ARCHIVÉE - Soutien financier de Technologies du développement durable Canada (TDDC) pour New Flyer Industries

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Grâce au soutien financier du gouvernement du Canada, par l’entremise de Technologies de développement durable (TDDC), New Flyer Industries mettra au point et construira quatre autobus électriques et un poste de charge à grande capacité. Ce petit parc d’autobus fera ensuite l'objet d'une évaluation continue sur quatre années pendant laquelle l’entreprise et Winnipeg Transit surveilleront le système de charge à grande capacité, la capacité de la batterie ainsi que la durée de vie et la fiabilité des composants. Les quatre autobus électriques contribueront à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et des principaux contaminants atmosphériques (PCA) du parc de Winnipeg Transit.

Des améliorations techniques constantes, comme l'utilisation d’énergie hybride, ont permis aux constructeurs d’autobus de réduire les émissions de GES et de PCA (produits chimiques et particules en suspension dans l’air qui contribuent au smog, à la mauvaise qualité de l’air et aux pluies acides) de leurs véhicules. La source d’énergie principale des autobus urbains demeure le carburant diesel, c’est pourquoi les émissions de GES restent élevées dans le secteur du transport public. Les autobus électriques New Flyer offrent un remède, et le réseau électrique manitobain permet de tirer le maximum d’avantages environnementaux de ce projet de démonstration.

Le Manitoba génère en effet près de 98 % de son électricité de l’énergie hydroélectrique renouvelable. Avec l’électricité produite par le réseau manitobain, ce projet de démonstration réduira en moyenne davantage les émissions de GES qu’un projet similaire pour lequel l’électricité proviendrait d’une combinaison de sources renouvelables et non renouvelables. Durant les quatre années de leur évaluation continue, les autobus électriques ne seront la source d’aucune émission. Il s'agit d'une réduction de 160 tonnes d’émission d’équivalent CO2, par rapport à un autobus au diesel, ou de 112 tonnes par rapport à un autobus hybride.

La plupart des réseaux électriques en Amérique du Nord sont alimentés par une combinaison de sources d’énergie renouvelables et non renouvelables. Des réductions considérables d’émissions restent possibles, cependant, lorsque la charge de l’autobus électrique se fait au moyen d’un réseau électrique typique. Par exemple, en comparaison avec un autobus hybride, on estime que l’utilisation d’un autobus électrique diminuera de 90 tonnes les émissions d’équivalent CO2. Les autobus électriques peuvent aussi représenter une réduction considérable des coûts de fonctionnement et de cycle de vie comparativement aux autobus diesels et hybrides.

Autres partenaires (membres du consortium) :

New Flyer Industries Canada ULC
L'Assemblée des gouverneurs du Red River College
Manitoba Hydro
Gouvernement du Manitoba
Ville de Winnipeg – Winnipeg Transit

Les journalistes peuvent s’adresser à : 
Carly Wolff Attachée de presse Cabinet du ministre des Ressources naturelles du Canada 613-996-2007 ou aux : Relations avec les médias Ressources naturelles Canada Ottawa 613-992-4447