Demande et consommation

En raison des coûts de logistique et de transport, les importations de pétrole brut répondent à près de la moitié de la demande des raffineries du pays. Les raffineries de l’Ouest du pays transforment le pétrole brut produit au pays, tandis que les raffineries du Québec et des provinces de l’Atlantique transforment surtout du pétrole brut importé. Les raffineries de l’Ontario transforment du pétrole brut importé et fabriqué au pays.

En moyenne, le Québec et l’Ontario représentent environ 60 p. 100 de la consommation d’essence au Canada. Les provinces de l’Ouest représentent quant à elles environ 32 p. 100, et le 8 p. 100 qui reste est consommé par les provinces de l’Atlantique et les Territoires.

En moyenne, le Québec et l’Ontario représentent environ 43 p. 100 de la consommation de diesel au Canada, comparativement à 46 p. 100 dans les provinces de l’Ouest. Cette consommation de diesel relativement plus élevée dans l’Ouest du pays reflète les différences régionales dans la composition des parcs et le besoin relativement plus grand dans l’Ouest d’expédier par camion la plupart des marchandises fabriquées à l’extérieur de la région.

En raison de l’abondance en gaz naturel dans l’Ouest du Canada, relativement peu de mazout est consommé dans cette région. Les provinces de l’Ouest (Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba et Saskatchewan) représentent seulement 6 p. 100 de la consommation de mazout au Canada. À l’opposé, le gaz naturel n’est pas disponible dans bon nombre de marchés de la région de l’Atlantique. Cette région représente plus de 30 p. 100 de la consommation de mazout au pays, bien que seulement 7 p. 100 de la population canadienne y réside. Même si la consommation de mazout par habitant est la plus élevée dans la région de l’Atlantique, l’Ontario et le Québec représentent la majorité (63 p. 100) de la consommation au Canada mesurée en termes absolus.