Effets sur les continents (Amérique du nord)

4.1 IMPLICATIONS EN MATIÈRE D'EAU

L'élévation des températures et les changements du régime de précipitations touchent l'approvisionnement, la demande et la qualité de l'eau au Canada, aux États-Unis et au Mexique. La plupart des tendances constatées depuis 35 ans devraient se poursuivre dans les décennies à venir. Au Canada, cet état de choses correspond à deux grands problèmes : la gestion des bassins versants frontaliers et transfrontaliers communs avec les États-Unis (Commission mixte internationale, 1997) et la réponse aux demandes d'exportation d'eau vers les régions sèches des États-Unis et du nord du Mexique (Bruce et al., 2003).

Eaux frontalières et transfrontalières du Canada et des États-Unis

Il existe une douzaine de grands bassins ou groupes de petits bassins bilatéraux dont la responsabilité a été confiée à la Commission mixte internationale (CMI) aux termes du Traité des eaux limitrophes internationales de 1909. Des ententes de partage de l'eau ont été conclues pour nombre de ces bassins et de leurs sous-bassins dont les eaux traversent la fronti ère en direction nord ou sud, ou forment la frontière. De plus, dans certains bassins, des ententes de lutte contre la pollution sont en place pour prot éger les écosystèmes et la qualité de l'eau (p. ex., dans le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent). Or, le changement climatique commence à avoir des conséquences tant sur la qualité que sur la quantité de ces eaux, et sur la capacité d'un pays à honorer ses obligations vis-à-vis de l'autre (Bruce et al., 2003).

Pour illustrer les proportions que pourrait prendre cette question, le tableau 4 présente la tendance linéaire (de 1970 à 2000) des débits annuels et des débits minimum et maximum pour les grands cours d'eau bilatéraux. La plupart coulent vers le sud, à l'exception de la rivière Rouge qui coule vers le nord à partir des Dakotas, où l'on a noté une augmentation importante du taux de précipitations (Bruce et al., 2003). Ces stress bilatéraux viennent se superposer aux problèmes d'ordre national de gestion de l'eau (Cohen et al., 2004).

Dans le cas du fleuve Columbia, on s'attend à ce que se poursuive la tendance à une augmentation du débit en hiver et à une réduction au printemps. Les changements de la demande d'eau aux États-Unis, combinés au changement climatique, pourraient avoir un effet grave sur la production d'hydroélectricité et autres utilisations de l'eau au Canada, surtout dans les zones plus sèches du sud de la partie canadienne du bassin (p. ex., les lacs Okanagan et Osoyoos; voir le chapitre 8; Cohen et al., 2000; Payne et al., 2004). Des processus en place, grâce auxquels on peut examiner les règlements en vue de leur apporter des modifications en 2013, permettent ainsi que l'on prenne en considération l'adaptation au changement climatique.

Tableau 4 : Tendance (pourcentage de changement) des débits annuels des systèmes fluviaux frontaliers du Canada et des États-Unis, de 1970 à 2000 (Bruce et al., 2003).
Cours d’eau Moyenne Minimum (quotidien) Maximum (quotidien)
St. John (Fort Kent) -13 71 -16
St. Croix -21 -23 -26
Niagara (Queenston) -7 -8 -9
Rainy (Fort Frances) -22 -12 -27
Lake of the Woods (exutoire ouest) -21 -59 -29
Red (Emerson) 124 159 63
Souris (Sherwood) -82 -74 -94
Souris (Westhope) -42 100 -60
Milk (frontière est ) -22 47 -6
Milk (frontière ouest ) -26 59 -41
St. Mary (frontière ) -7 15 -29
Kootenay (Fort Steele) 3 -4 -12
Columbia (frontière internationale) 4 37 -25
Yukon 1 -1 -12

La rivière Souris quitte la Saskatchewan à Sherwood, gagne le Dakota du Nord et revient au Canada (au Manitoba), à Westhorpe (ND). Dans des conditions climatiques " normales ", chaque pays peut utiliser 50 p. 100 du débit naturel jusqu'à la traversée de la frontière. Le débit naturel est calculé par un conseil conjoint relevant de la CMI, qui prend le débit mesuré et l'ajuste en fonction des prélèvements humains et de l'évaporation dans les réservoirs en amont. À la traversée de Sherwood, le Canada doit livrer la moitié des 50 000 premiers décamètres cubes (40 500 acres-pieds) du débit naturel entre le 1er janvier et le 31 mai. Avec la tendance à la baisse (de 7 à 2,5 m3/s) du débit naturel annuel moyen enregistrée entre 1973 et 1998, il y a eu, entre 1988 et 2000, cinq années au cours desquelles le Canada n'a pas pu honorer cette obligation (Bruce et al., 2003). Il existe cependant une clause de l'accord, qui a dû être invoquée, qui exige de fournir au Dakota du Nord 40 p. 100 du débit naturel pendant la période cruciale. Puisque les problèmes liés à la baisse du débit et à l'augmentation de la consommation aux fins d'irrigation et d'abreuvement du bétail vont se poursuivre et s'aggraver à cause du changement climatique, il deviendra de plus en plus souvent difficile de respecter l'objectif quantitatif initial (Bruce et al., 2003).

Il a dailleurs été très difficile de respecter certaines dispositions des ententes de répartition, établies en 1921, sur les rivières Milk et St. Mary en raison de la baisse des débits dans le sud de l'Alberta et de la réduction du volume d'eau de fonte provenant du cours supérieur du parc national Glacier5, aux États-Unis. Ces tendances et la demande accrue aux fins d'irrigation ont atteint, en 2003, le point où le gouverneur du Montana a demandé que les ententes en place soient reconsidérées. Les discussions bilatérales se poursuivent avec l'aide de la CMI.

Dans le bassin des Grands Lacs, le Traité sur la rivière Niagara, de 1950, est une entente cruciale sur le partage de l'eau. Une quantité convenue, 100 000 pieds cubes par seconde le jour et 50 000 la nuit, peut s'écouler dans les chutes Niagara pour le bénéfice des touristes. Le reste est divisé également entre l'Ontario et l'État de New York aux fins de production d'hydroélectricité. On a remarqué que le secteur supérieur des Grands Lacs (lacs Supérieur, Michigan et Huron) a progressivement moins de glace et des températures en surface plus élevées à mesure que le climat se réchauffe et, donc, les pertes par évaporation en hiver ont considérablement augmenté et vont continuer à le faire. Une conséquence de cet état de choses a été une baisse de 7 p. 100 du débit annuel moyen de la rivière Niagara entre 1970 et 2000 (Bruce et al., 2003). Cette baisse va se poursuivre avec l'évolution du climat, et il faudra peut-être donc ajuster l'entente et les utilisations de l'eau (Mortsch et al. 2000; Bruce et al., 2003).

La qualité de l'eau dans les Grands Lacs subit les effets de l'intensification des pluies dans le bassin versant, phénomène responsable de l'augmentation de l'érosion et du transport des polluants dans les lacs, de l'élévation de la température de l'eau et de l'établissement antérieur d'une thermocline, qui fait que les eaux de fond manquent d'oxygène plus tôt dans la saison chaude. Certains se demandent si les deux pays peuvent respecter les objectifs de qualit é de l'eau mutuellement convenus dans ces conditions de changement du climat (Conseil de la qualit é de l'eau des Grands Lacs, 2003). Par exemple, l'augmentation de fréquence des pluies très intenses, caractérisées par une forte érosion et par la création de sources diffuses de pollution des lacs, aggrave les problèmes liés aux éléments nutritifs, aux agents pathogènes (comme E. coli), à la turbidité et aux pesticides (Bruce et al., 2006).

Le Canada et les États-Unis ont toujours pu régler à l'amiable leurs différends sur l'eau par l'intermédiaire de la Commission mixte internationale et du Traité des eaux limitrophes internationales, mais le changement climatique risque de rendre cette relation plus tendue. Pour s'adapter aux changements aussi bien en cours que prévus, il faudra peut-être modifier tant la gestion que les termes de certains de ces accords (Bruce et al., 2003).

Demandes de l'étranger en eau canadienne

Bien que le débit ait considérablement augmenté depuis 60 ans dans les cours d'eau du sud-est des États-Unis, il a baissé dans presque tous ceux de l'ouest, surtout du mois d'avril à l'automne (Frederick et Gleick, 1999; Pulwarty, 2002; Barnett et al., 2005). Dans les régions de fonte de la neige et, surtout, en ce qui a trait aux cours d'eau alimentés par la fonte de la neige dans les cours supérieurs des Rocheuses, la couverture de neige hivernale a été davantage appauvrie par fonte et sublimation. En conséquence, on a remarqué une tendance prononcée à la baisse (entre 1950 et 2000) de l'équivalent en eau de la couverture nivale en avril (Mote et al., 2003) et des changements de la répartition saisonnière des approvisionnements en eau, avec une augmentation du débit en hiver et une diminution le reste de l'année. Les conditions sont maintenant plus sèches pendant les saisons d'irrigation et d'abreuvement du bétail (à l'été et à l'automne). La tendance à plus long terme, depuis 1900, dans le sud-ouest des États-Unis et au Mexique a été une augmentation de l'Indice Palmer de gravité des sécheresses (voir la figure 3; Dai et al., 2004).

Cette tendance à la sécheresse dans l'ouest des États-Unis, surtout au cours de la saison de croissance, a aggravé la situation de surattribution des eaux du Colorado à des utilisateurs de nombreux États (Glick et Chalecki, 1998). Les baisses saisonnières des débits du fleuve Columbia et de la rivière Sacramento déclenchent également des conflits liés aux utilisations, dont la protection de l'écosystème fluvial et des poissons (p. ex., Cohen et al., 2000). Un pompage excessif de l'eau de l'aquifère Ogallala au Nebraska, en Oklahoma et dans les hautes plaines du Texas, en a gravement fait baisser le niveau et réduit les approvisionnements aux fins d'utilisations agricoles et autres. D'autres conflits commencent à voir le jour entre le Mexique et les États-Unis au sujet du partage de quantités d'eau réduites dans les cours d'eau frontaliers et transfrontaliers (Salman, 2006).

En guise de solution à ces problèmes, certains se sont tournés vers le Nord, vers les eaux apparemment abondantes de la Colombie-Britannique et des Grands Lacs. Des analystes ont cependant avanc é que des mesures efficaces de conservation de l'eau permettraient de répondre à tous les besoins essentiels, aussi bien maintenant que dans un avenir rapproché, en n'ayant recours qu'aux seules réserves appartenant entièrement aux États-Unis (Frederick et Gleick, 1999). À plus long terme, si la tendance à la sécheresse se poursuit selon les projections, même cela ne sera peut-être plus possible.

Conscients de l'intérêt que présente la possibilité d'exporter l'eau des Grands Lacs, les gouverneurs des huit États des Grands Lacs, en coopération avec l'Ontario et le Québec, ont négocié en 2005 une entente conformément à l'annexe de la Charte des Grands Lacs (2001). Aux termes de cette entente, il n'y a pas de dérivation d'eau à l'extérieur du bassin des Grands Lacs, à quelques exceptions près. Une clause de droits acquis exempte l'importante dérivation (3 200 pieds cubes par seconde) des eaux du lac Michigan, à Chicago, vers le réseau du Mississippi, dont la quantité est régie par un jugement de la Cour suprême des États-Unis. L'autre exception à l'interdiction de détournement de l'eau vers l'extérieur du bassin concerne les comtés et collectivités chevauchants, soit ceux dont les limites, en date de 2005, chevauchaient la limite du bassin hydrographique des Grands Lacs.

Comme on s'attend à ce que l'augmentation de l'évaporation due au changement climatique fasse baisser les niveaux des Grands Lacs et les d ébits des cours d'eau du système, dont le Saint-Laurent, on prévoit des répercussions défavorables sur la navigation, sur la production d'hydroélectricité et sur la qualité de l'eau (Conseil de la qualité de l'eau des Grands Lacs, 2003), et ce, en supposant qu'il n'y ait pas d'autres détournements de l'eau vers l'extérieur du système. Le Canada et les provinces doivent rester vigilants face à cette menace et encourager la conservation de la ressource par toutes les instances. Une modification apport ée récemment par le Canada à la Loi sur le Traité des eaux limitrophes internationales interdit les prélèvements massifs et les détournements des eaux frontalières et transfrontalières, mais ne couvre pas les tentatives de détournement des eaux intérieures canadiennes. Il s'agit là d'une question qu'un certain nombre de provinces ont elles aussi réglementée de la même façon.

Au Mexique aussi, les approvisionnements en eau, déjà très limités, sont à la baisse dans les régions limitrophes des États-Unis, et ce pays a déjà envisagé d'en faire venir du Nord, soit du Canada. Les experts en commerce ne s'entendent toujours pas pour établir si les exportations d'eau seraient prévues ou obligatoires aux termes de l'Accord de libre échange nord-américain (ALENA). Cette entente n'interdit pas spécifiquement l'exportation d'eau mais, d'un autre côté, ne comporte pas d'obligation à cet égard. Cependant, l'exportation massive dans une seule région pourrait créer un précédent.

4.2 QUESTIONS LIÉES À L'ÉNERGIE

Les produits énergétiques sont une composante importante des exportations canadiennes6. L'exportation d'énergie vers les États-Unis (qui constitue plus de 95 p. 100 des exportations d'énergie du Canada) a augmenté de près de 17 p. 100 par an entre 1996 et 2005 (voir le tableau 5). Le Canada exporte aux États-Unis du gaz naturel, du pétrole brut, du pétrole raffiné, de l'électricité et du charbon.

Le changement climatique entraînera une modification des besoins en énergie, tant au Canada qu'aux États-Unis, ce qui va très probablement avoir des conséquences sur les exportations d'énergie. Il modifiera aussi la capacité de production d'hydroélectricité du Canada et ses exportations d'électricité vers son voisin du Sud. Enfin, les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre auront probablement une incidence sur les marchés d'exportation des divers produits énergétiques.

Demande d'énergie

Au Canada, le changement climatique fera baisser la demande de chauffage des locaux et, donc, la consommation de gaz naturel et de mazout de chauffage domiciliaire (Bhartendu et Cohen, 1987; Findlay et Spicer, 1988). Il fera par contre monter la charge de climatisation, d'où une augmentation de la demande d'électricité pendant l'été. Or, l'accroissement de la demande aux fins de climatisation est plus rapide que l'élévation de la température annuelle moyenne. Une élévation de 3 °C de la température maximale quotidienne moyenne fait monter la demande de pointe d'énergie de 7 p. 100, soit 1200 MW (Colombo et al. 1999). Au Canada, cependant, la demande énergétique globale devrait baisser dans les décennies à venir.

Aux États-Unis, l'effet le plus remarquable se fera sentir au niveau de la charge de climatisation, entra înant une hausse de la demande globale d'énergie (Edwards, 1991; Sailor et Muñoz, 1997; Considine, 2000; Sailor, 2001; Amato et al., 2005). Si la température monte de 5 °C d'ici 2100, la situation se traduira par une perte de bien-être de 40 milliards de dollars liée à l'augmentation de la demande énergétique (Mansur et al., 2005). Les changements de la demande d'énergie au Canada se répercuteront sur les quantités disponibles pour l'exportation et l'augmentation de la demande aux États-Unis se répercutera sur leurs importations d'énergie.

Charbon

Le Canada dispose d'abondantes ressources en charbon, surtout dans l'ouest (Office national de l'énergie, 2003). Environ 90 p. 100 du charbon extrait au Canada est consacré à la production d'électricité en Alberta, en Saskatchewan et dans le nord-ouest de l'Ontario. Dans le sud de l'Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, on utilise à cette fin du charbon importé. Les exportations de charbon sont essentiellement celles de charbon métallurgique à destination des marchés de l'Asie. La demande d'énergie record liée à l'augmentation de la climatisation et à la réduction de la production d'hydroélectricité à cause de la sécheresse est intervenue dans la décision de l'Ontario de reporter la fermeture de ses centrales alimentées au charbon (Independent Electricity System Operator, 2006), fermeture qui ferait baisser les importations de charbon en provenance des États-Unis.

Tableau 5 : Exportations canadiennes d'énergie vers les États-Unis (Industrie Canada, 2006).
  Valeur (en millions de dollars 2005) Croissance
annuelle
moyenne 1
1996 1997 1999 2000 2002 2003 2005
Gaz naturel et liquides du gaz naturel 9 875 10 906 12 106 22 924 10 391 28 484 38 807 20.2%
Pétrole brut 10 970 11 390 10 121 19 334 18 015 20 414 29 913 15.4%
Pétrole raffiné 3 464 3 402 3 327 5 615 7 036 8 006 10 972 15.9%
Électricité 1 218 1 377 1 923 4 059 1 812 1 852 3 168 19.5%
Charbon et combustibles solides à base de charbon 88 66 55 120 162 150 260 19.9%
Autres biens énergétiques 418 515 541 643 722 678 897 9.3%
Total des exportations d’énergie vers les États-Unis 26 032 27 657 28 073 52 693 48 139 59 584 84 017 16.9%
Total des exportations vers les États-Unis 223 177 243 888 308 076 359 289 345 366 326 700 365 741 5.9%
Exportations d'énergie exprimées en pourcentage du total des exportations vers les États-Unis 11.7% 11.3% 9.1% 14.7% 13.9% 18.2% 23.0%  

1 Moyenne de la croissance interannuelle sur 10 ans; la croissance moyenne globale est plus élevée.

Pétrole brut

Les ressources en pétrole brut sont situées surtout dans l'ouest du Canada, mais aussi dans le nord du pays et au large de Terre-Neuve et de la Nouvelle- Écosse (Office national de l'énergie, 2003). La production de brut classique est à la baisse dans l'ouest du Canada et devrait culminer d'ici dix ans sur la côte Est (Office national de l'énergie, 2003). On prévoit la croissance rapide des activités de production des sables bitumineux dans les 20 prochaines années, production qui devrait plus que contrebalancer la baisse de production provenant de sources classiques (Office national de l'énergie, 2003).

Le brut canadien alimente des raffineries situées dans l'ouest du Canada et aux États-Unis, alors que celles de l'Est canadien utilisent du brut importé. Plus de la moitié de la production du Canada est donc exportée vers les États-Unis dont on prévoit que les importations vont augmenter; la part du Canada dans ce marché devrait cependant rester à environ un tiers (Energy Information Administration, 2006). Les efforts faits par les États-Unis pour accroître leur sécurité énergétique pourraient entraîner une baisse des importations et peut-être toucher celles en provenance du Canada.

Le principal effet du changement climatique sur les exportations canadiennes d'hydrocarbures sera probablement l'impact de la réduction des approvisionnements en eau dans le nord de l'Alberta sur l'exploitation des sables bitumineux (Bruce, 2006; Schindler et Donahue, 2006). Comme l'extraction et la valorisation du bitume consomment beaucoup d'eau, il est possible que les taux actuellement prévus d'exploitation des sables bitumineux soient réduits si l'on veut respecter en aval les exigences de débit entrant concernant la rivière Athabasca (Bruce, 2006). Une amélioration de l'efficacité d'utilisation de l'eau serait une précieuse mesure d'adaptation.

Gaz naturel

On exploite le gaz naturel dans l'ouest du Canada et au large de la Nouvelle-Écosse, et il en existe d'importantes réserves dans l'Arctique (Office national de l'énergie, 2003). La production devrait rester assez constante, du moins jusqu'à la construction d'un pipeline transportant le gaz de l'Arctique (Office national de l'énergie, 2003). Environ la moitié de la production du Canada est présentement exportée vers les États-Unis, mais ces exportations devraient baisser à mesure que la production déclinera et que la demande intérieure augmentera (Office national de l'énergie, 2003). Bien qu'on prévoie que le changement climatique entraînera une baisse de la demande pour le chauffage des locaux au Canada, d'autres utilisations devraient prendre de l'expansion et faire croître la demande intérieure de gaz naturel (Office national de l'énergie, 2003).

Électricité

L'hydroélectricité représente environ 60 p. 100 de l'électricité produite au Canada, le reste provenant en grande partie de centrales alimentées au charbon, mais ces proportions relatives varient considérablement d'une province à l'autre. Depuis longtemps, le Canada exporte vers les États-Unis 7 p. 100 à 9 p. 100 de son électricité, surtout en provenance des régions riches en hydroélectricité : Colombie-Britannique, Manitoba et Québec. Les importations d'électricité totalisent en moyenne à peu près un quart des exportations. Elles sont régies par les différences transfrontalières entre les périodes de pointe et la possibilité pour les entreprises de services publics disposant d'une capacité de stockage de l'hydroélectricité d'en acheter hors pointe et d'en vendre davantage pendant les périodes de forte demande.

Aux États-Unis, environ la moitié de l'électricité est produite par des centrales alimentées au charbon et cette même électricité génère à elle seule près de 40 p. 100 des émissions de CO2 (Energy Information Administration, 2006). Les centrales ayant une longue durée de vie utile, les proportions des divers modes de production ne changeront probablement que graduellement (Morgan et al., 2005). On prévoit que le changement climatique entraînera une baisse du potentiel de production d'hydroélectricité du fleuve Colorado et autres cours d'eau de l'Ouest, surtout en été, période pendant laquelle l'électricité sert surtout à répondre à la demande toujours croissante de climatisation (Edwards, 1991; Christensen et al., 2004).

Le changement climatique pourrait donc également nuire à la capacité de répondre à la demande de climatisation aux États-Unis (et au Canada) à l'aide de l'hydroélectricité produite au Canada. Bien qu'on projette qu'il fasse croître le potentiel hydroélectrique dans le nord du Québec et au Labrador (Mysak, 1993; Mercier, 1998), on a constaté depuis 1970 une réduction du débit de la plupart des grands cours d'eau se déversant dans les baies d'Hudson, James et d'Ungava, à l'exception du fleuve Nelson (Déry et al., 2005). En Ontario et dans les Prairies, le potentiel hydroélectrique serait probablement réduit, sauf dans le cas de la rivière Winnipeg et du fleuve Nelson. Dans le sud-est de la Colombie-Britannique, la combinaison de la petite augmentation projet ée des précipitations et de l'augmentation de l'évaporation des réservoirs due au réchauffement pourrait se traduire par une baisse du potentiel hydroélectrique, surtout s'il faut répondre aux besoins de débit réservé et d'irrigation en aval (Raban, 1991; Mercier, 1998; Payne et al., 2004). On a prévu que la réduction de la production d'hydroélectricité due aux baisses des niveaux des Grands Lacs et, donc, des débits de la rivière Niagara et du Saint-Laurent pourrait atteindre 17 p. 100 d'ici à 2050 (Tin, 2006).

Les producteurs d'électricité se trouveront confrontés à un défi : répondre à la demande croissante de climatisation en Amérique du Nord malgré la baisse de la production d'hydroélectricité dans certaines régions, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. La solution la plus simple serait de faire face à cette demande accrue en utilisant des centrales au gaz, qui conviennent bien pour r épondre à des demandes de pointe. Mais la portée d'une telle solution est limitée, puisqu'on prévoit des réductions de l'approvisionnement et des hausses de prix pour le gaz naturel. Les sources d'énergie renouvelable, comme les filières éolienne et solaire, ne produisent de l'électricité que quand les conditions sont favorables et elles risquent de ne pas pouvoir répondre à la demande pour la climatisation quand elle survient. Les centrales nucléaires sont les plus adéquates pour assurer un approvisionnement constant; elles le sont moins quand il s'agit de répondre à une demande variable comme celle de la climatisation. Les entreprises de services publics des deux pays vont probablement devoir recourir à un mélange de mesures liées à la demande, comme l'efficacité énergétique, et de mesures liées à la production pour faire face aux répercussions qu'entraîne la demande.

Uranium

Le Canada est le plus gros producteur et exportateur au monde d'uranium, le combustible des centrales nucléaires. Des efforts planétaires visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre pourraient entraîner une augmentation de la production d'énergie nucléaire dans certains pays. Il pourrait s'ensuivre une hausse des exportations d'uranium pour le Canada.

Résumé

Le changement climatique fera baisser l'utilisation d'énergie pour le chauffage des locaux, ce qui fera consommer moins de gaz naturel et de mazout domestique. Le gaz naturel ainsi économisé va simplement atténuer les pénuries prévues pour l'Amérique du Nord.

Les entreprises de services publics, tant du Canada que des États-Unis, devront recourir à un mélange d'efficacité énergétique et d'options de production propres à leur région pour faire face à la demande. La situation sera plus délicate aux États-Unis, qui sont alimentés davantage par des centrales alimentées au charbon et où l'on prévoit une plus grande croissance de la demande pour la climatisation. Il ne semble pas que le Canada sera en mesure d'accroître suffisamment ses exportations d'électricité ou de gaz naturel pour aider à répondre à la demande des États-Unis.

4.3 QUALITÉ TRANSFRONTALIÈRE DE L'AIR

Même si le transport transfontalier de polluants atmosphériques entre les États-Unis et le Canada a fait l'objet de nombreuses constatations en ce qui a trait aux pluies acides et à certaines matières contaminantes, on a prêté peu d'attention à l'évaluation des impacts possibles que pourrait avoir sur lui le changement climatique. Ces impacts, qu'ils soient favorables ou défavorables, pourraient découler :

  • de changements des régimes de circulation moyens, surtout pendant les vagues de chaleur;
  • des élévations de la température de l'air moyenne, de l'augmentation des vagues de chaleur et des effets du rayonnement solaire sur les processus chimiques en jeu dans l'atmosphère;
  • des mesures correctrices prises pour améliorer la qualité de l'air et faire baisser les émissions.

Les régions du Canada qui sont actuellement les plus touchées sont le sud de l'Ontario et du Québec, le sud-ouest du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, le sud de la Colombie-Britannique et le sud-ouest de l'Alberta.

Les principaux sujets de préoccupation sont les concentrations d'ozone troposphérique, les particules fines (particulate matter, ou PM2,5), le dépôt acide, le mercure et plusieurs autres substances chimiques toxiques. Les effets de ces contaminants atmosph ériques sur la santé humaine et sur les écosystèmes sont abordés dans les chapitres régionaux, en particulier ceux concernant l'Ontario et le Québec. Le nombre estimatif de décès prématurés dus à ces causes, pour un total de huit villes du Canada, est de 5 900 par an (Judek et al., 2004).

En ce qui concerne les questions cruciales ayant trait à la pollution atmosphérique sur la frontière entre les États-Unis et le Canada, les deux pays ont convenu de mesures de lutte contre la pollution visant à en atténuer les effets, par l'intermédiaire de l'Accord entre le Canada et les États-Unis sur la qualité de l'air de 1991 et de son annexe sur l'ozone de 2000 (Comité Canada-États-Unis sur la qualité de l'air, 2006). Les régions d'intérêt particulier sont le détroit de Georgia, sur la côte du Pacifique, et le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Le rapport d'étape 2006 fait remarquer que les concentrations d'ozone troposphérique, dont la moyenne a été établie sur trois ans, sont restées à des niveaux élevés et inacceptables entre 2002 et 2004. La moyenne des concentrations quotidiennes les plus élevées sur une période maximale de huit heures a dépassé 95 ppm dans le sud-ouest de l'Ontario et 80 ppm sur une région beaucoup plus grande s'étendant au sud-ouest d'une ligne reliant la vallée des Outaouais et l'extrémité nord de la baie Georgienne, et ce, malgré le succès de programmes mis en place dans les deux pays visant la réduction des précurseurs chimiques, des composés organiques volatils (COV) et des oxydes d'azote (NOx). Les fortes concentrations d'ozone se produisent pendant les épisodes de smog qui surviennent au cours des vagues de chaleur, d'ailleurs plus fréquentes en raison de l'évolution du climat, alors que les températures élevées et la lumière solaire agissent sur les précurseurs chimiques émis pour ainsi créer de l'ozone.

Le nombre annuel moyen d'avis de smog, qui était de 7 entre 1993 et 1998, est passé à 24 entre 2000 et 2005; un record de 53 avis a été établi en 2005 (Yap et al., 2005). La durée des « vagues de chaleur » dans la région des Grands Lacs s'est allongée entre 1951 et 2003 (Alexander et al., 2006). Les épisodes de forte chaleur (où la température dépasse 30 ºC) devraient doubler d'ici 2050 et plus que tripler d'ici 2080 (Cheng et al., 2005). Des vagues de chaleur plus intenses, plus fréquentes et plus longues sont prévues tant pour l'Europe que pour l'Amérique du Nord (Meehl et Tebaldi, 2004). L'évolution du climat pourrait donc empêcher les efforts de lutte contre la pollution atmosphérique d'avoir l'effet souhaité, soit faire baisser les concentrations d'ozone. Ces épisodes de smog de temps chaud sont accompagnés de concentrations élevées de particules (PM 2,5). On estime que les polluants transfrontaliers sont responsables de 99 p. 100 des épisodes de smog à Windsor et de 84 p. 100 de ces mêmes épisodes sous le vent de Toronto (Yap et al., 2005). Au Québec, on estime que 30 p. 100 des polluants à l'origine de ces épisodes prennent leur source aux États-Unis et 30 p. 100, en Ontario, le reste étant produit sur place. Réduire les risques pour la santé exigera que l'on redouble d'efforts en vue d'abaisser les concentrations de NOx et de COV au Canada et aux États-Unis.

Le problème du dépôt acide dans les lacs et les forêts du Canada a été quelque peu atténué par les réductions des émissions de SO2 aux États-Unis et au Canada (Comité Canada-États-Unis sur la qualité de l'air, 2006). Néanmoins, les effets de ces améliorations dans les écosystèmes aquatiques sont tributaires d'autres facteurs, dont les différentes caractéristiques des lacs et les interactions climatiques (Comité Canada-États-Unis sur la qualité de l'air, 2006), et de nombreux lacs ne montrent pas encore de signes de rétablissement. Les travaux menés dans la région des lacs expérimentaux, dans le nord-ouest de l'Ontario, semblent indiquer que le changement climatique contribue au ralentissement de la r éaction attendue des lacs (Schindler et al., 1996).

Il faudra mener d'autres activités de recherche et de surveillance pour combler les lacunes sur le plan des connaissances en ce qui concerne l'interaction, dans les écosystèmes lacustres, entre le dépôt acide et le changement climatique, et les répercussions des tendances du climat sur le transport des substances chimiques toxiques.


5Le parc national Glacier, qui comptait 150 glaciers en 1850, n'en avait plus de 27 en 2005 et, d'ici 2050, devrait les avoir tous perdus.
6 On entend ici par « produits énergétiques » ceux que couvre le chapitre 6 de l'ALENA : Produits énergétiques et Produits pétrochimiques de base. On y inclut la plupart des produits raffinés et non raffinés d'hydrocarbures, l'uranium et l'électricité.