Language selection

Recherche

La ville ontarienne de Windsor s'adapte à la chaleur extrême en améliorant ses parcs

La ville la plus au sud du Canada, Windsor (Ontario), est déjà l'une des plus chaudes du pays et elle continuera de se réchauffer. Windsor peut s'attendre à presque trois fois plus de journées très chaudes (température maximale supérieure à 30 °C) d'ici 2100, selon l'Atlas climatique du Canada.

Un thermomètre indiquant une «chaleur extrême» de 40 degrés Celsius. Crédit photo: Sung Yoon Jo (iStock 1011128754)

La chaleur extrême est un risque pour la santé à Windsor

Les épisodes de chaleur extrême (aussi connus sous le nom de vagues de chaleur) constituent un risque grave pour la santé des résidents de Windsor. Les groupes particulièrement à risque comprennent les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes qui travaillent à l'extérieur. La chaleur extrême peut entraîner une déshydratation rapide, ce qui accroît la fréquence des maladies liées à la chaleur, comme l'épuisement dû à la chaleur et les coups de chaleur.

Qu'est‑ce que l'effet d'îlot thermique urbain?

L'architecture urbaine et les terrains industriels d'une ville peuvent contribuer à créer un effet d'îlot thermique urbain (site en anglais seulement). En raison de cet effet, la température de l'air dans les zones urbaines peut, en moyenne, être supérieure de 1 °C à celle qu'on enregistre dans les zones rurales avoisinantes. À certains endroits, l'écart peut même atteindre 12 °C. Les îlots thermiques urbains sont accentués par l'absence de végétation, la prédominance de matériaux foncés absorbant la chaleur, comme l'asphalte et le béton, et la présence de gros bâtiments qui peuvent entraver la circulation de l'air. Les températures particulièrement élevées qu'on observe dans les secteurs où il y a des îlots thermiques urbains peuvent aggraver les effets sur la santé des résidents. Certains secteurs de Windsor présentent un effet d'îlot thermique urbain marqué.

Réduction des îlots thermiques urbains et rafraîchissement dans les plus de 200 parcs de Windsor

Avec l'appui de Santé Canada, en 2012, la Ville de Windsor a effectué une évaluation (PDF, 2.3 Mo) (site en anglais seulement) de l'effet d'îlot thermique urbain sur son territoire. L'une des principales conclusions de ce rapport était que les espaces verts de la ville (c.‑à‑d. les parcs, les terrains de jeux et les terrains de sport) devenaient chauds et inconfortables pendant de nombreuses journées d'été.

Les représentants municipaux de Windsor cherchent des moyens d'atténuer les effets de la hausse des températures pendant les mois les plus chauds de l'année. Le plan d'adaptation aux changements climatiques de la municipalité cible ses plus de 200 parcs. Dans beaucoup de ces parcs, l'ombre et l'eau sont trop peu présentes.

« Durant les vagues de chaleur, nous voulons que les personnes visitent des endroits frais », explique Karina Richters, superviseure de la durabilité environnementale et des changements climatiques de la Ville. « Toutefois, certains de ces endroits, comme les terrains de jeux, ne sont pas frais ».

Une étude sur le confort thermique dans les parcs de Windsor (PDF, 3,1 Mo) (site en anglais seulement), dans le cadre de laquelle on a utilisé des images infrarouges de surfaces en caoutchouc situées sous les structures de jeu dans trois parcs de Windsor, a montré que ces surfaces étaient extrêmement chaudes, avec des températures allant de 50 à 70 °C, environ.

Une image  thermique du parc Captain John Wilson de Windsor montre que la température de  la surface en caoutchouc foncé (zone jaune) sous la structure de jeu est de  71,6 °C. Crédit photo: City of Windsor
Une image  thermique du parc Captain John Wilson de Windsor montre que la température de  la surface en caoutchouc foncé (zone jaune) sous la structure de jeu est de  71,6 °C. Crédit photo: City of Windsor

Une image thermique du parc Captain John Wilson de Windsor montre que la température de la surface en caoutchouc foncé (zone jaune) sous la structure de jeu est de 71,6 °C.

Le plan directeur des parcs et des loisirs extérieurs (site en anglais seulement) de Windsor, qui porte sur une période de 20 ans, comprend un certain nombre de recommandations qui seront mises en œuvre de 2016 à 2035 et qui contribueront à rendre les parcs de Windsor plus confortables lors de journées extrêmement chaudes. Il s'agit notamment de planter des arbres pour ombrager les structures de jeux, d'ériger des abris offrant de l'ombre et d'ajouter des aires de jeux d'eau, des brumisateurs et des fontaines à boire. Depuis 2015, le service des parcs et des loisirs de la Ville de Windsor a intégré ces éléments de confort thermique à plus de 12 parcs municipaux.

Un parc  avec des arbres, des abris offrant de l'ombre et une aire de jeux d'eau, à  Windsor. Crédit photo: City of Windsor

Un parc avec des arbres, des abris offrant de l'ombre et une aire de jeux d'eau, à Windsor.

Pour en savoir davantage sur les effets des changements climatiques sur les villes et les villages du Canada

Le rapport intitulé Le Canada dans un climat en changement : faire progresser nos connaissances pour agir est l'évaluation nationale qui explique comment et pourquoi le climat du Canada change, les impacts de ces changements sur nos communautés, notre environnement et notre économie ainsi que la façon dont nous nous adaptons. En 2020, soyez à l'affût du chapitre Les villes de l'évaluation nationale, dans lequel on explorera les effets de la chaleur extrême et d'autres impacts des changements climatiques sur les villes et les villages du Canada ainsi que la façon dont nous nous adaptons.

Protégez‑vous et protégez votre famille par temps très chaud

 
 
 

Faire avancer l'adaptation au climat au Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :