Foire aux questions

À propos du MBC-SFC3

Préparation des données et utilisation du MBC-SFC3

Dépannage du MBC-SFC3


Quel type de données d’entrée est nécessaire au MBC-SFC3 ?

Généralement, les utilisateurs doivent entrer les données suivantes pour créer un projet :

  • Des courbes du volume en fonction de l’âge : pour toutes les essences dans tous les modes de gestion;
  • Un inventaire forestier détaillé : dossiers sur les peuplements qui identifient, à tout le moins, les essences principales, le secteur, l’âge et le dernier type de perturbation;
  • De l’information sur les perturbations : les types de perturbation et une liste des événements identifiant les types de peuplement, les âges et les quantités touchées par chaque type spécifique de perturbation, de même que l’année au cours de laquelle les événements se dérouleront;
  • Information sur le changement d’affectation des terres (facultative) : inventaire des peuplements à boiser ou devant être déboisés ou convertis en autre chose qu’une forêt;
  • Calendrier de récolte : les types de récolte et de sylviculture, de même qu’une liste des événements identifiant les types de peuplements, les âges et les quantités touchées par chaque type spécifique de perturbation, de même que l’année au cours de laquelle les événements se dérouleront.

Le MBC-SFC3 génère également les entrées de données suivantes en fonction de la sélection par l’utilisateur d’une limite administrative (province ou territoire) et écologique (écozone terrestre du Canada):

  • chute de litière et taux de décomposition;
  • équations de conversion du volume en biomasse.

Quelles sont les limites actuelles du MBC-SFC3 ?

Dynamique du carbone dans les tourbières:

Bien que les tourbières boisées contribuent de façon importante aux stocks de carbone du Canada, bien peu est connu au sujet des répercussions de la gestion, des perturbations et des changements climatiques sur les fluctuations dans les nappes phréatiques. Sans la capacité de prédire les modifications de la nappe phréatique pour les dossiers dans la composante tourbière de l’inventaire national, il n’est pas possible de prédire les modifications connexes des stocks de carbone dans l’élément tourbe du système. Ce problème fait l’objet de recherche courante. Par exemple, pour certains peuplements boréaux d’épinettes noires dans les tourbières, le modèle simule l’élément forestier de l’écosystème, mais il ne tient pas compte de la dynamique de la couche de tourbe ou de la contribution des mousses à la formation de tourbe.

Répercussions des changements climatiques sur la croissance forestière:

Le MBC-SFC3 peut simuler les effets des changements de température sur les taux de décomposition (Kurz et Apps 1999), mais il n’aborde pas les répercussions des précipitations sur la décomposition. Il n’aborde pas non plus les répercussions des changements climatiques sur la croissance forestière. La majorité des applications du MBC-SFC3 sont axées sur le passé récent ou les quelques décennies à venir. L’amélioration de la représentation des répercussions des changements climatiques fait l’objet de recherche continue.

Les répercussions des changements climatiques sur les régimes de perturbation:

Ces répercussions ne sont pas prédites à l’aide de la simulation du processus, mais les utilisateurs peuvent les mettre en œuvre en fournissant des scénarios incluant des modifications des régimes de perturbation sans une attribution expresse aux causes possibles, dont l’extinction des incendies ou les changements climatiques.

Les perturbations par les insectes qui occasionnent des diminutions des taux de croissance:

Les éléments du modèle qui aborde cet enjeu ont été mis en œuvre dans une version du modèle utilisée pour la recherche et ils pourraient se retrouver dans les prochaines versions du MBC-SFC3.

Structure de la forêt:

Le MBC-SFC3 traite tous les peuplements comme étant équiennes.

Est-ce que le MBC-SFC3 tient compte du carbone se trouvant dans les arbustes et les mousses?

À moins que l’utilisateur ne fournisse une courbe du volume en fonction de l’âge pour un arbuste ou une mousse, ces éléments ne sont pas modélisés dans le MBC-SFC3 . À l’heure actuelle, le modèle ignore ce réservoir de carbone et il fonctionne selon l’hypothèse que le contenu en carbone de ces éléments est neutre (c.-à-d., dans ce réservoir, il y a autant de carbone perdu annuellement par la décomposition qu’il y en a de généré par la croissance).

Quelles perturbations sont représentées dans le MBC-SFC3 et de quelle façon le sont-elles?

Le MBC-SFC3 comprend plusieurs types de perturbation prédéfinis qui représentent les transferts des stocks de carbone qui ont lieu au moment de la perturbation. Les utilisateurs sont capables de créer des types personnalisés de perturbation pour représenter les transferts de carbone de l’écosystème si une valeur implicite existante n’est pas suffisante. Voici certains types prédéfinis de perturbation :

  • Feu de forêt
  • Infestation d’insectes
  • Coupe à blanc avec brûlage des résidus
  • Récolte de la coupe à blanc avec récupération
  • Feu avec coupe de récupération
  • Infestation d’insectes avec coupe de récupération
  • Déboisement (différents types correspondant à l’utilisation de terres converties)
  • Reboisement
  • Réhabilitation non forestière naturelle
  • Coupe partielle (prélèvement à 50 %)
  • Succession naturelle
  • Tordeuse occidentale de pin gris
  • Défoliateurs de peuplier faux-tremble
  • Tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) pour les jeunes peuplements d’épinettes (28 types de répercussion) selon le Système d’aide à la décision pour la TBE
  • Tordeuse des bourgeons de l’épinette pour les peuplements matures d’épinettes (28 types de répercussion) selon le Système d’aide à la décision pour la TBE
  • Tordeuse des bourgeons de l’épinette pour les jeunes peuplements de sapins (28 types de répercussion) selon le Système d’aide à la décision pour la TBE
  • Tordeuse des bourgeons de l’épinette pour les peuplements matures de sapins (28 types de répercussion) selon le Système d’aide à la décision pour la TBE
  • Coupe de récupération après feu
  • Coupe de récupération après insectes
  • Arpenteuse de la pruche du Canada (différents degrés de défoliation)
  • Dendroctone du pin (différents niveaux de défoliation et de mortalité)
  • Dendroctone de l’épinette (différents niveaux de défoliation et de mortalité)
  • Mortalité générique (de 5 à 95 % pour créer des types personnalisés de perturbation)
  • Éclaircie commerciale (prélèvement de 10 à 85 % du volume)
  • Effets de la plantation
  • Succession naturelle qui renouvelle le peuplement
  • Récolte de la coupe à blanc sans récupération

Est-ce que le MBC-SFC3 est un modèle spatial ou non spatial?

Le MBC-SFC3 est un modèle non spatial, c.-à-d., les peuplements forestiers ne font pas l’objet d’une référence spatiale. Les utilisateurs peuvent surveiller et rendre compte des résultats pour des peuplements précis dans leur projet à l’aide du MBC-SFC3 en attribuant un classificateur unique à chaque peuplement lorsqu’ils créent leurs fichiers d’importation des données ou lors de l’entrée des données sur les peuplements dans le modèle.

Est-ce que ce modèle reçoit l’appui d’un organisme de comptabilisation du carbone forestier?

Le gouvernement du Canada utilise le MBC-SFC3 pour rendre compte à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques des contributions des forêts canadiennes en matière de contributions de gaz à effet de serre. Ceci est effectué dans le cadre du Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts (SNSCPRCF) de Ressources naturelles Canada.

Est-ce que l’utilisation du MBC-SFC3 pour la comptabilisation du carbone forestier est une exigence juridique ou réglementaire pour toute entente spécifique relative aux gaz à effet de serre, à la certification forestière ou aux programmes de gestion durable des forêts?

Non.

Quelle est la configuration nécessaire pour exécuter le MBC-SFC3 ?

  • Pour utiliser adéquatement le MBC-SFC3 , vous aurez besoin de la configuration suivante :
  • un processeur d’au moins 1,2 GHz;
  • un moniteur acceptant une résolution de 1024 X 768 (les polices de petite taille sont fortement recommandées);
  • un minimum de 512 mégaoctets de MEV (exigences de MEV établies selon la taille et la complexité des données d’entrée);
  • Windows XP, Windows Vista, Windows 7, ou Windows 8;
  • Langue du système d’exploitation Windows réglée à “English (Canada)” pour la version anglaise du MBC-SFC3 et à « Français (Canada) » pour la version française du MBC-SFC3 ;
  • un disque dur ayant au moins 1 gigaoctet d’espace disponible;
  • Microsoft Data Access Components (MDAC) version 2.6 ou plus récente;
  • Microsoft .NET Framework version 1.1 redistributable package.
  • un réglage d’affichage DPI réglé à « Taille normale (96DPI) »

À quoi ressemble la structure du réservoir de carbone du MBC-SFC3 ?

Structure du réservoir de carbone du MBC-SFC3 représentant la dynamique du carbone à l'intérieur de l'écosystème forestier, allant des réservoirs aériens et souterrains de biomasse (feuillage, autre, bois de la tige, grosses racines et radicelles) aux réservoirs de matière organique morte (MOM) (branches des chicots, bois de tige de chicots, médium, aérien rapide, aérien très rapide, aérien lent, souterrain lent, souterrain rapide et souterrain très rapide) et des réservoirs de MOM à d'autres réservoirs et à l'atmosphère.

La structure du réservoir de carbone du MBC-SFC3
AG = Aérienne BG = Souterrain SW = Résineux HW = Feuillu

Description détaillée

La structure du réservoir de carbone du MBC-SFC3
Structure du réservoir de carbone du MBC-SFC3 représentant la dynamique du carbone à l'intérieur de l'écosystème forestier, allant des réservoirs aériens et souterrains de biomasse (feuillage, autre, bois de la tige, grosses racines et radicelles) aux réservoirs de matière organique morte (MOM) (branches des chicots, bois de tige de chicots, médium, aérien rapide, aérien très rapide, aérien lent, souterrain lent, souterrain rapide et souterrain très rapide) et des réservoirs de MOM à d'autres réservoirs et à l'atmosphère.

Est-ce que le code du modèle est ouvert et accessible aux utilisateurs et aux réalisateurs de logiciel?

Pas en ce moment. Si vous souhaitez modifier la conception ou les algorithmes du MBC-SFC3 pour répondre à vos besoins, veuillez communiquer avec le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone pour en discuter et possiblement collaborer.

Dans quelles langues est-ce que le MBC-SFC3 et ses guides de l’utilisateur sont disponibles?

Le MBC-SFC3 et son guide de l’utilisateur sont actuellement offerts dans les deux langues officielles du Canada, l’anglais et le français, et également en espagnol.  Une version en russe « beta » de l’interface de l’Outil a également été développée. La conception du MBC-SFC3 a facilité la conversion de l’interface graphique en d’autres langues. Si vous souhaitez vous procurer le MBC-SFC3 et son guide de l’utilisateur dans une autre langue qui n’est pas encore disponible, veuillez communiquer avec le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone (cbm-help@nrcan.gc.ca) afin de discuter d’une éventuelle collaboration.

De quelle façon est-ce que le MBC-SFC3 est tenu, mis à jour et développé?

Le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone a reçu le mandat de tenir, de mettre à jour et de poursuivre la mise au point du logiciel MBC-SFC3 . Elle est en contact avec la communauté scientifique internationale pour veiller à ce que la science de la comptabilisation du carbone forestier soit à jour dans le modèle et elle est en contact avec la communauté politique internationale pour veiller à ce que le modèle continue de répondre aux exigences internationales en matière de comptabilisation du carbone forestier. De même, le groupe de travail chargé de la comptabilisation du carbone est en contact avec la communauté forestière internationale, soit ceux qui utilisent le MBC-SFC3 , et elle continue d’améliorer et de mettre au point le modèle pour répondre à leurs besoins.

Est-ce que le MBC-SFC3 peut être utilisé à l’extérieur du Canada?

Le MBC-SFC3 , bien qu’il ait été mis au point pour être utilisé au Canada, peut être utilisé dans d’autres pays. Étant donné que le modèle comprend des paramètres relatifs au climat, à la décomposition, à l’écologie et à la qualité marchande du bois d’œuvre, ainsi que des données propres aux zones écologiques terrestres et aux espèces du Canada, il est plus facile de l’adapter pour les pays dont le climat et les espèces sont semblables. Le système CBM-CFS3 est utilisé dans plus de 25 pays. Pour obtenir des renseignements supplémentaires au sujet de l’adaptation du modèle aux fins d’utilisation dans votre pays, veuillez communiquer avec le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone.

Quelle est la plus petite étendue que le MBC-SFC3 peut modéliser?

La plus petite étendue qui peut être modélisée à l’aide du MBC-SFC3 est 0,1 ha.

Est-ce que je dois utiliser un modèle d’approvisionnement forestier pour utiliser le MBC-SFC3 ?

Non. Pour les projets à l’échelle du peuplement, l’utilisateur peut entrer ses données à l’aide du Créateur de projet de niveau de peuplement. Pour les projets à l’échelle du paysage, l’utilisateur peut entrer ses données dans des fichiers d’importation formatés pour l’Outil d’importation standard du MBC. Pour obtenir des renseignements supplémentaires au sujet de l’échelle opérationnelle, veuillez consulter le guide de l’utilisateur du Modèle du bilan du carbone du secteur forestier canadien (MBC-SFC3 ), version 1.2 .

Combien de temps le traitement d’une simulation nécessite-t-il?

Le temps de traitement d’une simulation à l’aide du MBC-SFC3 dépendra de la taille et de la complexité du projet de l’utilisateur, de même que de son matériel informatique. Posséder un processeur d’au moins 1,2 GHz et au moins 512 mégaoctets de MEV aidera à accélérer le processus. Un petit projet (moins de 5 000 peuplements, 4 classificateurs, 10 événements perturbateurs par pas de temps pour 100 ans) prendra de cinq à dix minutes à simuler. Un grand projet (plus de 200 000 peuplements, 10 classificateurs, 1000 événements perturbateurs par pas de temps pour 100 ans) prendra de quatre à huit heures à simuler.

Est-ce qu’une formation relative à l’utilisation du MBC-SFC3 est offerte?

Une ou deux fois par année (en fonction du financement), le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone offre des ateliers de formation à l’intention de toutes les personnes intéressées. Les ateliers durent normalement trois jours et ils incluent des présentations portant sur les principes scientifiques à l’appui de la comptabilisation du carbone forestier et de la formation pratique sur l’utilisation du modèle. Les ateliers visent généralement les utilisateurs canadiens ou les utilisateurs internationaux, mais les deux peuvent participer. Si vous avez téléchargé le MBC-SFC3 ou que vous avez communiqué avec le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone au sujet de la formation, vous recevrez automatiquement un avis lorsqu’un atelier sera offert. Si vous souhaitez que votre nom soit ajouté à la liste d’information, veuillez communiquer avec le groupe de travail chargé de la comptabilisation du carbone.

Est-ce que de la documentation est offerte pour m’aider à apprendre comment utiliser le MBC-SFC3 par moi-même?

Oui. Le guide de l’utilisateur du MBC-SFC3 a été publié en format PDF et il peut être téléchargé gratuitement sur le site Web de la librairie du SCF. Ce guide contient de l’information au sujet du modèle, des spécifications du système, de tous les outils du modèle et des instructions sur la façon de préparer les données d’entrée et d’utiliser chaque outil.

Les utilisateurs peuvent également trouver des tutoriels sur la façon d’utiliser le modèle en cliquant sur l’élément de menu Tutoriels du menu Aide dans la fenêtre principale du MBC-SFC3 .

Comment les équations de conversion du volume en biomasse utilisées pour chaque essence dans le MBC-SFC3 ont-elles été mises au point et où puis-je les trouver?

Les méthodes et les facteurs de conversion utilisés par le MBC-SFC3 sont fondés sur les résultats d’un projet en cours du Service canadien des forêts au Centre de foresterie du Pacifique et au Centre de foresterie des Laurentides qui vise la mise au point de facteurs de conversion pour l’Inventaire forestier du Canada (IFCan2001). Les facteurs de conversion et les algorithmes sont fondés sur les équations de régression de la biomasse de plus de 1 000 arbres retrouvées dans la documentation. Ils ont été appliqués à plus de 11 millions de mesures d’arbres provenant de 133 000 placettes d’échantillonnage permanentes de partout au Canada. Un rapport portant sur ces méthodes a été publié et il est disponible à la librairie du SCF. Les coefficients volume-biomasse du système CBM-CFS3 ont été mis à jour au début de 2015, et un rapport sur ces changements devrait être disponible sur le site www.nfis.org un peu plus tard en 2015.

Le MBC-SFC3 ne contient pas un outil d’importation de données pour le modèle d’approvisionnement forestier que j’utilise; est-ce qu’il est possible d’en mettre un au point?

Le groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone peut mettre au point de nouveaux outils d’importation pour le MBC-SFC3 en fonction des demandes des utilisateurs et selon le financement et les programmeurs dont il dispose. Le groupe de travail accueille favorablement la mise au point collective du modèle et les suggestions d’amélioration du modèle. Si vous souhaitez demander la mise au point d’un nouvel outil d’importation ou collaborer à la mise au point d’un nouvel outil d’importation, veuillez communiquer avec le groupe de travail chargé de la comptabilisation du carbone. Entre-temps, les personnes qui ne veulent pas utiliser le Système de planification spatiale de Remsoft peuvent utiliser l’Outil d’importation standard MBC pour les importations de données à l’échelle opérationnelle ou le Créateur de projet de niveau de peuplement pour créer des peuplements individuels.

Quelle est la différence entre les réservoirs aériens et souterrains de MOM lentes?

Le réservoir souterrain de MOM lentes comprend du carbone provenant du réservoir souterrain de MOM très rapides (qui proviennent à leur tour d’une proportion de la rotation des radicelles), le réservoir souterrain des MOM rapides (qui proviennent à leur tour d’une proportion de la rotation des grosses racines) et le réservoir aérien des MOM lentes (qui proviennent d’un taux de mélange de matières biologiques). Le réservoir aérien de MOM lentes comprend du carbone provenant du réservoir aérien de MOM très rapides (qui proviennent à leur tour (a) d’une proportion de la rotation des grosses racines, (b) d’une proportion de la décomposition de branches de petite taille et (c) de la chute de branches de petite taille), du réservoir de MOM moyennes (qui proviennent à leur tour (a) d’une proportion de la décomposition de bois de tige de petite taille et (b) de la chute de bois de tige de petite taille) et du réservoir de carbone noir (qui est introduit pendant l’initialisation d’un peuplement lorsque la matrice de perturbation par les incendies est appliquée).

Est-ce que le MBC-SFC3 surveille le carbone dans les produits forestiers?

Le MBC-SFC3 tient compte de la dynamique du carbone dans un écosystème forestier. Bien que les transferts de carbone soient effectués vers un réservoir de « produits forestiers » et que les utilisateurs puissent surveiller combien de carbone a été récolté dans leur territoire, seules les entrées dans ce réservoir sont surveillées (c.-à-d., la dynamique du carbone du secteur des produits forestiers n’est pas modélisée de façon explicite).


Quel est le minimum de renseignements nécessaires pour créer un projet dans le MBC-SFC3 ?

Le minimum de renseignements nécessaires est un secteur stratifié par classes d’âge et type de forêt (où le type de forêt est un ensemble de classificateurs définis par l’utilisateur, dont un doit identifier les essences principales). Les courbes de croissance doivent représenter les mêmes types de forêt que ceux retrouvés dans l’inventaire.

Quel outil d’importation du MBC-SFC3 devrais-je utiliser?

L’outil d’importation du MBC-SFC3 que les utilisateurs devraient choisir dépendra principalement d’où proviennent leurs données d’entrée et leurs renseignements. Les utilisateurs dont les données d’entrée proviennent de Spatial Woodstock, d’autres modèles d’approvisionnement en bois d’œuvre et d’autres sources peuvent utiliser l’Outil d’importation standard du MBC, lequel nécessite que les utilisateurs créent des fichiers d’importation normalisés qui contiennent leurs données et leur information, ou encore, ils peuvent utiliser le Créateur de projet de niveau de peuplement, lequel nécessite que l’utilisateur entre manuellement les données et l’information pour son projet. Les projets créés à l’aide de le Créateur de projet de niveau de peuplement ne peuvent pas avoir plus de 100 peuplements.

Combien d’enregistrements est-ce que le MBC-SFC3 peut traiter?

Des simulations réussies comprenant environ 1,4 million d’enregistrements répartis dans près de 100 groupes de perturbation (dans le cas présent, des unités de gestion administrative), chacune d’elle comprenant plusieurs unités spatiales écologiques (pour un total de près de 800 unités spatiales) ont été effectuées à l’aide du MBC-SFC3 .

Quel est le nombre minimal et maximal de classificateurs que je peux utiliser dans le modèle pour décrire mes peuplements?

Les classificateurs sont définis par l’utilisateur et vous pouvez utiliser votre propre terminologie pour décrire les caractéristiques de votre peuplement. Le nombre maximal de classificateurs que vous pouvez utiliser est dix et le minimum est un; cependant, vous devez décrire les essences principales si vous n’utilisez qu’un classificateur.

Est-ce que les courbes de volume et d’âge utilisées comme données d’entrée dans le MBC-SFC3 doivent représenter un volume marchand et quelles courbes devrais-je utiliser, les courbes du volume marchand brut ou les courbes du volume marchand net?

Les utilisateurs devraient utiliser les courbes de rendement exprimant le volume marchand brut (c.à.d., le volume à l’intérieur de l’écorce de la tige principale, sans les cimes et les souches, mais incluant le bois endommagé ou décomposé des arbres et des peuplements).

Est-ce qu’un projet créé à l’aide du MBC-SFC3 comprend plus d’un secteur ou unité de gestion, et comment puis-je identifier cette réalité dans mes données?

Oui. Il suffit d’ajouter un classificateur à vos données qui identifie le secteur ou l’unité de gestion. Une fois que vous avez créé et simulé votre projet, vous pouvez filtrer vos résultats à l’aide du classificateur de secteur ou unité de gestion que vous avez créé. Si vous avez des secteurs ou des unités de gestion dans différentes limites administratives (province ou territoire) ou écologiques (écozone terrestre du Canada), vous devriez également consulter la question « Mon projet aura plus d’une limite écologique ou administrative, quel(s) outil(s) d’importation puis-je utiliser et comment dois-je préparer mes données d’entrée pour tenir compte de cette contrainte? »

Mon projet aura plus d’une limite écologique ou administrative; quel(s) outil(s) d’importation puis-je utiliser et comment dois-je préparer mes données d’entrée pour tenir compte de cette contrainte?

L’Outil d’importation standard du MBC devrait être utilisé. Lors de la préparation de vos fichiers d’importation, vous devez inclure un classificateur pour la limite écologique (écozone terrestre du Canada) et pour la limite administrative (province ou territoire) dans la description de chacun de vos peuplements. Pendant le processus d’importation des données du MBC-SFC3 , vous devrez définir vos essences principales en tant que classificateur spécial et mettre vos essences principales en correspondance avec celles définies dans le MBC-SFC3 , de même que définir la limite administrative et la limite écologique en tant que classificateurs spéciaux et mettre chacun de vos types en correspondance avec ceux définis dans le MBC-SFC3 .

Est-ce que je peux utiliser ce modèle pour rendre compte de la certification forestière?

Oui. Les résultats de votre projet obtenus à l’aide du MBC-SFC3 peuvent être utilisés pour rendre compte des indicateurs de carbone forestier pour différents programmes de certification forestière (c.-à-d., CSA Z809, FSC ou SFI).

À quoi correspond une hypothèse dans le MBC-SFC3 et comment est-elle utilisée?

Il y a dix types d’hypothèse dans le MBC-SFC3 : Les hypothèses touchent la simulation, l’exécution du MBC, l’initialisation du peuplement, la renouvellement de la biomasse, le climat, la renouvellement des MOM,  les matrices de perturbation, la perturbation et l’aménagement, la croissance, la conversion du volume en biomasse, les multiplicateurs de croissance, les multiplicateurs de perturbation, l’initialisation des conditions non forestières, les courbes de croissance historique, ainsi que les types de perturbation historique. Lorsque les utilisateurs créent un projet, une hypothèse par défaut est créée pour chacun de ces types d’hypothèse. Les hypothèses par défaut créées sont essentiellement des noms associés aux données importées par l’utilisateur ou aux données attribuées au projet de l’utilisateur en fonction de la zone administrative et de la zone écologique que l’utilisateur a choisies pendant l’importation des données. Par exemple, les courbes de croissance et de rendement importées seraient liées à l’hypothèse par défaut pour la croissance. Les utilisateurs peuvent également créer leurs propres hypothèses et les lier aux nouvelles données qu’ils entrent dans leur projet réalisé à l’aide du MBC-SFC3 . Un projet doit avoir au moins une hypothèse pour chaque type afin de pouvoir faire l’objet d’une simulation. Comme cela a été mentionné précédemment, une hypothèse pour chaque type est créée par défaut chaque fois que les utilisateurs créent un projet afin que ces derniers puissent exécuter une simulation immédiatement et obtenir des résultats.

À quoi correspond une matrice de perturbation?

Une matrice de perturbation définit la façon dont le carbone est transféré d’un réservoir de carbone à un autre dans un écosystème forestier pour chaque écozone terrestre du Canada, à la suite d’un événement perturbateur naturel ou anthropique précis. Une matrice de perturbation peut être modifiée et de nouvelles matrices peuvent être créées.

Lorsque je mets mes types de perturbation en correspondance avec ceux modélisés dans le MBC-SFC3 pendant le processus d’importation de données, je ne vois pas un type semblable à mon type de perturbation. Est-ce que je peux configurer un nouveau type de perturbation par défaut dans le MBC-SFC3 , et comment est-ce que cela est effectué?

Oui. Les utilisateurs peuvent ajouter un nouveau type de perturbation par défaut à l’aide de l’Éditeur de données d’entrée par défaut (Default Input Data Editor). Dans cet éditeur, il est recommandé que les utilisateurs copient et renomment un type de perturbation existant (contrairement à l’ajout d’un nouveau type) qui a des répercussions semblables sur les transferts de carbone dans l’écosystème. Ceci donnera lieu à la création de matrices de perturbation ayant déjà des liens à chaque type d’écozone et contenant des matrices de transfert de carbone identiques à celles du type de perturbation choisi. Les utilisateurs peuvent ensuite apporter des modifications mineures à leurs nouvelles matrices de perturbation qu’ils prévoient utiliser afin de mieux représenter la façon dont le carbone est transféré à l’écosystème forestier à la suite de l’ajout de leur nouveau type de perturbation. Les utilisateurs peuvent également choisir d’ajouter un nouveau type de perturbation et de définir eux-mêmes les matrices de perturbation.

Combien de projets puis-je ouvrir en même temps dans le MBC-SFC3 ?

Un.

Puis-je exécuter plus d’une simulation à la fois dans le MBC-SFC3 ?

Oui. Dans le Planificateur de simulation (Simulation Scheduler), vous pouvez ajouter plus d’une simulation à la fois. Elles seront exécutées séquentiellement.

Je veux mettre à l’essai les répercussions d’un nouveau plan de récolte ou de perturbation sur mes stocks de carbone forestier et les changements de stock. Est-ce qu’il existe une façon plus simple d’obtenir un aperçu des répercussions possibles?

À l’aide du Créateur de projet de niveau de peuplement, créez un projet avec un peuplement d’un hectare de votre type forestier le plus commun et appliquez-y le nouveau plan de récolte ou de perturbation. Une fois la simulation du projet terminée, examinez les répercussions sur les stocks de carbone de votre écosystème, de même que les modifications des stocks. Afin d’obtenir une approximation des répercussions, il faut multiplier les résultats obtenus par le nombre réel d’hectares du type forestier que vous avez choisi et comparer ces résultats à ceux obtenus pour cette même zone dans votre plan initial de récolte ou de perturbation.


J’ai obtenu un message d’erreur lors de l’installation ou de l’utilisation du MBC-SFC3 et je n’ai pas réussi à régler cette erreur; que devrais-je faire?

Prenez en note les actions en cours lorsque l’erreur survient, sauvegardez une saisie d’écran de l’erreur (ou prenez en note le message d’erreur et envoyez cette information au groupe de travail du Service canadien des forêts chargé de la comptabilisation du carbone. Notre équipe tentera de trouver le problème et elle communiquera avec vous pour vous offrir une solution ou pour vous poser d’autres questions pouvant les aider à résoudre le problème.

Lorsque j’utilise le modèle, certains des boutons ou des boîtes dans des fenêtres données sont manquants lorsque ces fenêtres sont comparées aux illustrations du manuel de l’utilisateur ou des tutoriels du MBC-SFC3 ; que devrais-je faire?

Premièrement, assurez-vous d’utiliser la plus récente version du modèle et du guide de l’utilisateur. Ensuite, communiquez avec le groupe de travail chargé de la comptabilisation du carbone pour mentionner le nom des fenêtres et des boutons qui n’apparaissent pas. La cause de ce problème peut être une mise à jour du logiciel qui n’a pas encore été intégrée au guide de l’utilisateur, ou encore, il faut peut-être modifier la résolution de l’écran ou les polices choisies dans les paramètres d’affichage de votre système d’exploitation Windows.