Language selection

Recherche

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – définitions

Termes

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – A

AHRI Certificate Of Product Rating / AHRI Certified Reference Number

Plusieurs fabricants choisissent volontairement de faire tester leurs produits par le « Air Conditioning, Heating and Refrigeration Institute » (AHRI) afin de prouver à leurs clients que leurs affirmations sur l’efficacité énergétique de leurs produits ont été vérifiées par un laboratoire indépendant.

Pour en connaitre davantage au sujet de le mastic d'isolation acoustique, veuillez visiter AHRI.

Appareils à granulés / Poêle à granulés / Générateur d’air chaud à granulés / Chaudière à granulés

Les appareils à granulés moins polluants et éconergétiques brûlent des granulés de bois, de maïs, de céréales ou de noyaux de cerises. Quand ils sont bien réglés, les appareils à granulés rejettent moins d'émanations que les appareils de bois de chauffage.

Les appareils à granulés comprennent habituellement une trémie qui stocke de 20 à 60 kg de combustible et une vis sans fin qui amène les granulés jusqu'à la chambre de combustion. Certains appareils comprennent un distributeur en vrac extérieur. Les granulés brûlent de façon propre parce qu'ils sont acheminés vers la chambre de combustion à un débit contrôlé et soumis au dosage approprié d'air comburant. De nombreux appareils à granulés comprennent un système intégré d'aspiration d'air comburant et une conduite d'évacuation directe. Les cendres et les résidus de mâchefer sont faciles à nettoyer.

Appareil d'éclairage encastré

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 5 : Les toits et les entretoits - Figure 5-5 Tenir l’isolant à distance d’un luminaire encastré en créant un écran

Association canadienne de normalisation (CSA)

http://www.csagroup.org/ca/fr/services/codes-and-standards

Association des Professionnels du Chauffage (APC)

www.poelesfoyers.ca

Au-dessous du niveau du sol

Se dit de la partie d’une construction ou d’un élément du site qui est située sous le niveau fini du sol environnant. Pour en connaitre davantage au sujet des surfaces au-dessus et au-dessous du niveau de sol, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – B

Boiserie(s)

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air - 4.2.5 Quelques conseils pour bien sceller certains endroits propices aux fuites d’air (Boiseries)

Bordure de toit

Planche de finition horizontale, placée à la verticale, recouvrant l’extrémité exposée des chevrons et des fermes. Peut aussi servir à fixer les gouttières.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – C

Calfeutrage

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.2 Produits d’étanchéité

Calfeutrage en acrylique et au latex

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.2 Produits d’étanchéité

Calfeutrage extérieur

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.2 Produits d’étanchéité

Canadian Geoexchange Coalition (CGC)

http://www.geo-exchange.ca/en/

Canadian Solar Industries Association (CANSIA).

www.cansia.ca

Canadian Wind Energy Association (CANWEA)

www.canwea.ca

Champ de modules photovoltaic

Les modules photovoltaic sont raccordés entre eux pour former des panneaux et des ensembles (champs) de manière à pouvoir satisfaire différents niveaux de besoins en énergie. L’ensemble PV est raccordé à un onduleur qui convertit le courant continu (CC) produit en courant alternatif (CA) compatible avec l’électricité fournie par le réseau. Le côté CA de l’onduleur est raccordé au panneau électrique de la maison ou au compteur d’électricité du fournisseur, selon la configuration.

Changements d'air à l'heure, à 50 Pa/taux de renouvellement d’air/renouvellements d’air par heure (RA/h)

Le nombre de fois dans une heure que le volume d’air total d’une pièce ou d’un logement entier se renouvelle naturellement ou mécaniquement.

Charge de chauffage/climatisation de la conception Charge calorifique calculée

Les valeurs de charge calorifique calculée fournies pour donner une estimation de la capacité requise des systèmes de chauffage et de climatisation pour maintenir une température de 22 °C dans votre maison en hiver, et de 24 °C en été. Avant d’installer un nouveau système de chauffage et de climatisation, l’entrepreneur spécialisé que vous avez embauché devrait effectuer un calcul détaillé des pertes et des gains de chaleur dans votre maison afin de choisir le système approprié à votre maison

Chauffage des locaux

Chauffage des pièces ou des espaces à l’intérieur d’un bâtiment.

Chauffe-eau à réservoir

Les chauffe-eau à réservoir sont les appareils les plus couramment utilisés dans les maisons canadiennes. Comme leur nom l’indique, ces appareils conservent l’eau qui est chauffée dans un réservoir de sorte qu’une quantité d’eau chaude est maintenue et disponible. Lorsqu’un robinet est ouvert, l’eau chaude sort du réservoir et est remplacée par l’eau non chauffée admise. Un thermostat allume le brûleur ou l’élément électrique pour maintenir la température de l’eau dans le réservoir.

Afin de protéger l’intérieur du réservoir de la corrosion, les chauffe-eau à réservoir sont habituellement dotés d’une anode consommable. Cette dernière consiste en une tige d’un alliage métallique de magnésium ou d’aluminium qui est insérée par le haut dans le réservoir. Le taux auquel l’anode se dissout varie selon la teneur en minéraux ou la dureté de l’eau, ainsi que selon l’intégrité de la couche d’émail ou d’époxyde à l’intérieur du réservoir.

Les chauffe-eau neufs doivent être équipés d’une soupape de sûreté à température et de décharge. Ce dispositif de sécurité permet à l’eau de s’échapper du réservoir si sa température ou sa pression devient trop élevée en raison d’une défectuosité de la commande de température.

On peut accroître l’efficacité énergétique des chauffe-eau à réservoir en réduisant les pertes à vide. Le rendement des chauffe-eau au gaz ou au mazout à réservoir peut être amélioré à l’étape de la conception en favorisant un plus grand transfert de chaleur des gaz de combustion à l’eau et en réduisant le plus possible la quantité de chaleur évacuée par l’évent ou la cheminée.

Les réservoirs plus éconergétiques sont dotés de ce qui suit :

  • un isolant supplémentaire au réservoir;
  • des échangeurs de chaleur plus efficaces (pour les appareils au  gaz et au mazout), de sorte qu’une plus grande quantité de chaleur est transférée de la source d’énergie à l’eau;
  • des pièges à chaleur installés en usine, qui réduisent au minimum la convection non souhaitée de la chaleur à l’extérieur du réservoir et dans les conduites, sans toutefois entraver l’écoulement d’eau. Les pièges à chaleur réduisent les pertesà vide des conduites et du réservoir.

     
Chauffe-eau à thermopompe

Un chauffe-eau à thermopompe utilise l’électricité pour transférer la chaleur de l’air au lieu de convertir l’électricité directement en chaleur. La chaleur est tirée de l’air du sous-sol ou de la buanderie (ou parfois de l’extérieur) et est transférée à un réservoir d’eau.

Les chauffe-eau à thermopompe retirent la chaleur et l’humidité de l’air. Puisque la chaleur est retirée de l’intérieur de la maison en été, les besoins en climatisation seront moins élevés. Les chauffe-eau à thermopompe sont moins avantageux en hiver lorsque le chauffage
des pièces est requis.

En dépit de leur coût initial plus élevé, les chauffe-eau à thermopompe peuvent être rentables dans les climats plus doux comparativement aux chauffe-eau électriques à réservoir ordinaires. Certains chauffe-eau à thermopompe peuvent être reliés à un réservoir d’eau chaude ordinaire.

Chauffe-eau sans réservoir / chauffe-eau instantané

Ce type de chauffe-eau n’est pas relié à un réservoir et est doté d’un élément électrique ou d’un brûleur à gaz qui chauffe l’eau admise. Il est aussi appelé chauffe-eau sur demande, au point d’utilisation ou instantané parce qu’il chauffe l’eau seulement au besoin, ce qui élimine les pertes à vide continues. Un chauffe-eau instantané est habituellement plus éconergétique qu’un chauffe-eau à réservoir.

La plupart des chauffe-eau électriques instantanés ne peuvent alimenter en eau chaude une maison entière et, par conséquent, ils sont rarement installés au Canada pour cette utilisation. Toutefois, les chauffe-eau électriques instantanés de moindre capacité sont parfois installés près des éviers de salle de bains ou de cuisine qui sont situés loin du chauffe-eau principal. Ce type d’installation, appelé au « point d’utilisation », peut aussi servir au chalet où la demande en eau chaude peut être moins élevée et où il peut y avoir un moins grand nombre d’appareils sanitaires que dans une maison ordinaire.

La capacité de plusieurs chauffe-eau au gaz instantanés est suffisante pour alimenter en eau chaude la plupart des maisons. Leurs débits nominaux d’eau chaude reposent sur les températures normales d’entrée et de sortie d’eau. En hiver, la température de l’eau froide peut être aussi basse que 5 °C. Tenez compte de cette température si vous optez pour un chauffe-eau instantané.

Les chauffe-eau au gaz instantanés sont dotés d’un système d’allumage avec veilleuse permanente ou d’allumage électronique. Les chauffe-eau dotés d’une veilleuse permanente consomment de l’énergie même lorsque l’eau chaude n’est pas requise.

Les chauffe-eau au gaz instantanés sont habituellement montés sur un mur extérieur de sorte que les gaz de combustion peuvent être évacués à l’extérieur par un évent aménagé dans un mur extérieur.

Chauffe-eau solaires domestiques

L’énergie du soleil peut servir à chauffer l’eau. Au Canada, la capacité des chauffe-eau solaires domestiques est habituellement choisie de façon à répondre à environ 60 p. 100 des besoins en eau chaude d’une maison moyenne, selon le climat local et la consommation d’eau chaude.

Les chauffe-eau solaires comportent des collecteurs, une pompe de circulation, un ou plusieurs réservoirs d’accumulation et des commandes. Ils sont communément configurés de façon à préchauffer l’eau avec un chauffe-eau classique comme système de chauffage d’appoint. Les appareils de préchauffage solaire sont habituellement dotés de deux réservoirs. L’un des réservoirs accumule la chaleur solaire et est relié à un chauffe-eau à réservoir classique pouvant être alimenté par n’importe quelle source d’énergie (électricité, gaz ou mazout).

Un chauffe-eau instantané peut aussi être utilisé au lieu d’un second réservoir.

Chauffe-eau à condensation avec réservoir

Chauffe-eau doté d’un échangeur de chaleur qui obtient de la chaleur additionnelle et une meilleure efficacité énergétique en condensant la vapeur d’eau des gaz de combustion. Cette caractéristique ainsi que l'allumage électronique, la combustion scellée, l'isolation accrue du réservoir et les pièges à chaleur installés en usine contribuent à leur haut niveau d'efficacité. Les chauffe-eau à condensation ne nécessitent pas d'évacuation par une cheminée et doivent avoir un drain ou une pompe pour éliminer le condensat recueilli.

Même si on l'utilise plus fréquemment dans les installations commerciales, le chauffe-eau à réservoir de stockage à condensation et à haut rendement constitue un bon choix pour les résidences qui consomment beaucoup d'eau chaude. Dans certains cas, ces chauffe-eau peuvent être utilisés pour chauffer l'eau et servir de chauffage principal (c.-à-d., un système combiné).

Climatisation

Climatisation des locaux

Climatisation des locaux

Climatisation des pièces ou des espaces à l’intérieur d’un bâtiment.

La climatisation est un bon exemple d’une situation où le surdimensionnement nuit clairement au confort, aux coûts de fonctionnement et au rendement de l’équipement. Un système surdimensionné diminuera trop rapidement la température à l’intérieur de la maison sans éliminer le surplus d’humidité, ce qui aura pour résultat une maison froide et humide qui risque de favoriser la formation des moisissures et les odeurs de moisi. Une température ambiante plus élevée (p. ex., 26 °C/79 °F) avec moins d’humidité est plus confortable et favorise davantage les économies d’énergie.

Les climatiseurs doivent faire l’objet d’une mise au point et d’un entretien réguliers. Ils deviennent inefficaces dès que le serpentin intérieur est sale, que les voies d’aérage du condensateur extérieur sont obstruées et que le niveau de fluide frigorigène baisse. Vous pouvez effectuer vous-même quelques actions simples l’entretien régulier.

À titre d’exemple, nettoyez ou changez le filtre à air, veillez à éliminer et à dégager les obstacles autour du condensateur extérieur, comme les végétaux et les feuilles. Pour le reste, un entrepreneur devrait faire l’entretien régulier de votre climatiseur. Consultez le guide du propriétaire pour obtenir davantage d’information au sujet de l’entretien.

Chaudière au mazout

La chaudière au mazout est équipée du même type de brûleur qu’un générateur d’air chaud à air pulsé, bien qu’elle soit souvent plus compacte et plus lourde. Contrairement au système à air pulsé, il n’y a pas de ventilateur de circulation ni de boîtier de filtre, à la place, la plupart des chaudières sont dotées d’une pompe de circulation qui pousse la chaleur dans les conduits et le radiateur. Le rendement saisonnier des anciens modèles traditionnels de systèmes hydroniques est comparable à celui des systèmes de chauffage à air pulsé conventionnels, à savoir d’environ 60 p. 100.

Cheminée

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air - Figure 4-2 Endroits propices aux fuites d’air

Coefficient de performance

Mesure de l’efficacité d’une thermopompe ou d’un appareil de climatisation. Rapport de l’énergie d’alimentation à l’énergie de sortie. Un appareil dont l’énergie d’alimentation est de 1 kWh et l’énergie de sortie est de 3 kWh a un coefficient de performance de 3:1.

Coefficient de performance de la saison de chauffage

L’efficacité des thermopompes est mesurée par le coefficient de performance de la saison de chauffage (CP) qui correspond à la quantité de chaleur émise, divisée par la quantité d’électricité consommée par la thermopompe pendant la période d’utilisation au cours de la saison de chauffe. Plus le CP est élevé, plus la thermopompe est efficace.

Colonne de plomberie

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 5 : Les toits et les entretoits - Figure 5-6 Sceller la colonne de plomberie

Combustion hermétique

Dans un système de combustion hermétique, l’air extérieur est acheminé directement à la chambre de combustion par un tuyau, et le générateur d’air chaud n’aspire plus d’air à l’intérieur de la maison pour la combustion ou la dilution des gaz évacués. Ce processus est souhaitable parce qu’il élimine les risques de dépressurisation et d’aspiration de vapeurs corrosives, comme les javellisants utilisés dans la salle de lavage, vers la chambre de combustion du générateur d’air chaud. La plupart des générateurs d’air chaud à condensation sont certifiés pour une installation à combustion hermétique à « deux tuyaux ». Toutefois, certains générateurs d’air chaud à condensation peuvent être mis en place selon une installation à « un tuyau » qui aspire l’air de combustion de l’intérieur de la maison. 

Le principal avantage d’une installation à combustion hermétique à deux tuyaux est qu’elle permet d’isoler le système d’air de combustion de la maison. Le générateur d’air chaud n’est par 29 conséquent plus touché par le fonctionnement des autres appareils ou ventilateurs d’évacuation de la maison et il ne provoque pas la dépressurisation d’autres appareils. Combinée avec le fonctionnement de ventilateurs d’évacuation (notamment les ventilateurs de cuisine et de salle de bain ainsi que les sécheuses), l’étanchéité des maisons éconergétiques peut causer des fuites de gaz de combustion et des refoulements d’air provenant d’appareils à combustion. Avec les appareils à combustion hermétique, ce risque n’existe plus. Par ailleurs, les frais de chauffage peuvent être diminués légèrement en baissant la quantité d’air chauffé aspiré de l’intérieur de la maison.

La plupart des générateurs d’air chaud à haut rendement sont conçus et certifiés pour une installation à combustion hermétique à deux tuyaux; ils conviennent donc à la construction étanche des maisons éconergétiques modernes.

Condensation

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.1.6 Condensation

Conduits

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.1.4 Conduits de distribution d’air

Conseiller en efficacité énergétique

Les conseillers en efficacité énergétique pour le Système de cote ÉnerGuide, sont des spécialistes indépendants de l’efficacité énergétique résidentielle. Ils sont affiliés à des organismes professionnels de diverses régions du Canada qui collaborent avec Ressources naturelles Canada en vue d’offrir le Système de cote ÉnerGuide dans votre région.

Corps de chauffe en maçonnerie

Les corps de chauffe en maçonnerie sont des appareils de chauffage à combustibles solides construits ou assemblés sur chantier. Ils sont composés d'une chambre de combustion, d'un échangeur de chaleur munie de conduits faits de briques réfractaires à haute température et/ou de composantes de maçonnerie préfabriquées et d'un revêtement extérieur de briques, tuiles ou pierres. La chaleur provenant d'un petit - mais très chaud et efficace - feu sans fumée est absorbée par la masse thermique qui irradie lentement dans la maison pendant plus de 12 heures à la fois.

Coupe-bise

Bandes flexibles de feutre, caoutchouc, métal ou autre matériau, apposées le long des bords de portes et des parties ouvrantes des fenêtres pour bloquer les fuites d'air et pour réduire l'échange de chaleur avec l'extérieur. Pour être efficace, le produit doit combler l'écart afin d'empêcher l'air de passer. Certains produits deviennent rigides et moins efficaces, surtout en temps froid, lorsque vous avez le plus besoin.

Pour en connaitre davantage au sujet de le coupe-bise, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.4 Coupe-bise

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – D

Degrés-jours de chauffage – DJC

Le nombre total des degrés Celsius que la température extérieure moyenne quotidienne d'une location est en-dessous de 18 °C au courant d'une année civile. C'est une mesure qui quantifie et qui permet une comparaison entre le niveau de refroidissement des différentes zones climatiques à travers le Canada. Il est utilisé pour comparer les besoins en chauffage des maisons dans les différentes zones climatiques au courant d'une année civile. Plus haute est la moyenne de la valeur du DJC, plus froid est l'endroit et plus longue est la saison de chauffage.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – E

Espace entre les solives

L'espace entre les solives désigne l’espace où les solives de planchers croisent les murs de fondation qui les supportent, dans les sous-sols et les vides sanitaires. En d’autres mots, c’est l’endroit où la charpente de la maison repose sur la fondation. Cet espace est propice aux fuites d’air et est rarement bien isolé, ce qui se traduit par l’entrée de courants d’air, de poussière, de pollen et de vermine.

Étanche

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air

Etanchéité

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air

Étanchéité à l’air

Décrit la façon dont l’enveloppe d’un bâtiment empêche les fuites d’air. L’étanchéité à l’air se mesure en renouvellement d’air par heure à 50 Pa (RAH à 50 Pa). Moins il y a de renouvellements d’air par heure, plus l’enveloppe du bâtiment est étanche à l’air. La surface de fuite équivalente est une autre façon de décrire l’étanchéité à l’air de l’enveloppe de votre maison. Elle représente la taille d’un seul trou dans l’enveloppe de votre maison, qui équivaut au total de tous les trous ou de toutes les ouvertures d’où s’échappe l’air. Plus la surface de fuite équivalente est petite, plus vous pourrez maîtriser la température à l’intérieur de votre maison, en consommant moins d’énergie (vous devrez toutefois vous assurer d’avoir une ventilation adéquate).

L'étanchéité à l’air est mesuré en renouvellements d’air par heure (RA/hr) ou le surface de fuite équivalente (SFE). En réduisant les fuites d’air, vous rendez la maison plus confortable pour les occupants et vous protégez l’enveloppe des dommages causés par l’humidité, mais vous augmentez par ricochet le degré d’humidité puisqu’il y a moins de vapeur d’eau qui s’échappe. Il pourrait ainsi se produire plus de condensation sur les vitres. Une maison atteignant ce degré d’étanchéité aura besoin de plus de ventilation.

Pour en connaitre davantage au sujet de l'étanchéité à l’air, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air

Effet de cheminée

Mouvement vertical de l’air causé par la différence de densité entre l’air intérieur et l’air extérieur, ce qui accroît la poussée aérostatique de l’air intérieur par rapport à celle de l’air extérieur. Cette différence est provoquée par les écarts de température entre les milieux intérieur et extérieur. Les forces ascensionnelles qui alimentent l’effet de cheminée augmentent en fonction de la hauteur du bâtiment et de la différence de température. En climat froid, l’effet de cheminée a tendance à faire entrer l’air par le bas des bâtiments et à le faire sortir par le haut. Syn.: effet de tirage.

Efficacité annuelle de l'utilisation de combustible (AFUE)

Le rendement énergétique d'un générateur d'air chaud et d'une chaudière au mazout ou au gaz au cours d'une saison de chauffage s'appelle l’efficacité annuelle de l’utilisation de combustible ou « annual fuel utilization efficiency » (AFUE). Celui-ci s'exprime en pourcentage; plus le pourcentage est élevé, plus le générateur est efficace.

Énergies renouvelables

L'énergie renouvelable est une énergie tirée de ressources naturelles pouvant être naturellement reconstituées ou renouvelées au cours de la durée de vie d'un être humain, qui constituent donc une source d'énergie durable. Certaines ressources naturelles, telles que l'eau en mouvement, le vent et le soleil ne risquent pas de s'épuiser lorsqu'on les emploie pour la production d'énergie. Par contre, la biomasse est une ressource renouvelable à condition que son taux de consommation ne soit pas supérieur à son taux de régénération.

Une vaste gamme de technologies et d'équipements de production d'énergie ont été créés au fil du temps pour tirer profit des ressources naturelles. Il est maintenant possible de créer de l'énergie utilisable sous la forme de carburant pour le transport, d'électricité, de chaleur industrielle, et d'énergie thermique pour chauffer l'eau et chauffer/climatiser les bâtiments.

ENERGY STAR

ENERGY STAR® est la marque des produits éconergétiques au Canada. Le symbole familier permet de reconnaître facilement les produits offrant le meilleur rendement énergétique sur le marché.

Les produits homologués ENERGY STAR respectent des spécifications techniques strictes en matière de rendement énergétique et sont testés et certifiés.

Ils permettent d'économiser de l'énergie sans compromettre le rendement de quelque façon que ce soit. Généralement, un produit homologué ENERGY STAR se classe parmi les 15 à 30 p. 100 des produits les plus éconergétiques de sa catégorie. De plus, économiser de l'énergie vous permet d'économiser de l'argent et de réduire votre impact sur l'environnement.

L’Initiative ENERGY STAR est un partenariat volontaire conclu entre le gouvernement du Canada et l’industrie visant à rendre les produits éconergétiques facilement disponibles et visibles pour les consommateurs canadiens.

RNCan recrute officiellement des fabricants, des détaillants et d’autres organismes à titre de participants à l’Initiative ENERGY STAR. Les participants aident à promouvoir ENERGY STAR et veillent à ce que les produits homologués ENERGY STAR soient bien en vue, facilement disponibles sur le marché et accessibles aux consommateurs canadiens.

En savoir plus sur ENERGY STAR au Canada pour l'équipment résidentiel.

En savoir plus sur des ENERGY STAR pour les maisons neuves.

ENERGY STAR pour les maisons neuves

L’Initiative ENERGY STAR pour les maisons neuves fait la promotion de lignes directrices en matière d'efficacité énergétique qui contribuent à rendre les habitations neuves environ 20 p 100 plus éconergétique qu’une maison type plus efficaces sur le plan énergétique que celles qui sont bâties selon les exigences minimales des codes du bâtiment provinciaux. L'efficacité accrue de ces maisons se traduit par une diminution des coûts d'énergie pour les propriétaires. Elle est aussi conçue pour favoriser les pratiques éconergétiques qui contribuent à réduire les émissions de gaz à effet de serre. En déterminant les produits éconergétiques et en faisant leur promotion, l'Initiative aide à la fois à protéger l'environnement et à réduire les factures d'énergie.

Une maison homologuée ENERGY STAR est une maison bâtie par un constructeur agréé ENERGY STAR pour les maisons neuves qui a intégré certaines caractéristiques de haut rendement énergétique à la maison afin qu'elle corresponde aux spécifications techniques ENERGY STAR pour les maisons neuves.

En savoir plus sur des ENERGY STAR pour les maisons neuves.

Environmental Protection Agency

www.epa.gov

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – F

Facteur U

Mesure la chaleur transmise (ou perdue) par les fenêtres et les portes. Plus le facteur U est faible, plus le rendement énergétique d’une fenêtre est bon. L’opposé du facteur U (facteur 1/U) définit la résistance à la chaleur, exprimée en valeur RSI. Plus la valeur RSI est élevée, plus les pertes de chaleur par les fenêtres sont minimes. Vous pouvez utiliser ces valeurs pour choisir des fenêtres qui captent la chaleur du soleil ou qui réduisent les pertes de chaleur

Facteur énergétique (FE)

Valeur qui s’applique notamment à l’efficacité énergétique des chauffe-eau et qui tient compte des pertes à vide et autres pertes ainsi que de l’efficacité stable.

L’efficacité des systèmes d’eau chaude domestique alimentés aux combustibles fossiles est exprimée selon le facteur énergétique (FE) ou l’efficacité thermique. Plus le chiffre est élevé, plus le chauffe-eau est efficace.

L’efficacité des systèmes d’eau chaude domestique électriques est exprimée en watts et correspond à la perte thermique en mode d’attente; plus ce chiffre est petit, plus le chauffe-eau est efficace.

Facteur de rendement énergétique global (OTPF)

Établit le rendement d'un système mécanique intégré (SMI) dans les modes de chauffage des pièces, de chauffage de l’eau et de ventilation.

Facturation nette

Utilisation d’un seul compteur d’électricité pour mesurer la consommation d’un ménage et l’énergie électrique produite au moyen d’installations éoliennes ou photovoltaïques. Le ménage vend à l’entreprise de service public la quantité nette d’électricité qu’il génère et lui achète l’électricité nette dont il a besoin

Ferme

Assemblage de pièces de charpente en bois ou en métal, à âme rigide ou triangulée, utilisées pour soutenir les planchers et les toits. Les fermes peuvent aussi servir à réaliser les assemblages muraux des maisons éconergétiques afin de créer des murs plus épais pour accroître la quantité d’isolant qu’on peut y mettre. Elles portent alors le nom de poutrelles murales verticales.

Ferrures

Des ferrures de qualité, notamment les manivelles, les poignées, les loquets et les serrures, procurent également une bonne étanchéité. Dans la mesure du possible, elles ne devraient pas transmettre la chaleur.

Fond de clouage

Matériau de renforcement ou servant de surface de clouage pour certains revêtements de isolation et finition.

Pour plus d'information au sujet de le fond de clouage et l'isolation, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maisonr - 2.3.1 Réduction des fuites d’air : pare-vent, pare-air et pare-vapeur

Fondation

C'est ce sur quoi la maison repose. Une fondation est une ouvrage de maçonnerie, en béton armé, bois préservé, ou en acier qui transfère les charges (poids), à partir d'une maison au sol. C'est conçu de manière à répartir également toutes les charges qui lui sont transmises à travers les semelles au sol sous-jacent ou à la roche.

Pour en connaitre davantage au sujet des fondations, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols.

Fondations à dalle sur terre-plein

Une fondation à dalle sur terre-plein est un élément de construction en béton, rigide, horizontal ou presque, d'une grande surface par rapport à son épaisseur constituant la fondation d'une maison.

Pour en connaitre davantage au sujet des fondations, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols.

Fuite d'air

Flux d’air incontrôlé au travers de l’enveloppe ou d’un composant d’un bâtiment en raison d’une différence de pression. Ca peut arriver par infiltration, le mouvement non maîtrisé d’air extérieur vers l’intérieur d’un bâtiment à travers des ouvertures intentionnelles ou non perçant l’enveloppe d’un bâtiment, ou par exfiltration, le mouvement d'air intérieur à l'extérieur.

Pour en connaitre davantage au sujet de le pare-air, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – G

Gain solaire passif

La quantité de chaleur acquise par la maison du rayonnement solaire entrant à travers le vitrage (fenêtres, puits de lumière et des composants vitrées des portes et des murs). Ceci n'inclut pas l'énergie de systèmes solaires actifs dédiés de chauffage qui utilisent des capteurs solaires pour convertir la lumière du soleil en chaleur utilisable ou d'électricité. Le montant du gain solaire dépendra de plusieurs facteurs, tels que le type et la surface de vitrage, l'orientation, la masse thermique, la latitude et la quantité d'ombrage (par exemple, des surplombs, arbres, etc.). Généralement, dans l'hémisphère nord, au sud face fenêtres offrent le gain le plus solaire.

Gaz à effet de serre (GES)

La quantité de dioxyde de carbone, de méthane et d’oxyde nitreux produite directement, par la combustion de combustibles fossiles, ou indirectement, par la consommation d’électricité. Les émissions de GES sont exprimées en unités d’équivalent dioxyde de carbone (CO2). La quantité de GES se calcule en multipliant la quantité de combustible ou d’électricité utilisée dans votre maison par les facteurs d’émission pour la source d’énergie particulière. Le facteur associé à l’électricité varie selon la province, puisqu’il y a plusieurs facteurs d’émission qui diffèrent selon la méthode de production d’électricité de chaque province. Une tonne de GES équivaut aux émissions de CO2 produites par un véhicule intermédiaire ayant un rendement énergétique moyen circulant entre Toronto et Vancouver.

Pour en connaitre davantage au sujet des gaz à effet de serre.

Gaz naturel

Mélange d’hydrocarbures gazeux combustibles constitué essentiellement de méthane, mais contenant aussi une petite quantité d’éthane, de propane et de butane. Le gaz naturel est acheminé par tuyaux jusqu’aux bâtiments pour y alimenter en combustible les générateurs d’air chaud, les chauffe-eau, les cuisinières, les foyers et les sécheuses.

Générateur d’air chaud électrique

La capacité de ces systèmes, qui varie considérablement, se situe en général entre 10 et 50 kW. Les éléments chauffants, le ventilateur, le filtre à air et les dispositifs de commande forment un tout compact.

Si vous chauffez uniquement à l’électricité, vous pouvez boucher, sceller et isoler les conduits de cheminée puisqu’ils ne servent plus. Cela peut influer sur les courants d’air et le taux d’humidité dans la maison et réduira les pertes de
chaleur.

Générateurs d'air chaud à condensation alimentés au gaz

Les générateurs d’air chaud à condensation alimentés au gaz comportent des surfaces d’échange thermique supplémentaires. Ces surfaces sont fabriquées avec des matériaux anticorrosifs (généralement de l’acier inoxydable) et elles extraient la chaleur des sous-produits de combustion avant leur évacuation. Là où se fait la condensation et l’échange thermique, les gaz de combustion sont refroidis au point où leur vapeur d’eau se condense, libérant ainsi plus de chaleur dans le générateur d’air chaud. Le condensat est acheminé à un avaloir de sol ou à une pompe à condensat.

Une cheminée n’est pas nécessaire parce que la température des gaz de combustion est suffisamment basse pour que leur évacuation s’effectue par un tuyau en plastique approuvé.

Générateurs d’air chaud à combustibles solides

Les générateurs d’air chaud à combustibles solides peuvent être des unités autonomes dotées de leurs propres ventilateurs et commandes ou ils peuvent être installés près d’un générateur d’air chaud existant à titre d’appareil d’appoint. Divers modèles s’alimenteront de bois, de charbon, de granulés de bois, de maïs, de noyaux de cerises ou de grains. Certains modèles comportent un appareil d’appoint fonctionnant au gaz, au mazout ou à l’électricité.

Il est très difficile d’obtenir auprès des fabricants le taux de rendement énergétique de la combustion des appareils de chauffage à combustibles solides et même si certains sont annoncés, il faut faire preuve de discernement.

Si vous achetez un nouveau générateur d’air chaud à combustible solide, recherchez l’équipement certifié par l’Association canadienne de normalisation (CAN/CSA-B415.1)  ou l’Environmental Protection Agency (EPA 40 CFR Part 60). Ces normes se fondent sur le taux maximum de particules émises à l’heure d’un appareil de chauffage au bois et elles ne donnent pas de taux de rendement énergétique. Toutefois, la réduction des émissions de particules est étroitement liée à une meilleure combustion.

Gigajoule

Une unité de mesure dans le système métrique pouvant être utlisée pour mesurer n’importe quelle source d’énergie consommée ou produite dans votre maison. Plus précisément, un gigajoule équivaut à 278 kWh d’électricité, 27 m3 de gaz naturel, 26 L de mazout, 39 L de gaz propane ou 948 450 Btu. Un gigajoule est plus ou moins égal à l’énergie qu’utilisent deux bouteilles de propane normales pour barbecue ou un réservoir d’essence de 30 L d’un véhicule.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – H

Heating, Refrigeration And Air Conditioning Institute Of Canada (HRAI)

www.hrai.ca

Home Ventilating Institute (HVI)

www.hvi.org

Humidificateur

Appareil portatif ou raccordé à l’installation de chauffage d’une habitation destiné à accroître la teneur en eau de l’air. Humidité relative

Humidité

Humidité relative

Pour en connaitre davantage au sujet de humidité relative, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.4.2 Quel est le degré d’humidité recommandé?

Humidostat

Appareil réglant le fonctionnement d’un humidificateur, d’un déshumidificateur ou d’un ventilateur en fonction de la teneur en eau de l’air ambiant.

Humidité relative

Quantite´ de vapeur d’eau contenue dans l’air (exprime´e en pourcentage) par rapport a` la quantite´ d’eau que l’air a` la me^me tempe´rature pourrait contenir si l’air e´tait entie`rement sature´.

Hygromètre

Appareil qui sert à mesurer l’humidité relative.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – I

Inclinaison (d’un capteur solaire)

Angle vertical d’inclinaison d’un capteur d’énergie solaire – ou de la toiture qui le soutient – par rapport à l’horizon.

Infiltration naturelle

Circulation de l’air extérieur à travers les pièces et les autres locaux d’un bâtiment qui s’établit intentionnellement, en ouvrant les portes et les fenêtres, et par à travers les ouvertures fortuites perçant l’enveloppe du bâtiment. Elle se produit sous l’action du vent et par l’effet de cheminée

Installation combinée de chauffage des locaux et de l’eau potable

Système qui fournit l’eau chaude domestique et le chauffage des locaux en utilisant de l’eau potable comme fluide caloporteur, à la différence de la chaudière qui utilise à cette fin de l’eau non potable contenue dans un circuit fermé.

Intercalaire

Un intercalaire est placé au pourtour du verre afin de séparer les panneaux. L’intercalaire contient également un produit déshydratant pour absorber toute humidité restant à l’intérieur du vitrage isolant une fois ce dernier scellé. Ceci empêche la formation de buée entre les panneaux.

Isolant en matelas

Isolant flexible de fibre de verre, de laine minérale ou d’autre matière fibreuse, formé en feuilles ou en rouleaux de différentes épaisseurs et de densités diverses, habituellement avec un pare-vapeur d'un côté et avec ou sans feuille de confinement de l'autre côté, et taillé pour être posé entre les éléments d’ossature. Syn.: isolant en natte.

Pour en connaître davantage au sujet de matelas isolant et des autres sortes d'isolants veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les Isolant en rouleau ou en matelas

Isolant en mousse à vaporiser / Mousse de polyuréthane à alvéoles / fermées ou ouvertes

L’isolant en mousse à vaporiser est fait de résine plastique (p. ex., des résines à base de soja ou des résines faites de plastique recyclé) et d’un agent catalytique; la préparation est mélangée et appliquée sur place. Des trousses d’isolant de ce type à vaporiser sont à la disposition des consommateurs mais, pour obtenir de meilleurs résultats, il est recommandé d’embaucher un installateur accrédité formé dans l’application du produit voulu. La mousse liquide est vaporisée directement sur la surface du bâtiment ou versée dans les cavités fermées à l’aide d’un pistolet alimenté par une pompe. La mousse prend de l’expansion et durcit en quelques secondes. Il existe deux types de mousse : à faible et à haute densité. Lorsqu’ils sont posés sur des surfaces intérieures, tous les isolants en mousse à base de plastique doivent être recouverts de matériaux ignifuges – généralement un placoplâtre de 13 mm (1/2 po) – fixés mécaniquement à l’ossature du bâtiment. Toutes les mousses à base de plastique ne doivent pas être exposées au soleil pendant des périodes prolongées. Les isolants en mousse à vaporiser comprennent notamment la mousse de polyuréthane aux alvéoles fermées et celle aux alvéoles ouvertes. Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux -3.1.5 Les isolants en bref (Mousse de polyuréthane à alvéoles fermées et Mousse de polyuréthane à alvéoles ouvertes)

Isolant en panneaux rigides

L’isolant en panneaux rigides est fabriqué à partir de fibre minérale ou de mousse plastique. Bien qu’il ait une valeur isolante élevée par unité d’épaisseur, son coût par valeur RSI est plus élevé que celui des isolants en vrac ou en matelas/rouleau. Les panneaux sont légers et faciles à couper et à manipuler. Il est toutefois pénible de les ajuster dans des espaces de formes irrégulières. Certains sont maintenant pourvus d’un revêtement spécial (p. ex., à l’épreuve du feu) et comportent leurs propres attaches. On peut commander des panneaux rigides coupés sur mesure à un coût additionnel. Les panneaux rigides peuvent être formés de polystyrène expansé, de polystyrène extrudé, de fibre minérale ou de polyuréthane et de polyisocyanurate.

Pour en connaitre davantage au sujet de l'isolant en panneaux rigides, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref (les matériaux et isolant en panneaux rigides)

Isolant en vrac

Les divers types d’isolant en vrac comprennent la fibre cellulosique, la fibre de verre et la fibre minérale. L’isolant en vrac convient aux murs et aux planchers, ainsi qu’aux entretoits et aires fermées, comme les toits, où l’espace entre les solives est souvent de forme irrégulière ou plein d’obstacles. Il est utile pour compléter l’isolant existant dans les entretoits et aires fermées des cavités murales accessibles et pour remplir les fissures et les espaces irréguliers. Pour en connaitre davantage au sujet de l'isolant en vrac et les autres sortes d'isolants, veuillez visiter Emprisonnons La Chaleur [liens vers ELC 3.1.5 sous-titre Isolant en vrac]

Isolant réfléchissant à bulles

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref (Isolant réfléchissant à bulles en feuilles et isolant radiant)

Isolation de vide sanitaire

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols - 6.3 Vides sanitaires

Isolant en fibre de haute densité

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref (Fibre cellulosique)

Isolation des conduites d’eau

L’isolation des conduites d’eau froide et d’eau chaude qui se trouvent de 2 à 3 m du chauffe-eau est la façon la plus rentable d’augmenter le rendement des appareils en place ou neufs. Plusieurs produits peuvent être utilisés à cette fin, mais les manchons isolants en mousse que l’on glisse sur les conduites sont les plus faciles à installer. Ces derniers sont très efficaces et peuvent être taillés en angle aux coudes des conduites.

Les directives de sécurité pour l’isolation des chauffe-eau au gaz, au propane et au mazout sont différentes de celles des chauffe-eau électriques. Suivez les directives du fabricant ou maintenez l’isolant des conduites à au moins 15 cm (6 po) de l’évent d’évacuation situé sur la partie supérieure des chauffe-eau au gaz naturel, au propane et au mazout. Il n’y a aucune restriction pour les chauffe-eau électriques.

L’isolation des conduites d’eau froide réduira au minimum la condensation et empêchera l’égouttement sur les dalles de plafond et le plancher du sous-sol.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – J

Joint étanche à l'air

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air

Joint d’étanchéité pour prise de courant

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - Figure 3-3 Joint d’étanchéité pour prise de courant

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – K

Kilowattheure [kWh]

Unite´ de mesure de la consommation d’e´nergie e´lectrique durant une pe´riode donne´e; plus pre´cise´ment, l’utilisation de 1 000 watts en une heure. La meilleure représentation d'un tel montant de consommation d'électricité est la consommation de dix ampoules de 100 watts qui fonctionnent pendant une heure. Un Kilowatt/heure (kWh) égale 3.6 million Joules ou 3.6 mégajoules (MJ).

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – L

L'Annual fuel Utilization Efficiency (AFUE)/ Rendement énergétique annuel

Le rendement énergétique d'un générateur d'air chaud et d'une chaudière au mazout ou au gaz au cours d'une saison de chauffage s'appelle l’efficacité annuelle de l’utilisation de combustible ou « annual fuel utilization efficiency » (AFUE). Celui-ci s'exprime en pourcentage; plus le pourcentage est élevé, plus le générateur est efficace.

La puissance d'un climatiseur

Charge de chauffage / climatisation de la conception

La surface murale au-dessus du niveau du sol

Surface au-dessus du niveau de sol

L'eau chaude domestique

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.2 eau chaude domestique

L'enveloppe du bâtiment

Éléments d’un bâtiment, incluant son support structural, qui séparent les espaces conditionnés des espaces non conditionnés.

Lisse d'assise

Élément structural ancré sur le dessus d’un mur de fondation sur lequel reposent les solives de plancher.

Luminaires

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air - Figure 4-2 Endroits propices aux fuites d’air

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – M

Mastic d'calfeutrage

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.2 Produits d’étanchéité

Mastic d'isolation acoustique

Produit d’étanchéité synthétique qui ne durcit pas et servir au scellement des joints des membranes de polyéthylène utilisées comme pare-air ou pare-vapeur.

Pour en connaitre davantage au sujet de le mastic d'isolation acoustique, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.2 Produits d’étanchéité

Matériau d’étanchéité

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.2 Produits d’étanchéité

Les conditions de fonctionnement normales sont utilisées pour calculer la cote ÉnerGuide de votre maison. Le calcul de la cote prévoit un nombre d’occupants et des habitudes de consommation d’énergie normalisés. Cela permet de comparer la consommation d’énergie entre plusieurs maisons, afin que la maison seule soit cotée et non l’utilisation de la maison par ses occupants. Les valeurs sont :

  • deux adultes et un enfant, à la maison 50 % du temps;
  • utilisation d’eau chaude entre 186 et 206 L/jour, variable selon la température de l’eau souterraine;
  • thermostats réglés à 21 °C le jour (chauffage) et à 18 °C la nuit (chauffage) et à 25 °C (climatisation);
  • appareils d’éclairage, appareils ménagers et autres appareils électriques : 19.5 kWh/jour o appareils d’éclairage 3.0 kWh/jour o réfrigérateur, cuisinière, lave-vaisselle, laveuse 6.3 kWh/jour o autres appareils électriques 10.2 kWh/jour (p. ex. téléviseurs, ordinateurs)
Mesures des santé et de sécurité

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 1 : Introduction - 1.4 Mesures de santé et de sécurité

Mini-thermopompe bibloc sans conduites

Des mini-thermopompes bibloc sans conduites ont fait leur entrée sur le marché canadien. Ces appareils conviennent lorsqu'on décide d'améliorer le rendement énergétique d'une maison déjà munie d'un système de chauffage à eau chaude ou de plinthes électriques. Ce sont des unités murales alimentées à l'air libre qui peuvent être installées dans des pièces séparées de la maison. Il est possible de raccorder jusqu'à huit unités intérieures distinctes à un appareil placé à l'extérieur.

Veuillez visiter Thermopompe.

Moisissure

Un champignon qui pousse sur des surfaces ou dans des matériaux en raison de l'humidité. Peut avoir des conséquences graves pour la santé des occupants si elle se produit dans une maison.

Si vous soupçonnez la présence de moisissures dans votre maison, vous devez procéder à un nettoyage en profondeur des endroits touchés et les désinfecter; vous devez jeter tous les matériaux contaminés. Afin de contrôler et de diminuer les risques de croissance des moisissures, contrôlez les sources de moisissure, maintenez le taux d’humidité ambiant aux niveaux recommandés (voir la section 2.4 Contrôle du flux d’humidité), et remédiez aux infiltrations et fuites d’eau.

Pour en connaitre davantage au sujet de l'humidité, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.4.1 Sources d’humidité dans la maison

Pour obtenir plus d’information, consultez le site web de la Société canadienne d'hypothèques et de logement: www.schl.gc.ca

Moteurs à haut rendement

Veuillez visiter Moteur rajouter (CC)

Moteur rajouter (CC)

Les générateurs d’air chaud modernes peuvent être équipés de moteurs de ventilateur à courant continu (CC) à haut rendement, lesquels consomment beaucoup moins d’électricité que les moteurs à courant alternatif (CA) ordinaires. Les moteurs à haut rendement sont parfois appelés moteurs sans balais à CC

Mousse de polyuréthanne

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref

Mur à ossature

Les murs à ossature ont une cavité qui peut être isolée. Différentes techniques de construction déterminent la dimension de la cavité et l’accessibilité de l’intérieur ou de l’extérieur. La construction du mur influe également sur certaines caractéristiques qui peuvent gêner l’isolant, y compris la lisse basse et la sablière, les coupe-feu, le blocage, la plomberie, les fils électriques et les conduits de chauffage. Il est possible d’isoler les murs à ossature avec cavité vide ou partiellement isolée en injectant de l’isolant à haute densité par le haut et le bas, ou de l’intérieur ou de l’extérieur. L’isolation doit comprendre l’étanchéisation à l’air.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – O

Organisme de services

Un organisme de services est une organisation ou une personne qui est enregistré(e) avec Ressources naturelles Canada et qui offre les initiatives des habitations de RNCan.

Les organisations de services peuvent vous fournir des renseignements supplémentaires sur les initiatives d’efficacité énergétique des nouvelles habitations qui vous intéressent, de même que les coordonnées des constructeurs et des conseillers en efficacité énergétique qui participent aux programmes des habitations de RNCan.

Orientation du bâtiment

Disposition d’un bâtiment sur son terrain. Le terme est souvent utilisé lorsqu’il est question d’ensoleillement et il définit alors l’emplacement du bâtiment par rapport au rayonnement solaire.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – P

Panneaux en polyisocyanurate

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref (Panneaux en polyuréthane et en polyisocyanurate)

Papier de construction

Papier semi-perméable traité au goudron ou à l’asphalte et posé sous le parement d’un mur extérieur pour assurer une protection contre le passage de l’eau ou de l’air.

Pare-air

Le pare-air bloque le flux d’air à travers l’enveloppe du bâtiment. Il réduit les pertes thermiques en empêchant l’air de circuler vers l’intérieur et l’extérieur de la maison à travers l’enveloppe et il protège l’isolant et la structure des dommages causés par l’humidité. Le pare-air, lorsque placé à l’extérieur, peut également faire partie du plan de drainage. Les matériaux de construction classiques, comme le recouvrement extérieur, le papier de construction et le revêtement enveloppant agissent comme pare-air. Pour en connaitre davantage au sujet de le pare-air, veuillez visiter Emprisonnons La Chaleur [liens vers ELC Section 2.3.1]

Pare-humidité

Mate´riau utilise´ pour retarder le passage ou le flux de la vapeur ou de l’humidite´ dans une ossature murale, une toiture ou des fondations.

Pour en connaitre davantage au sujet de l'humidité, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.4.1 Sources d’humidité dans la maison

Pare-vapeur

Le pare-vapeur est résistant à la diffusion de la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur de l’enveloppe du bâtiment. Il protège l’isolant et la structure des dommages que pourrait causer l’humidité lorsque la vapeur d’eau pénètre et se condense dans l’enveloppe. Dans certains cas, le pare-vapeur joue également le rôle de pare-air en diminuant les pertes thermiques lorsqu’il empêche l’air de pénétrer et de ressortir à travers l’enveloppe (il sert ainsi de pare-air et de pare-vapeur).

Pour en connaitre davantage au sujet de le pare-air et le pare-vapeur, visite Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.3.1 Réduction des fuites d’air : pare-vent, pare-air et pare-vapeur

Pare-vapeur étanche à l'air (le pare-air et le pare-vapeur)

Le pare-air bloque le flux d’air à travers l’enveloppe du bâtiment. Il réduit les pertes thermiques en empêchant l’air de circuler vers l’intérieur et l’extérieur de la maison à travers l’enveloppe et il protège l’isolant et la structure des dommages causés par l’humidité. Le pare-air, lorsque placé à l’extérieur, peut également faire partie du plan de drainage. Les matériaux de construction classiques, comme le recouvrement extérieur, le papier de construction et le revêtement enveloppant agissent comme pare-air.

Le pare-vapeur est résistant à la diffusion de la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur de l’enveloppe du bâtiment. Il protège l’isolant et la structure des dommages que pourrait causer l’humidité lorsque la vapeur d’eau pénètre et se condense dans l’enveloppe. Dans certains cas, le pare-vapeur joue également le rôle de pare-air en diminuant les pertes thermiques lorsqu’il empêche l’air de pénétrer et de ressortir à travers l’enveloppe (il sert ainsi de pare-air et de pare-vapeur).

Le même matériau peut servir à la fois de pare-air et de pare-vapeur s’il satisfait aux exigences des deux types d’écrans et qu’il est installé de façon appropriée. Le polyéthylène en feuilles et le placoplâtre avec papier d’aluminium peuvent être ainsi utilisés. Pour éviter toute confusion, lorsqu’un matériau possède ces deux caractéristiques, il sera appelé un pare-air-vapeur. Pour en connaitre davantage au sujet de le pare-air et le pare-vapeur, veuillez visiter Emprisonnons La Chaleur, Chapitre 2 - "Le mécanisme de la maison" 2.3.1

Pénétration

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.4 contrôle du flux d’humidité

Plastique largement utilisé dans la fabrication de pare-air et de pare-vapeur. Pour en connaitre davantage au sujet de le pare-air et le pare-vapeur, visite Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.1 Comment choisir les matériaux pour la confection de pare-air?

Pénétration de condensation

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.4 contrôle du flux d’humidité

Pénétration de tuyau extérieure

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 4 : Mettre fin aux fuites d’air - Figure 4-2 Endroits propices aux fuites d’air

Perte de chaleur

Dans un bâtiment, flux de chaleur vers l’extérieur qui se produit à la suite d’un transfert d’énergie par conduction, rayonnement, convection et transfert de masse. L’énergie thermique se déplace naturellement des aires chaudes vers les aires froides.

Conduction : L’énergie thermique est conduite par les matériaux solides comme ceux d’un cadre, d’un châssis et des intercalaires.

Convection : La chaleur est perdue par le déplacement de l’air près des vitres et dans l’espace qui les sépare.

Rayonnement : L’énergie thermique est absorbée par le vitrage, puis se déplace (rayonne) vers le côté plus froid.

Le calcul des pertes de chaleur sert à dimensionner les installations de chauffage

Pertes à vide

La cote de rendement énergétique des chauffe-eau électriques est exprimée en pertes à vide mesurées en watts. Cette mesure indirecte de l’efficacité indique la perte de chaleur du réservoir.  Une meilleure isolation du réservoir permet de réduire les pertes de chaleur. Des pertes à vide moins grandes indiquent
un rendement plus élevé.

Plaque de plâtre

Panneau mural composé d’une couche de plâtre prise dans une enveloppe de papier-carton spécial utilisé comme matériau de revêtement des murs intérieurs et des plafonds.

Plafond cathédral

Plafond incliné dont les pentes ascendantes se rejoignent habituellement au milieu de la pièce. Le plafond peut épouser la pente du toit (dans le cas d’un plafond sur chevrons, p. ex.) ou avoir une pente différente de celle du toit (dans le cas de fermes en écharpe, p. ex.).

Plafonds

Ouvrage constituant la surface horizontale supérieure apparente d’une pièce.

Planche en mousse

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les isolants en bref - section 3.1.5, sous-titre Isolant en panneaux rigides

Planchers exposés
[Fondation ouverte/Planchers au-dessus d’un espace non chauffé]

Les planchers exposés et les saillies peuvent se produire sous une fenêtre en saillie, à l’endroit d’un plancher en porte-à-faux ou lorsqu’une pièce se trouve au-dessus d’un garage

Plinthe chauffante par résistance électrique

Appareil de chauffage plat, de forme allongée, comportant des ouvertures basse et haute par lesquelles l’air circule et recueillede la chaleur à partir d’un convecteur interne. Ces radiateurs sont habituellement disposés à la base des murs extérieurs, sous les fenêtres.

Les plinthe chauffante fait appel à la circulation naturelle de l’air chaud pour distribuer la chaleur. Ces appareils étant offerts dans des longueurs différentes, il est facile d’adapter leur capacité de chauffage aux dimensions de la piéce.

Les plinthes électriques consomment beaucoup d’électricité. Il faut normalement installer un circuit électrique pardans l’évaluation du coût du système. Dans les nouvelles constructions, l’investissement initial pour l’installation de plinthes chauffantes est habituellement plus faible comparativement à d’autres systèmes, mais les coûts d’utilisation sont par après souvent très élevés.

Poêle à bois

Appareil de chauffage alimenté au bois.

La nouvelle technologie de chauffage au bois comprend l'isolation du foyer qui garde la température élevée, de l'air de combustion préchauffé et des déflecteurs internes qui assurent le brûlage complet des gaz avant qu'ils s'échappent de l'appareil, ce qui diminue la quantité de polluants relâchés dans l'atmosphère.

Polyéthylène

Plastique largement utilisé dans la fabrication de pare-air et de pare-vapeur.

Pour en connaitre davantage au sujet de le pare-air et le pare-vapeur, visitez Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.3.1 Comment choisir les matériaux pour la confection de pare-air?

Polyisocyanurate

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref (Panneaux en polyuréthane et en polyisocyanurate)

Polystyrène extrudé

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux Section 3.1.5, sous-titre Isolant en panneaux rigides sous sous-titre ii) Polystyrène extrudé

 

Polyuréthane

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref (Panneaux en polyuréthane et en polyisocyanurate)

Pont thermique
Élément, assemblage ou zone de l’enveloppe d’un bâtiment qui présente une conductivité thermique beaucoup plus grande que la région environnante de l'ossature de la maison, permettant à la chaleur à passer à travers l'enveloppe. Les exemples incluent les éléments d'ossature dans les murs d'ossature isolés, de cadres de fenêtres en métal, de dalles de balcon, de murs de contreventement ou de poteaux d’acier. Selon la taille et le nombre du pont thermique et ses caractéristiques thermales, une réduction importante du coefficient de résistance thermique de l’enveloppe peut arriver. Les ponts termiques peuvent causer une perte de chaleur accrue (gain de chaleur en été), une consommation d’énergie supplémentaire pour le chauffage et le refroidissement des locaux, une diminution du confort des occupants et des problèmes de condensation et de moisissure.
Portes coulissantes à double vitrage

Une porte coulissantes avec une fenêtre dont le vitrage est constitué de deux parois de verre séparées par une lame d’air pour en accroître la résistance thermique (RSI), ou pour en décroître le Coefficient U.

Poteau

Élément vertical faisant partie d’une série constituant les murs ou les cloisons d’une construction à ossature de bois, habituellement d’une épaisseur nominale de 50 mm (2 po).

Problèmes de condensation

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 2 : Le mécanisme de la maison - 2.4.1 Sources d’humidité dans la maison

Produit d’étanchéité à base de mousse

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - Tableau 3-2 Produits de calfreutage et d'étanchéité du pare-air

Puits de lumière

Couvercle ou autre dispositif placé au-dessus d’une baie de toiture pour laisser passer la lumière naturelle ou, lorsqu’on peut l’ouvrir, pour ventiler l’espace.

Pour en connaitre davantage au sujet des fenêtres et portes, visite Emprisonnons la chaleur - Chapitre 8 : L’amélioration de l’efficacité énergétique des fenêtres et des portes

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – Q

Qualité de l'air intérieur (QAI)

Terme général ayant trait à le contrôle et la diminution de contaminants biologiques et chimiques malsain dans l’air des bâtiments.

Quincaillerie

Des ferrures de haute qualité, notamment les manivelles, les poignées, les loquets et les serrures, procurent également une bonne étanchéité. Dans la mesure du possible, ces ferrures devraient être conçues pour ne pas transmettre la chaleur.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – R

R-2000

La Norme R-2000 est une norme volontaire qui est administrée par Ressources naturelles Canada (RNCan); un réseau d'organismes de services et de professionnels en font la promotion partout au Canada.

Élaborée en partenariat avec l'industrie de la construction résidentielle du Canada, R-2000 est l’une des initiatives qui sont administrées par l'Office de l'efficacité énergétique de RNCan. Le but de cette initiative est de favoriser l'utilisation de méthodes et de technologies de construction qui sont éconergétiques et rentables. L’utilisation des services d’évaluateurs externes et d’un processus de certification appuyé par le gouvernement du Canada permet aux propriétaires de maison d’être assurés d’obtenir une valeur réelle et des cotes cohérentes.

La Norme R-2000, approuvée par l'industrie, prescrit les exigences de rendement technique pour l'efficacité énergétique, l'étanchéité à l’air à l’intérieur de la maison et les responsabilités en matière d'environnement dans le secteur de la construction des maisons.

Les maisons construites conformément à la Norme R-2000 dépassent généralement les exigences en matière de rendement énergétique des codes du bâtiment en vigueur au pays; on les reconnaît par le fait qu’elles satisfont à des normes rigoureuses en matière de responsabilité environnementale.

Depuis son lancement il y a plus de 30 ans, la Norme R-2000 est devenue la référence pour la construction d'habitations au Canada. On la met constamment à jour pour y intégrer les nouvelles technologies à mesure qu'elles sont introduites sur le marché; de plus, elle est suffisamment flexible pour s'appliquer à n'importe quel type d'habitation.

Remplissage au gaz

L’intérieur du vitrage isolant est rempli d’un gaz inerte inodore, incolore et inoffensif, tel que l’argon ou le krypton, afin de réduire le transfert de la chaleur par les surfaces vitrées.

Afin d’assurer une efficacité énergétique maximale, on utilise habituellement l’argon dans les fenêtres à vitrage double et le krypton dans les fenêtres à vitrage triple ou quadruple.

Rendement thermique

L’efficacité des systèmes d’eau chaude domestique alimentés aux combustibles fossiles est exprimée selon l’efficacité thermique le ou le facteur énergétique (FE). Plus le chiffre est élevé, plus le chauffe-eau est efficace..

Réseau de gaines

Les tuyaus par lequel l’air circule dans une installation de chauffage, de climatisation et de ventilation.

Un réseau de gaines mal conçu peut créer des problèmes de confort à cause de la circulation d'air irrégulière dans la maison, soit une trop grande chaleur dans certaines pièces, soit d'autres pièces trop froides.

Résistance thermique

Pour attribuer une valeur à l’isolation, on mesure sa résistance au flux de chaleur, et l’étiquette des produits affiche à la fois la valeur RSI (résistance système international) et la valeur R. La valeur R exprime la mesure en unités impériales, alors que la valeur RSI exprime les unités métriques de la résistance thermique. Appliquez l’équation suivante pour convertir une valeur R (unités impériales) en valeur RSI (unités métriques). Plus la valeur de résistance est élevée, plus il faut de temps pour que la chaleur s’échappe à travers le matériau isolant. Il peut arriver qu’une marque donnée d’isolant se présente sous une forme plus épaisse ou plus mince qu’une autre, mais à valeur de résistance égale, elles offrent toutes deux la même protection contre la perte de chaleur. Conversion d’une valeur R en RSI Valeur R ÷ 5,678 = RSI Exemple : 20 ÷ 5,678 = RSI 3,52

Revêtement intermédiaire

Bois, panneaux de bois ou autres types de panneaux couvrant les éléments extérieurs de l’ossature d’un bâtiment.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – S

Sablière ou lisse basse

Élément horizontal fixé à l’extrémité supérieure ou à la base des poteaux formant les murs et généralement doublé pour transférer les charges du dessus aux poteaux muraux.

Seuil

Élément horizontal inférieur d’une baie de porte extérieure ou fenêtre.

Soffite

La face inférieure d'une toiture où elle surplombe les murs extérieurs. Les évents de soffite sont installés horizontalement le long de la face inférieure des poutrelles où ils surplombent les murs extérieurs. Ces entrées d'air permettent d'assurer la circulation d'air dans le comble sous le toit, tout en gardant les rongeurs et les oiseaux à l'extérieur.

Pour plus d'information, voir Emprisonnons la chaleur - Chapitre 5 : Les toits et les entretoits

Solaire thermique

Les technologies solaires thermiques (aussi appelées systèmes de chauffage solaire actifs) consistent à transformer l’énergie du soleil en chaleur et impliquent l’utilisation de pompes ou de ventilateurs pour assurer un transfert actif de la chaleur à des fins de stockage ou de distribution directe pour un usage prévu. Le capteur solaire est l’élément essentiel de tout système de chauffage solaire actif. Il absorbe l’énergie solaire et la transforme en chaleur utilisable.

Divers types de capteurs sont utilisés dans la conversion de l’énergie solaire, selon l’application et la température :

  • Les capteurs solaires non vitrés en métal et les capteurs solaires plats en plastique servent à des applications à basse température, telles que le chauffage de piscines résidentielles et le chauffage de l’air de ventilation d’immeubles commerciaux et industriels
  • Les capteurs plats vitrés et les capteurs à tubes sous vide servent à des applications à température basse et moyenne, telles que les chauffe-eau résidentiels et les systèmes de chauffage et de climatisation de locaux
  • Les capteurs solaires à concentration qui focalisent le rayonnement solaire sur une surface plus réduite servent à des applications à température élevée, telles que la production de chaleur industrielle, le refroidissement par absorption et les systèmes thermiques solaires à grande échelle pour produire de la vapeur à des fins de production d’électricité.
     
Solin

Tôle ou autre matériau imperméable utilisé pour prévenir l’infiltration d’eau ou pour diriger et écarter le ruissellement de l’eau hors de l’enveloppe d’un bâtiment ou d’un autre élément.

Solive

Élément horizontal ou incliné en bois, faisant partie d’une série, ayant généralement une épaisseur nominale de 50 mm (2 po.), destiné à soutenir un plancher, un plafond ou un toit.

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 3 : Les matériaux - 3.1.5 Les isolants en bref

Solive de bordure

Cet espace sera tout simplement désigné dans le présent document « espace entre les solives ». Il désigne l’espace où les solives de planchers croisent les murs de fondation qui les supportent, dans les sous-sols et les vides sanitaires. En d’autres mots, c’est l’endroit où la charpente de la maison repose sur la fondation. Cet espace est propice aux fuites d’air et est rarement bien isolé, ce qui se traduit par l’entrée de courants d’air, de poussière, de pollen et de vermine.

Pour en connaitre davantage au sujet de solive de bordure, visite Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols - Figure 6-8 Isolation de la solive de bordure de l’extérieur

Solives de rive du sous-sol

Il désigne l’espace où les solives de planchers croisent les murs de fondation qui les supportent, dans les sous-sols et les vides sanitaires. En d’autres mots, c’est l’endroit où la charpente de la maison repose sur la fondation. Cet espace est propice aux fuites d’air et est rarement bien isolé, ce qui se traduit par l’entrée de courants d’air, de poussière, de pollen et de vermine.

Pour en connaitre davantage au sujet de solives de rive du sous-sol, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols - Figure 6-18 Réduction des fuites d’air dans l’espace entre les solives

Source d’énergie renouvelable

Source d’énergie provenant d’un élément inépuisable, comme le vent ou le soleil, ou d’une matière naturelle qui se régénère rapidement, comme le bois ou la biomasse des cultures.

Surface au-dessus du niveau de sol

Partie d’une construction ou d’un élément du site qui est située plus haut que le niveau du sol environnant. Pour en connaitre davantage au sujet des surface au-dessus et au-dessous du niveau de sol, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols

Surface de fuite équivalente (SFE)

La surface de fuite équivalente est une autre façon de décrire l’étanchéité à l’air de l’enveloppe de votre maison. Elle représente la taille d’un seul trou dans l’enveloppe de votre maison, qui équivaut au total de tous les trous ou de toutes les ouvertures d’où ’échappe l’air. Plus la surface de fuite équivalente est petite, plus vous pourrez maîtriser la température à l’intérieur de votre maison, en consommant moins d’énergie (vous devrez toutefois vous assurer d’avoir une ventilation adéquate).

Surface de plancher chauffée

Représente la surface utilisable totale chauffée de votre maison et qui est mesurée à l’intérieur des murs extérieurs. Cela comprend toutes les surfaces chauffées au-dessus du niveau du sol, peu importe la hauteur du plafond, et les surfaces chauffées sous le niveau du sol, comme les sous-sols dont le plafond a une hauteur de plus de 1,2 m (4 pi). La surface au-dessous du sol est la somme de toutes les surfaces qui se trouvent à un niveau entièrement ou partiellement sous le niveau du sol.

Système d’isolant ensaché

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols - 6.4 Vides hors-sol

Système de chauffage

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.1 Fonctionnement et entretien du système de cvc

Système de chaudière
[Système de chauffage à eau chaude]

Un système de chauffage hydronique alimenté au gaz naturel ou au propane se compose d’une chaudière qui chauffe l’eau, laquelle circule ensuite dans des appareils de chauffage convectifs tels que des radiateurs en fonte, des plinthes chauffantes, un système de tuyauterie qui passe par le plancher ou le plafond ou des serpentins avec ventilateur.

Le rendement énergétique d’une chaudière au gaz naturel ou au propane au cours d’une saison de chauffage s’appelle l’efficacité annuelle de l’utilisation du combustible ou annual fuel utilization efficiency (AFUE). Cet AFUE s’exprime en pourcentage; plus le pourcentage est élevé, plus la chaudière est efficace.

Certaines chaudières à condensation alimentées au gaz sont munies d’appareils de combustion hermétiques qui tirent l’air de combustion de l’extérieur et évacuent les gaz de combustion directement vers l’extérieur. Ceci réduit la perte de chaleur et les courants d’air indésirables tout en diminuant considérablement le risque de retour ou de fuite accidentelle des gaz de combustion dans la maison.

Système de chaudières extérieures au bois

La plupart des chaudières extérieures ressemblent à des remises à jardin munies d’une cheminée. L’eau chauffée est pompée de la chaudière vers la maison à travers un tuyau souterrain isolé. Ensuite, l’eau traverse un échangeur de chaleur et libère sa chaleur vers un courant d’air pulsé (par ex., un ventilo-convecteur), ou est distribuée aux plinthes, à des bouches murales, ou à un système de tuyaux qui passe par le plancher ou le plafond. Grâce à un autre échangeur de chaleur, l’eau de la chaudière peut aussi chauffer l’eau chaude domestique. L’eau refroidie retourne ensuite à la chaudière à travers un deuxième tuyau isolé souterrain pour être chauffée à nouveau.

Les chaudières extérieures peuvent brûler différentes sortes de bois ou des sous-produits du bois, de même que des granulés, du charbon et des ballots de paille. Certaines unités sont également dotées de systèmes de chauffage secondaires tels que des brûleurs au mazout pour un chauffage d’appoint

Système de chauffage au bois de chaudière intérieure

Un système de chauffage hydronique au bois comporte une chaudière qui chauffe l’eau, laquelle circule ensuite dans des appareils convectifs, tels que des radiateurs massifs en fonte, des plinthes chauffantes, un système de tuyauterie qui passe par le plancher ou le plafond, ou des serpentins avec ventilateurs.

Aujourd’hui, certains appareils de chauffage de pointe alimentés au bois ou aux combustibles solides ont des rendements d’efficacité de l’ordre de 80 %. Ces appareils se servent de technologies de pointe pour le brûlage du bois où le bois est gazéifié et la fumée est rebrûlée, ce qui réduit les niveaux de fumée, en brûlant le combustible à des températures supérieures et en améliorant l’efficacité générale. Ces systèmes utilisent couramment un ventilateur thermostatique afin de fournir l’air de combustion de façon précise, ce qui réduit les feux couvants et l’accumulation de créosote dans la cheminée. Ils ont également comme avantage de consommer moins de bois comparativement aux modèles plus anciens ou conventionnels de chaudière au bois intérieures et extérieures.

Système de chauffage avec bouches d'air chaud

Installation de chauffage ou de climatisation qui a recours à un groupe moto-ventilateur pour diffuser l’air chaud d’un réseau de conduits menant aux différentes pièces d’une maison afin de combler les besoins en matière de conditionnement des locaux.

Trois types de générateurs d’air chaud permettent de répondre aux besoins des divers modèles de maison.

  • Les générateurs à sortie par le haut se prêtent mieux à une installation au sous-sol.
  • Les générateurs à sortie latérale conviennent bien à une installation dans un vide sanitaire.
  • Les générateurs à sortie par le bas sont tout indiqués pour les maisons mobiles ou le rez-de-chaussée des maisons construites sur dalles de béton.
Système de chauffage supplémentaire

Chauffage fourni à un local qui s’ajoute au chauffage minimum requis pour ce local, généralement commandé à partir d’un thermostat distinct et conçu pour maintenir le confort des occupants.

Système de l'eau chaude domestique

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.2 Eau chaude domestique

Système de récupération de la chaleur des eaux d’évacuation

Les systemes de récupération de la chaleur des eaux de drainage constituent un moyen simple de réduire la quantité d’énergie requise pour chauffer l’eau. Les conduites tirent avantage de l’eau chaude évacuée pour préchauffer l’eau qui est acheminée au réservoir d’eau chaude. En préchauffant cette eau, il est possible de réduire la quantité d’énergie requise pour amener l’eau à la température de consigne. Selon une étude menée par le Centre canadien des technologies résidentielles, ces conduites sont des plus efficaces lorsqu’une grande quantité d’eau chaude de drainage est évacuée, principalement
de la douche, de l’évier, de la laveuse et du lave-vaisselle.

Système de ventilation

Les systèmes de ventilation comprennent deux grandes catégories : les systèmes équilibrés et non équilibrés. Les systèmes non équilibrés sont plus courants alors que les ventilateurs d’extraction sont mis en marche et que l’air de remplacement provient des fuites d’air. Une telle situation risque de faire diminuer la pression dans la maison et est peu efficace pour aérer adéquatement la maison. La ventilation équilibrée comprend un système où l’air évacué est remplacé par une source spécialisée d’apport d’air. Cette façon de faire maintient une pression neutre de la maison et contribue à aérer plus uniformément la maison.

Pour en connaitre davantage au sujet des systèmes de ventilation, visitez Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.4.4 Augmentation de la ventilation

Système d'énergie éolienne

L'énergie cinétique des vents peut être convertie en des formes utiles d'énergie telles que l'énergie mécanique ou l'électricité.  À l'heure actuelle, l'énergie éolienne est de plus en plus utilisée pour générer de l'électricité.  L'énergie éolienne n'est captée que lorsque la vitesse du vent est suffisante pour mettre en mouvement les hélices de la turbine, mais pas assez élevée pour les endommager.

Système Générateur d’air chaud au bois

Générateurs d’air chaud à combustibles solides]

Système géothermique

Un système géothermique utilise le sol, les eaux souterraines ou les deux comme source de chaleur durant l’hiver et comme évacuateur de la chaleur récupérée de la maison durant l’été. Les systèmes géothermiques peuvent être utilisés avec un système de chauffage à air pulsé, un système à eau chaude et pour le préchauffage de l'eau chaude domestique. Des systèmes à expansion directe sont également disponibles qui utilisent un réfrigérant dans les boucles souterraines au lieu d'une solution à base d’eau.

On utilise différentes terminologies pour exprimer le rendement du chauffage et du refroidissement des systèmes géothermiques. Par exemple, le coefficient de chauffage est le coefficient de performance (CP) et le coefficient de refroidissement est le rendement énergétique (RE). Plus les coefficients sont élevés, plus le système géothermique est éconergétique.

Certains systèmes géothermiques sont homologués ENERGY STAR.

Système mécanique intégré

Un système mécanique intégré (SMI) a trois fonctions : chauffage des pièces, chauffage de l'eau et ventilation/récupération de chaleur continue. Un SMI permet d'économiser de l'énergie à l’aide d’un système de commande évolué qui assure que la chaleur résiduelle d’une fonction est utilisée par une autre, ce qui permet de récupérer la plus grande quantité possible d’énergie.

Un SMI est habituellement doté d’une chaudière qui sert à produire la chaleur. La chaudière fait circuler l’eau chaude dans un serpentin à l’intérieur d’un appareil de traitement d'air éconergétique, lequel distribue l'air conditionné dans la maison. Un ventilateur-récupérateur de chaleur est relié au système et assure une ventilation continue, alors qu’un échangeur de chaleur supplémentaire procure l’eau chaude. Un SMI peut être muni d'options comme la climatisation et le chauffage par rayonnement à partir du plancher ou à eau chaude.

Afin d’obtenir une homologation, un SMI doit être soumis par un organisme indépendant à la norme CAN/CSA Association canadienne de normalisation de l’Association canadienne de normalisation. Cette norme établit le rendement du système en calculant son facteur de rendement énergétique global (OTPF) dans les modes de chauffage des pièces, de chauffage de l’eau et de ventilation.

Par ailleurs, la norme CAN/CSA P.10-07 comporte un objectif de rendement énergétique supérieur ou « premium » qui établit un niveau de rendement énergétique plus élevé et une consommation d’énergie globale moins élevée que la somme de la consommation d’énergie de tous les différents composants individuels. Sans le système de commande intégré, il est peu probable que les divers composants, avec leur propre système de commande, atteindront l’objectif de rendement énergétique supérieur.

Système solaires photovoltaïques

Se dit d’un système qui produit de l’énergie électrique directement à partir du rayonnement solaire. Il se crée un courant continu lorsque l’énergie lumineuse frappe la surface d’une cellule photovoltaïque

Systèmes de chauffage à air pulsé au mazout

Ce système est constitué d’un brûleur qui, comme son nom l’indique, brûle le mazout dans la chambre de combustion du générateur d’air chaud. Le réservoir de mazout se trouve habituellement dans la maison. Les gaz de combustion traversent le générateur d’air chaud où ils libèrent de la chaleur dans un échangeur de chaleur. Les gaz sont ensuite évacués à l’extérieur par le tuyau de fumée et la cheminée.

La plupart des systèmes sont dotés d’un registre barométrique qui agit comme un clapet dans le tuyau de fumée. Il sert à isoler le brûleur des écarts de pression à la sortie de la cheminée en tirant dans le tuyau des quantités diverses d’air chauffé de la maison. Un ventilateur fait circuler l’air provenant des conduits de retour d’air froid de la maison dans l’échangeur de chaleur. L’air ainsi réchauffé est ensuite distribué dans le réseau de conduits d’air chaud de la maison.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – T

Taux de rendement énergétique (TRE ou EER)

Mesure de la performance énergétique des pompes à chaleur air-air.  Plus le TRE est élevé, plus l’appareil est efficace.

Taux de rendement énergétique saisonnier (TRES ou SEER)

Mesure de l’efficacité énergétique des appareils de conditionnement d’air (climatiseurs) et des pompes à chaleur. Plus le TRES (SEER) est élevé, plus l’appareil est efficace.

Test d'infiltrometrie

Afin d'effectuer une analyse approfondie de l'efficacité énergétique de votre maison, le conseiller en efficacité énergétique utilise un « infiltromètre » spécialement conçu pour mesurer le taux de fuites d'air dans la maison. L'infiltromètre est un ventilateur à vitesse variable monté sur un panneau qui s'ajuste à n'importe quelle ouverture de porte extérieure de votre maison.

Dans le cadre du système de cote ÉnerGuide, le test d'infiltrométrie est effectué dès que la construction de la maison est terminée, afin que la cote d'efficacité énergétique et l'étiquette de cote ÉnerGuide rendent compte de l'efficacité énergétique de la maison telle qu'elle a été construite. Quelles sont les étapes pour effectuer un test d’infiltrométrie?

  1. La première étape consiste à réduire la pression à l'intérieur de la maison. Une fois en marche, le ventilateur fait baisser graduellement la pression à l'intérieur de la maison, ce qui permet à l'air extérieur de pénétrer par les ouvertures non scellées ou les fissures de la structure de la maison.
  2. L’étape suivante sert à mesurer le débit d'air. Des jauges à pression branchées sur le ventilateur mesurent le débit d'air requis pour garder la maison à une pression constante. Le conseiller peut ainsi calculer l’étanchéité de la maison.
  3. On calcule ensuite le rendement énergétique. Les résultats de ce test sont incorporés dans la cote d'efficacité énergétique de votre maison. Parce que les maisons étanches à l'air sont économes en énergie, une maison qui a peu de fuites d'air se traduira par une meilleure cote comparativement à une maison qui a beaucoup de fuites d'air.
  4. Et enfin, on vérifie la ventilation. Dans le cadre de son analyse, le conseiller s'assure également que la maison est suffisamment ventilée, soit une condition essentielle dans les maisons étanches de construction récente. La ventilation se fait habituellement au moyen d'un système mécanique.
Thermopompe(s) utilisant l'air comme source de chaleur

Une thermopompe qui prélève de la chaleur dans l’air extérieur pour la restituer à l’air intérieur aux fins de chauffage des locaux en hiver. Le cycle est inversé en été pour fournir de la climatisation. L’appareil est constitué d’un évaporateur intérieur, généralement placé au sein d’une installation à air pulsé, et d’un condenseur situé à l’extérieur.

Les thermopompes déplacent la chaleur par l'évaporation et la condensation d'un fluide frigorigène qu'un compresseur fait circuler entre deux serpentins. Le frigorigène est évaporé à basse pression dans l'un des serpentins, ce qui lui permet d'absorber la chaleur contenue dans l'air ambiant. Il est ensuite pompé jusqu'à l'autre serpentin, où il se condense à haute pression et libère la chaleur absorbée au début du cycle.

Même l’air froid renferme de la chaleur. Parce que la chaleur est absente seulement au zéro absolu (-273 °C), les thermopompes peuvent fonctionner même durant les hivers canadiens les plus froids.

Du fait que le rendement des thermopompes à air diminue lorsqu’il fait plus froid à l’extérieur, la charge de chauffage de la maison augmente. Par conséquent, afin de répondre à la charge de chauffage de la maison par température plus froide, les systèmes des thermopompes à air font normalement appel à un appareil de chauffage supplémentaire ou auxiliaire, comme des éléments chauffants électriques ou un générateur d’air chaud au mazout ou au gaz.

L’efficacité des thermopompes est mesurée par le coefficient de performance (CP)  qui correspond à la quantité de chaleur émise, divisée par la quantité d’électricité consom- mée par la thermopompe pendant la période d’utilisation au cours de la saison de chauffe. Plus le CP est élevé, plus la thermopompe est efficace.

Le coefficient de refroidissement est le rendement énergétique saisonnier (RES) et le rendement énergétique (RE). Cependant, dans les catalogues des fabricants, vous pouvez toujours voir le terme coefficient de performance (CP) qui sert à mesurer la capacité de chauffage ou de refroidissement. Plus le coefficient est élevé, plus le rendement énergétique de la thermopompe est élevé.

Thermostat programmable

À l’exception de certains systèmes à eau chaude dont le temps de réaction est plutôt lent, il est possible d’économiser l’énergie en abaissant la
température du thermostat et la meilleure façon de le faire consiste à installer un thermostat programmable. Un thermostat programmable de base sera muni d’une minuterie qui vous permettra au moins deux changements de température durant la journée.

Par exemple, vous pouvez le programmer pour abaisser la température avant le coucher et l’augmenter avant le lever du matin. Le deuxième changement peut réduire la température de la maison lorsque tout le monde est sorti durant le jour et l’augmenter juste avant votre arrivée le soir.

Une baisse d’un degré Celsius (1 °C/2 °F) sur une période de huit heures peut réduire d’environ 2 p. 100 votre consommation d’énergie liée au chauffage. Si vous quittez la maison durant plus de trois ou quatre heures, il est avantageux d’abaisser la température. En règle générale, il est préférable de ne pas diminuer la température à moins de 17 °C/63 °F; cela risquerait de causer une augmentation de l’humidité dans les murs extérieurs. Si vous souhaitez diminuer la température un peu plus, comme par exemple si vous quittez durant de longues périodes (une semaine ou plus), vous devez conserver les niveaux d’humidité assez bas.

Trappe d’accès aux combles

Petite porte permettant d’accéder aux combles. La plupart des maisons avec l'accès aux combles ont une trappe intérieure dans le plafond. La trappe devrait être assez grande pour vous permettre d’apporter des matériaux, et devrait inclure une couverture étanche et isolée.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – V

Valeur d'isolation

• Valeur RSI (valeur R) nominale de l’isolant (avant la construction) : représente la résistance au flux de chaleur associée à une épaisseur d’isolant donnée. Plus la valeur RSI (valeur R) est élevée, plus le niveau d’isolation est bon. RSI est l’unité de mesure métrique et s’exprime en mC/W, alors que R est l’unité de mesure impériale équivalente et s’exprime en piF/W. RSI-1 = R-5.678.

• Valeur RSI (valeur R) efficace de l’élément (après la construction) : représente la résistance au flux de chaleur d’un mur, d’un plafond ou d’un plancher selon la structure, l’isolant, la charpente, le revêtement et la finition. Cette valeur est habituellement inférieure à la valeur RSI (valeur R) nominale de l’isolant parce que le matériau de la charpente a une valeur RSI (valeur R) inférieure à la valeur de l’isolant.

À titre d’exemple, les poteaux d’ossature muraux, les poutres sablières et les sablières basses réduisent la valeur réelle d’un mur isolé, alors que le revêtement, le placoplâtre et la finition extérieure peuvent augmenter la résistance thermique d’un mur. À titre d’exemple, un isolant en rouleau de valeur RSI 3,52 (R-20) installé dans un mur de 2 x 6 pourrait afficher une valeur réelle de seulement 2,99 (R-17).

Valeur RSI effective

Valeur RSI (valeur R) nominale de l’isolant (avant la construction) : représente la résistance au flux de chaleur associée à une épaisseur d’isolant donnée. Plus la valeur RSI (valeur R) est élevée, plus le niveau d’isolation est bon. RSI est l’unité de mesure métrique et s’exprime en mC/W, alors que R est l’unité de mesure impériale équivalente et s’exprime en piF/W. RSI-1 = R-5.678.

Valeur RSI nominale

Valeur RSI (valeur R) nominale de l’isolant (avant la construction) : représente la résistance au flux de chaleur associée à une épaisseur d’isolant donnée. Plus la valeur RSI (valeur R) est élevée, plus le niveau d’isolation est bon. RSI est l’unité de mesure métrique et s’exprime en m2°C/W, alors que R est l’unité de mesure impériale équivalente et s’exprime en pi2°F/W. RSI-1 = R-5.67.

Ventilateur-récupérateurs de chaleur (VRC)

Le VRC éconergétique est l’une des meilleures façons de contrôler la qualité de l’air ambiant. Le VRC vous fait réaliser des économies d’énergie comparativement aux autres systèmes classiques de ventilation parce qu’il récupère la chaleur de l’air de sortie. Le VRC expulse l’air vicié en le faisant circuler par un échangeur de chaleur. L’échangeur transfère la chaleur au conduit d’entrée d’air frais avant d’expulser l’air vicié à l’extérieur. Le VRC doit être équilibré afin de maximiser le rendement sans nuire à la pression de la maison.

Pour en connaitre davantage au sujet des VRC, visite Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.4.5 Ventilateur-récupérateur de chaleur et ventilateur-récupérateur d’énergie

Ventilateur-récupérateur d’énergie (VRÉ)

Un ventilateur-récupérateur d’énergie VRÉ synergétique récupère la chaleur à la sortie d’air mais, contrairement au ventilateur-récupérateurs de chaleur (VRC), il ne permet pas d’atténuer autant l’humidité de la maison. L’installation de cet appareil est recommandée pour les maisons où la demande de climatisation est élevée ou dans lesquelles le taux d’humidité relative a tendance à être faible (p. ex., dans le Nord canadien). Un VRÉ peut donc contribuer à empêcher la maison de sécher.

Pour en connaitre davantage au sujet des VRÉ, visite Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.4.5 Ventilateur-récupérateur de chaleur et ventilateur-récupérateur d’énergie

Ventilation

L'ensemble du processus de l'échange contrôlé de l'air intérieur avec de l'air extérieur, y compris le traitement (filtration, chauffage/refroidissement) de l'air extérieur, la distribution de l'air extérieur aux pièces habitables de la maison, et la circulation de l'air dans les pièces. Il comprend également l'évacuation de l'air d'échappement des salles de bains, cuisines et autres espaces.

Pour en connaitre davantage au sujet de le ventilation, veuillez visiter Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison - 9.4.4 Augmentation de la ventilation

Vides sanitaires

Espace peu profond entre le rez-de-chaussée d’une habitation et le sol, soit ouvert sur l’extérieur, soit faisant partie intégrante de l’espace habitable.

Vide sanitaire chauffé

Emprisonnons la chaleur - Chapitre 6 : L’isolation des sous-sols - 6.3 Vides sanitaires

Vide sous toit (syn. Combles)

Partie d’un bâtiment délimitée par le plafond du dernier étage et le toit, ou par un mur bas et un toit incliné. Synonyme: combles.

Vitrage

Le vitrage est le terme générique utilisé pour désigner le matériau transparent – habituellement le verre – d’une porte, d’une fenêtre ou d’un puit de lumière. Un produit à vitrage simple comporte un seul panneau de verre. Un produit à vitrage double, triple ou quadruple en possède deux, trois ou quatre respectivement. Dans le cas d’un produit à vitrage triple ou quadruple, un des panneaux peut être remplacé par une fine pellicule de polyester en suspension afin de réduire le poids du produit. Au Canada, le vitrage des portes, fenêtres ou puits de lumière doit posséder au moins deux panneaux de verre.

Glossaire de l’habitation ÉnerGuide – W

Wood Energy Technology Transfer Inc (Wett Inc)

www.wettinc.ca

 
 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :