Noms géographiques de l'Île-du-Prince-Édouard

Summerside

Ce lieu fut baptisé à l'origine « Green Shores Bedeque », du nom dupremier colon à s'y installer, Daniel Green, un loyaliste quaker de laPennsylvanie. Une auberge située au bord de la route, qui appartenait àson plus jeune fils, Joseph, devait inspirer un nouveau nom à lacollectivité. Un jour, le colonel Henry Compton se rendit à Green Shorespar un froid sibérien. En arrivant à destination, il se trouvasoudainement à l'abri des morsures du vent et, comme à ce moment-là lesnuages s'écartaient pour livrer passage aux rayons du soleil, il s'exclama: « it's like a summer side here » (« on se croirait en été ici »). Cetteremarque fit une si forte impression sur l'aubergiste qu'il inscrivit lemot « summerside » sur une pancarte au-dessus de la porte. Par la suite,le maître de poste Patrick Power suggéra aux autorités locales deremplacer « Green Shores » par « Summerside ». Comme ce nom était attirantet qu'il n'existait pas déjà ailleurs, on le conserva.

Source : Hamilton, William B. (1996). Place Names of AtlanticCanada, University of Toronto Press, Toronto, pp. 482-483.

Autre site :

Montague

Nom donné en 1765 par Samuel Holland en l'honneur de George Brudenell(1712-1790), comte de Cardigan, puis duc de Montaqu, ou Montagu. Cettedernière orthographe, avec un « g » a toujours été utilisée àl'Île-du-Prince-Édouard.

Sources : Hamilton, William B. (1996). Place Names of AtlanticCanada, University of Toronto Press, Toronto, pp. 465-466.

Autre site :

Kensington

Ville située à la jonction des routes 2, 20, 101 et 109. D'abord appelée «Barretts Cross », d'après l'emplacement d'un commerce portant le nom « MrsBarrett's Tavern at the crossroads ». Elle fut rebaptisée « Kensington »en 1886, du nom du quartier aristocratique de Londres, en Angleterre.

Source : Hamilton, William B. (1996). Place Names of AtlanticCanada, University of Toronto Press, Toronto, p. 459.

Autre site :

Souris

Les premières occurrences de ce toponyme sont havre à la Souris (Bellin,1744) et Cap à la Soury (de la Roque, 1752). Les experts ne s'entendentpas sur l'origine exacte de ce nom. On sait qu'au XVIIIe siècle, la régionétait périodiquement infestée de souris, d'où la thèse associant cetoponyme au nom de la « Mouse River ». Selon Alan Rayburn, cependant, ilse pourrait que le toponyme havre à la Souris soit une déformation dutoponyme « Havre à l'Échourie » (le mot « Échourie » désignant une barreformée à l'embouchure de la rivière Souris), et que le nom Souris en soitdérivé.

Source : Hamilton, William B. (1996). Place Names of AtlanticCanada, University of Toronto Press, Toronto, p. 480.

Autre site :

  • Souris (En anglais seulement)