ARCHIVÉE - Captage et stockage du carbone – Aquistore

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Document d'information

Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une technologie d’énergie propre qui a pour objectif de capturer le dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre (GES), avant qu’il ne soit rejeté dans l’atmosphère par les installations industrielles. Cette technologie pourrait aider le Canada à trouver un équilibre entre son besoin d’énergie et la nécessité de protéger l’environnement.

Le Canada est un leader mondial du CSC et est en excellente position pour développer cette technologie. D’ailleurs, le développement du CSC est l’une des mesures que prend le gouvernement du Canada pour atteindre son objectif de réduire, d’ici 2020, les émissions de GES de 17 % par rapport au niveau de 2005. Il s’agit d’un objectif qui illustre l’importance d’être aligné sur les États-Unis.

Le gouvernement du Canada renforce son soutien au CSC grâce à des investissements substantiels dans des projets de démonstration à grande et à petite échelle. Ensemble, les gouvernements du Canada, de l’Alberta, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique ont investi plus de 3 milliards de dollars dans le CSC.

Le gouvernement du Canada a contribué pour un total de 14 millions de dollars au projet de CSC Aquistore, près d’Estevan, en Saskatchewan, soit 9 millions de dollars de l’initiative écoÉNERGIE sur la technologie et 5 millions de dollars de Technologies du développement durable du Canada.

Le Projet Aquistore est géré par le Petroleum Technology Research Centre (Centre de recherche sur la technologie pétrolière), établi à Regina, en Saskatchewan. Le gouvernement provincial, le secteur privé et le milieu universitaire participent également à ce projet de démonstration, qui sera l’un des premiers au monde à capturer du CO2 d’une centrale au charbon.

Le stockage du CO2 se fera principalement sous terre dans le bassin Williston, dans le sud-est de la Saskatchewan, le sud-ouest du Manitoba, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et le Montana. Ce bassin sédimentaire est fait de couches alternées de roche poreuse, comme le calcaire et le grès, et de roche non poreuse, comme le schiste, l’anhydrite et le sel.

Le Projet Aquistore comporte deux phases. La première, qui devrait se terminer à la fin de 2013, comprendra la recherche, l’évaluation et le forage d’un puits d’essai où seront injectées de l’eau et de petites quantités de CO2.

Dans sa deuxième phase, Aquistore intégrera des activités de captage, de transport et de stockage du CO2 à l’échelle commerciale. Le CO2, qui proviendra de la centrale Boundary Dam de SaskPower, devrait être livré en 2014.

Le Projet Aquistore aura des bénéfices pour la Saskatchewan et pour le Canada, notamment une réduction des émissions de gaz à effet de serre; la création d’une cinquantaine d’emplois dans les domaines de la construction, de la recherche, de l’administration et de la gestion; et l’établissement de la Saskatchewan et du Canada comme chefs de file de la recherche et du développement technologique sur l’énergie propre.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Patricia Best
Directrice des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007 

ou aux :

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447