver, visitez la page Web sur les écoles durables du conseil scolaire de Vancouver.

Pour savoir comment votre école peut devenir plus éconergétique, consultez le site Web de l’OEE qui propose des publications pour les écoles.

retour au debut

Calendrier des activités

Le calendrier des activités pour les bâtiments est mis à jour tous les mois. Il contient une liste des conférences et des offres de formation sur l’efficacité énergétique un peu partout au Canada, ainsi que les dates et les lieux des ateliers « Le gros bon $ens » prévus en 2011.

Voici les principales activités qui se dérouleront prochainement :

retour au debut

Faites-nous savoir ce que vous pensez

Le bulletin L’Enjeu : Efficacité énergétique est publié par l’Office de l’efficacité énergétique de RNCan et distribué tous les mois à 12 000 abonnés. Son objectif consiste à offrir des nouvelles et de l’information utiles sur les programmes, les services et les activités relatifs à l’efficacité énergétique dans les bâtiments commerciaux et institutionnels – et à communiquer les pratiques exemplaires des organismes qui ont mis en place des changements intéressants et profitables. Aidez-nous à diffuser le message en envoyant le présent lien à vos collègues et en vous abonnant à notre publication sœur portant sur l’efficacité énergétique dans les établissements industriels, L’Enjeu PEEIC.

Nous invitons les lecteurs à nous faire part de leurs commentaires ou à nous communiquer leurs idées !
Envoyer un commentaire | S’abonner/se désabonner | Changer de profil | L’Enjeu PEEIC | Faites-nous part de vos histoires de réussite