ARCHIVÉE - Captage et stockage du carbone – Husky Energy

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Document d'information

Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une technologie d’énergie propre qui a pour objectif de capter le dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre (GES), avant qu’il ne soit rejeté dans l’atmosphère par les installations industrielles. Cette technologie pourrait aider le Canada à trouver un équilibre entre son besoin d’énergie et la nécessité de protéger l’environnement.

En tant que l’un des chefs de file mondiaux du CSC, le Canada est en excellente position pour développer cette technologie. D’ailleurs, le développement du CSC est l’une des mesures que prend le gouvernement du Canada pour atteindre son objectif de réduire, d’ici 2020, les émissions de GES de 17 % par rapport au niveau de 2005. Il s’agit d’un objectif qui illustre l’importance d’être aligné sur les États-Unis.

Le gouvernement du Canada renforce son soutien au CSC grâce à des investissements substantiels dans des projets de démonstration à grande et à petite échelle. Ensemble, les gouvernements du Canada, de l’Alberta, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique ont investi plus de 2 milliards de dollars dans le CSC.

Le gouvernement du Canada a contribué à hauteur de 14,5 millions de dollars au projet de récupération assistée et de CSC d’Husky Energy, près de Lloydminster, en Saskatchewan. Le secteur privé y a aussi contribué.

Le projet devrait permettre de capter environ 100 000 tonnes de CO2 par an à l’usine d’éthanol d’Husky à Lloydminster, qui produit annuellement quelque 130 millions de litres d’éthanol à partir de plus de 350 000 tonnes de maïs et d’autres céréales non comestibles. Ce CO2 sera purifié, déshydraté, comprimé puis transporté vers des gisements de pétrole lourd situés non loin, à Lashburn et Tangleflags.  

Le projet vise à perfectionner les connaissances et les techniques en matière de récupération assistée de pétrole dans les gisements de pétrole lourd, et devrait faire progresser l’industrie dans ce secteur. Étant donné que la Saskatchewan et l’Alberta sont deux provinces relativement bien pourvues en pétrole lourd, leurs gisements permettraient la séquestration permanente de grandes quantités de CO2.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Patricia Best
Directrice des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007

ou aux :

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447