ARCHIVÉE - Salle des médias

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

2010/52 (a)

Précis d'information

Le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec investissent dans la recherche sur les technologies transformatrices


Le gouvernement du Canada reconnaît qu’un secteur forestier prospère offre de nombreux avantages aux Canadiennes et aux Canadiens. Malgré les récentes difficultés auxquelles ce secteur a dû faire face, la croissance des marchés mondiaux et l’innovation technologique lui donnent l’occasion de trouver de nouveaux créneaux dans la bioéconomie, par la production de tout ce qui est écologique, allant de l’énergie verte aux produits pétrochimiques de remplacement pour les secteurs de l’automobile et de l’aérospatiale. Il est essentiel de maintenir et de renforcer le leadership canadien en matière de création de technologies transformatrices afin de profiter de ces perspectives.

Il existe un vaste éventail d’utilisations commerciales potentielles, notamment en ce qui a trait aux peintures, revêtements, pellicules, membranes, textiles, matériaux composites, papier (séquestrants et liants), excipients (matières utilisées dans l’industrie pharmaceutique comme liants dans les comprimés), cosmétiques et autres matériaux avancés.

Appuyer la bioéconomie du Québec

Le gouvernement du Canada, par l’entremise de FPInnovations, organisme national sans but lucratif de recherche forestière au Canada, investit 10,2 millions de dollars pour améliorer et commercialiser les technologies axées sur la nanocellulose cristalline (NCC). Ce projet pilote de grande envergure sur les technologies transformatrices appuiera la construction d’installations supplémentaires à l’usine de pâtes et papiers de Domtar, à Windsor (Québec) et celles-ci permettront de produire une tonne de NCC par jour.

Les nouvelles installations seront les premières de cette taille dans le monde et représenteront donc un tournant et un moment historique dans la création d’une nouvelle série de produits industriels et de consommation renouvelables issus de la biomasse forestière.

Le coût total de l’usine où sera mené le projet pilote de grande envergure devrait atteindre environ 32,4 millions de dollars. Le Québec et Domtar investiront 10,2 et 12 millions de dollars, respectivement. De plus, une fois que l’usine aura amorcé la production, Domtar et FPInnovations investiront davantage pour la commercialisation et le perfectionnement des applications de la nanocellulose cristalline.

Jusqu’aux années 1950, bon nombre de produits jugés révolutionnaires pour leur époque, comme le ruban adhésif, la rayonne et le cellophane, étaient fabriqués à partir de la cellulose. La cellulose de ces produits novateurs a été ensuite remplacée par des composés dérivés du pétrole ou des combustibles fossiles meilleur marché. Les innovations techniques comme la nanocellulose cristalline ont pour avantage d’ouvrir de nouveaux marchés de haute qualité au secteur forestier canadien qui fabrique des matériaux perfectionnés grâce à la nanotechnologie.

La NCC est de la cellulose sous forme cristalline qui est dérivée du bois. FPInnovations a conçu un procédé d’extraction de cette matière de la biomasse ligneuse et de transformation en flocons solides, en liquide ou en gel. Plusieurs caractéristiques essentielles comme sa solidité, sa réponse électromagnétique et sa grande surface de contact servent de fondement pour la fabrication de matériaux nouveaux et perfectionnés au moyen de la nanotechnologie.

La NCC représente l’élément constitutif structurel principal des arbres et d’autres végétaux. Elle est abondante, renouvelable et biodégradable et peut être extraite de la biomasse forestière en faisant appel à un procédé breveté par FPInnovations. La NCC s’est aussi révélée pratiquement non toxique, un avantage de taille par rapport à la plupart des autres nanomatériaux existants.

Grâce au financement octroyé par le gouvernement du Canada, FPInnovations a produit de petites quantités de NCC dans ses laboratoires qu’elle a ensuite testées dans une variété de nouvelles applications de produits. Il s’est avéré que la NCC et d’autres nanomatériaux améliorent les propriétés des peintures, des vernis et d’autres revêtements, ainsi que la solidité de certains matériaux composites. Le financement des nouvelles installations de Windsor (Québec) permettra de produire les quantités accrues de NCC qu’il faut pour réaliser des essais de grande envergure et dont on a besoin pour trouver et développer les marchés les plus prometteurs pour ce produit.

Favoriser l’innovation et l’investissement dans le secteur forestier

Le gouvernement du Canada s’engage à aider le secteur forestier du Canada à saisir les nouvelles occasions en dirigeant des recherches sur les produits novateurs qui répondent aux besoins du marché. L’avenir radieux du secteur forestier repose sur la promotion de l’innovation et de l’entrepreneuriat dans un environnement commercial concurrentiel.

Comme l’indique le Plan d’action économique, le gouvernement du Canada prévoit 170 millions de dollars sur deux ans pour améliorer la compétitivité à long terme du secteur forestier en renouvelant les investissements dans la diversification du marché et de l’innovation forestière, et la moitié de ces fonds sont destinés au Québec. Ce financement englobe 120 millions de dollars pour contribuer à promouvoir l’innovation et l’investissement dans le secteur forestier et 50 millions afin d’élargir les perspectives de marché pour les produits forestiers canadiens. Parmi les autres initiatives clés du gouvernement du Canada pour appuyer la durabilité et le renouvellement du secteur forestier, citons le Programme d’écologisation des pâtes et papiers de 1 milliard de dollars. Dans le cadre de ce programme, les entreprises de pâte et papier basées au Québec auront accès à 265 millions de dollars de fonds disponibles pour améliorer leur performance environnementale. Dans le budget de 2010, un engagement de 100 millions de dollars de plus sur quatre ans est prévu pour appuyer le perfectionnement et la commercialisation des technologies avancées dans le secteur forestier.

En avril 2009, le gouvernement du Canada, en partenariat avec le gouvernement du Québec, a convenu de diriger une équipe spéciale Canada-Québec pour coordonner les efforts de soutien à l’industrie forestière de la province. L’équipe spéciale a déterminé un certain nombre d’importants domaines d’intérêt commun nécessitant une action rapide. En mai 2009, un investissement de 200 millions de dollars à l’appui des activités de sylviculture au Québec a été annoncé. Chaque gouvernement a investi 100 millions de dollars dans ces activités et, en juillet 2009, un investissement supplémentaire de 30 millions de dollars a été annoncé pour la restauration des ponts et l’amélioration de la maintenance des chemins multiressources au Québec. Ces investissements permettent de créer et de maintenir plus de 8 300 emplois au Québec.


Les journalistes peuvent s’adresser à :

Richard Walker
Directeur des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007

Ou

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447

Les communiqués de presse et les précis d'information de RNCan sont diffusés à l'adresse www.rncan.gc.ca/media/index-fra.php.