Activités actuelles

Au Canada, l’une des tâches essentielles des aménagistes forestiers est la surveillance des conditions forestières, le suivi des feux de végétation actuels et l’évaluation du risque de nouveaux feux de végétation.

Cette tâche de surveillance, qui nécessite d’importantes activités scientifiques et logistiques, est réalisée par les organismes fédéraux, provinciaux et territoriaux qui travaillent en collaboration. Durant des décennies, des outils de plus en plus perfectionnés ont été conçus pour l’analyse du comportement des feux de végétation, l’évaluation du risque de feu de végétation et pour la surveillance des conditions propices à ces feux dans l’ensemble du pays.

Demeurer informé

Le Système canadien d'information sur les feux de végétation (SCIFV) comporte des cartes quotidiennes de détermination du risque d’incendie de forêt et de présence d’incendie de forêt à l’échelle nationale. Le SCIFV informe le public, les médias, les chercheurs, les organismes de gestion des incendies de forêt, le gouvernement fédéral et les organisations internationales.

Les données utilisées pour la création des cartes du SCIFV comprennent les observations météorologiques issues des réseaux de prévisions météorologiques du fédéral, des provinces et des territoires; les images satellites; les statistiques et les rapports sur les feux de végétation; les caractéristiques géographiques; et les classes de végétation.

Les principales composantes du SCIFV sont les suivantes :

  • La Méthode canadienne d'évaluation des dangers d'incendie de forêt (MCEDIF) permet de classer le risque d’incendie de forêt au pays. Ce risque comprend divers facteurs liés aux conditions de brûlage tels que la facilité d'allumage et la difficulté de maîtriser l’incendie de forêt.
  • Le Système de surveillance, de cartographie et de modélisation des incendies de forêt (Fire M3), conçu par le Centre canadien de télédétection (CCT) et le Service canadien des forêts (SCF), utilise les images satellites pour localiser et surveiller chaque jour les incendies de forêt en pleine activité.
  • Les cartes de prévisions mensuelles et saisonnières montrent les prévisions des conditions météorologiques graves propices aux incendies de forêt et associées au degré moyen de gravité mensuel et saisonnier. Les prévisions se fondent sur les prévisions mensuelles et saisonnières d’Environnement Canada, sur les données du SCIFV et sur l’avis formulé par les organismes provinciaux.
  • Le Rapport national sur la situation des feux de végétation présente les conditions propices aux feux de végétation, tant actuelles qu’historiques. Il comprend des statistiques sur le nombre de feux de végétation et sur l’étendue des superficies brûlées; une liste des feux de végétation prioritaires; un résumé de la semaine précédente. Le pronostic de la semaine suivante porte essentiellement sur les prévisions météorologiques et le risque de feu de végétation prévu.
  • Le Système canadien de suivi, de comptabilisation et de déclaration des émissions de carbone par les feux de végétation (FireMARS), conçu par le SCF et le CCT, utilise des données satellites et des données sur les feux de végétation pour repérer les superficies brûlées et les émissions de carbone associées à ces feux. Les données sur les émissions sont consignées dans des rapports exhaustifs qui portent sur les émissions de carbone à l’échelle nationale et internationale.

Partager les ressources affectées à la lutte contre les feux de végétation

La lutte contre les feux de végétation est une activité difficile et coûteuse. Heureusement, les organismes qui en sont responsables dans l’ensemble du pays ont comme tradition de se partager la charge, en s’aidant les uns les autres si nécessaire.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC) (disponible en anglais seulement) coordonne les échanges interrégionaux des ressources disponibles, y compris les aéronefs, le personnel et l’équipement pour lutter contre les feux de végétation de manière coopérative. Le CIFFC compile aussi les statistiques sur les incendies de forêt au pays et facilite la mise en commun de l’information par les organismes responsables de la lutte contre les incendies de forêt.

Le tiers des coûts d’exploitation du CIFFC est financé par le gouvernement fédéral, et les provinces et les territoires en financent les deux autres tiers. L’organisme qui fait l’emprunt couvre l’ensemble des coûts d’exploitation liés à la suppression des incendies de forêt (ce qui signifie les éteindre).

Certaines ententes conclues entre le Canada et les États-Unis et d’autres pays font en sorte que la circulation transfrontalière des ressources liées à la lutte contre les incendies de forêt est rapide.