ARCHIVÉE - Le Canada : un fournisseur mondial d’énergie écologiquement responsable

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Document d'information


Les sables bitumineux sont comparables à d’autres bruts lourds consommés dans l’Union européenne.

  • Le pétrole des sables bitumineux est un brut lourd dont les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les propriétés chimiques sont semblables à celles d’autres bruts lourds que l’on trouve et produit partout dans le monde et que consomme actuellement l’Union européenne (UE).

Le régime canadien de réglementation de l’environnement est rigoureux, transparent et indépendant.

  • Le Canada est transparent dans sa déclaration des émissions de GES du pétrole lourd des sables bitumineux – les recherches et les données scientifiques sont régulièrement mises à jour et divulguées au public.
  • De nombreux pays producteurs de bruts consommés en UE ne fournissent à peu près aucune donnée. Les preuves scientifiques de leurs émissions de GES ou bien sont inconnues ou bien ne sont pas divulguées. 
  • Même les bruts légers de certains de ces pays ont une intensité GES semblable ou supérieure à celle du brut des sables bitumineux compte tenu des émissions causées par le brûlage à la torche ou la dispersion des gaz dans l’atmosphère, mais contrairement au Canada ces pays ne déclarent pas ces émissions.

Le secteur canadien des hydrocarbures est assujetti à des normes environnementales de premier ordre.

  • La loi canadienne exige que les lieux soient remis dans leur état naturel une fois l’exploitation des sables bitumineux terminée.
  • Le Canada est en voie d’appliquer aux sables bitumineux un régime de contrôle scientifique de l’air, du sol et de l’eau de premier ordre.
  • Les sables bitumineux représentent environ 0,1 %, ou un millième, des émissions de GES mondiales. Selon une estimation récente, la mise en production de toutes les réserves actuelles de sables bitumineux exploitables commercialement entraînerait un réchauffement de l’ordre d’approximativement 3 % de 1 °C en 300 ans.
  • Le Canada élabore des règlements pour réduire les émissions de GES du secteur des hydrocarbures – sables bitumineux y compris. De 1990 à 2010, les émissions de GES par baril extrait des sables bitumineux ont chuté de 26 %.  

Le Canada s’enorgueillit de son dossier de gestion environnementale et s’est donné un ambitieux programme environnemental pour l’avenir.

  • Le Canada, en association avec les milieux écologistes, a protégé presque un million kilomètres carrés de terres, ce qui recouvre l’habitat d’au moins 126 espèces en péril.
  • Le Canada a un objectif de réduction des émissions de GES de 17 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2020 et s’aligne ainsi sur les États-Unis dans le cadre d’un marché nord-américain intégré. On estime que le Canada est déjà à mi-chemin de l’objectif.
  • La réglementation canadienne réduira considérablement les émissions de GES des voitures, des camions légers, des véhicules lourds et des centrales à charbon. De plus, nous préparons un règlement pour le secteur des hydrocarbures.

Les sables bitumineux du Canada contribueront à la sécurité énergétique mondiale pendant des décennies

  • L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que la demande mondiale d’énergie s’accroîtra de plus d’un tiers d’ici 2035. Fait notable, l’AIE prévoit aussi qu’en 2035 – même selon le plus optimiste des scénarios applicables aux solutions de rechange – la planète dépendra encore des combustibles fossiles pour 63 % de ses besoins énergétiques.
  • Avec des réserves troisièmes en importance au monde, le Canada représente un fournisseur de pétrole stable, fiable, démocratique et respectueux de l’environnement pour le marché mondial.
  • Des gouvernements nationaux et des entreprises d’État contrôlent approximativement 80 % des réserves de pétrole mondiales. Quelque 60 % de ce qui reste – ce qu’on appellerait « le pétrole de la libre entreprise » – se trouve dans les sables bitumineux du Canada.
  • Comme le disait récemment l’économiste en chef de l’AIE, Fatih Birol, pour satisfaire à la demande de pétrole prévue, le monde aura besoin de « chaque goutte » de la production croissante du pétrole des sables bitumineux du Canada.