Une nouvelle façon éconergétique de chauffer et de climatiser les bâtiments

Par Kyleigh Marcotte et Andrew Trudel

Les puits canadiens constituent une façon nouvelle et viable de réduire la quantité d’énergie nécessaire pour chauffer et climatiser un bâtiment.

Les chercheurs de Ressources naturelles Canada ont récemment analysé l’efficacité des systèmes d’échangeur de chaleur des puits canadiens. Considérés comme une technologie géothermique passive, les échangeurs des puits canadiens permettent le transfert d’énergie géothermique pour chauffer ou climatiser un bâtiment, et ce, en ayant recours au système de ventilation actuel. Le but de ce projet est d’explorer d’autres façons d’accroître l’efficacité des systèmes de chauffage des bâtiments commerciaux et résidentiels.

Puits canadiens

Les puits canadiens sont des tuyaux souterrains enfouis sous la ligne de gel, soit la profondeur maximale dans le sol où l’eau souterraine peut geler. La profondeur de la ligne de gel dépend des conditions climatiques d’une région.

Faits de béton, d’acier ou de plastique, les puits canadiens sont utilisés pour conditionner l’air de ventilation extérieur à mesure que celui-ci est aspiré dans un bâtiment. La température de l’air aspiré par les tuyaux est modérée par le sol environnant, lequel est plus froid que l’air extérieur en été et plus chaud en hiver. L’air est ensuite ramené à des températures ambiantes intérieures par le système de chauffage et de climatisation actuel du bâtiment.

« L’ajout de puits canadiens au système de régulation de la température d’un bâtiment peut grandement réduire le besoin de certains types de chauffage et de climatisation de l’air de ventilation », indique Michel Tardif, ingénieur de recherche et chef de projet à CanmetÉNERGIE, une division de Ressources naturelles Canada. En fait, les résultats d’une récente étude sur le terrain réalisée dans la ville de Toronto en Ontario révèlent que les puits canadiens peuvent réchauffer l’air de 14,3 °C en hiver et rafraîchir l’air de près de 6,8 °C en été. 

Autres avantages des puits canadiens

L’efficacité énergétique ne constitue pas le seul avantage découlant des systèmes d’échangeur de chaleur air-terre comme les puits canadiens. Ils requièrent également peu d’entretien et entraînent des coûts d’exploitation moins élevés que les systèmes de régulation de la température traditionnels. De plus, ils aident à réduire l’utilisation des combustibles fossiles et les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments en les rendant écologiques.

Lignes directrices en matière de puits canadiens

« Nous travaillons actuellement à valider notre modèle de recherche avec les résultats obtenus pour un bâtiment situé sur le campus de Scarborough de l’Université de Toronto, endroit où l’on trouve les plus importants systèmes de puits canadiens au pays », ajoute Michel Tardif. Cette recherche donnera lieu à la publication de lignes directrices en matière de conception, puisqu’aucun paramètre défini n’existe pour les puits canadiens à ce jour. Ces lignes directrices accéléreront l’intégration des puits canadiens dans les bâtiments des quatre coins du pays.

Les organisations de partout en Amérique du Nord qui cherchent de nouvelles façons d’améliorer l’efficacité énergétique de leurs bâtiments et de réduire leurs coûts d’exploitation ont exprimé leur intérêt pour les résultats de la recherche de CanmetÉNERGIE sur les puits canadiens.

Les puits canadiens offrent une façon durable de réduire l’utilisation des systèmes de chauffage et de climatisation conventionnels tout en produisant une énergie propre, renouvelable et abordable. Compte tenu du fait que la consommation d’énergie des bâtiments représente près de 15 p. 100 des émissions de gaz à effet de serre produites par le Canada, il importe d’accroître l’efficacité énergétique de nos bâtiments, et ce, au profit de notre environnement.

Pour plus d’information, consultez le site Web de Ressources naturelles Canada.

Pour d’autres articles sur le même thème, consultez cette liste d’articles sur l’efficacité énergétique.