ARCHIVÉE - Le Développement responsable des ressources soutient l’emploi au Québec

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Ressources naturelles Canada

Le 23 novembre 2012

Ouverture de nouveaux marchés et remplacement du pétrole étranger coûteux dans nos raffineries

MONTRÉAL — Le ministre des Ressources naturelles du Canada, l’honorable Joe Oliver, a prononcé aujourd’hui devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain un discours dans lequel il a souligné la priorité donnée par le gouvernement fédéral à l’emploi, à la croissance économique et à la prospérité durable dans l’ensemble du pays. En 2011, le secteur des ressources naturelles représentait 11 % du produit intérieur brut du Québec et y employait près de 175 000 personnes.

« Le gouvernement Harper a à cœur de soutenir l’emploi, la croissance économique et une prospérité durable au Québec, a dit le ministre. Ses plans soutiennent les quelque 200 000 personnes qui travaillent directement dans les ressources naturelles du Québec et ils ouvrent la porte à des milliers d’emplois de plus. »

Selon M. Oliver, le plan de Développement responsable des ressources soutient des emplois et des programmes sociaux essentiels comme les services de santé et l’éducation. La protection de l’environnement est aussi à l’honneur, puisque le nombre d’inspections d’oléoducs et de gazoducs que doit dorénavant réaliser annuellement l’Office national de l’énergie augmente de moitié.

« Notre gouvernement exerce un leadership qui se traduit par de nouveaux débouchés économiques pour les gens du Québec et de tout le pays, a ajouté le ministre. Nos efforts pour ouvrir de nouveaux marchés permettent à des entreprises canadiennes de livrer concurrence dans certaines des économies qui connaissent le plus fort taux de croissance au monde. En limitant les impôts, nous contribuons à la réalisation de quelque 600 projets au cours des 10 prochaines années – des projets qui vont créer de l’emploi et engendrer des retombées économiques au Québec. »

L’approche adoptée consiste donc à soutenir l’emploi tout en protégeant l’environnement et suppose que, sous réserve des évaluations scientifiques nécessaires, on appuie des propositions qui visent à remplacer du pétrole plus cher importé de pays comme l’Algérie, l’Angola et le Royaume-Uni par du pétrole canadien offert à meilleur coût.

 « Nous sommes favorables à des projets qui permettraient de remplacer le pétrole brut étranger qui est actuellement livré à prix fort aux consommateurs et aux raffineries du Québec et du Canada atlantique, a dit M. Oliver. Ces projets, quiferaient l’objet d’évaluations scientifiques indépendantes, créeraient des emplois et stimuleraient la croissance économique. »

 Selon M. Oliver, les mesures prises signalent au monde entier que le Canada est ouvert aux affaires et confirment son statut de partenaire fiable et de choix à l’échelle mondiale pour le commerce et l’investissement dans le domaine des ressources naturelles. Les évaluations scientifiques indépendantes qui seraient réalisées permettraient de déterminer si chaque projet satisfait aux exigences réglementaires et s’il est sûr pour la population et sûr pour l’environnement.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Carly Wolff
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Ressources naturelles du Canada
613-996-2007

ou aux :

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447

Renseignements pour le grand public : 

Lundi-vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30 HNE
Téléphone : 613-995-0947
Téléimprimeur (ATS) : 613-996-4397
Courriel : questions@rncan.gc.ca