Étapes stables vers la réconciliation par l’Initiative de foresterie autochtone

image

Figure 1: Dans le cadre de l’Initiative de foresterie autochtone, les membres du Conseil des Tlingits de Teslin au Yukon ont travaillé à un projet de bioénergie visant à réduire le recours au diesel comme source de chauffage et à créer des emplois au sein de la co.

La force du programme autochtone de RNCan a toujours été d’avoir une présence régionale sur le terrain. Cette année, l’équipe de l’Initiative de foresterie autochtone a rempli ses poches encore davantage avec un nouveau processus administratif centralisé et simplifié. Par le passé, chaque agent régional était responsable de développer des ententes de contribution pour chacun des projets dans sa région, ainsi que toute la documentation et l’administration associées. Dans le nouveau modèle, un Secrétariat des programmes responsable de toute la documentation et l’administration appuie chaque projet. Cela libère le temps des agents de liaison régionaux de sorte qu’ils passent moins de temps à réaliser des formalités administratives et plus de temps à visiter et à soutenir les collectivités. Et avec l’embauche récente de nouveaux agents partout au Canada, cela signifie encore davantage de temps à prendre des ententes et à collaborer avec d’autres agences et organisations autochtones, ce qui se traduit ultimement par une crédibilité réelle dans les collectivités.

« Visiter les communautés et vivre l’hospitalité et les réalités de la vie sur une réserve m’a permis d’influencer la manière dont nous exécutons les programmes pour être mieux adaptés aux réalités de nos clients. »
- Maureen Scott
Agente forestière

Une des ambitions de RNCan est de faire croître le Service canadien des forêts en un chef de file de la politique et en un contributeur modèle à la réconciliation en faisant progresser la prise de décision et en partageant la gouvernance. Par le passé, les décisions des projets de l’Initiative de foresterie autochtone demeuraient internes à RNCan. Cette année, un comité externe d’examen par des experts a été établi pour s’assurer que des perspectives externes informaient la prise de décision tôt dans le processus. Ce comité se rencontre deux fois par année pour examiner les propositions de projet et émettre des recommandations et comprend des membres allant de représentants autochtones à des experts en technologie, en finances et en affaires.

image

Figure 2: Les membres du Conseil des Tlingits de Teslin ont appris à récupérer de la biomasse pour les chaudières afin d’établir des systèmes de chauffage collectif

Ultimement, l’initiative vise à parrainer des partenariats avec les collectivités autochtones depuis un espace de communication et de respect. Comme une équipe de l’IFA voyage pour développer et discuter des projets avec ces collectivités, elle est mieux à même d’apprendre et de respecter les protocoles et pratiques de tous et chacun. Une réconciliation demeure un cheminement, un qui prendra du temps, ouvrira les esprits et les cœurs. Comme l’IFA continue à appuyer les collectivités autochtones dans la réalisation d’une plus grande autodétermination et croissance économique, nous nous effectuons un pas dans cette direction.