Emprisonnons la chaleur - Chapitre 9 : Le rendement de votre maison

Comme tout système, votre maison ne donnera un bon rendement que si on fait fonctionner et si on entretient tous ses composants de façon efficace. Si vous assurez son bon fonctionnement, vous maximisez les améliorations apportées par les travaux de rénovation et vous pouvez améliorer le rendement et la durabilité du système de chauffage, de climatisation et de ventilation. Ce qui est encore plus important, c’est que vous créerez un environnement plus sain et plus confortable. Si votre maison fonctionne comme un système, vous pouvez réduire votre facture d’énergie annuelle en effectuant la mise au point et en faisant mieux fonctionner votre système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC).

Sommaire du chapitre

9.1 FONCTIONNEMENT ET ENTRETIEN DU SYSTÈME DE CVC

Suivez les procédures d’entretien recommandées pour le nettoyage et les réglages de l’équipement de chauffage et de climatisation. Les appareils de chauffage et les chaudières au mazout ont besoin d’être nettoyés et mis au point chaque année. Les appareils de chauffage et les chaudières au gaz naturel et au propane, ainsi que les pompes géothermiques doivent être vérifiés au moins une fois tous les deux ans. Si votre maison comporte un appareil à combustible solide (p. ex., un poêle à bois ou un foyer), faites inspecter l’équipement et la cheminée chaque année et faites ramoner la cheminée aussi souvent que nécessaire. 

9.1.1 Entretien par le propriétaire

Même si les services d’entretien et la mise au point annuels devraient être faits par des techniciens qualifiés, les propriétaires de la maison ont certaines taches à accomplir.

AVERTISSEMENT DE SÉCURITÉ :

En vertu des codes du bâtiment, les maisons ayant un appareil à combustion ou un garage attenant doivent installer un détecteur de monoxyde de carbone (CO) près de l’appareil de chauffage ou à l’intérieur d’une distance de 5 mètres (15 pieds) de chaque porte de chambre à coucher.

Pour un système à air pulsé, assurez-vous que les grilles de reprise d’air et les évents d’air chaud sont propres et libres de tout obstacle; changez ou nettoyez les filtres tous les trois mois ou dès qu’ils sont obstrués. Chaque automne, afin d’éviter l’accumulation de poussière, passez l’aspirateur sur les radiateurs du système de chauffage à eau chaude ou sur les plinthes électriques. Si les ailettes sont courbées, redressez-les doucement à l’aide d’un peigne en plastique pour améliorer leur efficacité.

Les systèmes de chauffage à eau chaude fonctionnent mieux lorsqu’il n’y a pas de bulles d’air dans les radiateurs et que la pression est adéquate. Il faut donc purger régulièrement les radiateurs, sauf si le système est muni d’un dispositif automatique conçu à cette fin. Vous pouvez réaliser des économies supplémentaires au moyen d’un contrôle de réglage extérieur qui ajuste automatiquement la température de l’eau en circulation en fonction de la température extérieure.

9.1.2 Thermostats

À l’exception de certains systèmes à eau chaude dont le temps de réaction est plutôt lent, il est possible d’économiser l’énergie en abaissant la température du thermostat et la meilleure façon de le faire consiste à installer un thermostat programmable. Un thermostat programmable de base sera muni d’une minuterie qui vous permettra au moins deux changements de température durant la journée.

Par exemple, vous pouvez le programmer pour abaisser la température avant le coucher et l’augmenter avant le lever du matin. Le deuxième changement peut réduire la température de la maison lorsque tout le monde est sorti durant le jour et l’augmenter juste avant votre arrivée le soir.

Une baisse d’un degré Celsius (1 °C/2 °F) sur une période de huit heures peut réduire d’environ 2 p. 100 votre consommation d’énergie liée au chauffage. Si vous quittez la maison durant plus de trois ou quatre heures, il est avantageux d’abaisser la température. En règle générale, il est préférable de ne pas diminuer la température à moins de 17 °C/63 °F; cela risquerait de causer une augmentation de l’humidité dans les murs extérieurs. Si vous souhaitez diminuer la température un peu plus, comme par exemple si vous quittez durant de longues périodes (une semaine ou plus), vous devez conserver les niveaux d’humidité assez bas. (Voir la section 2.4 Contrôle du flux d’humidité.)

Mesurez l’humidité relative dans votre maison à l’aide d’un hygromètre pour vous assurer de conserver un taux d’humidité bas; si le taux est trop élevé, contrôlez les sources d’humidité ou procurez-vous un déshumidificateur certifié ENERGY STAR®.

9.1.3 La puissance du système de CVC et le rééquilibrage

Une maison récemment rénovée présentera moins de fuites d’air et aura donc des besoins moindres en chauffage et en climatisation qu’auparavant. Il est possible que l’appareil de chauffage ait maintenant une trop grande capacité, ce qui peut entraîner de grandes fluctuations de température et un cycle arrêt-départ moins efficace, surtout dans le cas des appareils de chauffage et des chaudières à rendement moyen. Les appareils de chauffage et les chaudières à haut rendement seront moins touchés sur le plan de l’efficacité, mais les fluctuations de température gêneront tout de même le confort des occupants, et l’équipement s’usera plus rapidement.

Lorsqu’un appareil de chauffage ou une chaudière à rendement moyen fonctionne moins souvent, la cheminée peut devenir plus froide entre les flambées, ce qui peut mener au contre-tirage ainsi qu’à des problèmes de condensation ou à des dommages à la cheminée. Si vos travaux de rénovation sont considérables et que ce problème vous inquiète, faites vérifier votre système par un technicien qualifié en systèmes de chauffage.

Un problème constant pour la plupart des maisons neuves, existantes et rénovées concerne la nécessité de rééquilibrer la distribution de la chaleur. Des conduits sous-dimensionnés et des conduits présentant des fuites, des grilles de reprise d’air et des conduits inadéquats ou mal placés peuvent nuire au confort des occupants et faire augmenter la facture énergétique liée au chauffage. L’amélioration de l’isolation et de l’étanchéité peut faciliter le chauffage de pièces autrefois difficiles à chauffer, et en rendre d’autres surchauffées.

Un simple rééquilibrage du système, soit en ajustant les régulateurs dans le cas d’un système de conduits ou en ajustant les soupapes dans le cas d’un système à eau chaude, pourrait aider à régler cette situation. Sinon, il vous faudra trouver un entrepreneur compétent pour améliorer ou rééquilibrer votre système de chauffage.

Le seul nettoyage des conduits ne résoudra pas un problème de distribution de la chaleur et aura peu d’effet sur le système de CVC et la qualité de l’air ambiant.

Si vous possédez un climatiseur central qui se sert des mêmes conduits, il pourrait être nécessaire de le réajuster avant la saison de climatisation. Prenez en note les réglages dont vous vous servez pour le chauffage et la climatisation; ainsi, vous pourrez réajuster vous-même le système à chaque début de saison.

9.1.4 Conduits de distribution d’air

Figure 9-1 Étanchéisation d’un conduit d’air à l’aide d’un ruban adhésif

Figure 9-1 Étanchéisation d’un conduit d’air à l’aide d’un ruban adhésif

Image agrandie

Pour améliorer le confort, la sécurité et l’équilibrage du système, scellez toutes les chambres de distribution et les conduits d’alimentation et de reprise d’air à l’aide d’un ruban d’aluminium autocollant, d’un ruban de plastique malléable ou de mastic à base d’eau. Il est recommandé d’isoler les conduits de chauffage qui passent par des sous-sols ou des vides sanitaires non ou peu chauffés. Coupez aux dimensions voulues de l’isolant en matelas ou en rouleau pour obtenir une valeur RSI 2,1 (R-12) ou plus, ou utilisez des matelas en fibres minérales avec aluminium spécialement conçus pour cet usage. Enroulez l’isolant autour des conduits et fixez-le au moyen d’une corde, d’un câble ou d’un ruban approprié – n’utilisez pas de ruban de type vinyle.

N’enveloppez les conduits d’un système de chauffage au bois qu’à partir d’une distance de 1,8 mètre (6 pi) de l’appareil, à moins que vous vous serviez d’un isolant ignifuge conçu à cet effet.

En ce qui concerne les systèmes à eau chaude, placez un panneau l’isolant recouvert de papier aluminium entre les radiateurs et les murs extérieurs pour réfléchir la chaleur dans la pièce. Les conduits métalliques de distribution et de reprise d’air peuvent être isolés avec un isolant approprié d’une valeur RSI minimale de 0,7 (R-4). Des enveloppes isolantes sont disponibles pour certains types de chaudière et pourraient permettre un gain d’efficacité si l’équipement est installé dans une partie froide de la maison.

9.1.5 Foyers ouverts

Les foyers ouverts alimentés au gaz ou au bois sont surtout décoratifs; la chaleur fournie par un feu de foyer ne remplace pas la perte thermique lorsque l’air de la maison est expulsé par la cheminée du foyer. Par conséquent, la plupart des foyers ne peuvent pas fournir un gain de chaleur net. Les accessoires pour améliorer le rendement, comme les portes en verre étanches, n’offrent qu’une amélioration nominale de l’efficacité. Le secteur du chauffage d’appoint offre un large éventail de foyers intégrés écoénergétiques à ventilation directe : des modèles au gaz, au propane, aux granules et au bois qui ont une belle apparence et éliminent les pertes en mode d’attente.

 

9.2 EAU CHAUDE DOMESTIQUE

Les chauffe-eau représentent environ 20 p. 100 de la consommation d’énergie de la maison, soit environ la même quantité que pour tous les appareils d’éclairage et électroménagers mis ensemble. En effet, après le système de chauffage, c’est le chauffe-eau qui est le plus grand consommateur d’énergie dans la maison.

9.2.1 Remplacement du chauffe-eau à combustible

La meilleure option sur le plan du rendement énergétique consiste à remplacer le chauffe-eau existant par un modèle écoénergétique : à réservoir, instantané ou combiné pour le chauffage des pièces et de l’eau. Pour faire le bon choix, comparez attentivement les modèles. Achetez un chauffe-eau qui correspond à vos besoins : les modèles dotés de plus gros réservoirs sont souvent moins efficaces que les plus petits modèles, surtout si vous n’avez pas besoin de beaucoup d’eau chaude. Utilisez les tableaux de capacité fournis par les fabricants ou les marchands.

De plus en plus de modèles écoénergétiques sont désormais disponibles, y compris des modèles certifiés ENERGY STAR® et des chauffe-eau à l’énergie solaire. Découvrez les modèles les plus écoénergétiques qui répondent à vos besoins. 

Conseils d’économie d’énergie relatifs aux chauffe-eau

Voici quelques façons de réduire la facture d’énergie du chauffe-eau.

  • Utilisez moins d’eau chaude : réparez les robi­nets qui fuient; lavez les vêtements à l’eau froide; installez des pommes de douche à débit réduit et des aérateurs sur les robinets.
  • Installez le chauffe-eau à proximité du point d’utilisation ou ayez recours à de la tuyauterie de petit diamètre que vous ferez passer directement du réservoir à chaque point d’utilisation.
  • Si le point d’utilisation est situé à plus de 9 mètres (30 pieds) du chauffe-eau, installez un circuit de recirculation d’eau chaude sur demande.
  • Installez une base isolée et un matelas isolant autour du réservoir du chauffe-eau électrique situé dans le sous-sol.
  • Isolez les conduites d’eau en métal et en plastique avec un isolant compatible (préformé) affichant une valeur RSI minimale de 0,7 (R-4).
  • Installez un dispositif de récupération de chaleur des eaux de drainage sur la colonne principale servant la douche.
  • Installez un chauffe-eau solaire pour préchauffer l’eau chaude domestique.

9.3 SYSTÈMES DE CLIMATISATION

La rénovation réduit également la quantité d’énergie requise pour climatiser la maison durant l’été. La climatisation diminue la température ambiante et, ce qui n’est pas à négliger, le taux d’humidité. La climatisation est un bon exemple d’une situation où le surdimensionnement nuit clairement au confort, aux coûts de fonctionnement et au rendement de l’équipement. Un système surdimensionné diminuera trop rapidement la température à l’intérieur de la maison sans éliminer le surplus d’humidité, ce qui aura pour résultat une maison froide et humide qui risque de favoriser la formation des moisissures et les odeurs de moisi. Une température ambiante plus élevée (p. ex., 26 °C/79 °F) avec moins d’humidité est plus confortable et favorise davantage les économies d’énergie.

Les climatiseurs doivent faire l’objet d’une mise au point et d’un entretien réguliers. Ils deviennent inefficaces dès que le serpentin intérieur est sale, que les voies d’aérage du condensateur extérieur sont obstruées et que le niveau de fluide frigorigène baisse. Vous pouvez effectuer vous-même quelques actions simples l’entretien régulier.

À titre d’exemple, nettoyez ou changez le filtre à air, veillez à éliminer et à dégager les obstacles autour du condensateur extérieur, comme les végétaux et les feuilles. Pour le reste, un entrepreneur devrait faire l’entretien régulier de votre climatiseur. Consultez le guide du propriétaire pour obtenir davantage d’information au sujet de l’entretien.

9.4 VENTILATION ET AIR DE COMBUSTION

Il est nécessaire dans une maison d’avoir de l’air frais de ventilation pour contrôler la qualité de l’air, et les systèmes de chauffage et les chauffe-eau à combustible ont besoin d’un apport d’air de combustion pour brûler adéquatement leur combustible. Cependant, la plupart des foyers canadiens en ont trop. En fait, environ 25 p. 100 de la perte de chaleur dans votre maison peut être causée par l’infiltration excessive d’air (les fuites d’air).

Pour la plupart des vieilles maisons, un ensemble de mesures de réduction des fuites d’air contribuera à réduire la facture énergétique sans diminuer suffisamment l’apport en air pour entraîner des problèmes. Les fuites d’air n’assurent pas une bonne ventilation.

Une meilleure approche consiste à installer un système de ventilation qui peut changer complètement l’air de la maison toutes les trois heures, en plus de fournir séparément l’air de combustion pour les appareils à combustible.

Examinez de façon systématique l’équilibre sur le plan de l’humidité et des besoins en matière de ventilation de votre maison : dressez la liste des sources d’humidité, des symptômes de problèmes et des besoins en ventilation. Les travaux de rénovation ont une incidence sur votre maison; ce faisant, si la maison montre déjà des signes de condensation excessive, trouvez et atténuez les sources d’humidité. Si cela vous est impossible, tout projet qui vise à rendre la maison plus étanche à l’air devra également comprendre un système de ventilation mécanique.

Certains systèmes expulsent l’air vicié, d’autres expulsent l’air vicié et assurent un apport en air frais, d’autres encore sont équilibrés pour faire les deux. L’ajout d’une ventilation équilibrée à la récupération de la chaleur procure de nombreux avantages, notamment la capacité de contrôler le taux de ventilation, de maximiser l’étanchéité à l’air et d’accroître la durabilité de la maison. En outre, les effets positifs sur la santé d’une meilleure qualité de l’air ambiant grâce au contrôle de la ventilation ont été prouvés.

9.4.1 Votre maison est-elle sujette à des problèmes de qualité de l’air ambiant?

Soyez conscient des indices ainsi que des problèmes et des solutions possibles. Les risques de problèmes sont plus élevés dans les cas suivants :

  • les maisons sans cheminée traditionnelle et sans système de circulation d’air;
  • les maisons où il y a compétition pour l’air entre les foyers et les ventilateurs d’extraction puis­sants, par exemple, les hottes de cuisine;
  • les maisons dotées de hottes sans conduits ou de ventilateurs de salle de bain sous-dimensionnés ou inefficaces;
  • les maisons qui ont été étanchéisées à l’air sans avoir prévu de ventilation adéquate;
  • les maisons où l’air est contaminé (fumeurs, chandelles, passe-temps, etc.) et les maisons qui ont un degré d’humidité élevé;
  • les maisons affichant un taux élevé de radon (voir la section 1.4 Mesures de santé et de sécurité).

9.4.2 Certains indices de problèmes de qualité de l’air ambiant et d’humidité

Figure 9-2 Sources d’humidité dans la maison
  1. la douche ou le bain
  2. les plantes d’intérieur
  3. le caisson
  4. le séchage de linge
  5. des fuites dans la foundation
  6. le bois de chauffage
  7. les appareils de chauffage d’eau domestique

Figure 9-2 Sources d’humidité dans la maison

Image agrandie

Les signes suivants indiquent que votre maison pourrait avoir des problèmes de qualité d’air ou d’humidité :

  • condensation excessive sur les fenêtres à double vitrage;
  • taches et moisissure qui souvent apparaissent d’abord dans les salles de bain, les garde-robes, les murs ou les plafonds situés sur les murs extérieurs;
  • air confiné et odeurs de moisi persistantes;
  • odeurs et fumée émanant des l’appareils de chauffage de pièces et de l’eau;
  • contre-tirage ou odeurs émanant du foyer.

9.4.3 Solutions aux problèmes d’humidité

S’il s’agit d’un problème d’humidité élevée ou de condensation, il faut d’abord diminuer la quantité de vapeur d’eau dans l’air en appliquant les suggestions suivantes :

  • n’entreposez pas de bois de chauffage dans la maison;
  • évitez de faire sécher le linge dans la maison;
  • évacuez l’air de la sécheuse à l’extérieur de la maison;
  • débranchez les humidificateurs;
  • couvrez les planchers de terre dans le sous-sol ou les vides sanitaires avec un pare-humidité;
  • installez une pompe de puisard avec couvercle pour retirer l’humidité excessive du sol sous les dalles;
  • réparez toutes les fuites d’eau dans le sous-sol;
  • évitez toute eau stagnante dans la maison ou contre le mur de la fondation;
  • assurez-vous que le terrain autour des murs de fondation est incliné dans le sens opposé de la maison et que les gouttières autour de la maison sont fonctionnelles (voir la Figure 2-11);
  • faites fonctionner les ventilateurs de la cuisine et de la salle de bain pendant que vous les utilisez;
  • surveillez vos activités domestiques (nettoyage, lavage, nombre de plantes d’intérieur et d’aqua­riums, etc.) afin de produire moins d’humidité.

Le Tableau 9-1 montre les degrés maximums d’humidité relative à l’intérieur à 20 ºC (68 °F) auxquels il n’y a pas de condensation sur les fenêtres à double vitrage classiques ou sur les fenêtres écoénergétiques selon différentes températures extérieures.

Il peut être difficile de mesurer avec précision et de maintenir le degré d’humidité recommandé. Une approche accessible consiste à laisser vos fenêtres vous donner des indices. Si une condensation excessive se produit sur la surface intérieure des fenêtres à double vitrage (sauf celles de la cuisine et de la salle de bain), il y a trop d’humidité dans l’air. Vous pouvez aussi utiliser un hygromètre pour contrôler les niveaux d’humidité.

La condensation occasionnelle ne pose pas de problème. Une condensation excessive ou du givre est un indice que vous devez réduire la production d’humidité ou augmenter la ventilation. Consultez la section Mesures de santé et de sécurité relatives aux améliorations écoénergétiques de notre site Web.

Finalement, si vous remplacez votre système de chauffage et votre chauffe-eau par des modèles à combustion étanche à haut rendement, cela pourrait avoir une incidence sur la qualité de l’air ambiant. L’air de combustion provenant de l’extérieur directement relié à l’équipement aide à réduire les dégagements de gaz et l’entrée incontrôlée d’air de combustion dans la maison. Cependant, le fait d’utiliser l’air de l’extérieur dans le cadre du processus de combustion diminue le renouvellement d’air dans la maison et peut faire augmenter le degré d’humidité à l’intérieur.

Table 9-1 Degrés maximums d'humiditérelative à l'intérieur
Température extérieure Humidité relative maximale à l'intérieur
Fenêtre ordinaire Fenêtre écoénergétique
0°C (32°F) 50% 68%
-10°C (14°F) 38% 50%
-20°C (-4°F) 26% 40%
-30°C (-22°F) 18% 30%
-40°C (-40°F) 12% 20%

9.4.4 Augmentation de la ventilation

Figure 9-3 Ventilation d’une maison au moyen d’un ventilateur-récupérateur de chaleur

Fonction des VRC :

  1. accumulation et sortie de l’air humide et vicié;
  2. apport et distribution d’air frais;
  3. recours à un échangeur de chaleur pour récupérer une partie de la chaleur de l’air de sortie.

Figure 9-3 Ventilation d’une maison au moyen d’un ventilateur-récupérateur de chaleur

Image agrandie

Si vous avez encore des problèmes de condensation, même après avoir réduit la production d’humidité, ou si la qualité de l’air ambiant est mauvaise, vous devrez augmenter la ventilation ou le taux de renouvellement d’air.

Les systèmes de ventilation comprennent deux grandes catégories : les systèmes équilibrés et non équilibrés. Les systèmes non équilibrés sont plus courants alors que les ventilateurs d’extraction sont mis en marche et que l’air de remplacement provient des fuites d’air. Une telle situation risque de faire diminuer la pression dans la maison et est peu efficace pour aérer adéquatement la maison. La ventilation équilibrée comprend un système où l’air évacué est remplacé par une source spécialisée d’apport d’air. Cette façon de faire maintient une pression neutre de la maison et contribue à aérer plus uniformément la maison.

Il est possible d’augmenter la ventilation en :

  • faisant fonctionner la hotte de cuisine et le venti­lateur de la salle de bain lorsque vous utilisez ces pièces. Une simple minuterie ou un humidistat mettra en marche ou arrêtera automatiquement le ventilateur pour assurer une ventilation adéquate et éviter une ventilation excessive.
  • installant des ventilateurs certifiés ENERGY STAR®. Il est avantageux d’acheter des modèles plus silencieux conçus pour une utilisation continue. Les gens ont tendance à moins faire fonctionner les ventilateurs bruyants en raison du bruit.
  • s’assurant que des mesures d’étanchéisation ont été prises lors de l’installation de tous les ven­tilateurs et qu’ils expulsent l’air complètement vers l’extérieur. Évitez que les hottes de cuisine redistribuent l’air dans la pièce.
  • installant un système de ventilation central équilibré, auquel a été intégré un ventilateur-récupérateur de chaleur ou d’énergie (VRC ou VRÉ) pour garantir une meilleure qualité de l’air ambiant.

Une méthode de ventilation assez efficace consiste à demander à un entrepreneur de brancher un conduit d’air frais avec registre au conduit d’air de reprise d’un système à air chaud. Le système à air pulsé doit être doté d’un dispositif de verrouillage aux ventilateurs d’extraction appropriés pour éviter de pressuriser la maison et de pousser ainsi l’humidité dans l’enveloppe du bâtiment. L’air extérieur est aspiré par le ventilateur de l’appareil à air chaud, mélangé à l’air de la maison, puis préchauffé par le calorifère du système de chauffage. L’entrepreneur doit s’assurer que l’air froid de ventilation n’a aucune incidence négative sur l’appareil de chauffage.

Ouvrez le registre dans le conduit d’air extérieur juste assez pour empêcher la condensation sur les fenêtres. Vous devrez l’ajuster régulièrement au cours des saisons. Vous pouvez aussi installer un registre motorisé doté d’un humidistat qui ouvrira le registre seulement lorsque la maison sera trop humide.

Certains systèmes sont munis d’un ventilateur d’extraction central comportant plusieurs conduits pour aspirer l’air de la cuisine et de la salle de bain. Mieux encore, intégrez un ventilateur-récupérateur de chaleur qui récupère habituellement 70 p. 100 de la chaleur de l’air de sortie et transmet cette chaleur à l’air d’entrée. Le système de ventilation central doit être conçu, réglé et installé par un entrepreneur professionnel.

9.4.5 Ventilateur-récupérateur de chaleur et ventilateur-récupérateur d’énergie

Figure 9-4 Conduit d’air frais branché au conduit de reprise de l’air froid

Figure 9-4 Conduit d’air frais branché au conduit de reprise de l’air froid

Image agrandie

Le VRC écoénergétique est l’une des meilleures façons de contrôler la qualité de l’air ambiant. Le VRC vous fait réaliser des économies d’énergie comparativement aux autres systèmes classiques de ventilation parce qu’il récupère la chaleur de l’air de sortie. Le VRC expulse l’air vicié en le faisant circuler par un échangeur de chaleur. L’échangeur transfère la chaleur au conduit d’entrée d’air frais avant d’expulser l’air vicié à l’extérieur. Le VRC doit être équilibré afin de maximiser le rendement sans nuire à la pression de la maison.

L’air extérieur préchauffé est distribué uniformément par les conduits du système à air pulsé ou par un système de conduits spéciaux.

Un VRÉ synergétique récupère également la chaleur à la sortie d’air mais, contrairement au VRC, il ne permet pas d’atténuer autant l’humidité de la maison. L’installation de cet appareil est recommandée pour les maisons où la demande de climatisation est élevée ou dans lesquelles le taux d’humidité relative a tendance à être faible (p. ex., dans le Nord canadien). Un VRÉ peut donc contribuer à empêcher la maison de sécher.

Le grand avantage des VRC et des VRÉ est que leurs commandes donnent au propriétaire la possibilité de gérer et même d’arrêter le système de ventilation au lieu que ce soit la température exté­rieure qui commande le taux de renouvellement d’air. Malheureusement, la majorité des VRC ne sont pas installés ni entretenus adéquatement. Les VRC et les VRÉ doivent être installés et entretenus par un technicien accrédité. À l’instar de tout équipement de CVC, dès qu’ils ont été mis en service adéqua­tement, les VRC et les VRÉ doivent faire l’objet d’un entretien régulier. Le propriétaire devrait être en mesure d’accomplir l’entretien de base qui ne requiert que le nettoyage des filtres et la vérification des composants indiqués dans le guide d’entretien de l’appareil. Consultez la section Ventilateurs-récupérateurs de chaleur et d’énergie de notre site Web pour plus de conseils utiles.

9.4.6 Air de combustion

Figure 9-5 De nombreux appareils requièrent l’air de la maison

Figure 9-5 De nombreux appareils requièrent l’air de la maison

Image agrandie

Tous les appareils à combustion ont besoin d’un apport d’air pour la combustion, ainsi que pour diluer et évacuer les produits de combustion à l’extérieur de la maison. S’il n’y a pas assez d’air, il pourrait se produire un effet de contre-tirage dans la cheminée ou le tuyau de fumée, répandant ainsi des gaz dangereux dans la maison (voir la Figure 9-5).

Si un trop grand nombre d’appareils ont besoin d’air, il peut se produire un contre-tirage. Par exemple, un ventilateur de cuisine puissant, une cuisinière de style barbecue avec ventilateur d’extraction et même un feu de foyer peuvent faire sortir beaucoup d’air de la maison. La pression négative qui en résulte peut tirer l’air à l’intérieur par la cheminée ou les évents.

Voici les signes de problèmes d’air de combustion :

  • l’appareil de chauffage, la chaudière ou le chauf­fe-eau émet de la fumée (décelable par la suie ou les taches autour de la prise d’entrée d’air, du brûleur, de la soupape barométrique ou des joints de cheminée) ou on constate la fonte des pièces de raccord en plastique au-dessus du réservoir du chauffe-eau;
  • il y a des odeurs inhabituelles ou de l’air chaud et humide autour ou provenant des appareils de combustion;
  • il est difficile d’allumer ou de maintenir un feu dans le foyer;
  • les occupants souffrent fréquemment de maux de tête, d’irritations de la peau ou de la gorge ou de nausées.

La première chose à faire est de remplacer l’équipement de chauffage et le chauffe-eau sujet au dégagement de gaz par des appareils à ventilation directe ou à combustion étanche, par exemple, des modèles électriques ou, mieux encore, d’envisager l’achat d’un système de thermopompe.

Les foyers ouverts classiques peuvent sembler être un attrait formidable dans une maison, mais ils sont aussi responsables d’importantes fuites d’air chaud vers l’extérieur et sont sujets au contre-tirage. Lorsqu’arrive la fin de leurs cycles de feu, les foyers émettent une grande quantité de monoxyde de carbone et sont plus sujets au contre-tirage. Minimisez ce problème en installant des portes de verre étanches devant le foyer et ouvrez une fenêtre légèrement lorsque vous faites fonctionner le foyer.

Figure 9-6 Appareil de chauffage à ventilation directe

Figure 9-6 Appareil de chauffage à ventilation directe

Image agrandie

9.5 AUTRES FAÇONS D’ÉCONOMISER L’ÉNERGIE

Explorez la section Rénovations écoénergétiques de notre site Web pour voir accès à une mine de conseils supplémentaires et apprendre davantage à propos de comment une évaluation ÉnerGuide peut vous aider à prendre des decisions informatives lors des rénovations ou l’achat d’une maison.

AVERTISSEMENT DE SÉCURITÉ :

Installez toujours des détecteurs de monoxyde de carbone (CO) dans toute maison équipée d’appareils de combustion (p. ex., foyers, poêles à bois, générateurs d’air chaud ou chauffe-eau à combustion) ou ayant un garage attenant. Lorsqu’ils sont bien installés, ces appareils protègent les occupants contre les dangers d’asphyxie causée par une défaillance de la ventilation ou une défectuosité des appareils de combustion, ou la pénétration des gaz d’échappement de véhicule automobile provenant d’un garage attenant. Ne laissez jamais tourner le moteur d’un véhicule dans un endroit fermé. Il faut toujours ouvrir les portes du garage avant de mettre en marche le moteur d’une voiture qui y est stationnée.

Remplacez régulièrement les piles des détecteurs de CO et de fumée. Ces appareils ont une durée de vie limitée et doivent être remplacés régulièrement. Vérifiez la documentation fournie par le fabricant à cet effet.