Language selection

Recherche

Le Canada dans un climat en changement : faire progresser nos connaissances pour agir

Ce processus d’évaluation nationale, dirigé par Ressources naturelles Canada, évalue comment et pourquoi le climat du Canada change; les répercussions de ces changements sur nos communautés, notre environnement et notre économie; et comment nous nous adaptons partout au pays. Les Canadiens peuvent lire ces rapports pour se renseigner sur les répercussions du changement climatique auxquelles ils sont confrontés ainsi que pour prendre des décisions éclairées et des mesures d’adaptation.

Rapports d’intérêt

Consultez ou téléchargez les rapports suivants dans leur version intégrale ou par chapitre. Des versions numériques interactives de tous les rapports sont offertes ici. Vous pouvez également explorer les études de cas des rapports grâce à la carte interactive des actions en adaptation.

Maintenant disponibles

Rapport sur les enjeux nationaux (dirigé par Ressources naturelles Canada, 2021)

 

Vous souhaitez avoir une perspective nationale sur les répercussions du changement climatique sur nos communautés, notre environnement et notre économie ainsi que sur la façon dont nous nous adaptons? Obtenez un aperçu des principales vulnérabilités du Canada et des lacunes en matière de connaissances ainsi que des approches nouvelles et novatrices que vous pouvez utiliser pour prendre des mesures d’adaptation propres à votre contexte. Vous pouvez également télécharger des infographies reprenant les messages clés de chaque chapitre.

Rapport sur les perspectives régionales (dirigé par Ressources naturelles Canada, 2021-2022)

 

Découvrez les répercussions du changement climatique sur les communautés, l’environnement et l’économie dans chaque région du Canada. Vous découvrirez également les méthodes d’adaptation à ces répercussions propres au contexte de différentes régions. Les chapitres du rapport seront publiés au fur et à mesure en 2021 et 2022.

Rapport sur le climat changeant du Canada (dirigé par Environnement et Changement climatique Canada, 2019)

Comment et pourquoi le climat du Canada a-t-il changé et comment la situation évoluera-t-elle dans l’avenir? Le rapport documente et explore les changements concernant la température, les précipitations, la neige, la glace, le pergélisol, la disponibilité de l’eau douce et les conditions des trois océans du Canada.

À venir

La santé des Canadiens et des Canadiennes dans un climat en changement (dirigé par Santé Canada, publication à l’hiver 2022)
Le changement climatique présente des risques évidents pour la santé des Canadiens et notre système de soins de santé. Le rapport propose une évaluation de ces risques en vue d’aider les décideurs du secteur de la santé à prendre des mesures à l’échelle locale, provinciale/territoriale et nationale. Il est également pertinent pour les personnes travaillant dans les domaines de la santé publique, des soins de santé, de la gestion des urgences, de la recherche et des organisations communautaires.

Un rapport sur la résilience des Autochtones (titre à confirmer) (2022)
Dirigé conjointement par Graeme Reed, conseiller principal en politiques à l’Assemblée des Premières Nations, et Shari Fox, chercheuse scientifique au National Snow and Ice Data Center de l’université de Colorado Boulder, le rapport reposera sur les connaissances, les perspectives et les expériences autochtones. Il explorera les aspects multidimensionnels et croisés des répercussions du changement climatique et de l’adaptation.

Publications antérieures

Vous pouvez consulter ou télécharger les rapports antérieurs dans la base de données GEOSCAN. Ces rapports portent notamment sur des discussions sur les perspectives régionales et sectorielles des répercussions du changement climatique au Canada ainsi que sur les vulnérabilités et les mesures d’adaptation.

Processus d’évaluation nationale

À Ressources naturelles Canada, nous dirigeons un processus de collaboration auquel participent des experts en la matière de tous les paliers de gouvernement, d’organisations autochtones, d’universités, de groupes professionnels et non gouvernementaux, et du secteur privé. Le public est également mobilisé à l’aide de réunions, de conférences et d’outils en ligne. Un comité consultatif de 20 membres procure continuellement des conseils et des commentaires. Ensemble, nous suivons une série d’étapes pour préparer chaque rapport :

Lancement : nous nous engageons de manière générale à discuter de la portée et des objectifs d’une évaluation à venir
Plan : nous planifions les produits de l’évaluation (c.-à-d., les résultats) et modifions l’approche pour atteindre au mieux nos objectifs
Création d’équipes d’auteurs : nous invitons des experts en la matière à diriger des chapitres et à former des équipes de rédaction qui représentent un éventail de compétences et de régions du Canada
Évaluation : ces équipes recueillent, analysent et évaluent l’information, puis rédigent les chapitres d’évaluation
Revue et révision de textes scientifiques : des experts examinent les ébauches pour en vérifier l’exactitude et l’exhaustivité
Finalisation : les équipes d’auteurs travaillent avec le secrétariat de l’évaluation pour finaliser le contenu
Diffusion : nous traduisons, effectuons la conception graphique et diffusons les produits d’évaluation

Nos équipes

Le comité consultatif est composé de 20 membres qui mettent à profit un large éventail de savoir-faire. Les membres participent à titre personnel en tant qu’experts, et non en tant que représentants de leur organisation. Ils contribuent à l’approche et aux objectifs de l’évaluation, au plan du rapport, aux produits de soutien et au choix des personnes à mobiliser. Ils contribuent également à la communication des résultats finaux. Le comité consultatif est dirigé et présidé par Ressources naturelles Canada.

  • Montrez-moi le comité consultatif
    Gord Beal

    Gord Beal

    Gord est vice-président de la recherche, de l’orientation et du soutien de l’organisation Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada). Ses domaines d’expertise comprennent la gestion financière stratégique, la production de rapports financiers, la divulgation de l’information et la qualité des rapports  allant au-delà des Principes comptables généralement reconnus (PCGR), la vérification et d’autres certifications, la gouvernance des conseils d’administration et la surveillance organisationnelle, les risques, la viabilité, la gestion du rendement, la gestion et la technologie de l’information et les questions professionnelles d’actualité. Il est devenu comptable agréé en 1990 et il possède un baccalauréat en commerce et économie, un baccalauréat en éducation et une maîtrise en éducation dans le domaine de l’apprentissage organisationnel.

     

    Robert Capozi

    Robert Capozi

    Robert est le spécialiste en matière d’adaptation au Secrétariat des changements climatiques du Nouveau-Brunswick. Ses fonctions portent sur la transmission des connaissances relatives aux changements climatiques et des compétences techniques aux parties intéressées, dans le but d’accroître la résilience des collectivités, d’améliorer les économies locales et de faire progresser la recherche. Avant de se joindre au Secrétariat, Rob a occupé les postes de gestionnaire des terres côtières au ministère de l’Environnement du Nouveau-Brunswick, de spécialiste de l’habitat au ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick et de spécialiste de la gestion des milieux humides à l’organisme Canards Illimités Canada. 

     

    Stewart J. Cohen

    Stewart J. Cohen

    Stewart est chercheur principal à la Division de la recherche climatique d’Environnement et Changement climatique Canada et professeur auxiliaire au Département de la gestion des ressources forestières de l’Université de la Colombie-Britannique. Stewart est coauteur de l’ouvrage Climate Change in the 21st Century, publié par McGill-Queen’s University Press. Depuis 25 ans, il est membre d’équipes d’auteurs pour de nombreuses publications du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), l’organisme international chargé de l’évaluation de l’état des connaissances scientifiques sur les changements climatiques. Au cours de son implication au sein du GIEC, Stewart a travaillé à l’élaboration du 5e rapport d’évaluation du Groupe, intitulé Changements climatiques 2014 : Incidences, adaptation et vulnérabilité.

     

    Ellen Curtis

    Ellen Curtis

    Ellen est la directrice de l’éducation à la Société géographique royale du Canada. Au cours des six dernières années, elle a travaillé auprès de nombreux organismes publics et privés en vue d’élaborer des programmes éducatifs stimulants, qui visent à améliorer la culture géographique au Canada. Éducatrice passionnée, elle est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en éducation qu’elle a obtenus de l’Université d’Ottawa.

     

    Susan Evans

    Susan Evans

    Susan est actuellement conseillère en politiques au sein de l’Unité des politiques agroalimentaires et de l’action en matière de changement climatique du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, unité qui a pour responsabilité de diriger et de coordonner les efforts d’atténuation des changements climatiques et d’adaptation déployés par le Ministère. Dans son précédent rôle au Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada), elle fournissait des conseils scientifiques sur l’obtention de résultats résistants aux changements climatiques à divers secteurs de programmes, et a dirigé la mise en œuvre de travaux liés à des projets visant à démontrer ces concepts en pratique. Susan est titulaire d’une maîtrise en zoologie de l’Université de Guelph et a participé activement à divers processus consultatifs scientifiques organisés par le gouvernement du Canada, notamment à titre de conseillère au sein de l’ancienne Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie.

     

    Elaine Fox

    Elaine Fox

    Elaine gère l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets ainsi que la conservation et la gestion des ressources hydriques pour la Province du Manitoba.
    Madame Fox s’appuie sur son large éventail de connaissances et de compétences pour offrir une orientation et de l’expertise au gouvernement, aux intervenants, aux municipalités, aux organisations autochtones, aux entreprises, aux défenseurs d’intérêts et aux universitaires. Son expérience en matière d’inclusion et de travail collaboratif renforce un cadre législatif, réglementaire et politique qui oriente le développement durable, l’établissement d’une économie à faibles émissions de carbone et l’adaptation à un avenir caractérisé par les changements climatiques. Avant d’assumer sa fonction actuelle, Mme Fox a travaillé comme gestionnaire des politiques stratégiques au ministère du Développement durable et comme gestionnaire de la planification et de la coordination au ministère de la Gestion des ressources hydriques.

     

    Pierre Gosselin

    Pierre Gosselin

    Pierre travaille principalement à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), où il coordonne le programme de recherche conjoint de l’organisme Ouranos et de l’INSPQ en matière de changements climatiques et de santé. Il s’est occupé du volet santé du Plan d’action du Québec sur les changements climatiques (2007-2017), et il continue d’intervenir dans certains projets. De plus, il est professeur clinicien en médecine préventive à l’Université Laval et professeur associé à l’Institut national de la recherche scientifique, tous deux situés dans la ville de Québec. Pierre a reçu une formation de médecin (Université Laval) et a étudié en santé de l’environnement (Université de Californie à Berkeley).

     

    Ewa Jackson

    Ewa Jackson

    Ewa travaille pour l’organisme ICLEI Canada où elle a dirigé l’élaboration du guide Changing Climate, Changing Communities, un recueil de ressources qui fournit un cadre par étapes en vue d’aider les administrations locales à créer un plan d’adaptation. Le guide est le fruit de trois années de recherche, de mises à l’essai et de collaboration avec des experts du domaine. Pendant plus de 16 ans, elle a travaillé auprès de gouvernements municipaux dans les domaines liés à la viabilité, à la participation du public et aux changements climatiques. Elle possède des diplômes de l’Université de Toronto en gestion de l’environnement et en sciences politiques, et elle prépare une maîtrise dans le domaine de l’environnement et du commerce. Le secteur des communications sur le climat constitue son domaine d’intérêt privilégié.

     

    Anne Kendrick

    Anne Kendrick

    Anne est conseillère principale en matière de politiques à l’organisation nationale représentant les Inuits, Inuit Tapiriit Kanatami (ITK). Elle offre une orientation stratégique sur les droits et les intérêts des Inuits ayant trait à un éventail de sujets concernant les changements climatiques, la sécurité alimentaire, les connaissances autochtones et la gestion de la faune. Avant de se joindre à ITK, Anne a travaillé pendant plus de 15 ans dans le milieu universitaire et à titre de spécialiste sur les questions liées à la gestion des ressources communautaires dans le Nord. Elle a reçu une formation interdisciplinaire dans le domaine des sciences naturelles et sociales (baccalauréat ès sciences en biologie de l’Université McGill; maîtrise en géographie humaine de l’Université McGill; doctorat en gestion de l’environnement et des ressources naturelles de l’Université du Manitoba).

     

    Paul Kovacs

    Paul Kovacs

    Paul est le fondateur et directeur général de l’Institut de Prévention des Sinistres Catastrophiques (IPSC) à l’Université Western, un centre indépendant et sans but lucratif visant la recherche et les communications multidisciplinaires relatives à la prévention des catastrophes. Son domaine d’intérêt est orienté vers l’assurance et l’adaptation aux conditions climatiques extrêmes, et plus particulièrement les mesures destinées à accroître la résilience des collectivités aux dommages provoqués par des inondations en milieu urbain, des tornades, des séismes catastrophiques et des incendies dans les zones d’interface. Depuis 1996, Paul participe bénévolement aux travaux du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, l’organisme international chargé de l’évaluation de l’état des connaissances scientifiques sur les changements climatiques.

     

    David Lapp

    David Lapp

    David travaille pour l’organisme Ingénieurs Canada où il dirige depuis 2005 un projet national visant à évaluer la vulnérabilité de l’ingénierie des infrastructures publiques aux incidences des changements climatiques. Dans ce cadre, il donne des présentations et offre des ateliers et des cours partout au Canada et dans le monde. Ce projet a permis l’élaboration de l’outil d’évaluation des risques climatiques sur les infrastructures, connu sous le nom de « Protocole du CVIIP », qui a été appliqué à un éventail d’infrastructures au Canada et à l’étranger. David a obtenu un diplôme en génie géologique de l’Université de Toronto en 1978. Après avoir travaillé près de 20 ans en tant qu’ingénieur-conseil dans la région Arctique canadienne, il s’est joint à Ingénieurs Canada au mois de juillet 1997.

     

    Caroline Larrivée

    Caroline Larrivée

    Caroline dirige le groupe responsable du programme Vulnérabilités, impacts et adaptation de l’organisme Ouranos, où elle travaille depuis le mois d’octobre 2006. Elle a précédemment occupé les postes de spécialiste au sein du groupe Vulnérabilités, impacts et adaptation et de coordonnatrice des programmes visant l’environnement et les zones urbaines du Nord. En tant qu’urbaniste dans le secteur privé, au sein d’établissements universitaires et auprès de l’Administration régionale Kativik, elle a collaboré à un projet de recherche ayant trait aux répercussions des changements climatiques sur les collectivités du Nord. Caroline est titulaire d’un baccalauréat en urbanisme de l’Université de Montréal.

     

    Don Lemmen

    Don Lemmen

    Don est gestionnaire de la recherche à la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de Ressources naturelles Canada. Il a obtenu son doctorat de l’Université de l’Alberta en 1998, étudiant les changements subis par l’environnement de l’Extrême-Arctique du Canada dans le passé. Depuis 2000, il dirige l’élaboration de trois rapports canadiens d’évaluation nationale sur les incidences des changements climatiques et l’adaptation à celles-ci, tout en participant à d’autres évaluations aux échelles nationale, régionale et mondiale. À l’étranger, il participe aux travaux de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), depuis 2003, et à ceux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), depuis 2005. Il assure actuellement la coprésidence du comité de la CCNUCC sur l’adaptation.

     

    Fred Lipschultz

    Fred Lipschultz

    Fred est entrepreneur scientifique principal auprès du bureau de coordination nationale du Programme de recherche sur les changements climatiques des États-Unis. Ce programme consiste en la collaboration de 13 agences fédérales visant à établir une base de connaissances, qui permette d’éclairer les réponses humaines aux changements climatiques, et ce, au moyen de programmes fédéraux intégrés et coordonnés en matière de recherche, de formation, de communication et d’aide à la décision. Il est chargé de coordonner tous les aspects de l’évaluation climatique à l’échelle régionale dans l’ensemble du pays, notamment la diffusion d’informations pertinentes relatives au climat et la coordination nécessaire au sein du gouvernement fédéral. Il a travaillé en tant qu’océanographe à la National Science Foundation(NSF) et à la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis.

     

    Patricia Manuel

    Patricia Manuel

    Patricia dirige l’école de planification de l’Université Dalhousie à Halifax et occupe aussi des fonctions à l’école Dalhousie d’ergothérapie et au sein du Programme de gestion côtière et marine de la University Centre of the Westfjords, de l’Université Akureyri en Islande. Elle enseigne et mène des travaux de recherche appliquée dans le domaine de la planification environnementale et communautaire. Patricia est très active auprès des groupes de gestion des bassins hydrographiques et de planification communautaire et environnementale afin d’assurer une planification et un aménagement du territoire sûrs et écologiques.  Elle a été membre du Comité consultatif de l’évaluation côtière nationale (Ressources naturelles Canada) et du Comité d’experts sur l’adaptation aux changements climatiques de l’association Solutions d’adaptation aux changements climatiques pour l’Atlantique. Elle siège actuellement au conseil d’administration de l’Association Zone côtière Canada.

     

    Linda Mortsch

    Linda Mortsch

    Au cours de ses 30 ans de carrière, Linda a abordé les questions des changements climatiques relatives aux ressources hydriques, aux zones côtières et urbaines, et elle a comme objectif de faciliter la planification et la prise de décisions en matière d’adaptation. Linda a participé à toutes les évaluations nationales canadiennes sur les changements climatiques. Depuis 1989, elle est membre du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), l’organisme international chargé de l’évaluation de l’état des connaissances scientifiques sur les changements climatiques. Tandis qu’elle a pris sa retraite d’Environnement et Changement climatique Canada, Linda occupe un poste à la Faculté de l’environnement de l’Université de Waterloo où elle entreprend des études appuyant le renforcement des capacités d’adaptation et le passage de la planification de l’adaptation à sa mise en œuvre.

     

    Graeme Reed

    Graeme Reed

    Graeme est d’origine anishinaabe et européenne. Il travaille comme analyste principal des politiques à l’Assemblée des Premières Nations (APN), où il milite en faveur de l’inclusion des Premières Nations dans les politiques climatiques et énergétiques. Graeme est boursier d’Action Canada et titulaire d’un baccalauréat en sciences de l’environnement de l’Université de Waterloo ainsi que d’une maîtrise en sciences de l’Université McGill.

     

    Marjorie Shepherd

    Marjorie Shepherd

    Marjorie est la directrice de la Division de la recherche climatique (DRC) à Environnement et Changement climatique Canada (ECCC). L’élaboration de renseignements scientifiques et de conseils en matière d’adaptation et d’atténuation oriente les priorités de sa recherche. Elle travaille auprès d’ECCC depuis 1990 et elle est titulaire d’une maîtrise ès sciences dans le domaine de la chimie atmosphérique (1989). Actuellement, elle représente le Canada à l’échelle internationale en tant que membre de la délégation pour deux commissions de l’Organisation météorologique mondiale, l’une s’occupant de climatologie et l’autre de science de l’atmosphère, et pour le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution climatique (GIEC).

     

    Jim Vanderwal

    Jim Vanderwal

    Jim est gestionnaire principal du Conseil du bassin de Fraser et responsable du Programme sur les changements climatiques et la qualité de l’air. Depuis 1999, il a progressivement gravi les échelons du Conseil, élaborant de nouvelles initiatives liées à la gestion du fleuve, à la mobilisation des intervenants, à la planification de l’énergie et des émissions, à l’adaptation aux changements climatiques, à la gestion d’un parc automobile écologique et au développement d’énergies propres. Jim a obtenu un baccalauréat ès sciences dans le domaine du génie électrique de l’Université de la Colombie-Britannique. Il a également obtenu une maîtrise ès sciences en gestion des ressources de l’Université de la Colombie-Britannique, et s’est spécialisé dans la création de processus publics liant la recherche technique à la vaste mobilisation du public.

     

    Fiona Warren

    Fiona Warren – Chair of the Assessment Advisory Committee

    Fiona est gestionnaire de l’évaluation à la Division des impacts et de l’adaptation liés au changement climatique de Ressources naturelles Canada. Elle dirige Le Canada dans un climat en changement, l’évaluation nationale des connaissances, et l’élaboration et la révision des rapports Enjeux nationaux et Perspectives régionales. Fiona possède une vaste expérience en matière d’évaluations scientifiques, ayant déjà été réviseure scientifique, auteure principale et coordinatrice de projet (2004, 2008 et 2016) au titre d’autres évaluations. Elle a également dirigé l’élaboration de l’évaluation de 2014, intitulée Vivre avec les changements climatiques au Canada : perspectives des secteurs relatives aux impacts et à l’adaptation. Elle a été auteure collaboratrice du chapitre Amérique du Nord dans le cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et réviseure spécialisée de plusieurs rapports et documents sur des questions liées au changement climatique. Elle est titulaire d’une maîtrise ès sciences en géographie de l’Université McMaster et d’un baccalauréat ès sciences (avec mention) en science de l’environnement de l’Université Queen’s.

     

    Thomas White

    Thomas White

    Thomas dirige l’équipe chargée de la gestion des risques climatiques du Secrétariat des changements climatiques de la Colombie-Britannique. Le Secrétariat, qui fait partie du ministère de l’Environnement, dirige et coordonne la recherche, l’analyse, l’élaboration et la mise en œuvre de programmes, de politiques et de mesures législatives en matière d’adaptation aux changements climatiques. Il collabore avec d’autres ordres de gouvernement, des institutions de recherche, des organisations non gouvernementales, et des associations industrielles et professionnelles dans le but d’assurer la préparation et la résilience de la population de la Colombie-Britannique face aux incidences des changements climatiques.

     

Les auteurs principaux sont responsables de la préparation de leur chapitre et doivent s’assurer que leur équipe de rédaction dispose des compétences appropriées et respecte les directives en matière de format et de rédaction. Ils répondent également aux commentaires des réviseurs.

  • Montrez-moi les auteurs principaux du Rapport sur le climat changeant du Canada

     

    Photo of Nathan Gillet

    Nathan Gillet, porte-parole pour le chapitre 2 du RCCC, Comprendre les changements climatiques observés à l’échelle planétaire

    Nathan Gillett est chercheur scientifique principal à la Division de la recherche climatique d’Environnement et Changement climatique Canada. Ses recherches portent principalement sur la compréhension des causes des changements climatiques observés. Il est auteur coordonnateur principal du chapitre traitant de l’influence anthropique sur les changements climatiques du sixième rapport d’évaluation du GIEC qui doit paraître prochainement. M. Gillet a obtenu un doctorat en physique atmosphérique de l’Université d’Oxford en 2001.

     

    Photo of Greg Flato

    Greg Flato, porte-parole pour le chapitre 3 du RCCC, Modélisation des changements climatiques futurs

    Greg Flato est chercheur scientifique principal à la Division de la recherche climatique d’Environnement et Changement climatique Canada. Il a travaillé à l’élaboration d’une série de modèles climatiques planétaires utilisés pour simuler les variations climatiques du passé et prévoir les changements climatiques futurs. Il a été élu à la vice-présidence du Groupe de travail I du GIEC et a été auteur coordinateur principal du chapitre sur l’évaluation de la modélisation du cinquième rapport d’évaluation du GIEC. M. Flato a obtenu un baccalauréat et une maîtrise ès sciences en génie civil de l’Université de l’Alberta et un doctorat en science de l’ingénierie du Darmouth College, aux États-Unis.

     

    Photo of Xuebin Zhang

    Xuebin Zhang, porte-parole pour le chapitre 4 du RCCC, Changements relatifs à la température et aux précipitations au Canada

    Xuebin Zhang est chercheur scientifique principal à la Division de la recherche climatique d’Environnement et Changement climatique Canada. Ses recherches portent principalement sur les changements passés et futurs des conditions météorologiques et climatiques extrêmes. Il était auteur principal pour le rapport spécial du GIEC intitulé La gestion des risques de catastrophes et de phénomènes extrêmes pour les besoins de l’adaptation au changement climatique et le cinquième rapport d’évaluation du Groupe de travail I du GIEC. Il est auteur coordonnateur principal du chapitre sur les phénomènes climatiques extrêmes du sixième rapport d’évaluation du GIEC. M. Zhang possède de l’expérience en hydrologie appliquée et a obtenu un doctorat en physique (climatologie) de l’Université de Lisbonne, au Portugal.

     

    Photo of Chris Derksen

    Chris Derksen, porte-parole pour le chapitre 5 du RCCC, Changements à la neige, à la glace et au pergélisol au Canada

    Chris Derksen est chercheur scientifique à la Division de la recherche climatique d’Environnement et Changement climatique Canada, et occupe un poste de professeur auxiliaire au Département de géographie et de gestion environnementale de l’Université de Waterloo. Ses recherches portent principalement sur l’utilisation d’ensembles de données dérivées par satellite et de modèles climatiques pour comprendre comment la couverture neigeuse et la glace de mer interagissent avec le système climatique mondial. Chris est auteur principal pour le Rapport spécial sur les océans et la cryosphère dans le contexte du changement climatique du Groupe international d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) qui doit paraître prochainement. Chris a obtenu un doctorat de l’Université de Waterloo en 2001.

     

    Photo of Barrie Bonsal

    Barrie Bonsal, porte-parole pour le chapitre 6 : Changements relatifs à la disponibilité de l’eau douce au Canada

    Barrie Bonsal est chercheur scientifique principal à la Division de la recherche hydrologique et écologique sur les bassins hydrologiques d’Environnement et Changement climatique Canada et professeur auxiliaire au Département de géographie de l’Université de la Saskatchewan. Dans le cadre de ses travaux de recherche, il examine les effets qu’exercent la variabilité et les phénomènes climatiques extrêmes du passé (y compris les sécheresses et les inondations) et les changements climatiques futurs prévus sur les ressources en eau douce du Canada. M. Bonsal a contribué à des évaluations nationales antérieures des impacts des changements climatiques et de l’adaptation à ceux ci, ainsi qu’à l’évaluation internationale de la neige, de l’eau, de la glace et du pergélisol dans l’Arctique. Il a obtenu un doctorat en géographie de l’Université de la Saskatchewan en 1996.

     

    Photo of Blair Greenan

    Blair Greenan, porte-parole pour le chapitre 7 : Changements relatifs aux océans adjacents au Canada

    M. Greenan est chercheur scientifique à Pêches et Océans Canada (MPO), à l’Institut océanographique de Bedford, à Halifax. Son groupe de recherche se penche sur les facteurs de stress océaniques, qui vont de déversements de pétrole en milieu marin aux effets exercés par des changements climatiques comme l’acidification des océans. Il est directeur scientifique du programme Argo Canada, qui contribue au programme Argo international visant à faire progresser les observations mondiales en temps réel de l’océan. Dernièrement, les recherches de M. Greenan ont porté sur l’élaboration d’outils d’adaptation aux changements climatiques connexes à l’infrastructure côtière et à la gestion des pêches. M. Greenan est titulaire d’un doctorat du Département de physique de l’Université de Toronto.

     

    Photo of Elizabeth Bush

    Elizabeth Bush, chef de projet et porte-parole pour l’élaboration du Rapport sur le climat changeant du Canada en tant que contribution à l’évaluation nationale

    Elizabeth Bush est la chef de projet de l’élaboration du rapport sur le climat changeant du Canada. Elle est conseillère principale en climatologie à la Division de la recherche climatique d’Environnement et Changement climatique Canada. Elle travaille à l’interface de la science et de la politique sur le changement climatique, aidant à communiquer la science du changement climatique et à intégrer la science à la prise de décisions. Elle a participé à un certain nombre d’évaluations scientifiques nationales et internationales des changements climatiques et de la qualité de l’air. Mme Bush est titulaire d’une maîtrise ès sciences (biologie) et d’une maîtrise ès arts (études environnementales) de l’Université de Toronto.

     

    Photo of Marjorie Shepherd

    Marjorie Shepherd, porte-parole pour l’élaboration du Rapport sur le climat changeant du Canada en tant que contribution à l’évaluation nationale

    Marjorie Shepherd est la directrice de la Division de la recherche climatique (DRC) d’Environnement et Changement climatique Canada. Ce groupe de recherche, formé d’environ 110 personnes, s’intéresse aux observations des gaz à effet de serre, aux processus climatiques et à la recherche sur la cryosphère, à l’attribution et à la détection des tendances et de la variabilité du climat, à l’élaboration de modèles du système terrestre pour les projections climatiques mondiales et régionales et aux études de l’impact climatique. La double vocation consistant à élaborer des outils et à donner des conseils scientifiques pour l’adaptation et l’atténuation oriente les priorités de ce programme de recherche. Mme Shepherd est titulaire d’une maîtrise ès sciences en chimie atmosphérique de l’Université York.

     

    Photo of Daniel Peters

    Daniel Peters, porte-parole francophone, chapitre 6, Changements relatifs à la disponibilité de l’eau douce au Canada

    Daniel Peters est chercheur scientifique à la Division de la recherche hydrologique et écologique sur les bassins hydrographiques d’Environnement et Changement climatique Canada. Il est professeur agrégé au Département de géographie de l’Université de Victoria, où il a enseigné l’hydrologie pendant plus de 10 ans, et où il supervise les travaux de thèse des étudiants diplômés. Dans le cadre de ses travaux de recherche, il examine les effets que la variabilité/les changements climatiques et les aménagements (p. ex. régulation du débit, prélèvement d’eau) exercent sur l’hydrologie des systèmes des rivières, des lacs, des terres humides et des deltas du Canada. M. Peters est rédacteur en chef adjoint de la Revue canadienne des ressources hydriques. Il a obtenu un doctorat en écosystèmes des basses hydrographiques de l’Université Trent en 2003.

     

    Photo of Denis Gilbert

    Denis Gilbert, porte-parole francophone, chapitre 7, Changements relatifs aux océans adjacents au Canada

    Denis Gilbert est un océanographe physicien qui a contribué au chapitre sur les océans du RCCC. Ses principaux domaines d’expertise sont les courants océaniques, la température, la salinité, l’oxygène dissous et le niveau de la mer. Il a obtenu un baccalauréat en physique à l’Université du Québec à Chicoutimi en 1985 et un doctorat en océanographie physique à l’Université Dalhousie en 1990. Il travaille pour Pêches et Océans depuis 1991.

  • Montrez-moi les auteurs principaux du Rapport sur les perspectives régionales

     

    Craig Brown – Chapitre sur la Colombie-Britannique (co-responsable)

    Craig est titulaire d’un doctorat en sciences appliquées et gestion de l’environnement de l’Université Ryerson et travaille en tant que chercheur interdisciplinaire, consultant et éducateur dans les domaines de la durabilité urbaine et de la résilience climatique. Il a soutenu et géré des projets à diverses échelles concernant la conception de bâtiments et l’aménagement urbain, l’efficacité énergétique, la résilience climatique, la gestion des risques d’inondation, les infrastructures vertes et les cadres de surveillance et d’évaluation.

     

    Photo of Sabine Dietz

    Sabine Dietz – Chapitre sur les provinces de l’Atlantique

    Sabine est biologiste et praticienne de l’adaptation aux changements climatiques et environnementaux au sein du Groupe Aster, une coopérative de services environnementaux au Nouveau Brunswick. Elle a été la coordonnatrice du N. B. pour l’Initiative de collaboration pour l’adaptation régionale de l’Atlantique (Solutions d’adaptation aux changements climatiques pour l’Atlantique), de 2010 à 2013, et travaille depuis lors avec la province du N. B., des municipalités, des planificateurs de l’utilisation des terres et des organismes environnementaux sur divers dossiers et projets en matière d’adaptation aux changements climatiques. Elle s’intéresse particulièrement au domaine des systèmes naturels, à leur évolution et à la façon dont nous devons modifier notre approche de la conservation dans un climat changeant, ainsi qu’à leur rôle dans la réduction et l’atténuation des impacts des changements climatiques. Sabine est titulaire d’un baccalauréat en études des ressources naturelles de l’Université Trent, d’une maîtrise en études de l’environnement de l’Université de Moncton et d’un doctorat en biologie de l’Université du Nouveau Brunswick.

     

    Photo of Allan G. Douglas

    Allan G. Douglas – Chapitre sur l’Ontario (co-responsable)

    M. Douglas est le président du Climate Risk Institute de l’Université Laurentienne, à Sudbury, en Ontario. Depuis 2002, il s’emploie à créer des ressources en matière d’adaptation qu’il offre aux décideurs nationaux et internationaux. Il a joué des rôles de leader dans le cadre de deux évaluations régionales de la vulnérabilité en Ontario et a corédigé un guide sur l’évaluation de la vulnérabilité des écosystèmes pour l’Ontario. Il a contribué à la préparation du contenu de précédentes évaluations nationales sur les effets des changements climatiques et l’adaptation à ceux ci et a agi à titre d’examinateur expert pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). M. Douglas détient une expertise en science du climat, au sujet des effets des changements climatiques, en évaluation des risques et de la vulnérabilité en matière de changements climatiques, en élaboration de politiques ainsi.

     

    Photo of Robert Gifford

    Robert Gifford – Chapitre sur la Colombie-Britannique (co-responsable)

    Robert est professeur de psychologie et d’études de l’environnement à l'Université de Victoria.Il étudie la gestion des ressources, les comportements, les attitudes et les méthodes d’intervention liés au climat, ainsi que la perception de l’architecture. En plus de se consacrer à ses recherches, Robert est membre du corps professoral de l’Institut des systèmes énergétiques intégrés de l’Université de Victoria (IESVic) et membre du comité des programmes du Pacific Institute for Climate Solutions. Il est également le directeur fondateur du programme interdisciplinaire sur les dimensions humaines des changements climatiques (Interdisciplinary Program in the Human Dimensions of Climate Change). Robert a été rédacteur en chef du Journal of Environmental Psychology de 2004 à 2016. Il est titulaire d’un doctorat de l’Université Simon Fraser.

     

    Photo of Bronwyn Hancock

    Bronwyn Hancock – Chapitre sur le Nord du Canada (co-responsable)

    Bronwyn est vice-présidente associée en recherche et développement au Collège du Yukon. Elle est responsable de la planification, de l’élaboration et de la mise en œuvre de la recherche au Collège du Yukon, ainsi que de l’établissement de relations positives avec l’ensemble du milieu de la recherche en soutien à la recherche dans le Nord. De plus, elle supervise les activités de recherche au Centre de recherche du Yukon du Collège de Yukon, qui comprend une expertise sur les changements climatiques, l’innovation énergétique dans le Nord, le cycle de vie des mines, les ressources et le développement durable dans l’Arctique, ainsi que la surveillance de la biodiversité. Avant d’occuper ce poste, Bronwyn était gestionnaire de Northern Climate ExChange, le groupe de recherche sur les changements climatiques du Centre de recherche du Yukon, supervisant une équipe consacrée à l’étude des répercussions et les possibilités d’adaptation associées aux changements climatiques au Yukon et dans le Nord du Canada. Bronwyn détient un doctorat en sciences de la terre de l’Université de Waterloo.

     

    Photo of Caroline Larrivée

    Caroline Larrivée – Chapitre sur le Québec

    Caroline dirige l’équipe Vulnérabilités, Impacts et Adaptation chez Ouranos, où elle travaille depuis octobre 2006. Elle y avait d’abord occupé les postes de spécialiste en impacts et adaptation puis de coordonnatrice des programmes de recherche sur les milieux nordiques et les milieux urbains. Elle a également collaboré, à titre de planificatrice dans le secteur privé, pour des établissements universitaires et pour l’Administration régionale Kativik, à des recherches concernant les répercussions des changements climatiques sur les collectivités nordiques. Caroline détient un baccalauréat en urbanisme de l’Université de Montréal.

     

    Photo of David Pearson

    David Pearson – Chapitre sur l’Ontario (co-responsable)

    David est spécialiste des sciences de la Terre et professeur à l’École de l’environnement à l’Université Laurentienne. Il a été directeur de projet et directeur fondateur de Science Nord de 1980 à 1986 et a animé deux séries télévisées scientifiques de même qu’une capsule radiophonique hebdomadaire. De 2002 à 2007, David a présidé le bureau ontarien du Réseau canadien de recherche sur les impacts climatiques et l’adaptation. Il a également coprésidé le Comité d’experts sur l’adaptation au changement climatique de l’Ontario et présidé le Comité consultatif scientifique du Grand Nord, qui a publié en 2010 le rapport « Science for a Changing Far North ». Membre de l’Ordre de l’Ontario, David travaille actuellement avec des collectivités éloignées des Premières Nations dans le Grand Nord de l’Ontario pour évaluer les répercussions probables des changements climatiques et les options d’adaptation possibles.

     

    Photo of Dave Sauchyn

    Dave Sauchyn – Chapitre sur les provinces des Prairies

    Dave est professeur de géographie et d’études environnementales à l’Université de Regina, où il travaille depuis les 35 dernières années. Depuis 2000, il est affilié au Collectif des Prairies pour la recherche en adaptation. Ses principaux intérêts de recherche sont le climat et l’hydrologie du dernier millénaire et la façon dont les connaissances du passé peuvent éclairer les scénarios du climat futur et des approvisionnements en eau à l’avenir, ainsi que l’adaptation planifiée pour minimiser les répercussions négatives des changements climatiques sur le capital naturel de la région intérieure occidentale du Canada.Dave a été invité à donner plus de 350 conférences sur les changements climatiques, principalement à des auditoires ruraux. Il a été coauteur principal du chapitre sur les Prairies de l’évaluation nationale précédente. Dave a récemment codirigé une étude interdisciplinaire quinquennale sur la vulnérabilité des communautés agricoles aux extrêmes climatiques au Chili, en Argentine, en Colombie et au Brésil, ainsi que dans les Prairies canadiennes.

     

    Photo of Maciej Stetkiewicz

    Maciej Stetkiewicz – Chapitre sur le Nord du Canada (co-responsable)

    Maciej est coordonnateur du projet sur les changements climatiques et l’hydrologie dans le Nord de Northern Climate ExChange, le groupe de recherche sur les changements climatiques du Centre de recherche du Yukon (Collège du Yukon). Après avoir obtenu un baccalauréat en géographie à l’Université de Victoria, Maciej s’est intéressé à la façon dont l’environnement du Yukon, particulièrement ses systèmes hydrologiques, réagit aux changements climatiques. Son intérêt pour le sujet a augmenté considérablement pendant qu’il travaillait au Yukon après l’école, où il lui est apparu évident que les changements climatiques influençaient tous les aspects de la vie dans le Nord. Maciej est retourné aux études pour obtenir une maîtrise en gestion durable de l’environnement à l’Université de la Saskatchewan, où il s'est concentré sur l'utilisation d'approches interdisciplinaires pour étudier comment les changements climatiques influent sur la fréquence des inondations causées par les embâcles à la ville de Peace River, en Alberta. À Northern Climate Exchange, il travaille maintenant sur un large éventail de projets allant de la politique sur les changements climatiques à la modélisation hydrologique.

  • Montrez-moi les auteurs principaux du Rapport sur les enjeux nationaux

     

    Richard Boyd

    Richard Boyd – Coûts et avantages liés aux impacts des changements climatiques et aux mesures d’adaptation

    Richard est collaborateur émérite spécialisé dans les collectivités résilientes à la fondation All One Sky, un organisme de bienfaisance à but non lucratif qui fournit de l’aide aux collectivités en ce qui concerne l’énergie et les changements climatiques. Économiste de l’environnement, il s’intéresse à l’évaluation des risques liés aux changements climatiques et aux méthodes de prise de décisions économiques, en plus d’avoir rédigé plusieurs guides de ressources sur ces sujets. Depuis 20 ans, il a mené de nombreuses évaluations des répercussions socioéconomiques des changements climatiques sur les ressources hydriques et la qualité de l’eau, la santé humaine et l’environnement bâti, de même que sur les coûts et avantages des mesures d’adaptation pour orienter la prise de décision à tous les ordres de gouvernement, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde.

     

    Craig Brown

    Craig Brown – Villes et milieux urbains

    Craig est titulaire d’un doctorat en sciences appliquées et gestion de l’environnement de l’Université Ryerson et travaille en tant que chercheur interdisciplinaire, consultant et éducateur dans les domaines de la durabilité urbaine et de la résilience climatique. Il a soutenu et géré des projets à diverses échelles concernant la conception de bâtiments et l’aménagement urbain, l’efficacité énergétique, la résilience climatique, la gestion des risques d’inondation, les infrastructures vertes et les cadres de surveillance et d’évaluation.

     

    Ashlee  Cunsolo

    Ashlee Cunsolo – Collectivités rurales et éloignées (co-responsable)

    Ashlee Cunsolo, Ph. D., est directrice de l’Institut du Labrador de l’Université Memorial, défenseure de l’environnement et chercheuse passionnée en sciences sociales et en santé engagée dans la communauté qui travaille au carrefour des préoccupations relatives aux lieux, à la culture, à la santé et à l’environnement. Depuis plus d’une décennie, elle collabore avec des communautés et des dirigeants autochtones à diverses initiatives de recherche dirigées et définies par les communautés, notamment sur les impacts des changements climatiques sur la santé physique et mentale, la réappropriation culturelle, le partage des connaissances entre les générations dans un environnement en évolution ainsi que le chagrin et le deuil écologiques. Plus particulièrement, les travaux qu’elle a menés sur les changements climatiques et la santé mentale en partenariat avec les Inuits du Nunatsiavut sont devenus des études faisant autorité à l’échelle internationale et ses contributions praxiologiques sur le chagrin et le deuil écologiques ont été largement reconnues. Elle a aussi contribué à la rédaction du chapitre sur l’Amérique du Nord du sixième rapport d’évaluation du GIEC et du Rapport d’évaluation des effets des changements climatiques sur la santé de Santé Canada.

     

    Jimena Eyzaguirre

    Jimena Eyzaguirre – Dimensions internationales

    Jimena est directrice de l’équipe internationale et responsable des activités de l’adaptation aux changements climatiques chez ESSA Technologies ltée. Elle compte 15 ans d’expérience dans la recherche et l’analyse utiles à l’élaboration de politiques. Depuis 2006, son travail consiste essentiellement à outiller des particuliers et des organisations de sorte qu’ils comprennent les conséquences des risques et des vulnérabilités associés aux changements climatiques et les intègrent dans les plans et les décisions qui ont une incidence sur les résultats environnementaux et sociaux. Elle possède une vaste expérience canadienne et internationale en matière d’adaptation et de résilience climatique, notamment dans la conception de programmes, l’analyse de politiques, l’évaluation de la vulnérabilité, la synthèse des connaissances ainsi que la surveillance et l’évaluation. Jimena est vice-présidente de Canada-Mathare Education Trust, un organisme de bienfaisance canadien qui se consacre à l’avancement de l’éducation au Kenya.

     

    Paul Kovacs

    Paul Kovacs – Divulgation, litiges et aspects financiers liés aux changements climatiques

    Paul est le fondateur et directeur exécutif de l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques (IPSC) à l’Université Western, un centre de recherche et de communication indépendant et sans but lucratif qui mène des études multidisciplinaires dans le domaine de la prévention des sinistres et qui est affilié à l’Université Western. Dans ses recherches, il s’intéresse à l’assurance et à l’adaptation aux extrêmes climatiques. Cela comprend les mesures visant à bâtir des collectivités résilientes aux dommages causés par les inondations urbaines, les tornades, les tremblements de terre catastrophiques et les incendies de forêt en milieu périurbain. Depuis 1996, Paul est bénévole au sein du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, l’organisme international chargé d’évaluer la science liée aux changements climatiques.

     

    Don Lemmen

    Don Lemmen – Impacts sur les secteurs et mesures d’adaptation

    Don a obtenu son doctorat de l’Université de l’Alberta en 1988 dans le cadre d’études sur les changements subis par l’environnement en Extrême‑Arctique du Canada dans le passé. En tant qu’ancien gestionnaire de la recherche au sein de la Division des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques de Ressources naturelles Canada, il a dirigé l’élaboration de trois rapports d’évaluation nationale canadienne sur les impacts des changements climatiques et l’adaptation à ceux‑ci, tout en participant à d’autres évaluations aux échelles national, régionale et mondiale. À l’échelle internationale, il participe aux travaux de la Convention‑cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) depuis 2003 et a été coprésident du comité de la CCNUCC sur l’adaptation pendant quatre ans. En 2019, il a reçu un doctorat honorifique en études de l’environnement de l’Université de Waterloo pour ses contributions professionnelles à l’adaptation aux changements climatiques.

     

    Michelle Molnar

    Michelle Molnar – Services écosystémiques

    Michelle travaille en tant qu’économiste de l’environnement et analyste des politiques à la Fondation David Suzuki, où elle se concentre sur la conservation du capital naturel au moyen de divers outils issus de l’économie écologique, l’analyse des politiques et la sensibilisation du public. Elle enseigne l’introduction à l’économie écologique à l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique dans le cadre du programme de leadership pour le développement durable des entreprises (Sustainable Business Leadership Program) et siège au conseil d’administration de la Société canadienne d’économie écologique. Michelle est titulaire d’une maîtrise en politiques publiques de l’Université Simon Fraser et en philosophie de l’Université de Western Ontario.

     

    Kelly Vodden

    Kelly Vodden – Collectivités rurales et éloignées(co-lead)

    Kelly est professeure agrégée et vice-présidente associée de la recherche et des études supérieures au campus Grenfell de l’Université Memorial. Elle est engagée dans la recherche, les politiques et les pratiques en matière de développement communautaire et régional dans les collectivités rurales canadiennes depuis plus de 25 ans, notamment dans des projets relatifs aux répercussions des changements climatiques et à l’adaptation dans les régions rurales de la Colombie Britannique, de l’Ontario, de la Saskatchewan, de Terre Neuve-et-Labrador (T. N. L.) et à l’échelle internationale. Kelly a été à la tête d’un projet pluriannuel visant à étudier et à élaborer des outils d’évaluation de la vulnérabilité aux changements climatiques et des options d’adaptation à T. N. L. pour l’association fédérale-provinciale Solutions d’adaptation aux changements climatiques pour l’Atlantique, dirigeant l’élaboration de rapports d’évaluation des changements climatiques pour six collectivités et d’un manuel à l’intention des collectivités. Elle a également dirigé plusieurs projets de recherche pluriannuels avec des collègues de partout au pays sur des sujets allant du développement régional à la durabilité des systèmes d’eau potable en milieu rural en passant par les répercussions sur les collectivités d’une main-d’œuvre de plus en plus mobile. Kelly a aussi présenté de nombreux exposés et publié beaucoup d’écrits sur son travail.

     

    Al Pietroniro – Ressources en eau

    Al est professeur et président des ressources en eau durable dans un climat changeant à l’École d'ingénieurs Schulich à l’Université de Calgary. Auparavant, il était le directeur des Services hydrologiques et climatiques d’Environnement et Changement climatique Canada, qui sont basés au Centre national de recherche en hydrologie de Saskatoon, en Saskatchewan. Il est professeur auxiliaire au centre d’hydrologie à l’Université de Saskatchewan, professeur auxiliaire à la faculté de génie civil de l’Université de Waterloo et membre associé du personnel enseignant de la faculté de biologie environnementale de l’Université de Guelph. Il est diplômé avec distinction du programme de génie agricole de l’Université McGill. Il a reçu des bourses d’études de la faculté de génie civil de l’Université de Waterloo et a reçu une mention d’excellence de la faculté de l’environnement. Al est délégué canadien au sein du comité sur l’hydrologie de l’OMM, président du comité sur la télédétection de l’Association internationale des sciences hydrologiques et possède le titre d’ingénieur agréé dans la province de la Saskatchewan.

     

    Fiona Warren

    Fiona Warren – Introduction

    Fiona est gestionnaire de l’évaluation à la Division des impacts et de l’adaptation liés au changement climatique de Ressources naturelles Canada. Elle dirige Le Canada dans un climat en changement, l’évaluation nationale des connaissances, et l’élaboration et la révision des rapports Enjeux nationaux et Perspectives régionales. Fiona possède une vaste expérience en matière d’évaluations scientifiques, ayant déjà été réviseure scientifique, auteure principale et coordinatrice de projet (2004, 2008 et 2016) au titre d’autres évaluations. Elle a également dirigé l’élaboration de l’évaluation de 2014, intitulée Vivre avec les changements climatiques au Canada : perspectives des secteurs relatives aux impacts et à l’adaptation. Elle a été auteure collaboratrice du chapitre Amérique du Nord dans le cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et réviseure spécialisée de plusieurs rapports et documents sur des questions liées au changement climatique. Elle est titulaire d’une maîtrise ès sciences en géographie de l’Université McMaster et d’un baccalauréat ès sciences (avec mention) en science de l’environnement de l’Université Queen’s.

  • Montrez-moi les auteurs principaux du rapport La santé des Canadiens et des Canadiennes dans un climat en changement

     

    Photo of Peter Berry

    Peter Berry, Ph. D. (Rédacteur en chef)

    Depuis son arrivée à Santé Canada en 1999, Peter Berry a mené des recherches dans plusieurs domaines liés aux changements climatiques, y compris les risques pour la santé des Canadiens, la capacité d’adaptation, l’évaluation des vulnérabilités en matière de santé et la communication au public des risques liés aux changements climatiques. Il est actuellement analyste principal des politiques et conseiller scientifique auprès du directeur du Bureau des changements climatiques et de l’innovation à Santé Canada. Peter participe activement à un certain nombre d’efforts de collaboration visant à comprendre les répercussions des changements climatiques sur la santé et à appuyer l’élaboration de mesures d’adaptation efficaces. Il a contribué à l’élaboration de lignes directrices sur les changements climatiques et l’évaluation de la santé publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, ainsi que de lignes directrices semblables adaptées aux petits États insulaires en développement des Caraïbes qui vont bientôt être publiées. Peter est un auteur collaborateur du rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat concernant la hausse de la température de la planète de 1,5o C et il est professeur adjoint affilié à la Faculté d’environnement de l’Université de Waterloo.

     

    Photo of Rebekka Schnitter

    Rebekka Schnitter, M. C. C. (Rédacteur en chef)

    Rebekka est analyste des politiques au Bureau des changements climatiques et de l’innovation de Santé Canada. Ses principaux intérêts de recherche comprennent l’exploration de la relation entre les changements climatiques, la salubrité des aliments et la santé humaine, et l’analyse de l’élaboration et de la mise en œuvre de mesures d’adaptation du point de vue de l’équité en santé. Rebekka a obtenu un baccalauréat ès sciences en géographie de l’Université de Victoria et une maîtrise en changements climatiques de l’Université de Waterloo.

     

    Photo of Céline Campagna

    Céline Campagna, Ph. D.

    Céline Campagna est responsable depuis 2017 de la coordination scientifique du volet santé du Plan d'action sur les changements climatiques du Gouvernement du Québec à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Elle détient également une expertise dans les enjeux reliés à l’eau, les aliments et les zoonoses. Chercheuse d’établissement à l’INSPQ, elle est également professeure associée au Centre Terre, Eau, Environnement de l’Institut National de la Recherche scientifique (INRS-ETE), ainsi qu’au département de Médecine sociale et préventive de l’Université Laval, à Québec.

     

    Margo Greenwood, Ph. D.

    Margo Greenwood, leader académique du Centre de collaboration nationale de la santé autochtone, est une universitaire autochtone d’ascendance crie qui compte des années d’expérience dans le domaine de la santé et du bien-être des enfants, des familles et des collectivités autochtones. Elle est également vice-présidente de la Santé autochtone au sein de la Northern Health Authority (régie de la santé du Nord) de la Colombie-Britannique et professeure pour les programmes d’études et d’éducation des Premières Nations à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique. Même si ses travaux universitaires recoupent plusieurs disciplines et secteurs, elle est particulièrement reconnue, à l’échelle régionale, provinciale, nationale et internationale, pour ses travaux liés à la garde et à l’éducation des jeunes enfants autochtones, et à la santé publique. Margo a travaillé auprès de nombreuses fédérations, assemblées et comités nationaux et provinciaux, et a réalisé des projets avec l’UNICEF, les Nations Unies et le Conseil canadien des déterminants sociaux de la santé, le Réseau pancanadien de santé publique et les Instituts de recherche en santé du Canada, plus particulièrement l’Institut de la santé des Autochtones. Elle a reçu la Médaille du jubilé d’or de la reine Élisabeth II en 2002 en reconnaissance de ses nombreuses années de contribution à la sensibilisation du public et aux initiatives politiques relativement aux droits et au bien-être des enfants, des jeunes et des familles autochtones et non autochtones. En 2010, elle a été reconnue en tant qu’« Universitaire de l’année » par la Confederation of University Faculty Associations of British Columbia et, l’année suivante, elle a été nommée lauréate du Prix national d’excellence décerné aux Autochtones dans le domaine de l’éducation.

     

    Photo of Sherilee Harper

    Sherilee Harper, Ph. D.

    Sherilee Harper est professeure agrégée à l’École de santé publique de l’Université de l’Alberta et titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur les changements climatiques et la santé. Ses recherches portent sur les associations entre la météo, l’environnement et la santé des Autochtones dans le contexte des changements climatiques, et elle collabore avec des partenaires autochtones pour prioriser les mesures de santé, la planification, les interventions et la recherche liées au climat. Elle est l’auteure principale du Rapport spécial sur les océans et la cryosphère dans le contexte du changement climatique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC); auteure principale du sixième rapport d’évaluation du GIEC (AT6-WG2); a participé au groupe de travail sur les sexes pour le GIEC et fait partie du comité éditorial de la revue Epidemiology and Infection (domaine de spécialité : changements climatiques et maladies infectieuses).

     

    Photo of Katie Hayes

    Katie Hayes, Ph. D.

    Katie Hayes est candidate au doctorat dans le programme de sciences de la santé sociale et comportementale de la Dalla Lana School of Public Health à l’Université de Toronto. Ses recherches portent sur les conséquences des changements climatiques sur la santé mentale, et plus particulièrement sur les risques et les répercussions inéquitables sur les groupes marginalisés. Elles portent également sur ce qui est fait pour appuyer la résilience psychosociale dans un climat changeant au Canada. Katie a rédigé et publié un certain nombre d’articles explorant les conséquences des changements climatiques sur la santé mentale. Elle est titulaire d’une maîtrise en communications internationales de l’Université Royal Roads et d’un baccalauréat en sociologie et en éducation interculturelle.

     

    Photo of Tim K. Takaro

    Tim K. Takaro, M. D., maîtrise en santé publique, M. Sc.

    Le Dr Takaro est un médecin-scientifique formé en médecine du travail et de l’environnement, en santé publique et en toxicologie, à Yale, à l’Université de la Caroline du Nord et à l’Université de Washington. En 2017, il a entamé son deuxième mandat à titre de doyen associé à la recherche à l’Université Simon Fraser. Ses recherches portent principalement sur les liens entre l’exposition humaine et la maladie, et sur la détermination de solutions préventives de santé publique à ces risques. Il s’agit notamment des facteurs de susceptibilité à la maladie en matière de santé environnementale et de santé au travail, en particulier les maladies inflammatoires pulmonaires, y compris l’asthme, la bérylliose chronique et l’amiantose. Ses travaux comprennent l’utilisation de marqueurs biologiques et autres pour la surveillance médicale, l’évaluation de l’exposition et la susceptibilité à la maladie, en mettant l’accent sur les maladies pulmonaires immunologiques, la santé humaine et la guerre, la santé clinique au travail et environnementale et la résilience des populations aux effets du changement climatique sur la santé. Les recherches actuelles sur la santé humaine et les changements climatiques sont axées sur la qualité de l’eau dans les collectivités de la Colombie-Britannique et l’interaction des expositions cumulatives liées à l’extraction des ressources et aux changements climatiques.

     

    Donna Atkinson, M.A.

    Donna Atkinson est la gestionnaire du Centre de collaboration nationale de la santé autochtone (CCNSA). En 2005, elle a obtenu une maîtrise ès arts en histoire de l’Université du Nord de la Colombie-Britannique, axée sur le mouvement des droits des Autochtones et l’exploitation pétrolière et gazière dans le nord-ouest de la Sibérie à l’ère soviétique et postsoviétique. Avant de se joindre au CCNSA en 2006, Donna a travaillé comme chercheuse dans le cadre de projets de recherche qualitative communautaires axés sur la santé des Autochtones et la gestion durable des ressources.

     

    Photo of Nicholas Ogden

    Nicholas Ogden, B. Sc. vét., Ph. D.

    Nick Ogden, vétérinaire, a effectué sa formation au Royaume-Uni (Université de Liverpool, 1983). Après 10 ans de pratique clinique variée, il a obtenu un doctorat en écologie de la maladie de Lyme au département de zoologie de l’Université d’Oxford en 1996. Au cours des six années qu’il a passées comme professeur à la Faculté des sciences vétérinaires de l’Université de Liverpool, il a poursuivi ses recherches sur l’écologie et l’épidémiologie des maladies transmises par les tiques d’importance pour la santé publique en Europe et celles d’importance pour la production animale en Afrique. En 2002, il a déménagé au Canada, où il a poursuivi des recherches sur l’écologie de la maladie de Lyme et d’autres zoonoses et changements climatiques en tant que chercheur scientifique à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). À titre de directeur intérimaire de la division des questions environnementales de l’ASPC, il a dirigé un programme sur les changements climatiques et les risques de maladies d’origine vectorielle et hydrique, ainsi que sur l’adaptation des communautés à ces risques. À titre de directeur de la division des zoonoses, il a dirigé des programmes nationaux de coordination, de surveillance et de prévention des zoonoses, y compris la maladie de Lyme et le virus du Nil occidental. Il est maintenant chercheur scientifique principal et directeur de la division des sciences des risques pour la santé publique au sein du Laboratoire national de microbiologie de l’ASPC qui cible l’évaluation des risques en étudiant l’écologie, l’épidémiologie et la diversité générique des vecteurs et des zoonoses et des microorganismes à transmission vectorielle, en évaluant les impacts des changements climatiques sur les zoonoses et les maladies à transmission vectorielle et en élaborant des outils d’adaptation pour la santé publique.

     

    Photo of Pierre Gosselin

    Pierre Gosselin

    Pierre travaille principalement à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) à titre de médecin-conseil pour le programme commun de recherche Ouranos-INSPQ sur l’adaptation aux changements climatiques et la santé, qu’il a dirigé de 2004 à 2019. Il était également responsable du volet Santé du Plan d’action du Québec sur les changements climatiques (de 2007 à 2017) et continue de participer à certains projets. Il est aussi professeur clinicien en médecine préventive à l’Université Laval et professeur agrégé à l’Institut national de la recherche scientifique, les deux à Québec. Pierre a complété des études en médecine (Université Laval) et en santé environnementale (Université de la Californie à Berkeley).

     

    Paddy Enright, candidat au doctorat

    Paddy Enright est analyste des politiques au Bureau des changements climatiques et de l’innovation de Santé Canada. Son travail consiste notamment à aider à l’élaboration de l’évaluation nationale des changements climatiques et de la santé et au lancement d’un programme national de renforcement des capacités d’adaptation aux changements climatiques et de la santé. De plus, Paddy est candidat au doctorat au département de géographie et de gestion environnementale de l’Université de Waterloo. Dans le cadre de ses travaux de doctorat, il explore des moyens de favoriser la résilience climatique dans les systèmes de santé ruraux du Canada et des méthodes d’évaluation des efforts d’adaptation au renforcement de la résilience. Outre ses travaux de doctorat, Paddy s’intéresse à des recherches en cours liées aux solutions axées sur la nature, la réduction des risques de catastrophe, la santé environnementale et la justice. Avant de commencer son doctorat, Paddy a obtenu une maîtrise en sciences des bioressources à l’Université McGill, où ses études ont porté sur la relation entre la gestion des ressources en eau et la santé publique. Paddy a travaillé dans le domaine de la gestion des ressources en eau dans le milieu universitaire, pour des organismes sans but lucratif et pour des entreprises.

     

    Roberta Stout

    Roberta Stout est Crie et membre de la Première nation Kehewin, située en Alberta. Elle est titulaire d’un diplôme de premier cycle en études interdisciplinaires de l’Université Carleton, d’un diplôme de deuxième cycle en études latino-américaines de l’Université Simon Fraser et d’un certificat d’immersion en langue crie du Blue Quills First Nations College. Depuis 1998, Roberta dirige des projets de recherche simultanés et pluriannuels sur les déterminants liés aux peuples autochtones. Elle est actuellement associée de recherche au Centre de collaboration nationale de la santé autochtone et réside à Winnipeg, au Manitoba.

     

    Regine Halseth

    Regine Halseth travaille comme associée de recherche au Centre de collaboration nationale de la santé autochtone à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique depuis 11 ans. Après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Victoria en 1986, elle a travaillé pendant cinq ans comme chercheuse pour le Groupe d’évaluation des programmes sociaux de l’Université Queen’s. Elle a ensuite déménagé à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique, où elle a travaillé comme chercheuse dans le cadre de plusieurs projets, y compris une subvention de recherche sur le renouvellement des forêts pour la participation communautaire à la nouvelle économie forestière, un projet sur les revendications territoriales des Autochtones et une subvention de la Community-University Research Alliance, « Partnering for Sustainable Resource Management ».

     

    Photo of Phil Blagden

    Phil Blagden

    Phil Blagden est conseiller scientifique du Programme de la qualité de l’air de Santé Canada et a plus de trente ans d’expérience au gouvernement comme scientifique et conseiller en politiques dans le domaine de la pollution environnementale, principalement dans le domaine de la qualité de l’air intérieur et extérieur.

Communiquez avec nous

nrcan.adaptation.rncan@nrcan-rncan.gc.ca

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :