Pipelines — Hier et aujourd’hui

Au cours des 20 dernières années, l’industrie pipelinière, auparavant relativement méconnue, est devenue un sujet qui fait la une des journaux et représente le symbole de la lutte contre les énergies fossiles.

John Foran, directeur récemment retraité de la division des pipelines, du gaz et du gaz naturel liquéfié (GNL) à Ressources naturelles Canada, a commencé à travailler sur les questions pipelinières en 1999, autrement dit à un moment où le grand public s’y intéressait peu.

« Le grand public, dit-il, ne s’intéressait pas aux pipelines. Et pourquoi l’aurait-il fait? Les pipelines sont sous terre. Ils acheminent le gaz naturel jusqu’aux domiciles, nous en sommes plus ou moins conscients mais on ne les voit jamais. ».

Apprenez-en plus sur les pipelines au Canada :
www.rncan.gc.ca/energie/infrastructure/13752


Écoutez John Foran évoquer le sujet des pipelines dans son balado d’avril 2017 :
www.rncan.gc.ca/energie/infrastructure/19499

Le projet gazier du Mackenzie a marqué un tournant

Ce qui a d’abord attiré l’attention sur l’industrie pipelinière, c’est le processus réglementaire excessivement long lié à la réalisation du projet gazier du Mackenzie et qui a duré environ sept ans.

Le projet avait d’abord été proposé au début des années 1970, puis a été mis en veilleuse à la suite d’une enquête judiciaire avant d’être ressuscité en 2004.

Avant qu’il ne soit approuvé en 2011, de grands gisements de gaz de schiste avaient été découverts et le prix du gaz naturel avait chuté à tel point que les commanditaires du projet, l'Impériale en tête, ont décidé de reporter leur décision finale concernant l’investissement. À ce jour, rien n’a été décidé.

Les pipelines deviennent le centre d’attention en 2010

En 2016, avec trois projets majeurs à l’examen, les pipelines étaient devenus l’objet de débats passionnés et de protestations fort médiatisées. Comment en est-on arrivé là?

M. Foran établit un lien avec trois événements de l’année 2010 :

  • L’explosion du puits pétrolier Deepwater Horizon à l’origine du déversement de près de 210 millions de gallons US de pétrole dans le golfe du Mexique;
  • La rupture de la canalisation 6B de l’oléoduc d’Enbridge, qui a causé le déversement d’environ un million de gallons de pétrole dans la rivière Kalamazoo, dans l’État du Michigan;
  • La demande de construction de l’oléoduc Keystone XL de 1 900 kilomètres par TransCanada, qui vise à relier l’Alberta et le Nebraska et qui a marqué un tournant pour le mouvement environnemental.

Avant 2010, on avait assisté à une sensibilisation croissante au sein du mouvement environnemental au fait que les carburants fossiles sont en partie responsables des changements climatiques, mais l’accident du Deepwater Horizon a accéléré la polarisation entre l’industrie des hydrocarbures et les écologistes. La demande de construction de l’oléoduc Keystone XL est donc devenue un des éléments déclencheurs du débat pour les médias, les groupes environnementaux et les célébrités, représentant ainsi le cœur des divisions entre les écologistes et l’industrie.

Hier et aujourd’hui

Invité à citer le meilleur exemple des changements intervenus au cours de ces dernières années, M. Foran a mentionné les audiences relatives au projet de doublement d’ancrage de Trans Mountain de 2006. Ce projet d’expansion dans le parc national de Jasper a été achevé en 2008.

« Seules dix personnes sont intervenues à l’audience. Le grand public ne s’en préoccupait pas et l’audience a été très peu couverte par les médias. Le projet a été approuvé, le pipeline construit, il est en service aujourd’hui. Il n’y a eu aucun grand impact dans le public, alors que l’an dernier les pipelines ont été désignés comme le sujet médiatique de l’année [par la presse canadienne]. »

Où en sommes-nous?

Avec le recul, M. Foran considère qu’il y a eu de nombreux changements au cours des sept ou huit dernières années, illustrés par la controverse et l’importante couverture médiatique dont les projets Keystone XL, Northern Gateway et Énergie-Est ont fait l’objet.

Aujourd’hui, avec l’approbation récente des projets d’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain et de remplacement de la canalisation 3 au Canada et l’imminence du début de la construction du projet Keystone XL aux États-Unis, des voix vont sûrement continuer à s’élever.   

Toutefois, M. Foran nous fait part d’un autre changement qu’il constate : alors que le nombre de protestations publiques a augmenté, le nombre de déversements de pétrole a considérablement diminué par rapport à l’époque où il a commencé son travail, notamment en ce qui concerne les pipelines réglementés à l’échelle fédérale. Interrogé au sujet de la nécessité de la Loi sur la sûreté des pipelines, entrée en vigueur l’an dernier, il affirme que toute mesure visant à renforcer une culture axée sur la sécurité est une mesure nécessaire .

Apprenez-en plus à propos de la Loi sur la sûreté des pipelines :
www.rncan.gc.ca/energy/infrastructure/18859