Indicateur : Feux de forêt

En 2016, on a dénombré 5 243 feux de forêt au Canada, qui ont brûlé environ 1,4 million d’hectares, ce qui est bien inférieur à la moyenne tant pour le nombre de feux que pour la superficie touchée.

  • En moyenne depuis 1990, on a recensé environ 7 500 feux par an au Canada, qui ont ravagé 2,4 millions d’hectares. Toutefois, en 2015, le Canada a connu 7 140 feux qui ont brûlé 3,9 millions d’hectares; c’était la troisième année consécutive où les chiffres étaient supérieurs à la moyenne pour ce qui est de la superficie brûlée.
  • Le passage d’El Niño à La Niña dans l’océan Pacifique au cours de la dernière année a apporté de la pluie et une température fraîche dans l’Ouest canadien, ce qui a entrainé une fin précoce de la saison des feux.
  • Des feux d’une envergure extrême qui entraînent de graves conséquences, notamment l’incendie qui a dévasté Fort McMurray en Alberta en 2016, peuvent se produire au Canada même dans les années où le nombre des feux se situe sous la moyenne nationale.

Les feux de forêt, qui font partie de l’écologie naturelle de la forêt, sont importants dans de nombreuses régions du Canada pour maintenir la santé et la diversité de la forêt. Toutefois, ils peuvent aussi être dommageables et menacer les collectivités, directement ou par la fumée, en causant des problèmes de santé et de sécurité publiques et des pertes coûteuses sur les plans économique et environnemental.

Superficie de forêt brûlée et nombre de feux de forêt au Canada, de 2006 à 2016
Le graphique montre la superficie brûlée en hectare et le nombre de feux par année entre 2006 et 2016.
Données du graphique
Le tableau présente la superficie brûlée en hectare et le nombre de feux pour chaque année entre 2006 et 2016.
  Nombre de feux Superficie brûlée
(hectares)
2006 9 820 2 250 815
2007 6 917 1 542 202
2008 6 278 1 712 056
2009 7 210 775 025
2010 7 291 3 052 473
2011 4 743 2 428 798
2012 7 956 2 003 270
2013 6 264 4 210 137
2014 5 158 4 563 327
2015 7 140 3 861 647
2016 5 243 1 404 655

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Le moment et le lieu des feux importants peuvent varier énormément d’une année à l’autre, mais l’analyse des tendances indique que les saisons des feux commencent maintenant plus tôt et durent plus longtemps.
  • Les renseignements sur les tendances des feux dans l’ensemble du pays aident les chercheurs à évaluer à la fois la santé des forêts canadiennes et les effets des changements climatiques sur celles-ci.

Quelles sont les perspectives?

  • Il est probable que la fréquence et la gravité des feux de forêt au Canada augmentent à mesure que les changements climatiques feront grimper les températures et diminuer les précipitations.
  • L’accroissement de la fréquence et de la gravité des feux peut se répercuter sur le coût de la gestion des feux et avoir des conséquences plus graves sur les gens et les collectivités, par exemple des évacuations et la perte d’habitations.
Source