ARCHIVÉE - Réponse du gouvernement au rapport de la Commission d’examen conjoint – Projet d’aménagement hydroélectrique du Bas-Churchill

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Document d'information

Le Projet d’aménagement hydroélectrique du Bas-Churchill, que propose Nalcor Energy, une société d’État de Terre-Neuve-et-Labrador, comprend la centrale de Gull Island de 2 250 mégawatts, la centrale de Muskrat Falls de 824 mégawatts et les lignes de transport reliant les deux installations à la centrale existante de Churchill Falls.

Avantages

Selon Nalcor, le Projet, ainsi que les lignes de transport comprises, devrait générer :

  • des emplois directs se chiffrant à près de 16 000 années-personnes à Terre-Neuve-et-Labrador;
  • 2,1 milliards de dollars en revenus pour les travailleurs et les entreprises de Terre-Neuve-et-Labrador;
  • 340 millions de dollars en recettes fiscales pour le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador pendant la construction.

Le Projet fournira une énergie propre et renouvelable pour aider à remplacer l’électricité des centrales au charbon, au mazout et au gaz dans la région. Nalcor estime que le Projet pourrait substantiellement réduire les émissions de dioxyde de carbone au Canada.

Examen du Projet

En 2008, les gouvernements du Canada et de Terre-Neuve-et-Labrador ont établi une Commission d’examen conjoint pour l’évaluation environnementale du Projet. Le Bureau de gestion des grands projets du département des Ressources naturelles Canada a assuré la supervision et la gestion de projet pour ce qui est de la participation du gouvernement fédéral à l’examen. Ressources naturelles

Canada, Pêches et Océans Canada, Transports Canada, Environnement Canada et Santé Canada, tout comme le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, ont participé activement en fournissant des conseils et des informations à la Commission tout au long de son examen.

La Commission a tenu des audiences publiques pour une période de 30 jours qui a pris fin le 15 avril 2011. Au cours des audiences publiques, la Commission a recueilli des informations pour évaluer l’importance et les impacts environnementaux potentiels du Projet. Elle a recueilli les témoignages de personnes et de groupes autochtones, de membres du public et des gouvernements et autres parties intéressées qui ont présenté leurs idées, leurs intérêts, leurs positions et leurs préoccupations à l’égard du Projet. Son rapport a été rendu public le 25 août 2011.

Autorisations réglementaires fédérales – Prochaines étapes

Pour que le Projet aille de l’avant, des autorisations doivent être obtenues de Pêches et Océans Canada, pour toute mesure susceptible de nuire à l’habitat du poisson, et de Transports Canada, pour tout ouvrage réalisé dans des eaux navigables.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Patricia Best
Directrice des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007