ARCHIVÉE - Les perspectives énergétiques mondiales de l’Agence internationale de l’énergie en 2012

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Document d'information

L’Agence internationale de l’énergie (AIE), première autorité sur les tendances de l’offre et de la demande d’énergie, a publié récemment son rapport World Energy Outlook 2012. Ce document analyse l’effet des politiques énergétiques dans le monde sur les tendances à venir dans le domaine énergétique, en ce qui concerne notamment l’offre et la demande d’énergie, les hydrocarbures, les énergies renouvelables, les changements climatiques et l’efficacité énergétique.

On y trouve, entre autres, les conclusions suivantes :

  • Même dans le cas du scénario le plus optimiste pour les énergies renouvelables, les combustibles fossiles demeureront la principale source d’énergie dans le monde.
  • La demande mondiale d’énergie s’accroîtra d’un tiers d’ici 2035, et la Chine, l’Inde et le Moyen-Orient représenteront 60 % de cette augmentation.
  • La relance de la production de pétrole et de gaz aux États-Unis fera vraisemblablement de ce pays le plus important producteur pétrolier d’ici environ 2020, et l’Amérique du Nord pourrait devenir un exportateur net de pétrole vers 2030.
  • Les sources pétrolières non classiques telles les sables bitumineux au Canada prendront de l’importance, ce qui amènera le Canada à jouer un rôle de premier plan dans l’approvisionnement pétrolier et la sécurité énergétique dans le monde. En fait, la production de pétrole des sables bitumineux pourrait passer de 1,6 million à 4,3 millions de barils par jour, pourvu que soient abordées les préoccupations environnementales et que soit construite l’infrastructure nécessaire au transport du pétrole vers les marchés.
  • Le marché américain ne suffira pas à absorber la totalité des exportations pétrolières du Canada. D’ci 2035, celles-ci seront de 4 millions de barils par jour, alors que les États-Unis n’importeront au total que 3,4 millions de barils par jour. Ce fait met en lumière la nécessité dans laquelle se trouve le Canada d’accéder à de nouveaux marchés.

Le secteur canadien de l’énergie est appelé à jouer un rôle cardinal dans l’approvisionnement de pétrole et de gaz en réponse à la demande croissante d’énergie dans le monde. En diversifiant ses marchés et en trouvant des moyens de transporter son énergie vers ces nouveaux marchés, le Canada pourra réaliser pleinement son potentiel de grand fournisseur d’énergie dans le monde.

L’AIE, organisme autonome, publie des recherches, statistiques, analyses et recommandations impartiales qui font autorité au sujet du secteur de l’énergie. Elle compte 28 pays membres, dont le Canada, qui en fut l’un des membres fondateurs au début des années 1970 en réponse au choc pétrolier des années 1973-1974.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Carly Wolff
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Ressources naturelles du Canada
613-996-2007

ou aux :

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447