Language selection

Recherche

Actifs miniers canadiens

Bulletin d’information
(publié en janvier 2021)

Le Canada compte la moitié des sociétés d’exploitation minière et d’exploration minérale cotées en bourse à l’échelle mondialeNote de bas de page 1. Beaucoup de ces sociétés sont actives au Canada et détiennent d’importantes exploitations à l’étranger.

Les données sur les actifs miniers canadiens (AMC)Note de bas de page 2 fournissent des renseignements importants sur l’ampleur et la profondeur de la présence mondiale des sociétés canadiennes d’exploitation minière et d’exploration minérale.

Apprenez-en plus sur les AMC :

Aperçu
Actifs miniers canadiens à l’étranger selon la région
Actifs miniers canadiens à l’étranger selon le type de société
Variations annuelles
Utilisation des statistiques sur les actifs miniers canadiens à l’étranger

Aperçu

Au total, 1 290 sociétés canadiennes d’exploitation minière et d’exploration détenaient des AMC et la valeur de ces actifs se chiffrait à 263,2 milliards de dollars en 2019, soit une légère baisse de 1,0 % par rapport à la valeur de 266,0 milliards de dollars enregistrée en 2018. De ce nombre, 621 sociétés détenaient à l’étranger des AMC totalisant 177,8 milliards de dollars, soit une augmentation de 2,0 % par rapport à la valeur de 174,3 milliards de dollars enregistrée en 2018.

Les sociétés canadiennes ont été présentes dans 96 pays étrangers en 2019, en baisse par rapport à 100 pays en 2018. Les actifs miniers à l’étranger ont représenté environ les deux tiers de la valeur totale des AMC.

En 2019, les transactions effectuées par les grandes sociétés aurifères ont déplacé des valeurs à l’échelle régionale, mais n’ont eu qu’une incidence limitée sur le portrait général. Par exemple, l’acquisition de Goldcorp par Newmont, une société américaine, a été largement compensée par l’acquisition de Randgold Resources, une société de Jersey, par Barrick Gold.

Au cours des dernières années, les variations considérables des taux de change ont eu une incidence sur la valeur des sociétés déclarant leurs résultats financiers en dollars américains, qui représentent environ 80 % de la valeur totale des AMC. Les taux relativement stables entre 2018 et 2019 ont eu des effets limités et entraîné une baisse de la valeur des AMC de 1,5 % en plus de favoriser un retrait des AMC.

Actifs miniers canadiens à l’étranger selon la région

En 2019, la valeur des AMC a baissé dans toutes les régions à l’exception de l’Afrique, où les valeurs ont connu une augmentation subite. La figure 1 illustre la répartition régionale détaillée de la valeur des actifs miniers sur une carte et le tableau 1 présente la valeur et la variation en pourcentage des AMC selon la région, en 2018 et en 2019.

Figure 1 : répartition géographique des actifs miniers canadiens, en 2019 (dpr)
(1 290 sociétés possédant des actifs d’exploitation minière et d’exploration totalisant 263,2 milliards de dollars)

 Répartition géographique des actifs miniers canadiens en 2019 (dpr)
Version textuelle

Sur cette carte du monde, les pays apparaissent selon un code de couleur correspondant à une échelle de valeurs des AMC (par exemple, les pays colorés en brun abritent des AMC d’une valeur comprise entre 10 millions de dollars et 100 millions de dollars). La valeur des AMC en 2018 et en 2019 ainsi que le nombre de sociétés canadiennes possédant des actifs sont indiqués pour chaque région et pour le Canada, les États-Unis et le Mexique. Voir le tableau 1 pour obtenir les valeurs propres à chaque région.

Source : Ressources naturelles Canada.
(dpr) données provisoires, M million, G milliard.
Remarque : le total des actifs peut varier en raison de l’arrondissement.
Les totaux du nombre de sociétés peuvent varier puisque les sociétés peuvent être actives dans plusieurs pays.

Tableau 1 : AMC selon la région, en 2018 et en 2019 (dpr)
Région 2018 2019 (dpr) Écart Écart
(milliards $) (%)
Afrique 26,2 37,8 11,6 44,2 %
Amériques (sauf le Canada) 125,0 118,7 -6,3 -5,0 %
Asie 8,8 8,6 -0,2 -2,4 %
Europe 10,0 9,0 -1,0 -10,2 %
Océanie 4,3 3,8 -0,6 -13,0 %
Total des AMC à l’étranger 174,3 177,8 3,5 2,0 %
Canada 91,6 85,6 -6,0 -6,6 %
Total des AMC 266,0 263,2 -2,5 -1,0 %

Source : Ressources naturelles Canada.
(dpr) données provisoires.
Remarque : les totaux peuvent varier en raison de l’arrondissement.

La valeur des AMC en Afrique arrivait au deuxième rang et a augmenté de 11,6 milliards de dollars, un montant impressionnant, pour atteindre une valeur record de 37,8 milliards de dollars en 2019. Une hausse de la valeur des AMC a été observée au Mali (+6,0 milliards de dollars), en République démocratique du Congo (+4,7 milliards de dollars), en Zambie (+1,2 milliard de dollars) et en Côte d’Ivoire (+573 millions de dollars). Ces gains ont été partiellement neutralisés par une baisse en Érythrée. Des événements déterminants ont contribué à ces changements, notamment :

  • Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo et Mali : l’acquisition de Randgold Resources, dont les activités mettent l’accent sur l’Afrique, par Barrick Gold représente l’essentiel de la hausse de la valeur des AMC dans ces trois pays.
  • Zambie : Barrick a inscrit une reprise de dépréciation importante3 à la suite de changements au régime fiscal de la Zambie et d’un plan mis à jour sur le cycle de vie de sa mine de cuivre de Lumwana.
  • Érythrée : Zijin Mining Group Co., une entreprise chinoise, a acquis Nevsun Resources et ses parts dans la mine de cuivre et de zinc Bisha.

La majorité des AMC à l’étranger (67 %) était située dans l’hémisphère occidental (les Amériques), où la valeur des actifs a reculé de 5,0 % à 118,7 milliards de dollars en 2019. Une grande partie de cette valeur se trouvait en Amérique latine et dans les Caraïbes. Elle représentait 46,5 % des AMC à l’étranger, avec une valeur de 82,5 milliards de dollars en 2019, soit une baisse de 22,3 % par rapport à l’année précédente. Des baisses dignes de mention ont été enregistrées au Mexique (-12,2 milliards de dollars), en Argentine (-4,3 milliards de dollars), en République dominicaine (-2,2 milliards de dollars) et au Chili (-1,3 milliard de dollars) alors que de modestes hausses ont été observées au Brésil (+668,1 millions de dollars) et en Équateur (+509,4 millions de dollars). Voici quelques facteurs ayant contribué à ces variations :

  • Argentine, Chili, République dominicaine et Mexique : l’acquisition de Goldcorp par Newmont Mining, une entreprise américaine, explique la majeure partie de la baisse de la valeur des AMC dans ces pays.
  • Brésil : Lundin Mining a acquis la mine de cuivre Chapada de Yamana Gold, une autre société canadienne, à une valeur supérieure.
  • Équateur : Lundi Gold a exploité la mine d’or Fruta del Norte, située dans le sud-est du pays. La production commerciale a commencé en février 2020.

En 2019, les États-Unis sont restés le pays où l’on trouve les AMC à l’étranger de la plus grande valeur, soit 20,3 % de tous les AMC à l’étranger. La valeur cumulative des AMC aux États-Unis a augmenté de 33,3 %, un bond impressionnant, pour atteindre 36,1 milliards de dollars en 2019. La hausse a été largement attribuable à un regroupement d’actifs aurifères au Nevada appartenant à une coentreprise formée de Barrick et de Newmont, une entreprise américaine, créant ainsi le complexe aurifère le plus important au monde. Barrick détient 61,5 % des parts en plus d’être l’exploitant de la coentreprise.

La valeur des AMC en Asie a diminué légèrement de 2,4 % pour atteindre 8,6 milliards de dollars en 2019. La baisse est attribuable à la dépréciation, à l’épuisement des gisements miniers dans la région ainsi qu’aux taux de change.

En Europe, la valeur des AMC a baissé de 11,2 %, pour s’établir à 8,8 milliards de dollars en 2019. Une proportion considérable de ce recul est attribuable à l’achat de Nevsun Resources et de ses parts dans le projet d’exploitation de cuivre et d’or Timok en Serbie par Zijin Mining Group Co., une entreprise chinoise. Parmi les facteurs ayant contribué à cette situation, il y a une perte de valeur enregistrée par First Quantum en ce qui concerne sa mine de cuivre Las Cruces, en Espagne.

Les AMC situés en Océanie ont connu une diminution de 13,0 %, pour s’établir à 3,8 milliards de dollars en 2019. La baisse a été attribuable à la vente, par Barrick, de sa participation de 50 % dans la mine aurifère Super Pit à Saracen Mineral Holdings, une société australienne, et à la faillite de Nautilus Minerals, une société possédant des actifs en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Actifs miniers canadiens à l’étranger selon le pays

Près des trois quarts (73,7 %) de la valeur totale des AMC à l’étranger se trouvent dans les 10 principaux pays. Le classement des pays a changé considérablement depuis 2018 en raison de la vente de Goldcorp, dont les activités mettent l’accent sur les Amériques, à Newmont ainsi que de l’acquisition de Randgold par Barrick. Tandis que les pays des Amériques continuent de dominer le classement, les pays africains ont accru leur représentation avec l’ajout du Mali et de la République démocratique du Congo. La figure 2 montre la répartition des AMC à l’étranger dans les 10 principaux pays.

Figure 2 : pourcentage des AMC à l’étranger selon le pays, en 2019 (dpr)

 Pourcentage des AMC à l’étranger selon le pays, en 2019 (dpr)
 
Version textuelle

Ce diagramme circulaire montre les 10 principaux pays où se trouvaient des AMC à l’étranger en 2019. Le pays abritant le plus d’AMC est les États-Unis (20,3 %), qui sont suivis du Chili (10,4 %), du Panama (9,0 %), du Brésil (6,2 %), de la Zambie (5,7 %), du Pérou (5,3 %), du Mexique (4,5 %), de l’Argentine (4,4 %), du Mali (4,4 %) et de la République démocratique du Congo (3,4 %).

Source : Ressources naturelles Canada.
(dpr) données provisoires.

Actifs miniers canadiens selon le type de société

En 2019, la valeur globale des AMC détenues par les petites sociétésNote de bas de page 4 est demeurée stable à 17,0 milliards de dollars alors que le nombre de sociétés a reculé, passant de 1 165 à 1 131. Ce déclin est attribuable aux fusions et aux acquisitions, aux départs de l’industrie et aux sociétés inactives ou ayant cessé d’exister. En 2019, les petites sociétés représentaient près de 90 % de l’ensemble des sociétés et 6,5 % de la valeur totale des AMC. La plus grande partie de leurs actifs à l’étranger (43,3 %) se trouvait dans les Amériques et une grande proportion de ces AMC (47,7 %) se trouvait au Canada. La figure 3 présente un aperçu de la valeur totale des AMC détenus par les petites sociétés selon la région.

Figure 3 : AMC des petites sociétés selon la région, en 2018 et en 2019 (dpr)

 AMC des petites sociétés selon la région, en 2018 et en 2019 (dpr
Version textuelle

Ce graphique en colonnes montre la répartition géographique des AMC de petites sociétés en 2018 et en 2019. Les AMC au Canada et ailleurs dans les Amériques ont augmenté par rapport à 2018 pour atteindre 8,1 milliards de dollars et 7,4 milliards de dollars respectivement. En Afrique, en Océanie et en Asie, la valeur des AMC est évaluée à 0,5 milliard de dollars, à 0,4 milliard de dollars et à 0,3 milliard de dollars respectivement en 2019, en recul par rapport à 2018. En Europe, la valeur des AMC est évaluée à 0,3 milliard de dollars en 2019, soit une légère hausse par rapport à 2018.

Source : Ressources naturelles Canada.
(dpr) données provisoires.

En 2019, la valeur totale des AMC détenus par de grandes sociétésNote de bas de page 4 a diminué de 1,3 % pour s’établir à 246,4 milliards de dollars. Les grandes sociétés représentaient 93,5 % de la valeur totale des AMC et environ 10 % du nombre de sociétés. Une forte proportion des AMC est concentrée dans les 10 principales sociétés, qui représentaient les deux tiers de la valeur totale des AMC, soit une valeur cumulative de 173,5 milliards de dollars.

Par rapport aux petites sociétés, les grandes sociétés détiennent une proportion moindre des AMC au Canada (31,4 %) et une proportion supérieure ailleurs dans les Amériques (45,2 %). La figure 4 présente un aperçu de la valeur totale des AMC détenus par les grandes sociétés selon la région.

Figure 4 : AMC des grandes sociétés par région, en 2018 et en 2019 (dpr)

 AMC des grandes sociétés par région, en 2018 et en 2019 (dpr)
Version textuelle

Ce graphique en colonnes montre la répartition géographique des AMC des grandes sociétés en 2018 et en 2019. Dans les Amériques (sauf le Canada), la valeur des actifs était évaluée à environ 111 milliards de dollars en 2019, en légère baisse par rapport à 2018. Au Canada, la valeur des AMC était évaluée à 77 milliards de dollars en 2019 et à 84 milliards de dollars en 2018. La valeur des AMC situés en Afrique se chiffrait à 37 milliards de dollars en 2019, en forte augmentation par rapport à 26 milliards de dollars en 2018. En Europe, en Asie et en Océanie, la valeur des AMC a été évaluée à 9 milliards de dollars, à 8 milliards de dollars et à 3 milliards de dollars respectivement en 2019. Il s’agit de baisses par rapport à 2018.

Source : Ressources naturelles Canada.
(dpr) données provisoires.

Variations annuelles

Il est important de tenir compte des causes des variations lorsque l’on compare les fluctuations des totaux des actifs sur plusieurs années. Une part considérable des ajouts à la valeur des actifs est attribuable à des achats et à des dépenses pour le développement et la construction d’actifs miniers. La diminution de la valeur des actifs détenus par les sociétés découle surtout de ventes, de l’enregistrement de pertes de valeurNote de bas de page 3, de radiations de biens miniers, de la dépréciation, de l’épuisement de gisements et de fermetures de mines. Les variations des taux de change, les méthodes comptables et le déménagement du siège social de sociétés ont également contribué aux variations annuelles.

Utilisation des statistiques sur les actifs miniers canadiens à l’étranger

Les données sur les AMC à l’étranger fournissent un aperçu de la présence mondiale des sociétés canadiennes d’exploitation minière et d’exploration et de l’ampleur de cette présence dans un pays donné. Il faut faire preuve de prudence quand on consulte la valeur des actifs miniers canadiens dans un pays. Les AMC à l’étranger, comme calculés par Ressources naturelles Canada, diffèrent des chiffres de l’investissement direct canadien à l’étranger (IDCE) qui sont évalués par Statistique Canada. L’IDCE est basé sur l’investissement direct à l’étranger (IDE), tel qu’il est défini à l’échelle internationale, en fonction des systèmes de comptabilité nationaux. Les AMC à l’étranger sont établis selon les normes comptables utilisées par les sociétés ouvertes et les vérificateurs au Canada. Le tableau 2 présente les principales différences entre ces approches.

Tableau 2 : comparaison de l’IDCE et des AMC à l’étranger
IDCE AMC à l’étranger
L’investissement doit provenir de sources canadiennes La source de financement est sans importance
Tient compte de tout l’actif et de tout le passif Tient compte uniquement de la valeur des actifs miniers à long terme
Les données sont basées sur la destination première (si l’investissement est destiné au Mexique et qu’il passe par une filiale américaine, il est attribué aux États-Unis) Les données sont basées sur la destination finale (pour la transaction présentée dans la colonne de gauche, l’investissement est considéré comme un AMC au Mexique)
Société canadienne : constituée au Canada avec des sociétés étrangères affiliées Société canadienne : le siège social doit être situé au Canada et ne pas être sous contrôle étranger
Les données par région pour l’exploitation minière sont limitées Les données sur les AMC à l’étranger sont fournies par pays

Source : Ressources naturelles Canada.

Annexe 1 : actifs miniers canadiens selon le pays et la région, en 2018 et en 2019

Remarque

Toutes les valeurs sont exprimées en dollars canadiens.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :