Les insectes forestiers au Canada

Ce diaporama présente des images détaillées d'insectes forestiers que l’on retrouve au Canada. Pour obtenir une image précise de ces insectes, une camera numérique a été montée sur un microscope. Les diverses parties des insectes ont été photographiées et assemblées électroniquement pour donner une image complète, détaillée et nette de l’insecte.

Livrée des forêts : Cette espèce est un défoliateur indigène très répandu des arbres à feuillage caduc, surtout le tremble et d’autres peupliers, ainsi que le saule, le bouleau et le cerisier. Des éclosions de deux à six ans peuvent se produire tous les 10 à 15 ans, mais les arbres sont rarement tués. Classification : Malacosoma disstria [Lepidoptera : Lasiocampidae]

Longicorne étoilé : Ce gros coléoptère venu de l’Extrême-Orient a été découvert pour la première fois aux États-Unis en 1996, puis dans la ville de Vaughan, près de Toronto, en 2003. Il s’attaque à plusieurs espèces d’arbres à feuillage caduc, en particulier l’érable, l’orme et le bouleau. Il fait l’objet d’un effort intense d’éradication qui semble porter fruit. Classification : Anoplophora glabripennis [Coleoptera : Cerambycidae]

Chalcidien : Introduite de l’Asie par accident, cette guêpe s’attaque à l’agrile du frêne. Le premier spécimen nord-américain a été découvert en Virginie en 1994, avant même qu’on ait signalé la présence de l’agrile du frêne. Seule la femelle est connue en Amérique du Nord – les deux sexes existent en Asie – et la population s’est vraisemblablement établie à la suite de l’introduction d’une seule femelle. Classification : Balcha indica [Hymenoptera : Eupelmidae]

Petite scolyte européen de l’orme : Ce coléoptère a fait son apparition au Canada en 1948 en provenance des États-Unis, où il a été introduit en 1909. Il est le principal porteur du champignon qui provoque la maladie hollandaise de l’orme. Cette maladie a presque éliminé les gros ormes dans l’est de l’Amérique du Nord. Il continue toutefois de se répandre dans l’ouest du Canada, à l’est des montagnes Rocheuses. Classification : Scolytus multistriatus [Coleoptera : Curcuolionidae, Scolytinae]

Tordeuse des bourgeons de l’épinette : Il s’agit de l’insecte forestier indigène le plus destructeur à l’est des montagnes Rocheuses. On estime que sept épidémies cycliques, de 25 à 30 ans chacune, se sont produites dans l’est du Canada au cours des 250 dernières années. Plus de 300 000 kilomètres carrés de sapins baumiers et d’épinettes peuvent être défoliés au cours d’une même épidémie. Classification : Choristoneura fumiferana [Lepidoptera : Tortricidae]

Longicorne brun de l’épinette : Cette espèce, introduite accidentellement de l’Europe, a été découverte pour la première fois en 1999 dans le parc de Point Pleasant, à Halifax. Bien qu’elle s’attaque principalement aux épinettes rouges malades, on a également observé des attaques contre des arbres sains au cours des épidémies en Europe. Classification : Tetropium fuscum [Coleoptera : Cerambycidae]

Ichneumonide : Ce parasitoïde indigène largement répandu a été élevé sur la tordeuse de bourgeons de l’épinette et plusieurs autres espèces de papillons de nuit que l’on trouve sur les arbres à feuillage caduc et les conifères. Il fait partie d’un groupe de plus de 20 000 espèces décrites dans la famille des Ichneumonidae, dont la plupart n’ont pas de nom commun. Classification : Patrochloides montanus [Hymenoptera : Ichneumonidae]

Dendroctone du pin ponderosa : Ce dendroctone est le plus destructeur des insectes nuisibles indigènes de l’ouest de l’Amérique du Nord. L’adulte transporte un champignon de bleuissement qui s’attaque aux tissus résineux, réduisant ainsi la valeur du bois. Une épidémie de cet insecte peut durer une dizaine d’années et s’étendre sur des dizaines de milliers de kilomètres carrés, comme c’est le cas actuellement. Classification : Dendroctonus ponderosae [Coleoptera : Curculionidae, Scolytinae]

Chalcidien : Cette espèce compte parmi les premiers parasitoïdes qui auraient été introduits accidentellement de l’Europe de l’est dans l’est de l’Amérique du Nord par les colons européens. Elle s’étend maintenant à travers le continent. Elle a toute une gamme d’insectes hôtes, dont 135 sont actuellement répertoriés. En Amérique du Nord seule la femelle est connue, tandis que les deux sexes existent dans les pays de l’ancien monde. Classification : Eupelmus vesicularis [Hymenoptera : Eupelmidae]

Agrile du frêne : Cet insecte, introduit de l’Asie de l’est, a d’abord été trouvé à Détroit, au Michigan, et à Windsor, en Ontario, en 2002. Il se nourrit de l’intérieur de l’écorce du frêne et a déjà détruit des millions d’arbres au Michigan, en Ohio, en Indiana et en Ontario. Il fait l’objet d’une quarantaine pour ralentir sa propagation. Classification : Agrilus planipennis [Coleoptera : Buprestidae]

Spongieuse : Espèce introduite qui a fait son apparition au Canada en 1924, la spongieuse est un défoliateur des arbres à feuillage caduc dans l’est du Canada. La Colombie-Britannique a connu quelques infestations isolées de la souche asiatique, laquelle a été éradiquée. La souche européenne, introduite, à plusieurs reprises à partir de l’est du Canada, continue de faire l’objet d’une surveillance. Classification : Lymantria dispar [Lepidoptera : Noctuidae, Lymantriinae]

Chrysomèle rayée du saule : Cette chrysomèle indigène se nourrit de plusieurs espèces de saules indigènes, en particulier le saule des prés, partout au Canada à l’est des montagnes Rocheuses. Elle n’est pas nuisible au paysage forestier. Classification : Disonycha alternata [Coleoptera : Chrysomelidae]