Language selection

Recherche

Plateforme canadienne d’adaptation aux changements climatiques

Comment les industries et les communautés canadiennes peuvent-elles s’adapter à un climat en changement? C’est la question à laquelle nous tentons de répondre à la Plateforme canadienne d’adaptation aux changements climatiques, un « réseau de réseaux » dirigé par Ressources naturelles Canada (RNCan).

La Plateforme d’adaptation compte 14 groupes de travail, qui sont tous composés de spécialistes et d’intervenants d’un secteur visé, par exemple la gestion des zones côtières, l’énergie, l’exploitation minière, la foresterie ou l’économie. Ensemble, ils établissent des objectifs et, pour les atteindre, collaborent avec des organisations gouvernementales et du secteur privé, des universités, et des organismes communautaires ou à but non lucratif.

Si vous êtes un décideur de l’industrie, d’une communauté ou de tout palier de gouvernement, vous pouvez utiliser les connaissances acquises et l’information recueillie par la Plateforme d’adaptation pour prendre des mesures d’adaptation au climat changeant.

Outils et ressources pour vous appuyer

Tirez parti d’exemples et d’outils du monde réel issus de projets appuyés par RNCan, dont des rapports, des études de cas, des webinaires et des sites Web. Ils incluent des pratiques exemplaires, des cadres d’évaluation des risques, des plans d’élaboration de règlements, des protocoles pour le processus décisionnel, et plus encore.

En vedette

City of Vancouver Coastal Flood Risk Assessment Report (en anglais seulement)
Compte tenu de l’élévation prévue du niveau de la mer, quel est le risque d’inondation actuel et futur le long de quatre zones littorales? Découvrez-le dans ce rapport. Si vous avez des projets en cours ou prévus, envisagez d’y intégrer les recommandations stratégiques du rapport.

Adaptation Planning: The Local Government Experience in BC (en anglais seulement)
Quels sont les principaux moteurs et obstacles à la prise de mesures à l’égard du changement climatique pour les administrations locales? Découvrez-le dans ce rapport afin de faciliter et d’encourager la coopération et la collaboration entre les administrations locales faisant face au changement climatique.

Best Practices Guide: Management of Inflow and Infiltration in New Urban Developments (en anglais seulement)
Ce guide s’adresse aux municipalités, et aux industries du développement et de la construction de maisons. Découvrez les approches que vous pouvez utiliser aux étapes de la planification et de la construction pour limiter l’entrée et l’infiltration d’eau dans l’infrastructure d’eaux usées de nouveaux lotissements.

Pour en savoir davantage, consultez la page des outils et des ressources. Vous y trouverez des liens vers divers outils et ressources, classés par thème, endroit et type.

Résultats des groupes de travail

RNCan contribue financièrement à des projets d’adaptation dans le cadre desquels il collabore avec bon nombre de ses intervenants et les groupes de travail. Ces projets portent sur les mesures d’adaptation à chaque étape du processus d’adaptation, depuis la recherche et les évaluations préliminaires jusqu’à la mise en œuvre, l’évaluation et la surveillance. Cliquez pour connaître les priorités de chaque groupe de travail et consulter leur rapport de projet.

  • Agriculture

     

    Procure une tribune réunissant des spécialistes de l’adaptation du secteur agricole

    Présidence
    Présidé conjointement par Agriculture et Agroalimentaire Canada et la Fédération canadienne de l’agriculture

    L’enjeu
    Le secteur agricole est intrinsèquement adaptable puisqu’il fait continuellement face aux conditions météorologiques et aux marchés. Toutefois, l’agriculture dépend d’un climat stable et prévisible pour la production. Au fur et à mesure que le climat change, des conditions météorologiques plus instables et imprévisibles pourraient réduire le rendement et les recettes agricoles en raison de pertes dans la production de cultures et au niveau du bétail, d’une dégradation des ressources naturelles dont le secteur dépend, d’une hausse des coûts de chauffage et de climatisation, d’une demande accrue d’intrants comme les pesticides et les nutriments, et d’une hausse du coût de l’infrastructure agricole pour faire face aux inondations et à la sécheresse.

    Même si le secteur agricole sera toujours vulnérable aux conditions météorologiques et au climat, l’adaptation à l’échelle des fermes et des régions peut renforcer la résilience des exploitations agricoles aux risques liés au climat.

    Priorités

    • Déterminer les problèmes communs, les lacunes en matière de connaissances et les solutions éventuelles quant à l’adaptation dans le secteur agricole
    • Réseauter, partager l’information et établir des relations pour améliorer la coopération et la collaboration dans le cadre des initiatives d’adaptation agricole actuelles et éventuelles
  • Biodiversité

     

    Procure une tribune pour promouvoir la conservation de la biodiversité et l’adaptation au changement climatique au Canada

    Présidence
    Présidé par Parcs Canada

    L’enjeu
    Il est bien établi que le changement climatique influe sur la biodiversité, avec de profondes répercussions sociales, culturelles, économiques et écologiques. La biodiversité et les services écosystémiques à l’appui peuvent aussi grandement contribuer aux efforts d’atténuation au changement climatique et d’adaptation. Compte tenu de l’ampleur et de la complexité du changement climatique, une approche intégrée entre les gouvernements, les établissements, les secteurs et les régions est nécessaire pour appuyer la biodiversité et les nombreux avantages communs de l’adaptation et de la conservation.

    Priorités
    Les objectifs du Groupe de travail sont les suivants :

    • Concevoir et offrir un programme de travail lié au changement climatique, et à la conservation et l’adaptation de la biodiversité
    • Préparer un bilan résumant les enjeux et les préoccupations ayant trait au changement climatique et à la biodiversité au Canada ainsi que les mesures d’adaptation possibles et les priorités dont le Groupe de travail devra tenir compte dans son programme de travail
    • Réseauter et partager de l’information avec les membres du Groupe de travail, y compris les pratiques exemplaires et les efforts en matière d’adaptation pour intégrer l’adaptation aux activités de conservation de la biodiversité
  • Économie

    Crée des connaissances et des outils économiques aidant les décideurs des secteurs privé et public à faire de meilleurs choix en matière d’investissements et de décisions politiques pour l’adaptation

    Présidence
    Présidé par la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de RNCan

    L’enjeu
    Afin de s’adapter à un climat en changement, les entreprises et les communautés canadiennes ainsi que tous les paliers de gouvernement (fédéral, provincial/territorial et municipal) ont besoin de meilleures informations sur les répercussions économiques du changement climatique ainsi que sur les coûts et les avantages des différentes solutions d’adaptation. Jusqu’à présent, l’analyse économique du changement climatique au Canada a porté sur les répercussions à l’échelle nationale et n’a pas permis d’obtenir des connaissances adéquates sur les répercussions et les solutions en matière d’adaptation à l’échelle locale et régionale, où de l’information particulière pour éclairer les décisions est essentielle.

    En vue de répondre à ce besoin, le Groupe de travail sur l’économie concentre ses efforts sur la création de connaissances et d’outils économiques aidant les décideurs des secteurs privé et public à faire de meilleurs choix en matière d’investissements et de décisions politiques pour l’adaptation.

    Priorités
    Les priorités actuelles du Groupe de travail sur l’économie sont les suivantes :

    • Mieux comprendre les répercussions économiques régionales et sectorielles qu’un climat changeant est susceptible d’entraîner, et obtenir des connaissances sur les coûts et les avantages relatifs des mesures d’adaptation éventuelles
    • Montrer que l’investissement dans l’adaptation favorise une résilience économique accrue des régions, des secteurs et des organisations; et aide à déterminer des possibilités d’adaptation particulières
    • Comprendre où et comment les instruments économiques et autres, dans les domaines public et privé, peuvent entraîner des changements afin de rendre les secteurs plus résilients
    • Travailler avec le secteur financier et des décideurs particuliers pour renforcer les capacités et intégrer les répercussions climatiques et les solutions en matière d’adaptation au processus décisionnel en transférant les connaissances et les techniques économiques et financières en matière d’adaptation
  • Énergie

     

    Procure une tribune pour aider à résoudre les problèmes communs liés à l’adaptation dans le secteur de l’énergie

    Présidence
    Présidé par la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de RNCan

    L’enjeu
    Le Canada possède un portefeuille important et diversifié de ressources énergétiques qui en font l’un des principaux producteurs d’énergie au monde. Dans le secteur de l’énergie, l’atténuation du réchauffement climatique (réduction des gaz à effet de serre) suscite beaucoup d’attention, mais l’évaluation des répercussions du changement climatique sur la résilience du secteur et l’élaboration d’approches d’adaptation sont de plus en plus d’actualité.

    Un climat changeant pourrait avoir une incidence sur tous les modes d’énergie et maillons de la chaîne de valeur. Bon nombre des défis auxquels le secteur canadien de l’énergie fait déjà face pourraient être exacerbés par les phénomènes extrêmes causés par le changement climatique, notamment les canicules, les inondations, la sécheresse, les feux de forêt et les tempêtes. Ces phénomènes peuvent perturber la production d’énergie, nuire à la transmission et la distribution, réduire la fiabilité des réseaux de transport, mettre en péril l’intégrité des actifs et de l’infrastructure d’énergie, et influer sur la demande d’énergie de tous les utilisateurs finaux. Dans certains cas, le changement climatique peut offrir des possibilités, comme l’expansion des marchés de l’électricité découlant de la demande d’énergie accrue pour la climatisation en raison des températures plus chaudes et des canicules plus intenses. Le changement climatique présente à la fois des risques et des possibilités pour le secteur de l’énergie qui varieront d’une région à l’autre du pays selon le profil énergétique régional et les répercussions du changement climatique.

    Priorités
    Le Groupe de travail sur l’énergie a déterminé les priorités suivantes :

    • Faire mieux comprendre au secteur l’information sur les scénarios climatiques et hydrologiques de l’avenir
    • Comprendre les répercussions d’un climat en changement sur le secteur de l’énergie
    • Procurer des ressources, des outils et de l’information pour évaluer et planifier les risques et les possibilités d’un climat en changement et pour intégrer l’adaptation dans la planification, la gestion, les activités, l’infrastructure, etc.
    • Établir l’analyse de rentabilité pour investir dans l’adaptation
    • Déterminer les obstacles, les instruments d’habilitation ainsi que les moteurs qui influent sur les politiques et les mesures d’adaptation
    • Déterminer les interrelations entre l’atténuation et l’adaptation dans le secteur de l’énergie
    • Mobiliser les connaissances, et sensibiliser et engager les intervenants pour mieux comprendre les risques et les possibilités, et mettre en œuvre des mesures d’adaptation
  • Évaluation scientifique

     

    Contribue à faciliter l’élaboration et la diffusion de synthèses scientifiquement rigoureuses des connaissances actuelles sur les risques posés par le changement climatique, les possibilités connexes et l’adaptation au Canada. Les évaluations scientifiques incluent une analyse à valeur ajoutée qui est pertinente pour les politiques, mais non prescriptive.

    Présidence
    Présidé par la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de RNCan

    L’enjeu
    Le Groupe de travail sur l’évaluation scientifique offre une tribune de collaboration pour faciliter l’élaboration et la diffusion de synthèses scientifiquement rigoureuses des connaissances actuelles sur les risques posés par le changement climatique, les possibilités connexes et l’adaptation au Canada. Les évaluations scientifiques incluent une analyse à valeur ajoutée qui est pertinente pour les politiques, mais non prescriptive.

    Priorités
    Les objectifs du Groupe de travail sur l’évaluation scientifique sont les suivants :

    • Obtenir des perspectives régionales et sectorielles sur les activités d’évaluation scientifique
    • Faciliter les échanges entre les décideurs, les experts scientifiques et les secteurs industriels afin de créer des stratégies pour élaborer et diffuser des produits d’évaluation scientifique
    • Renforcer la capacité de mettre en place un processus d’évaluation scientifique viable
  • Exploitation minière

     

    Contribue à rendre le secteur minier plus résilient et durable dans un climat en changement

    Présidence
    Présidé par la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de RNCan

    L’enjeu
    Un climat en changement peut poser de grands risques matériels pour les activités minières en plus d’avoir des répercussions indirectes sur les systèmes sociaux, économiques et environnementaux.

    Le type et le niveau d’exposition aux risques climatiques varient d’une région à l’autre. Le Nord canadien devrait connaître des changements particulièrement importants : alors que le réchauffement rapide et la dégradation du pergélisol peuvent causer des problèmes pour la conception des actifs et l’accès aux ressources, une saison de glace de mer plus courte permettrait d’expédier des matériaux toute l’année. Les précipitations constituent un danger plus important pour les activités minières en Colombie-Britannique, où la topographie montagneuse peut rendre les activités vulnérables aux coulées de boue et de débris déclenchées par des pluies intenses et où les voies de transport risquent d’être emportées par les eaux, en particulier pendant la saison de fonte au printemps. Les activités minières dans les Prairies sont plus susceptibles aux inondations et à la sécheresse ainsi qu’à une concurrence pour l’eau. La vulnérabilité des communautés et des écosystèmes au changement climatique et leur capacité d’adaptation varient également.

    Priorités
    Le Groupe de travail sur l’exploitation minière a déterminé les objectifs stratégiques suivants :

    • Déterminer les possibilités d’intégrer l’adaptation au changement climatique aux politiques gouvernementales, aux structures et processus de gestion, et aux initiatives de l’industrie en place
    • Comprendre les répercussions intersectorielles (p. ex., l’exploitation minière et le transport, l’exploitation minière et les ressources en eau, et l’exploitation minière et l’énergie) du changement climatique, et déterminer les possibilités d’adaptation collaborative
    • Mieux comprendre les progrès réalisés par le secteur minier (industrie et gouvernements) en matière d’adaptation au climat changeant
  • Foresterie

     

    Se concentre sur l’adaptation de l’aménagement durable des forêts en fonction du changement des conditions climatiques

    Présidence
    Présidé par le Service canadien des forêts de RNCan

    L’enjeu
    Les répercussions du changement climatique sont déjà évidentes dans les forêts ainsi que dans les industries et les communautés forestières du Canada. Ces répercussions incluent le changement dans les conditions de croissance, l’augmentation des perturbations et les conséquences opérationnelles. Il est essentiel de s’adapter en faisant preuve de prévoyance tout en investissant et en s’engageant à long terme pour faire face à ces répercussions. L’absence d’adaptation accroît le risque de dégradation écologique, de faillite dans l’industrie et de déclin des communautés.

    Priorités

    • Continuer à sensibiliser les membres du secteur forestier du Canada à l’importance et aux avantages de l’adaptation
    • Réseauter, partager de l’information et établir des relations pour améliorer la coopération et la collaboration dans le cadre des initiatives d’adaptation forestière actuelles et éventuelles
    • Déterminer les questions communes et les lacunes en matière de connaissances relatives à l’adaptation des forêts au Canada
    • Documenter et diffuser les pratiques exemplaires et les leçons tirées en matière d’adaptation afin d’intégrer l’adaptation aux activités d’aménagement durable des forêts
  • Gestion des zones côtières

     

    Procure une tribune où aborder les questions et les besoins communs liés à l’adaptation des zones côtières du Canada

    Présidence
    Présidé conjointement par la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de RNCan et le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard

    L’enjeu
    Les régions côtières sont d’une grande importance pour l’économie nationale, régionale et locale. Bordé par trois grands océans (Pacifique, Arctique et Atlantique), le Canada possède le plus long littoral au monde, donnant lieu à des échanges commerciaux aux ports canadiens de plus de 160 milliards de dollars.

    L’infrastructure, les communautés et les écosystèmes côtiers sont tous très sensibles aux répercussions du changement climatique, notamment au nombre accru d’inondations et d’ondes de tempête ainsi qu’au taux d’érosion et à la salinisation des eaux souterraines. Ces répercussions sont principalement liées aux changements du niveau de la mer, de la couverture de glace de mer et de la fréquence des tempêtes, qui varient selon les régions.

    Le changement climatique offre des possibilités pour les zones côtières principalement dans le Nord, où la diminution de la couverture de glace de mer pourrait améliorer la navigation maritime, tant pour les routes maritimes que pour l’accès aux gisements potentiels de minéraux, de pétrole et de gaz.

    En dépit des mesures d’adaptation prises, il y a encore des lacunes dans les connaissances. Les nouveaux enjeux incluent la nécessité de renforcer l’analyse de rentabilité et les sources de financement novatrices des mesures d’adaptation en plus de mesurer l’efficacité des investissements dans ce domaine.

    Priorités
    Les priorités actuelles du Groupe de travail sur la gestion des zones côtières sont :

    • Mieux faire connaître les répercussions du changement climatique sur les écosystèmes côtiers (et les services écosystémiques) et le rôle que ces écosystèmes peuvent jouer pour la résilience côtière à long terme
    • Comprendre les répercussions du changement climatique sur les actifs économiques, humains et culturels de nos côtes
    • Déterminer, évaluer et formuler des conseils sur la façon de mettre en œuvre les solutions en matière d’adaptation
    • Mobiliser les connaissances, et sensibiliser et engager les intervenants sur les répercussions du changement climatique sur les zones côtières et l’adaptation
  • Information sur l’eau et le climat

     

    Procure un meilleur accès à un répertoire et des outils pour les produits d’information sur l’eau et le climat afin d’appuyer l’adaptation au Canada

    Priorités

    • Déterminer les besoins actuels et futurs en matière de données en s’appuyant sur les recommandations et les lacunes identifiées par les autres groupes de travail de la Plateforme d’adaptation
    • Évaluer la diffusion actuelle d’information sur l’eau et le climat en cartographiant les services connexes offerts au pays par divers fournisseurs (c.-à-d., gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux; universités; consortiums et secteur privé)
    • Étudier et élaborer une stratégie et peut-être des outils pour améliorer l’accès à l’information actuelle sur l’eau et le climat, et mieux la comprendre
    • Évaluer l’état et les besoins en matière de documentation (c.-à-d., lignes directrices, manuels et protocoles) et d’outils permettant aux décideurs d’utiliser l’information sur l’eau et le climat pour appuyer les activités d’adaptation
  • Infrastructure et bâtiments

     

    Renforce les capacités, génère des données probantes et fait de la sensibilisation pour accroître la capacité des gestionnaires de l’infrastructure, des municipalités, des constructeurs, des assureurs, des ingénieurs et d’autres intervenants pertinents à s’adapter et à faciliter l’adaptation au changement climatique

    Présidence
    Présidé conjointement par Infrastructure Canada et l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques

    L’enjeu
    Chaque année, des phénomènes météorologiques violents et des événements climatiques à évolution lente causent des milliards de dollars de dommages à l’infrastructure et aux bâtiments du Canada.

    Le changement climatique pourrait accroître le risque de dommages à l’infrastructure et aux bâtiments qui n’ont pas été conçus pour notre nouveau climat. Ces dommages peuvent aussi entraîner des pertes de vies humaines, des blessures et des perturbations importantes de l’activité économique. Une grande partie des pertes et des dommages prévus à l’infrastructure et aux bâtiments peut être évitée grâce à une conception, une construction et un entretien appropriés.

    Priorités

    • Renforcer la capacité des professionnels de l’infrastructure et des bâtiments publics et municipaux à faire face aux risques de catastrophes et à mettre en œuvre des solutions en matière d’adaptation au changement climatique dans les bâtiments et l’infrastructure
    • Assurer une fonction de sensibilisation pour les professionnels, le public et les intervenants pertinents en matière d’infrastructure et de bâtiments afin d’accroître les connaissances et de s’engager dans la réduction des risques de catastrophes et l’adaptation au changement climatique
    • Obtenir des données probantes pour appuyer l’adaptation de l’infrastructure et des bâtiments publics au changement climatique

     

  • Mesure des progrès

     

    Partage les leçons tirées, les pratiques exemplaires, les outils et les méthodes pour mesurer les progrès en matière d’adaptation au changement climatique

    Présidence
    Présidé par Environnement et Changement climatique Canada

    L’enjeu
    Une mesure efficace permet à la fois d’établir si les ressources ont été bien allouées et de concevoir de meilleurs programmes, politiques et mesures offrant aux utilisateurs finaux des avantages en matière d’adaptation.

    À mesure que les investissements dans l’adaptation au changement climatique augmentent, bon nombre d’organisations et de gouvernements s’intéressent de plus en plus aux outils, processus et techniques exemplaires pour mesurer les progrès et l’efficacité de l’adaptation.

    Priorités
    Le Groupe de travail sur la mesure des progrès a établi les objectifs stratégiques suivants :

    • Renforcer la capacité à mesurer les progrès et les résultats en matière d’adaptation
    • Établir la disponibilité et la pertinence des techniques, des données et des outils actuels pouvant être utilisés pour mesurer l’adaptation au Canada
  • Nord du Canada (suspendu)

     

    Procure une tribune où les priorités en matière d’adaptation sont établies et où un programme de travail est élaboré pour aborder les questions et les besoins communs liés à l’adaptation dans le Nord du Canada

    L’enjeu
    Les organisations du Nord, tant publiques que privées, s’attachent de plus en plus à mieux comprendre les répercussions actuelles et prévues du changement climatique sur leurs plans, leurs activités et leurs actifs, et à y faire face. Aujourd’hui, chaque territoire dispose de son propre plan ou de sa propre stratégie d’adaptation. La Stratégie pour le Nord du gouvernement fédéral reflète l’évolution du climat comme principal moteur d’un changement environnemental, et donc économique et culturel, plus large dans le Nord. En outre, les secteurs industriels œuvrant dans le Nord prennent de plus en plus en considération les répercussions éventuelles du climat changeant.

    Priorités
    Le Groupe de travail sur le Nord du Canada a établi les objectifs stratégiques et transversaux suivants :

    • Réduire la vulnérabilité au changement climatique et accroître les possibilités liées à l’offre, l’accessibilité, la qualité et l’utilisation des aliments dans les communautés du Nord
    • Évaluer les vulnérabilités au changement climatique de la cryosphère/des paysages et de l’infrastructure actuelle (environnement bâti)
    • Appuyer le développement durable des ressources par des évaluations fondées sur les risques
    • Développer/identifier la base de connaissances sur le changement climatique et l’adaptation, et la transférer aux décideurs
    • Intégrer l’adaptation au changement climatique dans la planification et le processus décisionnel
  • Synthèse des Initiatives de collaboration pour l’adaptation régionale et outils d’adaptation (travail terminé)

     

    Fait fond sur les activités et les produits terminés/prévus du programme Initiatives de collaboration pour l’adaptation régionale (ICAR) pour promouvoir le processus décisionnel en matière d’adaptation au Canada

    L’enjeu
    Avec le lancement de la Plateforme d’adaptation en 2012, une occasion s’est présentée de tirer parti des résultats du programme ICAR et les outils d’adaptation de 2008-2012. Dans le cadre du programme antérieur, on a créé approximativement 400 produits favorisant l’intégration de l’adaptation dans le processus décisionnel de secteurs ciblés. Afin de maximiser l’incidence et le patrimoine dans toutes les régions du pays, ce groupe de travail a été créé pour déterminer et concevoir des produits à valeur ajoutée et de synthèse d’importance pour la région d’origine et autres, notamment des recueils de ressources, des pratiques exemplaires, des documents d’orientation et des études de cas.

    Priorités
    Le travail du Groupe de travail sur la synthèse des ICAR et les outils d’adaptation repose sur les principes suivants :

    • Synthétiser, sans duplication, des produits, des résultats et des apprentissages offerts dans le cadre du programme ICAR et des outils d’adaptation, ou y « ajouter une valeur »
    • Être soutenu par plus d’une région
    • Avoir un plan de diffusion, indiquant clairement les décideurs ciblés
    • Créer des produits pratiques, rentables, réalisables et achevés au plus tard le 31 mars 2014
  • Amélioration de l’assimilation et de l’utilisation des ressources

     

    Ressources que vous pouvez utiliser
    Vous souhaitez voir les résultats des projets auxquels nous contribuons financièrement? Accédez à ces résultats dans GEOSCAN. Vous pouvez en apprendre davantage sur la façon de s’adapter, notamment en utilisant vos ressources actuelles pour prendre des mesures à l’égard du changement climatique et en lançant des mesures d’adaptation dans les petites municipalités.

Webinaires

La Plateforme d’adaptation offre des webinaires procurant de l’information sur les nouveaux travaux de recherche et produits ainsi que sur les nouvelles expériences en matière d’adaptation. Le catalogue de vidéos est hébergé sur un site externe et tous les webinaires sont offerts gratuitement. Les sujets abordés comprennent l’évolution de l’élévation du niveau de la mer sur les côtes canadiennes, les études coûts-avantages, les événements extrêmes, les évaluations des risques, la planification de l’adaptation, et autres.

Nos rapports annuels

Les rapports annuels de la Plateforme d’adaptation résument les résultats des réunions semestrielles de notre assemblée plénière, les réalisations des groupes de travail et ce qui se passe dans d’autres projets et réunions.

Communiquez avec nous

nrcan.adaptation.rncan@nrcan-rncan.gc.ca

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :