ARCHIVÉE - Salle des médias

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

2010/80 (a)

Précis d'information

Un an plus tard : les investissements du PEPP dans le renouvellement de l’industrie forestière et la performance environnementale


Après un an, le Programme d’écologisation des pâtes et papiers (PEPP) du gouvernement du Canada a changé beaucoup de choses en ce qui concerne le renouvellement du secteur des pâtes et papiers canadien en appuyant des investissements judicieux qui améliorent la performance environnementale de certaines usines et contribuent à les placer à l’avant-scène de l’économie axée sur les énergies propres.

Depuis qu’il a reçu sa première proposition de projet en octobre 2009, le programme a conclu des accords de financement pour 24 projets totalisant plus de 345 millions de dollars, et plusieurs autres propositions de projet sont à l’étude. Le financement du PEPP permet à l’industrie de renouveler ses opérations grâce à des investissements dans des technologies et équipements modernes.

Les entreprises constatent des améliorations de leur efficacité énergétique, l’augmentation de leur production d’énergie renouvelable à partir de la biomasse de bois ainsi qu’une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Au 1er octobre 2010, on estime que les projets du PEPP produiront plus de 1 290 000 mégawattheures par année (MWh/année) d’énergie renouvelable — soit suffisamment d’électricité pour alimenter quelque 108 000 foyers — et ils entraîneront des économies d’énergie de plus de 306 000 MWh/année — soit suffisamment d’électricité pour alimenter 25 680 foyers supplémentaires.

On prévoit aussi que ces projets réduiront directement les émissions de gaz à effet de serre (GES) de près de 163 000 tonnes par année et qu’ils pourront réduire indirectement ces émissions de plus de 606 000 tonnes par année — ce qui équivaut au niveau des émissions produites par près de 200 000 voitures.

Le gouvernement du Canada reconnaît le rôle essentiel que joue le secteur forestier en tant que moteur économique des collectivités rurales, mais aussi en tant que moteur de l’innovation et acteur principal d’une bioéconomie en pleine croissance.

La diversification des produits est essentielle à l’évolution continue et au succès futur du secteur. Comme les marchés traditionnels du papier journal et autres papiers continuent de péricliter, la nécessité de trouver de nouvelles façons plus efficaces d’utiliser le bois, la fibre ligneuse et ses sous-produits se fait de plus en plus sentir.

C’est la raison pour laquelle le gouvernement a collaboré avec l’industrie, les gouvernements provinciaux et d’autres intervenants clés pour aider l’industrie forestière du Canada à prospérer dans une bioéconomie mondiale où l’innovation et la performance environnementale sont essentielles.

Parce qu’il représente un élément crucial de la stratégie fédérale du gouvernement pour le secteur forestier, le PEPP jette les bases d’un secteur forestier plus écologique et plus durable — pour aujourd’hui et pour demain. Le succès du programme est appuyé par des investissements stratégiques que le gouvernement du Canada a consentis dans le cadre de son plan d’action économique échelonné sur deux ans et qui soutiennent actuellement la transformation de l’industrie. Citons :

  • un investissement de 100 millions de dollars du programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière, qui appuie l’investissement dans de nouvelles technologies transformatrices offrant de nouvelles possibilités de débouchés pour l’industrie forestière du Canada et les collectivités forestières.
  • un investissement de 80 millions de dollars du Programme des technologies transformatrices : administrée par FPInnovations, cette initiative appuie le développement de produits forestiers canadiens de prochaine génération ainsi que des technologies et procédés utilisés pour les créer. La composante de 40 millions de dollars visant la démonstration de projets pilotes du programme vise à élaborer des projets de démonstration pilotes pour les nouveaux produits qui pourront être utilisés dans des applications commerciales.
  • Un investissement de 50 millions de dollars dans les programmes Produits de bois canadiens, Valeur au bois et Le bois nord-américain d’abord pour aider l’industrie forestière à étendre les marchés internationaux pour ses produits de bois traditionnels, nouveaux et innovateurs et appuyer la démonstration à grande échelle de l’utilisation du bois canadien dans la construction.

Fonctionnement du PEPP

Trente-huit usines de pâtes et papiers de partout au Canada, représentant 24 entreprises, ont généré des crédits, dans le cadre du Programme d’écologisation des pâtes et papiers, en fonction de leurs niveaux de production en 2009 de liqueur noire, un sous-produit liquide du processus de réduction du bois en pâte utilisé pour produire de la chaleur et de l’électricité. Les entreprises admissibles doivent soumettre une proposition de projet pour leurs installations et ont jusqu’au 31 mars 2012 pour appliquer leurs crédits à des projets d’amélioration environnementale. Les responsables du programme travaillent avec ces entreprises pendant la préparation de leurs propositions de projet et les projets font ensuite l’objet d’une évaluation environnementale.

Selon les modalités du programme, les entreprises admissibles peuvent investir les crédits obtenus à une usine de leurs installations de pâtes et papiers au Canada. Le programme n’empêche pas ses bénéficiaires d’obtenir d’autres subventions de provinces, de municipalités ou d’autres sources pour faire en sorte qu’ils atteignent leurs objectifs d’intendance environnementale.

En investissant dans les technologies d’énergie propre, ce programme aide l’industrie forestière à contribuer à la croissance d’une industrie canadienne de l’énergie propre en créant et en maintenant des emplois de qualité pour les citoyens canadiens tout en aidant à préserver l’environnement.

Pour de plus amples renseignements au sujet du programme et de ses critères d’admissibilité, consultez le site Web suivant : http://scf.rncan.gc.ca/soussite/pates-papiers-ecologisation/accueil.


Les journalistes peuvent s’adresser à :

Richard Walker
Directeur des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447
media@nrcan-rncan.gc.ca

Les communiqués de presse et les précis d'information de RNCan sont diffusés à l'adresse www.rncan.gc.ca/media/index-fra.php.