ARCHIVÉE - Licence d’exportation de BC LNG

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Document d'information

Renseignements sur la licence

L’Office national de l’énergie (ONE) a approuvé la demande de licence d’une durée de 20 ans déposée par la BC LNG Export Co-operative (BC LNG) visant l’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) vers des marchés situés principalement en Asie. La licence d’exportation autorise la BC LNG à exporter à partir de Kitimat, en Colombie-Britannique, jusqu’à 1,8 million de tonnes de GNL par an, ce qui équivaut à 250 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour (Mp3/j).

Le projet prévoit la construction et l’exploitation d’un terminal sur barge de petite échelle à Kitimat. Le terminal serait aménagé sur la rive ouest du chenal marin de Douglas, dans le district de Kitimat et le territoire traditionnel de la nation Haisla. La nation Haisla, par l’entremise de HN DC Limited Partnership, aurait des intérêts dans les entreprises de Douglas Channel Energy Partnership participant au projet et la BC LNG.

Le terminal comporterait deux modules ou trains de liquéfaction, capables de transformer chacun jusqu’à 125 Mp3/j de gaz naturel en environ 900 000 tonnes de GNL par an. Chaque train peut être ajouté au terminal en tant que projet distinct. Le premier train devrait entrer en service vers la fin de 2013 ou le début de 2014, et le second entre 2016 et 2018.

Le gaz naturel serait transporté au terminal méthanier du chenal marin de Douglas par voie du gazoduc existant de la Pacific Northern Gas et peut être du gazoduc Pacific Trail proposé. Le GNL serait ensuite vendu à la BC LNG aux fins d’exportation vers des marchés situés principalement en Asie.

Le terminal méthanier serait réglementé par la B.C. Oil and Gas Commission et assujetti à un examen environnemental préalable en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (LCEE). La mise en service du terminal nécessitera une autorisation de la part du ministère des Pêches et des Océans (MPO) en vertu du paragraphe 35(2) de la Loi sur les pêches. Le MPO étant la seule autorité responsable en vertu de la LCEE, il est tenu d’effectuer l’examen préalable. Cet examen, qui a débuté le 9 septembre 2011, se poursuit.

Dans le cadre de la prochaine étape du processus réglementaire, le projet de terminal méthanier sera l’objet d’un processus d’examen technique des terminaux maritimes et des sites de transbordement, ou TERMPOL. Le processus d’examen TERMPOL met l’accent sur les couloirs de navigation choisis, l’accostage des navires aux terminaux et le processus de transbordement des cargaisons entre les navires ou le déchargement des navires à la terre. Le TERMPOL sera réalisé sous le leadership et la direction de Transports Canada.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Patricia Best
Directrice des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007

ou aux :

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447