Système de captage et de compression du CO2

Environ un tiers des émissions de dioxyde de carbone (CO2) imputables à l’activité humaine provient des combustibles fossiles employés pour la production d’électricité. Nombre d’autres procédés industriels émettent également des quantités importantes de CO2., notamment les raffineries de pétrole, les fertilisants et les cimenteries. Dès lors, nous pouvons envisager réduire dans des proportions importantes les émissions de gaz à effet de serre provenant des procédés industriels et des centrales électriques grâce au captage et au stockage du CO2.

Afin de rester concurrentielles dans un monde sous contrainte du carbone, les centrales électriques utilisant des combustibles fossiles doivent améliorer leur rendement, employer des technologies propres pour limiter leurs émissions de polluants atmosphériques et réduire leurs émissions de CO2 en mettant en œuvre des procédés de captage et de stockage. Trois méthodes principales sont actuellement utilisées pour capter le CO2 provenant de la combustion des combustibles fossiles : le captage précombustion, le captage postcombustion et l’oxycombustion.

Le procédé idéal de captage et de compression du CO2 sera différent en fonction de la technique de combustion et du mode de captage du CO2 choisis, ainsi que des besoins de l’utilisateur final et des propriétés des gaz de carneau (telles que composition, pression et température). Différentes technologies de captage du CO2 ont donc été proposées, notamment l’absorption (chimique ou physique), l’adsorption, la séparation par compression et la séparation par membrane. Toutes ces technologies ne sont toutefois pas suffisamment au point pour envisager les utiliser dans des applications de captage et d’élimination à grande échelle du CO2. Bien que ces procédés rendent possible le captage du CO2 dans des gaz de carneau de diverses compositions et à des niveaux variés de concentration en CO2, leur efficacité doit être améliorée et leur coût réduit pour pouvoir être économiquement viables.

En règle générale, l’efficacité d’un procédé donné de captage et de compression du CO2 dépend en grande partie de ses caractéristiques conceptuelles, telles que taux de récupération, degré de purification, besoins en énergie ou exigences liées à son application (par ex. : récupération assistée du pétrole). Le Groupe des technologies à zéro émissions de CanmetÉNERGIE a mis au point une unité de captage et de compression du CO2 (CO2Can) capable de capter le CO2 provenant d’un flux généré non seulement par une centrale électrique à oxycombustibles, mais aussi par d’autres sources industrielles. Le CO2Can est une unité modulaire sur remorque disposant à son bord d’équipements de commande autonomes. Portable, il peut être utilisé pour des essais et démonstrations de terrain. Une fois sur site, il ne lui faut qu’une source d’énergie adéquate et un flux de gaz (pour le captage du CO2) pour fonctionner. L’e CO2Can offre un taux d’extraction du CO2 élevé avec un taux de pureté du CO2 de 95 % ou plus.

Le CO2Can est la première du genre et, à ce titre, elle représente une plate-forme unique pour la recherche sur la combustion des combustibles fossiles avec captage de CO2. Cette plate-forme nous permet d’en apprendre davantage sur le captage du CO2 provenant, entre autres, de l’oxycombustion. Cette plate-forme servira de base à l’élaboration d’une base de données indispensable en vue de la mise en œuvre à grande échelle de ce système intégré.

Pour en savoir plus sur le CO2Can ou sur les recherches novatrices de CanmetÉNERGIE dans ce domaine, contactez-nous.