Suivi de l’évolution et du rétablissement des forêts

Les forêts évoluent constamment

Les forêts du Canada, comme toutes les forêts du monde, évoluent constamment.

Les perturbations causées par les feux, les insectes et les maladies, par exemple, font naturellement partie des cycles de vie des forêts. Les activités humaines, comme l’exploitation des ressources, façonnent également les forêts au fil du temps. Parfois, ces activités mènent à un défrichement des forêts (déboisement), mais pour la grande majorité des forêts, ce défrichement est temporaire et la végétation se rétablit naturellement ou avec l’aide de l’humain.

Le suivi de l’évolution et du rétablissement des forêts constitue un aspect fondamental de l’engagement du Canada à l’égard de l’intendance forestière et de l’aménagement forestier durable.

Les technologies de télédétection pour assurer un suivi de l’évolution et du rétablissement des forêts

En utilisant diverses technologies de télédétection, les analystes des forêts et les gestionnaires de ressources du Canada compilent de grandes quantités de données sur les forêts du pays, comme l’étendue de la couverture forestière, la composition taxinomique, les perturbations, la santé des forêts et d’autres facteurs. Les technologies novatrices de traitement transforment ces données en cartes, en images et en d’autres formes de présentations visuelles grandement détaillées, ainsi qu’en produits d’information utiles qui appuient la science et l’aménagement des forêts.

Les images composites nationales produites à partir des images de réflectance de surface de Landsat pendant 28 ans, soit de 1984 à 2012, fournissent, par exemple, des archives inestimables des perturbations et des taux de rétablissement des forêts du Canada au fil des années.

Utiliser des images composites pour caractériser les changements annuels de la couverture et de la condition des forêts

Les exemples de cartes ci-dessous indiquent comment la série d’images composites de 1984 à 2012 permet la caractérisation de l’étendue spatiale de la couverture forestière en Saskatchewan.

Les incendies constituent la principale perturbation des forêts dans la province, et le suivi des changements de la couverture forestière année après année indique que les zones incendiées se rétablissent.

Images Landsat composites annuelles des meilleurs pixels disponibles (1984-2012)

Cliquez pour agrandir [166 Ko JPG]

La combinaison et l’analyse d’un ensemble d’images composites de Landsat révèlent deux types de changements de la couverture forestière : les changements découlant des perturbations qui ont pour effet de remplacer les peuplements (p. ex., les feux irréprimés, l’exploitation forestière ou la construction de routes) et les changements découlant de changements plus subtils de l’état de la végétation (p. ex., le stress hydrique ou la défoliation). Grâce à une série chronologique comme celle-ci, les analystes forestiers peuvent également déterminer le rythme auquel les forêts se rétablissent dans ces régions.

 
Ces cartes composites

Cliquez pour agrandir [169 Ko JPG]

Ces cartes composites indiquent : (A) l’année du plus grand changement de la couverture forestière pendant la période d’observation; (B) un exemple d’une image composite de Landsat de 1993; (C) le taux de rétablissement d’une forêt perturbée (la zone d’échantillonnage indique des peuplements avec des taux faibles et élevés de rétablissement de la végétation).

 

Pourquoi le rétablissement de la couverture forestière varie-t-il?

L’exploitation forestière dans les forêts aménagées du Canada se produit généralement sur des sites productifs. À ces endroits, le rétablissement suivant l’exploitation est habituellement uniforme et rapide, par l’entremise de la régénération naturelle ou de la plantation ou du réensemencement du site. Toutefois, dans les régions assujetties aux feux irréprimés, un vaste éventail de conditions forestières et d’autres types de couvertures forestières peuvent être touchés. Dans ces régions, le rétablissement suivant une perturbation par le feu est habituellement plus variable et est souvent plus long.

Les taux de rétablissement varient également au fil du temps. Ils sont habituellement plus élevés dans la période suivant immédiatement un événement perturbant, comme un feu. Ce taux accru de rétablissement est lié à la levée de végétation herbacée qui suit typiquement un incendie. Cette levée est un précurseur du retour et du rétablissement des arbres, phénomènes qui se produisent plus graduellement, se poursuivant quelques années à la suite de l’incendie.

Pour en apprendre plus sur la dynamique des forêts et le rétablissement à la suite d’une perturbation

Les perturbations naturelles sont particulièrement importantes dans l’appui du cycle de régénération et de croissance des forêts boréales. Découvrez pourquoi les forêts ont besoin des feux, des insectes et des maladies.

Pour en savoir davantage
Lire sur les recherches les plus récentes