Foresterie multivariétale

Amélioration du rendement des plantations pour un approvisionnement en fibres concurrentiel à l’échelle mondiale

Les arbres poussent plus rapidement dans de nombreuses parties du monde que ce n’est le cas au Canada, en raison des climats et des conditions de croissance plus favorables. Afin d’être concurrentielle à l’échelle mondiale, l’industrie forestière canadienne examine la possibilité de produire de la fibre ligneuse de haute qualité en volumes importants sur le plan économique et à la vitesse la plus élevée qu’il est possible d’atteindre dans nos conditions de croissance.

Chaque année, environ 640 millions d’arbres sont plantés au Canada. Les programmes d’amélioration génétique des arbres exécutés à l’échelle du pays visent à maximiser la qualité et la productivité de ces arbres et à trouver des méthodes innovatrices pour produire des semis qui pousseront non seulement rapidement et uniformément, mais qui produiront des arbres possédant les attributs des fibres, la résistance aux ravageurs et l’adaptabilité aux changements climatiques recherchés.

Semis de conifère

Le Centre canadien sur la fibre de bois et ses partenaires à l’échelle provinciale ainsi que dans le milieu universitaire et l’industrie ont mis au point une nouvelle technique qui constitue une amélioration par rapport aux techniques classiques d’amélioration génétique des arbres. La foresterie multivariétale (FMV) fait appel à des technologies sophistiquées pour la multiplication massive, comme l’embryogénèse somatique et la cryoconservation, qui permettent d’apparier un stock génétiquement amélioré à des sites appropriés pour accroître la productivité, du gain en volume et la qualité dans les plantations forestières. Jusqu’à présent, la FMV constitue une approche qui s’est révélée efficace sur l’accroissement de la production ligneuse sans compromettre les propriétés importantes du bois, comme la densité.

Des recherches portant sur l’épinette blanche menées sur d’excellentes stations au Nouveau-Brunswick ont révélé que la FMV peut mener à un accroissement du gain en volume de plus de 20 % par rapport aux taux de production de vergers à graines. Ce taux de gain en volume peut réduire de 45 ans à 35 ans le délai d’exploitation courant des peuplements. Du fait que la taille et la qualité des arbres seront prévisibles, il y aura aussi réduction de coûts du triage et du transport.

Peuplement d’épinettes blanches

Les connaissances acquises par l’intermédiaire de la FMV permettent aux aménagistes forestiers de prévoir en toute confiance la production, de planifier l’approvisionnement en bois pour la création de produits finis particuliers et de réaliser des analyses financières réalistes pour évaluer les investissements en sylviculture au fil du temps. Elles permettront aussi à l’industrie forestière de bénéficier plus rapidement des investissements à long terme dans l’amélioration génétique des arbres.

Le Centre canadien sur la fibre de bois et ses partenaires de recherche s’emploient à perfectionner la FMV comme outil spécialisé de planification de gestion des forêts privilégiant la valeur.