Language selection

Recherche

Conseil Génération Énergie

Le Conseil Génération Énergie a présenté son rapport au ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, le 7 juin 2018. Le rapport est destiné à guider le gouvernement pendant qu'il élabore une politique énergétique et s'efforce de façonner l'avenir énergétique du Canada.

Le 12 décembre 2017, le Conseil Génération Énergie, composé de 14 membres, a été chargé de formuler des recommandations sur les mesures que pourrait prendre le Canada pour se bâtir une économie sobre en carbone, fondée sur une énergie fiable et abordable. Pour ce faire, le Conseil s'inspirera des leçons tirées du très novateur forum Génération Énergie, qui a duré deux jours en octobre dernier, ainsi que des consultations publiques tenues sur la question.

Transcription

MERRAN : Le monde est en transition vers une énergie plus propre axée sur le numérique et les nouvelles technologies. C'est stimulant et plus nous progressons, il nous faut inclure tout le monde à cette discussion. Il faut que tout le monde trouve sa place dans cette vision de l'avenir énergétique du Canada.

LINDA : C'est un élément primordial. Nous ne progresserons pas tant que tous ne prendront part à la conversation. 

ANNETTE : Les quatorze d'entre nous autour de cette table, provenons de milieux de vie et de secteurs très différents. C'est incroyable de voir comment nous avons réussi à trouver un terrain d'entente.

LEAH : Votre façon d'utiliser l'énergie à la maison et au travail et votre façon de produire de l'énergie en tant que fournisseur, voilà le genre de sujets dont nous devrons discuter et devrons connaître en tant que Canadiens et nous devons être prêts à prendre des décisions concrètes.

COLLEEN : Nous tous, que nous ayons cinq ans ou 80, avons la chance de contribuer par les choix que nous faisons tous les jours.

DAVE : Je crois que nous sommes certains d'une chose : l'énergie doit être abordable, fiable et utile et elle doit être plus propre qu'elle ne l'est aujourd'hui.

JULIA : Dès le début, nous nous sommes entendus sur la principale voie à suivre, mais bien sûr tout est dans les détails et c'est avec cela que nous jonglons aujourd'hui.

PHILIPPE : C'est un défi de s'entendre avec des personnes de partout au pays, qui vivent des vies différentes, qui ont des perspectives différentes sur un avenir énergétique commun.

RICHARD : Je peux affirmer une chose : tous les membres se sont montrés ouverts aux opinions des autres, tous les membres étaient prêts à apprendre et à écouter.

AISHA : Les peuples autochtones sont généralement connus comme des protecteurs de la Terre et de l'environnement. Je crois que nous avons beaucoup à apprendre d'eux dans le cadre de notre transition.

ÉLISE : Au tour de la table, les gens respectent l'expertise de chaque personne, ça c'est très apprécié. Il faut se rappeler de faire attention à nos ressources puis de les utiliser de manière intelligente.

DAVE : En nous tournant vers l'avenir, nous pensons à nos enfants et aux leurs, c'est en partie la raison pour laquelle je fais ces efforts. Je crois que c'est vraiment important pour leur avenir, plus que pour le mien.

PHILIPPE : Si on y arrive, on gagne, et on gagne, j'oserais dire, la plus grande révolution économique du siècle.   

ANNETTE : Je crois que cette période que nous vivons présente des occasions économiques des plus stimulantes pour notre pays. Nous voulons être des leaders et la façon d'y arriver est de transformer, changer et tirer parti de l'avenir.

COLLEEN : C'est difficile, mais je crois que nous avons réussi à avancer et cela me donne espoir que notre pays sera capable de progresser vers cette transition.

AISHA : Je pense que notre façon d'en arriver à un consensus peut en inspirer d'autres au pays. 

MERRAN : Nous connaissons la voie à suivre et nous savons comment y arriver. Il est temps de bouger.

MINISTRE : Je sais que mes enfants sont beaucoup plus conscients de leur empreinte que moi et ma génération ne l'étions. J'espère que Génération Énergie incitera ceux qui nous suivront à être meilleurs que nous. 

Responsive image
Version texte

La transition énergétique est un changement fondamental et représente une véritable occasion pour le Canada : nous savons qu’elle peut nous aider à renforcer notre pays, à éviter les effets des changements climatiques et à redéfinir notre rôle dans un monde en transformation. Le présent rapport est une proposition aux Canadiens et Canadiennes, une invitation à imaginer l’avenir énergétique du Canada puis à s’unir pour le bâtir.

Conseil Génération Énergie

Le Conseil a défini quatre démarches qui, mises ensemble, nous permettront de bâtir l'avenir énergétique abordable et viable que VOUS nous avez dit désirer :

Responsive image

Réduire le gaspillage d'énergie : Ce n'est peut-être pas le champ d'action le plus prestigieux, mais quelques-unes des meilleures possibilités qui se présentent au Canada pour réaliser des économies, diminuer les émissions de gaz à effet de serre et créer des emplois sont associées à une réduction radicale du gaspillage d'énergie. L'amélioration de l'efficacité énergétique nous permettrait de remplir à un bon tiers de l'engagement en matière d'émissions que nous avons pris dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat. Du même coup, nos entreprises deviendraient plus concurrentielles à l'international et nos consommateurs réaliseraient des économies.

Responsive image

Passer à l'énergie propre : Avec sa longueur d'avance en matière d'énergie propre, le Canada peut, plus facilement que bien d'autres pays, réaliser la transition vers un réseau électrique quasi décarboné. Il doit relever un plus grand défi, qui constitue également une importante occasion à saisir : mettre à profit cette longueur d'avance pour électrifier une plus grande partie de nos systèmes de chauffage, de nos transports et de nos procédés industriels, un processus qu'on appelle l'électrification propre.

Responsive image

Utiliser plus de carburants renouvelables : Parallèlement à la réduction de la demande d'énergie et à l'augmentation du recours à l'électricité propre, nous continuerons d'avoir besoin de carburants liquides et gazeux pour les transports, le chauffage et la climatisation ainsi que certains procédés industriels. Nous devons réduire l'impact de ces combustibles en rehaussant la capacité du Canada à produire et à consommer des combustibles plus propres, par exemple des biocarburants et du biogaz provenant de plantes et de déchets, qui peuvent chauffer les maisons, servir de carburants pour les véhicules et alimenter le secteur manufacturier, avec une nette réduction de la pollution par le carbone.

Responsive image

Produire des hydrocarbures plus propres : Au sein d'un marché mondial en mutation, la compétitivité dans le secteur des hydrocarbures dépendra d'une réduction tant des coûts que des émissions de gaz à effet de serre. Par l'amélioration de l'efficacité, le recours à l'énergie propre, la consommation de carburants plus propres et la mise à profit des nouvelles technologies de captage et de stockage des émissions de carbone, le secteur canadien des hydrocarbures peut réduire son empreinte carbone et augmenter sa productivité énergétique.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :