Introduction - Nord du Canada

Des indices fournis par de nombreux chercheurs et résidents du Nord canadien démontrent que le climat de cette région connaît déjà des changement (p. ex., Ouranos, 2004; Huntington et al., 2005; McBean et al., 2005; Overpeck et al., 2005; Bonsal et Prowse, 2006). Au cours des 50 dernières années, l'ouest et le centre de l'Arctique canadien se sont réchauffés d'environ 2 °C à 3 °C (Zhang et al., 2000), alors que l'est de l'Arctique canadien s'est refroidi d'environ 1 °C à 1,5 °C (Zhang et al., 2000), bien qu'on signale un réchauffement pour les 15 dernières années. Les témoignages de chasseurs et d'aînés autochtones de la région indiquent que cette dernière subit, depuis quelques décennies, un réchauffement significatif, ce qui confirme les constatations des chercheurs (p. ex., Huntington et al., 2005; Nickels et al., 2006). Ces changements d'ordre climatique ont entraîné une réduction importante de la superficie et de l'épaisseur des glaces dans certaines régions de l'Arctique, le dégel et la déstabilisation du pergélisol, une augmentation de l'érosion des côtes et des modifications de la répartition et du comportement migratoire de la faune arctique (Arctic Climate Impact Assessment, 2004, 2005). Les projections des mod èles climatiques semblent indiquer que cette évolution récente est appelée à se poursuivre (Kattsov et al., 2005; Bonsal et Prowse, 2006), ce qui aura une multitude d'effets sur les populations humaines et animales, et sur le développement futur de la région (Arctic Climate Impact Assessment, 2004, 2005; Ford et al., 2006b; Furgal et Seguin, 2006).

Un certain nombre d'évaluations scientifiques récentes ont examiné les transformations du climat et des conditions socio-économiques, environnementales et politiques, et leurs incidences sur les régions arctiques (p. ex., Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2001a, b, 2007a, b; Arctic Monitoring and Assessment Program, 2002; Arctic Climate Impact Assessment, 2004, 2005; Einarsson et al., 2004; Chapin et al., 2005). Ces travaux fournissent une base solide pour évaluer les effets du changement climatique sur les services que fournit le milieu arctique aux populations et aux économies locales, régionales et nationale et la vulnérabilité des systèmes humains au changement. Le présent chapitre est basé sur ces travaux et adopte certains aspects d'une approche de l'évaluation du climat fondée sur la vulnérabilité, en ayant surtout recours à un examen de l'exposition et de la capacité d'adaptation actuelle et future (voir le chapitre 2). Il rend ainsi possible une meilleure compréhension des effets du climat et des processus d'adaptation dans les régions nordiques du pays.

Dans le présent chapitre, l'expression « Nord du Canada » désigne les trois territoires canadiens (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut) situ és au nord du 60e parallèle. Bien que ces territoires aient en commun de nombreuses caractéristiques biogéographiques, chacun possède des caractéristiques environnementales, socio-économiques, culturelles et politiques qui lui sont propres. Ensemble, ils forment un vaste territoire qui couvre pr ès de 60 p. 100 de la masse terrestre canadienne, comprend de nombreuses zones écologiques et regroupe près de 100 collectivités de langues et de cultures différentes (voir la figure 1). Les sections 1 et 2 du présent chapitre présentent un aperçu du changement climatique dans l'Arctique canadien, examinent les conditions passées et actuelles, et font état des projections climatiques pour le Nord. La section 3 concerne les impacts pr évus de ce changement sur les éléments les plus importants du milieu naturel de l'Arctique, dont un grand nombre sont essentiels à la vie des collectivités nordiques. La section 4 traite des effets du changement climatique sur les services r égionaux et nationaux, et se concentre sur l'identification des éléments vulnérables des différents secteurs et systèmes. La section 5 fait état des répercussions sur les collectivités nordiques, petites et grandes, et présente des témoignages de populations à risque, comme les groupes autochtones de l'Arctique. Finalement, la section 6 présente les principales conclusions.

FIGURE 1 : Limites territoriales et collectivités du Nord canadien, superposées à une carte des zones de pergélisol (tiré de Heginbottom et al., 1995; Furgal et al., 2003).
image agrandie

Version textuelle - figure 1

Carte du Nord canadien illustrant les frontières politiques ainsi que les zones de pergélisol. Les codes couleur de la carte correspondent aux zones de pergélisol continu, discontinu abondant, sporadique, isolé, montagnard ou aux zones connues de pergélisol sous-marin. Les étoiles représentent des collectivités. L’extrême nord est surtout composé de pergélisol continu, une zone connue de pergélisol sous-marin se trouvant à l’extrême nord du Yukon, à Sachs Harbour. Les zones de pergélisol discontinu abondant, sporadique, isolé, ainsi que les zones de pergélisol montagnard, sont présentes successivement du nord au sud dans les moitiés nordiques des provinces. Les Rocheuses et les montagnes de la chaîne côtière du Pacifique sont indiquées comme des zones de pergélisol montagnard.

Dans le présent chapitre, on évalue les impacts actuels et possibles du changement climatique dans le Nord du Canada à l'aide d'un certain nombre de sources et de méthodes (voir également le chapitre 2). Pour les sujets abordés dans les trois premières sections, on s'appuie surtout sur l'examen et l'évaluation de la documentation scientifique publiée. Dans certains cas, les auteurs ont eu recours à des rapports gouvernementaux et à d'autres sources de documentation dite « grise ». Pour plusieurs des sujets abordés dans les sections 4 et 5, les recherches scientifiques dans l'Arctique sont soit en cours de réalisation, soit à leurs débuts. Ces sections reposent donc plus fortement sur la documentation dite « grise », sur des observations locales, sur le savoir traditionnel et sur l'expertise des membres de l'équipe d'évaluation.